Nous avions déjà les REALM plutôt orientés Thrash, nous avons maintenant les REALM fondus de Stoner, de Doom et de Sludge délicatement psychédélique, ce qui complète le tableau. Et je dois reconnaître que si je n’ai jamais été un grand fan de cette musique, j’en ai toujours apprécié les pochettes chatoyantes, qui replacent dans un contexte purement sci-fi l’iconographie héritée du Haight-Ashbury de l’époque hippie. Mais une pochette, aussi belle soit-elle n’a jamais excusé une musique qui souvent se répète, condamnée à égrener les sempiternelles litanies lysergiques de musiciens plus volontiers portés sur la fumette que sur la créativité, même si les contre-exemples sont quand même nombreux. Et j’y associe volontiers cette nouvelle bande hirsute émergeant de Knoxville, Tennessee, nous offrant son second album, après une entame éponyme déjà fortement connotée d’un style particulier. Leur orientation n’a rien de mystérieuse, et transpose l’esprit frondeur et subtilement Punk avant l’heure des BLUE CHEER, dans un contexte purement southern qui réchauffe le cœur et fait flamber le whiskey, servi à peine sorti de l’alambic dans des verres à la netteté approximative. Les REALM se targuent donc d’un formalisme assez prenant, et citent volontiers leurs références, BLACK SABBATH, ELECTRIC WIZARD, THE SWORD, SLEEP, MASTODON, QUEENS OF THE STONE AGE, DOOM RIDERS, FU MANCHU, BONGZILLA, RED FANG, TRUCKFIGHTERS, INTRONAUT, MONOLORD, EYEHATEGOD, qui si elles ne définissent pas toute avec acuité les contours de leur art, permettent de placer les débats dans le bon créneau. Se déclarant fondus de science-fiction un peu cheap, de picole et de fumette, ces trois-là (Kurt Bell, Jake Lonas, Nick Leichtweis) nous proposent donc un second LP encore plus chargé d’électricité que le premier, et toujours dégoulinant de Fuzz, de nonchalance Rock et de velléités nostalgiques, nous replongeant de fait dans le désir post-sixties d’aller un peu plus loin que Katmandou pour y trouver la paix de l’âme.

Le propos est certes classique, mais l’énergie est palpable. On y sent de solides réminiscences du sud des Etats-Unis, et des clins d’œil appuyés à la vague Nola des DOWN, EYEHATEGOD et autres CORROSION OF CONFORMITY (et les références aux incunables Blind et Deliverance), ce qu’un morceau aussi lourd que groovy comme « Ocean Eyed Woman » confirme de sa distorsion grasse et de son beat chaloupé mais pataud. Chaque instrument y a toute latitude pour s’exprimer, et si on fond pour ce chant embrumé aux accents chargés de liqueur et de tabac froid, on craque aussi pour cette guitare sinueuse et mordante qui se joue de notre complicité pour mieux nous embarquer dans un trip malicieux. Osant un peu plus qu’une simple défonce sonore pour apathiques de l’activisme, les REALM jouent crânement leur carte en toute simplicité, mais se permettent une production un peu plus métallique que la moyenne, qui se gargarise néanmoins de son analogisme prononcé. Et entre des couplets à faire rugir les SLEEP et des breaks à faire partir les SWEET SMOKE, la ballade est plus qu’agréable, enivrante sans être saoulante, et le résultat se hisse sans problème au niveau des standards les plus exigeants du genre, qui ne supporte que très peu la médiocrité. Et dès le très prononcé « Infernal Machine », on reconnaît les enfants illégitimes des HAWKWIND, délocalisés dans un Tennessee toujours très protecteur envers ses petits. Il serait très facile de jouer sur l’analogie entre la machine infernale et la machine d’argent, mais il est certain que le psychédélisme prononcé associé à des obsessions sci-fi joue en faveur d’un rapprochement entre les deux groupes, démontrant que la filiation via l’héritage inconscient a laissé des marques profondes. Mais le trio est bien plus qu’une simple association de clones répétant une leçon apprise par cœur, et dès le title-track à la basse brillante et grondante, on se rend compte que Red Clay Dead River est bien plus qu’une simple somme d’influences, mais plutôt la traduction personnelle de croyances anciennes, qui voit dans le Heavy Psyché du passé un échappatoire à la morosité moderne et aux techniques de production un peu trop aseptisées. Le propos est lourd, à peu près autant qu’une charge prononcée d’ELECTRIC WIZARD, mais ce groove appuyé, et cette volonté de laisser décoller des riffs poisseux a quelque chose de joyeux, et nous laisse dériver le long d’une rivière de sable qui nous promet un oasis d’alcool et autres vices privilégiés.

Alors, on se laisse emporter par ces chansons plus variées qu’elles n’en ont l’air sur le papier, jusqu’à tomber sur « Leh Esh », au titre cryptique, mais aux percussions presque amérindiennes, et au déroulé emphatique qui nous oblige à choisir notre camp. Celui d’un Hard Rock sous perfusion Fuzz, qui ne se différencie pas forcément de celui de ses voisins, mais qui y apporte sa touche entrainante et trépidante. Il y a quelques chose de terriblement sautillant dans ces compositions lourdes, qui décollent grâce à quelques trouvailles bien senties, un mid tempo un peu plus martelé que d’ordinaire, ou un chant faussement lyrique qui distille ses litanies avec une conviction totalement onirique, et le résultat se veut tout autant Doom que Stoner, mais aucun des deux à la fois, et plus focalisé sur un Rock direct que par des digressions interminables. Evidemment, tout n’est pas encore parfait, et on sent parfois l’inspiration divaguer à la recherche d’une bouée, mais globalement, les six chansons proposées par ce second LP ont toute quelque chose à offrir. Et si le court « Smoke And Stone » semble faire tout un message des vices pas cachés de musiciens affranchis, peinant à nous convaincre de son riff directement piqué au BLACK SABBATH le moins inspiré, le final homérique de « Gipsy Trail » rétablit le cap sur un Stoner bluesy au possible, et crépusculaire. Parfait pour incarner une fin de soirée un peu embrumée, ce titre légèrement progressif sur les bords part dans une quasi improvisation de ton, et évoque l’esprit des FU MANCHU, et de toute cette vague des early seventies, pas encore remise des troubles libertaires d’années 60 affranchies, et encore obsédée par le Blues tout autant que le Rock. Du Heavy qui est en par le fond, mais pas forcément dans la forme et qui réactualise des préceptes anciens sans avoir le culot de totalement les faire siens.   

Pas forcément très original, ce deuxième longue-durée des REALM séduit par son absence de prétention trop marquée, et par sa fausse simplicité. Egrenant des riffs pesants tout en les allégeant d’une rythmique alerte, le trio joue sur les deux tableaux, tout en se situant avec liberté dans le créneau. Et sans révolutionner le petit monde assez fermé du Stoner/Doom épuré, ils y apportent leur contribution, pas si anecdotique qu’elle n’en a l’air. Mais l’air chez eux est plutôt enfumé, et altère les sens, sans empêcher un jugement objectif…


Titres de l'album:

  1. Infernal Machine
  2. Red Clay Dead River
  3. Ocean Eyed Woman
  4. Leh Esh
  5. Smoke and Stone
  6. Gypsy Trail

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/03/2018 à 17:33
78 %    447

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
09/03/2018 à 17:53:52
Pas mal du tout ! Moins lourd et "extrême" que certaines de leurs influences, mais parfait à écouter autour d'un barbeuc cet été !

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !