Question :

Qu’est ce qui dure une demi-heure, qui contient quinze morceaux, mais qui n’est pas un album de Grind ?

Question :

Qu’est ce qui est à la fois Hardcore, Death, Punk, re-Hardcore et presque Grind, mais qui n’est pas un side-projet de Phil Anselmo ou Nicke Andersson ?

Question :

Qu’est-ce qui pue comme un cadavre en putréfaction coincé dans une conduite d’égout sur lequel tous les chiens du quartier ont pissé, mais qui n’est pas un discours de l’extrême-droite ?

Question :

Qu’est ce qui est plus bandant qu’un best-of de Ginger Lynn mais qui n’est pas un calendrier d’Ashley Graham ?

Question :

Qu’est-ce qui sonne comme VENOM sous acide coupant ses ongles de pieds sur une vieille pochette de BULLDOZER mais qui n’est pas signé sur Transcending Obscurity Records ?

Réponse : le nouvel album des flingués américains de NEKROFILTH. En même temps, sans connaître, on pouvait faire confiance au jugement des décideurs de Hells Headbangers pour ne pas nous vendre de la soupe. L’indépendant de l’enfer n’a en effet pas pour coutume d’héberger les premiers clampins venus, mais en s’associant à l’une des unités les plus dangereuses d’outre-Atlantique, le label vient célébrer les festivités de fin d’année à sa façon, en ramonant la cheminée de nos oreilles avec force boucan et autres glaviots sonores. Bon, ne nous voilons pas la face, les NEKROFILTH, on connait au moins depuis 2013 et la sortie du tout moisi (et c’est un méchant compliment) Devil’s Breath, qui mettait plus ou moins les choses au point de sa méchanceté crasse et de sa bêtise classe. Depuis, les choses ne se sont pas arrangées pour le trio (Zack Rose - chant/guitare, Disgustin' Justin - basse et Shaggy - batterie, avec des blazes pareils, inutile de s’attendre à des premiers de la classe…), et on dirait même qu’elles se sont dégradées côté santé mentale, puisque ce nouveau-né visiblement très énervé d’avoir été mis à jour alors qu’il était confortablement lové au creux du placenta de l’imagination bat des records de pourriture, d’impolitesse, de rudesse et d’abrasivité, transformant le premier LP des marsouins en formule de politesse adressée dans un coin. Refusant absolument toute théorie d’évolution, Worm Ritual n’est rien de moins qu’un amas de riffs primaires, de rythmiques binaires de l’enfer, de soli bien pourris, de lignes de chant en gerbes de vomi, le tout dégueulé dans une production qui ne fait rien pour arrondir les angles et embellir le tableau, loin s’en faut. Mais dites-moi ? N’est-ce pas ce qu’on cherche lorsqu’on écoute un album de ces oiseaux ? Si, parfaitement, alors, vos gueules.

Toujours aussi peu maniérés, les originaires de Cleveland (d’abord) et Denver (maintenant), Colorado, nous démontrent en trente minutes qu’on peut être grossier, voire vulgaire, traiter la musique comme la dernière des traînées, et sortir une des œuvres les plus recommandables de cette fin d’année. Tiens, et sans prendre de gants ni se laver les mains, ce second LP fait déjà office de chef d’œuvre chez tous les dépravés, qui sont trop heureux de dégobiller leur bière bon marché au rythme d’une bande-son de débauche désorganisée. Et c’est peu dire que les quinze morceaux de ce « disque » sont autant d’hymnes à la saleté, à la méchanceté, à la crétinerie et aux slogans bon marché, et probablement les meilleurs depuis l’émergence de la vague Blackened Thrash sud-américaine. Sauf qu’ici, on ne fait pas semblant de salir le Rock, on le souille, qu’il soit Metal, Hardcore, Death, ou juste Punk, histoire de le faire sonner encore plus crade qu’une démo des STUPIDS produite par Cronos. D’ailleurs, ces enfoirés (au sens noble du terme) en profitent pour nous servir encore tiède une cover très personnelle du « Poison » de ces chers VENOM, qui rend la version originale présente sur le séminal Welcome To Hell propre sur elle et pétrie de bonnes intentions angéliques. En bonus, à cette occasion, les NEKROFILTH nous torchent le son de basse le plus distordu depuis « Ace of Spades » de MOTORHEAD, dont la discographie n’a pas du tomber dans la gorge d’assoiffés pour rien. On retrouve cette même tendance à purifier le Rock pour le rendre paradoxalement le plus sale possible, et cette philosophie partagée par notre feu Lemmy consistant à mépriser les frontières de genre pour unifier tous les rockeurs sous la même bannière. Evidemment, les américains n’ont pas la classe de leur homologue anglais, qui a représenté un pan de l’histoire musicale moderne à lui seul, mais impossible de ne pas voir en des crachats glaireux de la trempe de « Dead Brain » ou « Cruel Addiction » des transpositions bruitistes des dogmes du sieur Killmister, agrémentés d’une folie typiquement américaine…Alors, on danse ? Non, on pogote, on braille, et on ressort de l’écoute de ce truc en nage, le t-shirt détrempé, et les aisselles encore moins avenantes que la veille.

