Non rassurez-vous, je ne vais pas essayer de vous refourguer une version démo de ce célèbre logiciel de retouche graphique, histoire de vous faire baver devant une licence payante et officielle.

Les GIMP n’ont rien à voir avec une quelconque manipulation d’image, mais plutôt d’une distorsion extrême du son, au point de lui faire épouser les contours les plus abrasifs d’un Noisecore tirant sur le Grindviolence le plus tordu et dissuasif.

Pas grand-chose à dire sur ces conquérants de l’extrême, puisque le lien renvoyant vers leur page Facebook est mort, et que leur Bandcamp ne contient pas grand-chose, en dehors de cette Démo 2017 qui semble être la première de leur carrière.

Mais elle est suffisamment éloquente pour parler d’elle-même, et surtout  largement assez bruyante pour vous en coller plein les conduits auditifs.

Si l’on en croit sa jaquette, les GIMP sont trois (Payson, Joey et Raul, mais sont-ce vraiment leurs noms ?), viennent de Phoenix, Arizona, et se font un malin plaisir à aborder le Powerviolence par son axe le plus déviant et concentré, pour aboutir à un genre de Grind/Powerviolence vraiment assourdissant, qui ne vous laisse aucun répit malgré sa durée plus que raisonnable.

Sept minutes pour cinq morceaux, c’est peu mais largement assez suffisant pour entrevoir le potentiel de destruction artistique de ce trio US qui décidément, n’a pas que de bonnes intentions.

Dotée d’une production typique du créneau, cette Démo 2017 est cacophonique, dense, stridente, gravissime, et ose cinq morceaux qui ne prennent pas de gants pour vous rappeler que la vilénie sonore n’a aucune limite, aux USA comme ailleurs.

D’ailleurs, les «musiciens » ne prennent pas de moufles non plus, et commencent le travail par un « Redacted » qui fonce blasts en tête pour vous défourailler la tignasse de coups de boutoir Grind tirant même légèrement sur le Noise le plus absolu.

« Parasite » ne fait rien pour arranger les choses du bas de ses vingt-sept secondes, et se veut intermède lapidaire aussi épidermique que l’entrée en matière sans manières.

Il faut attendre « Squalor » pour que la musicalité pointe le bout de son Doomcore bourbeux, et en quatre-vingt-sept secondes, les GIMP évoquent tout autant GNAW THEIR TONGUES que MORTICIAN, ce qui vous en conviendrez n’est pas une mince affaire Core.

« Null » prolonge un peu la douleur et passe par quelques teintes monochromes, souvent plus noires qu’une nuit sans mélodie, et aborde la question du Powerviolence le plus ténu, en lâchant sur son chemin quelques plans écrasants, tout en malmenant la distorsion. Le larsen est évidemment roi, tout comme les brusques coups du lapin rythmiques, et l’ambiance est glauque, poisseuse, mais après tout, n’est-ce pas ce qu’on attend d’une telle réalisation ?

« シShi » se veut à l’image de cette pochette énigmatique, et se traîne le long d’un riff monolithique qui finit par déranger des vocaux exprimant leur désaccord à grand renfort de grognements et autres expulsions thoraciques chargées en glaires.

C’est pesant, oppressant, dissonant, mais cathartique assez bizarrement, avec ces quelques arrangements bruitistes en arrière-plan qui ressemblent à des litanies post-mortem assez effrayantes. Un genre de rituel séculaire qui unit la mort à la vie dans un dernier élan que les ABRUPTUM eux-mêmes auraient pu tolérer et assumer.

En gros, une musique qui n’en est pas une mais qui fait appel à votre ressenti le plus primal et primaire, comme un cri déchirant dans une existence prévisible mais douloureuse.

Pas vraiment facile d’accès, cette première démo des Arizoniens de GIMP ne vous rendra pas la tâche plus facile ou la journée plus radieuse, mais présente un concept de noirceur assez intéressant qu’on demande à découvrir en format plus développé et flagrant.

Un Grindviolence qui occupe le terrain d’un Doomcore assez Indus et mécanique, pourtant aussi viscéral qu’il n’est robotique dans le rendu.

On attend donc un EP plus fourni ou même un LP moins dégarni pour pouvoir juger du potentiel de destruction d’un groupe qui ne semble pas vraiment céder les pulsions à la raison.


Titres de l'album:

  1. Redacted
  2. Parasite
  3. Squalor
  4. Null
  5. シShi

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/04/2017 à 17:18
65 %    374

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime aussi cet album, sans plus mais ça le fait... Marduk n'a en effet jamais sorti de bouse, c'est à noter dans une carrière aussi longue. Et puis quand un groupe est capable de sortir des albums tels que Plague Angel et surtout Rom 5:12 après déjà de longue années d'existence, je dis simp(...)


Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)