Combat Records, la Bay-Area, je pense qu’avec ces deux éléments portés à votre connaissance, vous savez déjà où vous mettez les pieds. Et même si les apparences sont parfois trompeuses et les données un peu trop évidentes pour être assimilées, cette fois-ci, pas d’inquiétude à avoir, le traditionalisme est de mise. En effet, pour ceux qui ne connaîtraient pas encore les HATCHET (une faute avouée est toujours à moitié pardonnée), l’erreur peut être facilement réparée puisque le quatuor vient de lâcher son quatrième longue-durée, qui risque de faire date dans l’histoire du Thrash national. J’avais fait leur connaissance lors de la publication d’Awaiting Evil, leur premier pamphlet, et j’avais cru y déceler à l’époque (en 2008 donc), une volonté de perpétrer l’esprit originel de la Californie, telle que les amateurs de violence instrumentale avaient pu l’aimer au-delà de toute raison il y a de nombreuses années. Mais ce fut leur troisième étape qui me décida à prendre mon clavier, puisque Fear Beyond Lunacy, sans rien bousculer des traditions établies, prenait enfin quelques distances avec les évidences, et prônait une sorte de revival personnel tout à fait honorable. C’est donc avec joie que je retrouve mes trublions en ce début de saison, pour déguster encore bouillant ce Dying To Exist, qui s’il ne remet pas en cause les implications du passé, perfectionne l’approche pour la rendre inattaquable, dans le fond, mais surtout dans la forme. Hébergés aujourd’hui par le label Combat Records, réactivé en 2017 par Dave Ellefson de MEGADETH et son compère Thom Hazaert via EMP Label Group et Amped, après un stage prolongé chez The End Records, les HATCHET se sont visiblement sentis suffisamment soutenus pour lâcher du lest et proposer leur album le plus preste, toujours aussi focalisé sur la brutalité californienne en vogue dans les années 80, mais aussi conscient des réalités du terrain quotidien. C’est donc un LP qui ne fera aucunement tâche dans la vague old-school actuelle, mais qui pourrait se targuer d’avoir quelques particularités. Toujours aussi farouchement opposés à une dilution de la colère originelle, les californiens partagent toujours leur temps entre Heavy appuyé et Thrash déchaîné, pour nous offrir une orgie de riffs aiguisés et de délires rythmiques concassés.

Les influences n’ont pas changé, le modus operandi non plus, mais le professionnalisme atteint ici un degré de complétude assez impressionnant. On se prend à rêver d’un successeur plus que crédible aux figures pieuses du passé, tant l’ombre de certains cadors plane parfois très bas au-dessus de l’inspiration. Ainsi, le spectre de MEGADETH assombrit des compositions alambiquées comme « Warsaw », qui revendiquent aussi la légèreté de combos plus allégés, comme les LAAZ ROCKIT, naviguant d’un Heavy mordant à un Thrash fumant, sans renier l’un ou l’autre des deux camps. Les chœurs, toujours aussi efficaces, garantissent une assise Hardcore confortable, tandis que le chant toujours aussi hurlé nous ramène sur la piste des allemands les plus allumés, DESTRUCTION en tête, mais aussi ASSASSIN, pour cette façon de jouer avec les limites de vitesse. Un bon panel de circonstance, qui offre à l’auditeur une écoute plurielle et tout confort, et la dégustation de compositions qui ne jouent pas au plus fin, mais qui saccadent comme des furies (« Where Futures Regress », WARBRINGER et Schmier jouent au tarot, qui emmène le petit au bout ?). Avec un line-up enfin stabilisé depuis le précédent LP (Devin Reiche - basse, Julz Ramos - guitare/chant, Ben Smith - batterie et Clayton Cagle - guitare), les HATCHET peuvent donc continuer de dépecer sans avoir à craindre la désaffection d’un de leurs habitués, eux qui ont dû affronter des fluctuations de personnel assez marquées dans le passé. On sent donc que la cohésion travaillée dès Fear Beyond Lunacy trouve ici son incarnation la plus probante, et même si Dying To Exist ne joue pas plus la carte de la témérité que ses aînés, l’art séculaire de Julz Ramos pour trousser de petits hymnes à la gloire d’un Metal non dilué n’a pas été atténué ou érodé par les années. Et c’est donc avec joie que l’on baigne de nouveau dans un climat purement Thrash, qui même s’il s’évertue à replacer des plans déjà largement utilisés, le fait avec suffisamment d’énergie pour nous fédérer.

