Non rassurez-vous, je ne vais pas essayer de vous refourguer une version démo de ce célèbre logiciel de retouche graphique, histoire de vous faire baver devant une licence payante et officielle.

Les GIMP n’ont rien à voir avec une quelconque manipulation d’image, mais plutôt d’une distorsion extrême du son, au point de lui faire épouser les contours les plus abrasifs d’un Noisecore tirant sur le Grindviolence le plus tordu et dissuasif.

Pas grand-chose à dire sur ces conquérants de l’extrême, puisque le lien renvoyant vers leur page Facebook est mort, et que leur Bandcamp ne contient pas grand-chose, en dehors de cette Démo 2017 qui semble être la première de leur carrière.

Mais elle est suffisamment éloquente pour parler d’elle-même, et surtout  largement assez bruyante pour vous en coller plein les conduits auditifs.

Si l’on en croit sa jaquette, les GIMP sont trois (Payson, Joey et Raul, mais sont-ce vraiment leurs noms ?), viennent de Phoenix, Arizona, et se font un malin plaisir à aborder le Powerviolence par son axe le plus déviant et concentré, pour aboutir à un genre de Grind/Powerviolence vraiment assourdissant, qui ne vous laisse aucun répit malgré sa durée plus que raisonnable.

Sept minutes pour cinq morceaux, c’est peu mais largement assez suffisant pour entrevoir le potentiel de destruction artistique de ce trio US qui décidément, n’a pas que de bonnes intentions.

Dotée d’une production typique du créneau, cette Démo 2017 est cacophonique, dense, stridente, gravissime, et ose cinq morceaux qui ne prennent pas de gants pour vous rappeler que la vilénie sonore n’a aucune limite, aux USA comme ailleurs.

D’ailleurs, les «musiciens » ne prennent pas de moufles non plus, et commencent le travail par un « Redacted » qui fonce blasts en tête pour vous défourailler la tignasse de coups de boutoir Grind tirant même légèrement sur le Noise le plus absolu.

« Parasite » ne fait rien pour arranger les choses du bas de ses vingt-sept secondes, et se veut intermède lapidaire aussi épidermique que l’entrée en matière sans manières.

Il faut attendre « Squalor » pour que la musicalité pointe le bout de son Doomcore bourbeux, et en quatre-vingt-sept secondes, les GIMP évoquent tout autant GNAW THEIR TONGUES que MORTICIAN, ce qui vous en conviendrez n’est pas une mince affaire Core.

« Null » prolonge un peu la douleur et passe par quelques teintes monochromes, souvent plus noires qu’une nuit sans mélodie, et aborde la question du Powerviolence le plus ténu, en lâchant sur son chemin quelques plans écrasants, tout en malmenant la distorsion. Le larsen est évidemment roi, tout comme les brusques coups du lapin rythmiques, et l’ambiance est glauque, poisseuse, mais après tout, n’est-ce pas ce qu’on attend d’une telle réalisation ?

« シShi » se veut à l’image de cette pochette énigmatique, et se traîne le long d’un riff monolithique qui finit par déranger des vocaux exprimant leur désaccord à grand renfort de grognements et autres expulsions thoraciques chargées en glaires.

C’est pesant, oppressant, dissonant, mais cathartique assez bizarrement, avec ces quelques arrangements bruitistes en arrière-plan qui ressemblent à des litanies post-mortem assez effrayantes. Un genre de rituel séculaire qui unit la mort à la vie dans un dernier élan que les ABRUPTUM eux-mêmes auraient pu tolérer et assumer.

En gros, une musique qui n’en est pas une mais qui fait appel à votre ressenti le plus primal et primaire, comme un cri déchirant dans une existence prévisible mais douloureuse.

Pas vraiment facile d’accès, cette première démo des Arizoniens de GIMP ne vous rendra pas la tâche plus facile ou la journée plus radieuse, mais présente un concept de noirceur assez intéressant qu’on demande à découvrir en format plus développé et flagrant.

Un Grindviolence qui occupe le terrain d’un Doomcore assez Indus et mécanique, pourtant aussi viscéral qu’il n’est robotique dans le rendu.

On attend donc un EP plus fourni ou même un LP moins dégarni pour pouvoir juger du potentiel de destruction d’un groupe qui ne semble pas vraiment céder les pulsions à la raison.


Titres de l'album:

  1. Redacted
  2. Parasite
  3. Squalor
  4. Null
  5. シShi

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/04/2017 à 17:18
65 %    398

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cold As Life

The Things We Can't Stop

Sign X

Like a Fire

A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Le batteur de Bloody Sign avait aussi fait un intérim chez Incantation, je l'avais vu en concert avec le groupe à cette époque.

J'avais vu Brutal Rebirth dans un festival non réédité à l'époque de cet album. C'était bien, alors qu'ils passaient entre Waking the Cadaver, Immola(...)


Sinon moi y a 20 ans j’étais en 1999
C’est bien la vie en 2039?


Tout d'accord avec vous. Mais au delà du côté Swamsong énervé c'est surtout l'impression de " déjà entendu" qui, pour l'instant, me dérange un peu.


Oui, j'ai écrit plusieurs fois un commentaire que je n'ai pas posté, car... bon... en fait perso, je ne sais pas quoi en penser...
Y'a du Swansong dans le groove mais avec un son plus brutal quand même...
La construction du morceaux est originale avec pas mal de changements de rythmes(...)


Bah alors ?! Y a Carcass qui sort un nouveau morceau et y a pas de réaction ici ?! Ça m'étonne xD !
Je lui trouve une petite saveur époque Swansong de mon coté, en plus extrême quand même... Mais c'est pas mal !


COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!


!!! !!! !!! Dé-goû-té !!! !!! !!!
Je suis GORGON depuis 1995 et est toujours souhaiter les voir en live...
Là je suis tombé sur cette annonce de fest seulement hier (donc bien trop tard pour moi afin d'organiser mon WE)...
Autrement dit sans moi quoi...
Ca va gâcher ma (...)


Strasbourg me voilà !
Bonne nouvelle de revoir aussi "souvent" en ce moment les TATTS sur la route...
Toujours un plaisir de revoir ces vieux briscards en live.