L’ennemi est à nos murs. Combien de fois cette phrase a-t-elle été employée en temps de guerre, et trouve aujourd’hui un écho funeste dans le cœur rance des protectionnistes qui voient d’un mauvais œil les migrants affluer sur leurs côtes ? Mais l’ennemi après tout, est partout, là où on veut bien le voir, et surtout, le mieux est celui du bien. Cette maxime peut-elle se transposer à la vague nostalgique qui nous engloutit depuis plus d’une décade ? Telle ne serait pas l’opinion de ceux qui vénèrent des groupes comme POWER TRIP ou MUNICIPAL WASTE, les nouveaux guerriers de la cause ancienne, et certainement pas non plus celle de ceux qui vont découvrir le fulgurant premier LP des costauds ENFORCED. L’affiliation passéiste pouvant causer des erreurs d’interprétation, il conviendra de bien orthographier leur nom pour ne pas les confondre avec les ENFORCER, qui eux aussi adorent se retourner sur eux-mêmes pour loucher vers les 80’s. L’époque concernée est donc la même, mais les ENFORCED eux préfèrent s’enivrer des sonorités les plus agressives d’une décade qui a vu et chéri la naissance du Crossover, ce style à cheval entre Thrash et Hardcore, et que des gens très polis comme SUICIDAL TENDENCIES, EXCEL, LEEWAY ont contribué à populariser de leur vivant, et encore aujourd’hui. Par extension, et si vous êtes attentif, vous aurez remarqué que des noms plus que fameux sont déjà cités dans cette chronique, sans que je n’aie abordé le cas de la musique du jour. L’intention est délibérée, et j’ajouterai même l’argument promotionnel servant de tremplin à cet At The Walls. L’album qui reprend les choses là où SEPULTURA et les CRO-MAGS les ont laissées. Péremptoire ? Non, totalement vrai, et ajoutez ceci. Les choses reprennent là où SEPULTURA et les CRO-MAGS les ont laissées, et où SLAYER aurait pu les reprendre. Et vous avez la dernière inconnue pour résoudre cette équation.

Comprenez bien, et sans aucune prétention, j’ai la culture extrême idoine pour juger du potentiel d’une œuvre sans avoir à me référer à des avis extérieurs. J’avale auditivement des albums de Thrash vintage par dizaines de litres à l’heure, et je sais pertinemment lorsque la cloche de la singularité sonne à mes tympans. Et celle qui résonne comme un acouphène tenace après ces vingt-six minutes d’agression est d’une puissance assourdissante, et signale la fin de la complaisance et de la tolérance aveugle. En substance, ENFORCED est certainement la révélation la plus flagrante depuis l’invention du skate-board et la naissance de POWER TRIP, et ce premier LP est de ceux qui cognent tellement fort et si intelligemment qu’on en remise les derniers doutes au placard. Venant de Richmond, Virginie, ce quintet (Ethan Gensurowsky - basse, Alex Bishop - batterie, Will Wagstaff & Zach Monahan - guitares, et Knox Colby - chant), a déjà publié deux démos en 2017 avant de patiemment élaborer un répertoire bétonné, blindé, chargé en électricité et en hargne larvée, répertoire qui explose aujourd’hui de sa résonnance tonitruante et éclatante. Reprenant à son compte les recettes les plus élaborées du Crossover des années 80 (école LEEWAY et EXCEL donc), mais les boostant d’une férocité que le SEPULTURA le plus récent utilise toujours à bon escient, tout en traitant le tout d’une méchanceté Core à la CRO-MAGS, At The Walls est un concentré de violence musicale d’une intensité rare, et amplifié par une production qui creuse les sillons pour enterrer les cadavres trop médiums. Grave, rapide mais intelligible, puissant comme une calotte de Doc dans un pit en flammes, ce premier album est un modèle d’un genre qu’on ne déguste parfait que trop rarement, et l’ouverture/avertissement « Reckoning Force » en dit long sur l’attitude revancharde d’un groupe trop pur pour accepter les concessions.  

Evidemment, le tout est classique, mais tellement énorme qu’on reste bouche bée face à des allusions plus qu’appuyées entre une collaboration imaginaire entre SLAYER et les MAGS (« Skinned Alive »). Si l’instrumental se veut résolument Metal, le chant quant à lui adopte les inflexions Hardcore les plus rauques, et nous harangue sans pause, vociférant des lyrics qui n’en disent pas moins. Avec un duo de guitaristes qui connaissent le manuel Thrash sur le bout du médiator, et une section rythmique qui pilonne en écrasant, l’équilibre est parfait, et la densité incroyable. On se demande à quel moment les enceintes vont craquer face à cet assaut à faire tomber la Bastille un matin de juillet, et lorsque le tempo ralentit, c’est la tension qui monte et qui marie LEEWAY et Derrick Green (« Born Lost »), avant que le batteur n’envoie tout bouler Lombardo style, pour une accélération aussi justifiée que jouissive. Saccades, riffs lourds et suintants, breaks parcimonieux mais toujours pile au bon moment, structures simples mais pas simplistes, et surtout, un don particulier pour s’arrêter au bon moment, plus quelques coups de vibrato à la King, et le massacre est total, back to the future of the past, avec la colère comme seul étendard. Et quand les modulations n’ont plus cours, c’est l’ire dans la franchise qui prend le relais, pour un « The Heat », diabolique comme du SLAYER, mais aplatissant comme du SUICIDAL passé à la moulinette Harris Johns. L’amateur sait à quel point les variations sont difficiles dans ce style si pointu, et pourtant, ce premier jet se paie le luxe d’offrir à chacun de ses morceaux une vraie personnalité, qui permet de lier l’ensemble sans nier les individualités. Au détour d’une mélodie de biais, on reconnaît le SLAYER de South Of Heaven et Seasons in the Abyss (« Retaliation », copié, mais avec flair), mais par bonheur, les interludes nous éloignent des références trop marquées (« Brahman »).

Alors oui, l’ennemi est à nos murs. Un ennemi qui combat la trahison, la flagornerie déplacée, et qui conchie les similitudes un peu trop frappées au coin du mauvais sens de l’histoire. Un ennemi implacable, qui avance, qui détruit, qui grimpe et qui finalement séduit, mais un ennemi qu’il ne faut surtout pas sous-estimer dans l’éventualité d’une bataille rangée. Un ennemi qui ne choisit pas d’autre camp que le sien et celui de la qualité, et cet ennemi s’appelle ENFORCED. Et qu’il va être dur de l’affronter sans se prendre une peignée…

  

Titres de l’album :

                           1.Reckoning Force

                           2.Skinned Alive

                           3.Born Lost

                           4.The Heat

                           5.Retaliation

                           6.Brahman

                           7.At the Walls of Antioch

                           8.World of Pain

                           9.Civilized Mind

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/10/2019 à 14:31
90 %    231

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
07/10/2019 à 02:59:45
Tout simplement excellent ! Du thrash à baston qui fait du bien par ou il passe ! Le son, la cover bien DIY aussi, terrible.
La claque !

Ajouter un commentaire


Cold As Life

The Things We Can't Stop

Sign X

Like a Fire

A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Attention, étant donné que c'est un titre diffusé via DECIBEL, c'est souvent un titre qui ne paraitra pas sur un album, il faut le considérer comme un petit bonus et non une piste de ce à quoi pourrait ressembler le prochain album.


Le batteur de Bloody Sign avait aussi fait un intérim chez Incantation, je l'avais vu en concert avec le groupe à cette époque.

J'avais vu Brutal Rebirth dans un festival non réédité à l'époque de cet album. C'était bien, alors qu'ils passaient entre Waking the Cadaver, Immola(...)


Sinon moi y a 20 ans j’étais en 1999
C’est bien la vie en 2039?


Tout d'accord avec vous. Mais au delà du côté Swamsong énervé c'est surtout l'impression de " déjà entendu" qui, pour l'instant, me dérange un peu.


Oui, j'ai écrit plusieurs fois un commentaire que je n'ai pas posté, car... bon... en fait perso, je ne sais pas quoi en penser...
Y'a du Swansong dans le groove mais avec un son plus brutal quand même...
La construction du morceaux est originale avec pas mal de changements de rythmes(...)


Bah alors ?! Y a Carcass qui sort un nouveau morceau et y a pas de réaction ici ?! Ça m'étonne xD !
Je lui trouve une petite saveur époque Swansong de mon coté, en plus extrême quand même... Mais c'est pas mal !


COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!


!!! !!! !!! Dé-goû-té !!! !!! !!!
Je suis GORGON depuis 1995 et est toujours souhaiter les voir en live...
Là je suis tombé sur cette annonce de fest seulement hier (donc bien trop tard pour moi afin d'organiser mon WE)...
Autrement dit sans moi quoi...
Ca va gâcher ma (...)