Royal Rebels

Royal Rebels

19/03/2021

Autoproduction

Pourquoi parler des ROYAL REBELS, dont le nom empeste la forfaiture 2K a plein nez et à dix kilomètres à la ronde ? Pourquoi parler d’un groupe que personne ne connaît, et dont l’album n’est disponible que sur les plateformes habituelles de streaming ? Tout simplement parce qu’il incarne une vision du Rock n’Roll joué Hard sympathique, fraiche et sincère, et qu’en ces temps de recyclage permanent de vieilles recettes, autant revenir aux fondamentaux et au binaire le plus direct. Après les charges de THE TREATMENT et LUCER, les américains de ROYAL REBELS prennent donc la suite, dans un registre beaucoup plus brut, moins mélodique, et surtout, plus Rock, ce qui ne sera pas pour déplaire aux puristes. Mis sur pied par quatre musiciens de renommée locale ou internationale, Royal Rebels peut donc se reposer sur une expérience de longues années passées sur scène pour sonner vrai et spontané, ce qui frappe les tympans immédiatement. On retrouve au casting des noms connus et d’autres moins, avec en tête de gondole le guitariste Bill Lonero, ex-STEELHEART et fondateur de LONERO, mais aussi sidekick de Cliff Williams (AC/DC), Mike Mangini (Steve VAI/EXTREME/DREAM THEATER), Stu Hamm (Joe Satriani/Steve VAI), Gigi Gonaway (Mariah Carey) ou Simon Kirke (BAD COMPANY), Stevie Loveless à la base, Rick O’Connell, le dernier venu à la batterie, et Andrew Izzo au chant, natif de la Bay-Area, et ancien membre de PUSHING THE SUN.

Tout ça pour dire que ce premier album fait partie de cette catégorie d’œuvres mineures, mais auxquelles on s’attache incroyablement, du fait de leur humilité et de leur sincérité. D’ailleurs, les quatre musiciens ne font pas les malins, et n’offrent que ce qu’ils peuvent offrir, à savoir un Rock à cheval entre Classic des ondes mature et Rock plus couillu de l’orée des nineties, entre les UNCLE SAM et les BLACK CROWES, avec dans le rétroviseur les grandes figures du patrimoine US et UK, STONES en tête, mais aussi Bruce, John Cougar, TESLA, Bob Seger, et une liste trop longue pour être mentionnée ici.

Ce qui frappe immédiatement, au-delà de l’aspect direct des morceaux, c’est le son de l’album, très brut, sans artifices, capté live comme si le groupe jouait sur une scène juste devant vous. Cette sensation est purement délicieuse, et nous permet de pénétrer un peu plus dans l’intimité du groupe (pas trop quand même, et en tout bien tout honneur), comme si nous étions de leurs amis proches. Musicalement, l’affaire est évidemment simple comme le Rock, binaire à souhait, bluesy quand il faut tamiser les lumières, plus ou moins distordue selon l’ambiance, mais toujours festive, honnête, et rafraîchissante. Si Bill Lonero s’en donne à cœur joie dans les licks classiques et les riffs efficaces, si Andrew Izzo à le timbre juste assez rauque pour se revendiquer de l’héritage des seventies, si la rythmique pulse juste ce qu’il faut sans en rajouter des tonnes, l’osmose entre les musiciens crève les tympans, et « We Are » sonne comme l’hymne qu’il est, de ceux qui présentent les groupes sans qu’ils n’aient besoin de parler.        

Evoluant dans un registre que tout le monde connaît par cœur, ROYAL REBELS n’essaie pas de paraître créativement plus rebelle qu’il n’est, et ne cherche pas la confrontation avec les Dieux vivants ou morts du Rock. Parfois influencés par la génération nineties des adorateurs du passé, les musiciens se laissent aller aux syncopes dynamiques, comme le démontre le déhanché de « Well Well Well ». Parfait exemple de bar-band qu’on prend plaisir à retrouver un samedi soir, après une semaine de travail usante, ROYAL REBELS joue sur le velours des formations les plus authentiques, et lâche les watts sans forcer les décibels à nous assommer. Leur binaire up tempo est efficace en diable, souple en oreilles, et délicat en mémoire. « What You Got » reste dans le registre Rock d’un vieil AEROSMITH revenu de loin, mais c’est véritablement « The Stage » qui provoque les premiers frissons d’émotion. Entre le LYNYRD, SEGER et les STONES, ce morceau développe une ambiance intimiste, avec un chant plus sensible de la part d’Andrew Izzo, au gosier taillé pour ce genre de répertoire.

Entre classicisme délibéré, fougue raisonnable et connaissance du métier, le quatuor égrène donc ses tubes, et nous charme de son étreinte. « Still Running » continue le travail de sape des résistants au Rock le plus dru, tandis que « I Can't Breathe » se réclame plus d’une mémoire californienne du Glam joué rauque et Roll. Le répertoire à des allures de standards, spécialement lorsque les quatre lascars se répandent sur un Country & Western totalement assumé. « Leaving California » laisse la Californie dans le rétro pour tailler la route jusqu’à Nashville, et nous embrase le cœur de sa mélodie un peu nostalgique.

Rien à jeter, surtout pas ce piano bastringue qui introduit « Longest Road », que les STONES auraient pu s’accaparer sur leur séminal Exile on Main Street, et lorsque résonnent les premières notes du final « Devil's Got Me by the Balls », on se dit que la musique du diable fait parfois un bien fou. Pas grand-chose de notable, si ce n’est cette volonté de rester collé aux racines, mais un album qui donne la pêche, qui swingue, et qui se montre allusif à toutes les formes de Rock traditionnel américain. De quoi passer un bon moment, une bière fraiche à la main, et quelques potes à ses côtés.  

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. We Are

02. Well Well Well

03. What You Got

04. Talk Shit, Get Hit

05. The Stage

06. Still Running

07. I Can't Breathe

08. Leaving California

09. Longest Road

10. Devil's Got Me by the Balls


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/06/2022 à 17:34
75 %    36

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44