La Suède, ce sont bien sur des teigneux fans de Crust et de D-Beat, des amoureux d’un Hard-Rock vintage aux amplis Orange et pattes d’éph, et des romantiques aux mélodies estampillées AOR qui fleurent bon la douceur des roses West-Coast, aux pétales éparpillés sur le pavé.

Mais la Suède, c’est aussi une autre colère, une autre passion, que l’on vit aussi à fond, et qui va aussi puiser aux racines son essence de térébenthine. Cette saine rage s’exprime depuis quelques années au travers d’un vecteur Hardcore un peu particulier, sans esbroufe, sans gimmicks ras la touffe, et qui frappe fort, vite, précis et violemment.

Et l’un de ses porte-parole les plus véhéments nous en vient d’Uppsala, ville située à soixante-dix bornes du grand Stockholm, et qui abrite la plus vieille université scandinave. Un porte-parole qui ne mâche pas ses mots, et qui ne cache pas ses maux, ni son amour Core né des souvenirs des grands anciens, dont il se réclame et auxquels il tient, plus que tout.

ALWAYS WAR c’est un nom d’abord, qui joue la transparence. Une déclaration de guerre aux modes et autres tendances, que ses membres conchient comme autant de stratégies marketing dont ils n’ont cure.

Eux, se focalisent plutôt sur le Hardcore des années 80, celui qui naissait par provocation dans la rue, et qui s’incarnait avec affront sur les scènes au plancher battu, le Hardcore des AGNOSTIC FRONT, des CRO-MAGS de Harley Flanagan, de Freddy Cricien et de MADBALL.

Mais ALWAYS WAR, c’est aussi une accointance avouée avec le Metal le plus enflammé, celui de Phil et PANTERA, ou le Néo Thrash des THE HAUNTED, tout comme celui plus old-school de KREATOR. Et une fois toutes ces références assimilées, ces Suédois ont vite compris que le mélange faisait la force, leçon qu’ils ont appliquée au travers de leur musique sans pitié qui se veut incarnation d’un Crossover hurlé, époumoné, et expulsé de guitares au son plus épais qu’un mépris affiché pour tout compromis lâché. Des compromis, ils n’en font aucun, et marient la rudesse Core à la fluidité Metal pour proposer de véritables hymnes à la brutalité, qui se veulent plus intelligents qu’une simple rixe de quartier qui termine mal pour tout le monde.

ALWAYS WAR, ce sont aussi cinq noms. Ceux de Ronnie (chant), Francisco (basse), EB (batterie), Johan et Gustav (guitare), déjà responsables d’un premier EP sorti en 2010, Vengeance Prevail et d’un We are The Flood longue durée deux années après. Et à présent, ce premier LP se voir renforcé d’une seconde intervention en EP, aussi solide et crue que la première, Vultures Chapter 1, qui semble appeler dès à présent une suite que l’on pressent encore plus brutale.

Car il faut l’avouer, dans leur créneau solitaire, les Suédois n’ont que peu d’adversaires. Leur Hardcore métallisé est corsé, frappé, secoué, et servi par une énorme production qui met en relief tous les arguments les plus pertinents et percutants. D’une paire de guitaristes complémentaires et soudés, à un vocaliste vraiment investi et enragé, en passant par une section rythmique aussi solide qu’une enclume et aussi souple qu’un élastique, ALWAYS WAR avance les preuves de ses propres qualités, et ose des compositions supportées par des musiciens éprouvés, qui connaissent leur boulot, et ne font pas semblant d’envoyer le pâté.

Premier choix, le bon, celui de la concision. Tous les titres sont courts et hautement mémorisables, construits sur des couplets généralement rapides ou up tempo, des refrains plombés et Heavy, et des breaks torrides et groovy.

En mixant la souplesse d’un PANTERA avec la rudesse d’un CRO-MAGS, Vultures Chapter 1 frappe fort mais futé, et ne s’aliène aucun supporter éventuel, en rassemblant les familles Metal et Hardcore au sein d’un même élan cohérent.

On pense évidemment à une version actualisée et radicalisée de MADBALL, pour cette façon d’évacuer toute fioriture sans négliger l’ouverture, mais la personnalité du quintette s’affirme en fait de morceau en morceau pour atteindre un paroxysme d’intensité, que beaucoup de groupes de Crust locaux pourraient lui envier (« Walk Away », deux minutes intenses de démence D-Beat s’écrasant sur un refrain mosh collégial, tout simplement génial).

Les ALWAYS WAR sont brutalement agressifs, incarnation du Hardcore urbain qui ne cherche rien d’autre que t’en mettre plein la gueule et te faire descendre dans le pit.

Et ce postulat, aussi péremptoire soit-il, se vérifie à chaque seconde de chaque minute, et trouve son apogée dans l’intensité de titres comme le terrassant et suffocant « The Reason », le plus long du lot, qui pourtant ne vous laisse jamais dépasser la tête de l’eau, et vous enfonce dans les marécages Hardcore avec pugnacité et ténacité.

Difficile de croire que ces mecs sont capables de maintenir la pression sur près de quatre minutes sans baisser d’un ton ou se montrer trop bas du front…Et pourtant, entre une basse gigantesque et vibrante, des riffs secs et nerveux comme une manchette sur la nuque, et des lignes vocales arrachées et vomies à la volée, ce presque final synthétise toute la haine d’un groupe qui voit la réalité aussi vilaine qu’un jour de peine, et qui la retranscrit sans la maquiller d’un explosif Hardcore métallisé.

Et si l’on occulte la superbe outro acoustique « Folkhemsvalsen » qui conclut sur une note harmonieuse et pudique, l’intégralité du EP n’est qu’agression assumée et provocation assurée.

Des classiques instantanés qui décollent les muqueuses et donnent des leçons de violence à Roger Miret (« The Will, The Way »), des formules Hardcore choc frappées du sceau Metal mastoc (« An Eye For A Lie », et son refrain qui vous percute de plein fouet les narines), quelques secondes de pesanteur pour trois minutes de douleur (« Cancer Of The World » et son mid tempo BIOHAZARD de mauvaise humeur sur fond de riffs rageurs à la SLAYER), enfin en gros comme en détail, une leçon de musique brutale qui en vingt minutes devient presque létale.

No bullshit, we play, we hit !

 Tel pourrait être le leitmotiv de ces esthètes de la sincérité brutalisée, qui avec Vultures Chapter 1 confirment qu’ils font partie de l’élite Hardcore de leur pays. La Suède, pourtant havre de paix s’enfonce dans la guerre menée contre une musique plastifiée et déjà faisandée, et le silence ne risque pas de régner dans les rues d’Uppsala que ces musiciens arpentent avec fracas.


Titres de l'album:

  1. The Will, The Way
  2. An Eye For a Lie
  3. Walk Away
  4. Cancer of Our World
  5. The Reason
  6. Folkhemsvalsen

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/03/2017 à 18:04
75 %    409

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?