La Suède, ce sont bien sur des teigneux fans de Crust et de D-Beat, des amoureux d’un Hard-Rock vintage aux amplis Orange et pattes d’éph, et des romantiques aux mélodies estampillées AOR qui fleurent bon la douceur des roses West-Coast, aux pétales éparpillés sur le pavé.

Mais la Suède, c’est aussi une autre colère, une autre passion, que l’on vit aussi à fond, et qui va aussi puiser aux racines son essence de térébenthine. Cette saine rage s’exprime depuis quelques années au travers d’un vecteur Hardcore un peu particulier, sans esbroufe, sans gimmicks ras la touffe, et qui frappe fort, vite, précis et violemment.

Et l’un de ses porte-parole les plus véhéments nous en vient d’Uppsala, ville située à soixante-dix bornes du grand Stockholm, et qui abrite la plus vieille université scandinave. Un porte-parole qui ne mâche pas ses mots, et qui ne cache pas ses maux, ni son amour Core né des souvenirs des grands anciens, dont il se réclame et auxquels il tient, plus que tout.

ALWAYS WAR c’est un nom d’abord, qui joue la transparence. Une déclaration de guerre aux modes et autres tendances, que ses membres conchient comme autant de stratégies marketing dont ils n’ont cure.

Eux, se focalisent plutôt sur le Hardcore des années 80, celui qui naissait par provocation dans la rue, et qui s’incarnait avec affront sur les scènes au plancher battu, le Hardcore des AGNOSTIC FRONT, des CRO-MAGS de Harley Flanagan, de Freddy Cricien et de MADBALL.

Mais ALWAYS WAR, c’est aussi une accointance avouée avec le Metal le plus enflammé, celui de Phil et PANTERA, ou le Néo Thrash des THE HAUNTED, tout comme celui plus old-school de KREATOR. Et une fois toutes ces références assimilées, ces Suédois ont vite compris que le mélange faisait la force, leçon qu’ils ont appliquée au travers de leur musique sans pitié qui se veut incarnation d’un Crossover hurlé, époumoné, et expulsé de guitares au son plus épais qu’un mépris affiché pour tout compromis lâché. Des compromis, ils n’en font aucun, et marient la rudesse Core à la fluidité Metal pour proposer de véritables hymnes à la brutalité, qui se veulent plus intelligents qu’une simple rixe de quartier qui termine mal pour tout le monde.

ALWAYS WAR, ce sont aussi cinq noms. Ceux de Ronnie (chant), Francisco (basse), EB (batterie), Johan et Gustav (guitare), déjà responsables d’un premier EP sorti en 2010, Vengeance Prevail et d’un We are The Flood longue durée deux années après. Et à présent, ce premier LP se voir renforcé d’une seconde intervention en EP, aussi solide et crue que la première, Vultures Chapter 1, qui semble appeler dès à présent une suite que l’on pressent encore plus brutale.

Car il faut l’avouer, dans leur créneau solitaire, les Suédois n’ont que peu d’adversaires. Leur Hardcore métallisé est corsé, frappé, secoué, et servi par une énorme production qui met en relief tous les arguments les plus pertinents et percutants. D’une paire de guitaristes complémentaires et soudés, à un vocaliste vraiment investi et enragé, en passant par une section rythmique aussi solide qu’une enclume et aussi souple qu’un élastique, ALWAYS WAR avance les preuves de ses propres qualités, et ose des compositions supportées par des musiciens éprouvés, qui connaissent leur boulot, et ne font pas semblant d’envoyer le pâté.

Premier choix, le bon, celui de la concision. Tous les titres sont courts et hautement mémorisables, construits sur des couplets généralement rapides ou up tempo, des refrains plombés et Heavy, et des breaks torrides et groovy.

En mixant la souplesse d’un PANTERA avec la rudesse d’un CRO-MAGS, Vultures Chapter 1 frappe fort mais futé, et ne s’aliène aucun supporter éventuel, en rassemblant les familles Metal et Hardcore au sein d’un même élan cohérent.

On pense évidemment à une version actualisée et radicalisée de MADBALL, pour cette façon d’évacuer toute fioriture sans négliger l’ouverture, mais la personnalité du quintette s’affirme en fait de morceau en morceau pour atteindre un paroxysme d’intensité, que beaucoup de groupes de Crust locaux pourraient lui envier (« Walk Away », deux minutes intenses de démence D-Beat s’écrasant sur un refrain mosh collégial, tout simplement génial).

Les ALWAYS WAR sont brutalement agressifs, incarnation du Hardcore urbain qui ne cherche rien d’autre que t’en mettre plein la gueule et te faire descendre dans le pit.

Et ce postulat, aussi péremptoire soit-il, se vérifie à chaque seconde de chaque minute, et trouve son apogée dans l’intensité de titres comme le terrassant et suffocant « The Reason », le plus long du lot, qui pourtant ne vous laisse jamais dépasser la tête de l’eau, et vous enfonce dans les marécages Hardcore avec pugnacité et ténacité.

Difficile de croire que ces mecs sont capables de maintenir la pression sur près de quatre minutes sans baisser d’un ton ou se montrer trop bas du front…Et pourtant, entre une basse gigantesque et vibrante, des riffs secs et nerveux comme une manchette sur la nuque, et des lignes vocales arrachées et vomies à la volée, ce presque final synthétise toute la haine d’un groupe qui voit la réalité aussi vilaine qu’un jour de peine, et qui la retranscrit sans la maquiller d’un explosif Hardcore métallisé.

Et si l’on occulte la superbe outro acoustique « Folkhemsvalsen » qui conclut sur une note harmonieuse et pudique, l’intégralité du EP n’est qu’agression assumée et provocation assurée.

Des classiques instantanés qui décollent les muqueuses et donnent des leçons de violence à Roger Miret (« The Will, The Way »), des formules Hardcore choc frappées du sceau Metal mastoc (« An Eye For A Lie », et son refrain qui vous percute de plein fouet les narines), quelques secondes de pesanteur pour trois minutes de douleur (« Cancer Of The World » et son mid tempo BIOHAZARD de mauvaise humeur sur fond de riffs rageurs à la SLAYER), enfin en gros comme en détail, une leçon de musique brutale qui en vingt minutes devient presque létale.

No bullshit, we play, we hit !

 Tel pourrait être le leitmotiv de ces esthètes de la sincérité brutalisée, qui avec Vultures Chapter 1 confirment qu’ils font partie de l’élite Hardcore de leur pays. La Suède, pourtant havre de paix s’enfonce dans la guerre menée contre une musique plastifiée et déjà faisandée, et le silence ne risque pas de régner dans les rues d’Uppsala que ces musiciens arpentent avec fracas.


Titres de l'album:

  1. The Will, The Way
  2. An Eye For a Lie
  3. Walk Away
  4. Cancer of Our World
  5. The Reason
  6. Folkhemsvalsen

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/03/2017 à 18:04
75 %    345

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.