Et après une intro classique mais agréable, « Silent Genocide » prend les choses en mains, et syncope sévère pour accélérer pépère. Nous nageons là en plein tradition, en courant d’agression nuancée de mélodies imposées, mais la recette fonctionne évidemment à plein régime, et si les doutes de surprises subsistent (et subsisteront toujours), l’entrain dont fait preuve le quatuor suffit à balayer tous les reproches pour nous forcer à headbanguer sans trop y penser. Tel est le but d’un LP dont la seule ambition est de nous secouer, un peu plus intelligemment que la moyenne des groupes vintage, et qui y parvient sans coup férir, et sans genou plier. On rentre dans le délire, d’autant plus qu’il reste libre mais agencé, et si les morceaux se succèdent sans vraiment chercher à se dépasser, certains thèmes sont largement assez accrocheurs pour laisser passer quelques erreurs de répétition. Difficile de résister en effet à l’euphorie de « Desire For Oppression », qui de ses petits arrangements harmoniques aménage une soudaine apocalypse, que des cassures mesurées au millimètre amusent. Beaucoup de précision dans la furie donc, quelques inserts méchamment Heavy (le long « Final Sanctuary »), des intermèdes assez jolis (« Oblivious To Disorder »), de sévères crises de folie (« Where Future Regress », le meilleur de la Bay-Area en trois minutes et quelques), mais aussi quelques ambivalences entre épaisseur et vélocité, qui profitent d’une syncope toujours calibrée pour nous malmener (« Hail To The Lies »). Si le tout est peut-être encore un peu long au regard des standards, le final ne nous délivre pas pour autant du mal, et « World In A World » de refermer le chapitre avec fermeté, se permettant même un lick gluant que les VIO-LENCE auraient pu déguster.

Du Thrash et rien d’autre vous diront les esprits chagrins, mais du Thrash aussi bourrin que fin vous répondront les fans haut la main. Et c’est exactement ce que propose Dying To Exist, qui ne joue pas les petits malins, mais qui secoue bien ses mains pour que les cordes résonnent et que les peaux frissonnent. Un hymne à la Californie, un hommage appuyé à la furie, pour un disque au formalisme indéniable mais à l’énergie incroyable. En demande-t-on plus ?

Je ne crois pas non.                                                                 

       

Titres de l'album:

                          1. Unraveling Existence

                          2. Silent Genocide

                          3. Desire for Oppression

                          4. Illusions of Hope

                          5. Warsaw

                          6. Where Futures regress

                          7. Back into Dust

                          8. Final Sanctuary

                          9. Descent into Madness

                         10. Oblivious to Disorder

                         11. Hail to the Lies

                         12. World in a World

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/07/2018 à 14:47
75 %    190

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Arioch91
@195.115.26.249
10/07/2018 à 08:49:33
Bof...

Chaque morceau est une compilation de riffs, quasi un teaser de l'album à part entière.
Au final, on est noyé sous une tonne d'idées pas mauvaises en somme, mais qui rendent l'album trop bourratif.
Suis déjà passé à autre chose depuis longtemps.

Ajouter un commentaire


Terrible Claw

Sickening Annihilation

Subtype Zero

The Astral Awakening

Sargeist

Unbound

Demonic

Rise from Chaos

Avast

Mother Culture

Languish

Unworthy

Airrace

Untold Stories

White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Interview NEURONOISE FESTIVAL !

Jus de cadavre / 21/11/2018
Blackened Crust

Interview Cor Serpentii

youpimatin / 20/11/2018
Post Black

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Napalm Death

25/11 : Antipode, Rennes (35)

The Night Flight Orchestra + Black Mirrors

28/11 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Photo Stream

Derniers coms

FALL OF SUMMER vaincra !!! !!! !!!


MINOR THREAT au HELLFEST 2019 !!! !!! !!!


C'est un projet qui a été monté pour dégager des bénéfices, ça manque de passion et cela se retranscrit dans la programmation qui est soit trop Rock pour le public Metal, soit trop Metal pour le public Rock... Trop incohérent selon moi !


Et pour les raisons plus terre à terre, ils se sont plantés Live nation :) Sans compter que le chiffre de 120 000 entrées serait largement surestimé... hahaha !


Thank you for the awesome review! -Jayson


Pareil, Sunn O))) au 106 ! Génial !


J'ai trouvé ça vraiment intéressant, avec des émotions qui transportent.


Hum... Pas mal du tout, pas mal du tout...


Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)