En gros, Worm Ritual, c’est un peu la philosophie du « qui prend une douche en premier après six mois de tournée est un putain de bobo permanenté ». Excusez la formule, mais elle est justifiée par l’indécence de l’ensemble, qui à aucun moment ne cherche à polir la surface pour mieux nous frotter le grain sur le cul. Toujours prompts à dégainer un riff qui s’incruste dans la seule neurone qui nous reste, Zack Rose n’est en outre jamais contre une fatale accélération sur le champignon, histoire de ramener les débats sur le terrain d’un Thrashcore presque trop vil pour être vrai (« Dead Brain », sérieusement, même GENOCIDE n’a jamais osé), ni à se rapprocher des origines du Grind pour sonner plus Crust qu’une gamelle de REPULSION (« Rot With The Dead, sincèrement, placé sur Horrified, personne n’aurait chouiné). Alors oui, tout y passe, tous les styles, pourvu qu’on rendre la copie tâchée et la chemise froissée. On se croit parfois revenu à l’orée de la gloire du Speed Metal immonde à la brésilienne (« Vomit Dog »), ou aux origines du Thrash le plus britannique dans son absence de flegme (« Repulsed at Birth »), sans compter que ces ours mal léchés n’hésitent pas à abuser du feedback pour mieux nous les briser (« Feast of The Rats », toujours la même, mais on marche quand même). Bon, mais après tout, je ne vais pas vous la faire à l’envers, d’autant que j’ai les poubelles du mois de septembre à sortir. Alors, franchement, si vous n’êtes pas capable de faire une phrase sans y glisser une grossièreté, si vous trouvez que finalement, VENOM n’était rien qu’une bande de gentils déphasés aux grimaces de grenouilles de bénitier, si la production actuelle vous semble si propre qu’elle vous donne envie de gerber, écoutez les NEKROFILTH. Ainsi, vous répondrez à toutes les questions utilisées en intro de cette chronique déjà damnée.  


Titres de l’album :

                           1.Ready to Defile

                           2.Dead Brain

                           3.Rot with the Dead

                           4.Vomit Dog

                           5.Repulsed at Birth

                           6.Night of the Leech

                           7.Cruel Addiction

                           8.Feast of the Rats

                           9.Gutter Oil

                           10.Severed Eyes

                           11.They Took My Skin

                           12.Unbirthed

                           13.Worm Ritual

                           14.Poison (Venom cover)

                           15.Horror of the Crypt

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/01/2019 à 17:38
80 %    131

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Oui, le côté ultra cliché, difficile de pas y succomber. Sûr qu'au Keep It True de ce weekend, le label Cruz Del Sur, qui expose, sera bien dévalisé. La chanteuse amène le petit plus nécessaire pour sortir du lot.


Oui excellent ce truc ! Ultra cliché dans le genre mais ça fonctionne à fond.


Super truc de heavy épique qui renvoie aux espoirs du genre, type Chevalier ou Visigoth. En plus le dessin de Whelan ajoute au charme de l'album. Les vov=calises de la chanteuse sont très efficaces.


groupe de merde


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !


Merci. Sympa de voir que le groupe, en plus, pond toujours des albums de grande qualité comme le petit dernier.