Tonton Serafino continue de nous faire croire que c’est Noël tous les jours, et n’en peut plus de réunir autour de projets tous plus farfelus que viables les musiciens les plus aguerris de la planète, dans un désir constant d’imposer son label comme le plus audacieux d’Europe, voire du monde. Et sans vouloir entrer dans le débat un peu stérile qui oppose les définitions de supergroupe et de rassemblement de vieilles gloires, autant dire que le concept SPIRITS OF FIRE appartient à la première catégorie. Jugez du peu, on y retrouve quatre figures du Metal le plus pur, le plus inoxydable, éloignant justement ce projet des autres plus consensuels et mélodiques de la firme italienne. Au casting de cette nouvelle équipe de super-héros du riff chaud, des cadors, et pas des moindres. Tim "Ripper" Owens (ex-JUDAS PRIEST, ICED EARTH), Chris Caffery (SAVATAGE, TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA), Steve DiGiorgio (TESTAMENT, DEATH) et Mark Zonder (ex-FATES WARNING, WARLORD), soit quatre instrumentistes pas vraiment manchots ni aphones, qui une fois regroupés ont décidé de faire encore plus de bruit que leurs voisins, tout en respectant un cahier des charges Heavy/Power à la moindre ligne vénérée comme un dogme. D’ailleurs, on se demande où ces gens-là vont chercher l’énergie nécessaire à l’élaboration d’un répertoire inédit, puisqu’on a découvert il y a peu THE THREE TREMORS, le trio de hurleurs auquel Tim a participé, et qui avait de sales airs de IL DIVO pour fans de Hard-Rock sans façons ni manières. L’hyperactivité guette donc certains membres de cette nouvelle formation en escadron, qui ne s’est pas contentée de ses propres pilotes pour bombarder les fans, et qui a fait appel aux services d’un opérateur de tour de contrôle assez réputé dans son domaine. C’est ainsi qu’on retrouve Roy Z. (Bruce DICKINSON, HALFORD, TRIBE OF GYPSIES) aux manettes, histoire de permettre un vol en piqué et un lâché de bombes massif au-dessus des champs de doutes des amateurs de musique un peu plus élaborée et ambitieuse.

Est-ce pour autant, et au regard de ces implications fameuses, que le résultat est aussi prévisible que les éléments de biographie le laissaient paraître ? La réponse est un OUI en majuscule, puisque sans aucune surprise, SPIRITS OF FIRE joue du bon gros Heavy Metal puissant et racé, dans la plus grande tradition des JUDAS PRIEST, SAVATAGE, ICED EARTH, FATES WARNING et METAL CHURCH. La priorité a donc été donnée à la cohésion d’ensemble plus qu’à l’originalité, et ce premier LP éponyme est de ceux qui déçoivent tout en satisfaisant. Satisfaisant, parce qu’une qualité indéniable dans l’interprétation. On retrouve au micro un Tim Owens plus flamboyant que jamais, et même plus nuancé que d’ordinaire, toujours prompt à enflammer sa membrane pour justifier de son affiliation éternelle au Metal le plus lyrique. Mais on retrouve aussi un Chris Caffery qui n’a toujours pas les riffs dans son flight-case, et qui se permet comme à l’ordinaire des choses un peu plus modulées, histoire de valider son appartenance à SAVATAGE. Seul bémol à l’entreprise, dantesque, la discrétion dont fait preuve l’énorme Steve DiGiorgio, bien plus timide ici que lors de participations antérieures, et qui se contente souvent de souligner de ses lignes serpentines une batterie qui cogne, mais qui semble désespérément chercher l’inspiration percussive. L’efficacité donc plus que la simple recherche, c’est le bilan qu’il faut tirer d’un album qui pêche par son orgueil, et qui avec ses soixante-et-une minutes au compteur s’avère un peu trop long et roboratif sur la longueur. Et c’est certainement à cause de cette fringale incontrôlée que nous nous voyons servir des plats réchauffés, faisant passer ACCEPT et SCANNER pour des innovateurs chevronnés, et « Never To Return » de nous assommer de sa litanie Heavy sans chercher à transcender le classicisme pour le transformer en audace éprouvée. Dommage, mais après tout, on comprend vite que l’inédit n’est pas une valeur essentielle dans ce type de projet, et que seule la puissance la plus pure a été privilégiée.          

             

Alors, on headbangue ? Oui, mais on ne fait que ça, puisque c’est l’effet recherché. Toutefois, et aussi exempt d’ambition créative soit ce premier LP, le résultat n’a pas à rougir de la comparaison avec des classiques que le temps et l’histoire ont intronisés. Ainsi, le groove démoniaque de la mise en jambes « Light Speed Marching » évoque le meilleur METAL CHURCH confronté à la quintessence du Painkiller de JUDAS PRIEST, et se pose en classique instantané que les plus pointilleux seront bien obligés d’adouber. On comprend immédiatement à son écoute pourquoi Downing et Tipton ont un jour pensé à Tim Owens pour remplacer leur chauve Halford, et les cris suraigus de la bête démontrent qu’il n’a rien perdu de son mordant, le rapprochant même des stridences de la sorcière David Wayne de la grande époque. Pas d’inquiétude à avoir au niveau des guitares maniées par le pyromane Chris Caffery, qui multiplie les effets de manche, les descentes/montées à la DREAM THEATER et les soli qui tombent pile à l’heure, et si l’ossature rythmique assurée par le tandem DiGiorgio/Mark Zonder est à peu près aussi innovatrice que celle de PRIMAL FEAR, elle assure quand même l’assise solide dont ce genre de projet a immanquablement besoin. Mais si l’originalité a été sacrifiée sur l’autel de l’intensité, ça n’empêche pas certaines idées fouineuses d’aller chercher au bon endroit l’impulsion dont elles ont besoin, en tripotant un riff à la KILLING JOKE pour transformer en tuerie absolue (« Temple Of The Soul »). Le premier tiers de l’album ne prend donc aucun risque et trempe dans une opération séduction du public « True Metal » en bonne et due forme, caressant le mid tempo dans le sens du poil pour rester fidèle à une optique à la ANVIL/JUDAS PRIEST des plus formelles (« All Comes Together »). Pas forcément chatouilleur, mais largement assez frondeur, et c’est finalement la preuve d’honnêteté la plus probante.

Le son global, peaufiné par Roy Z rappelle évidemment ses travaux passés, et les albums les plus volontairement métalliques de Bruce DICKINSON, tout comme les dernières exactions de JUDAS, avec une basse qui claque légèrement en arrière-plan, et des chœurs dynamiques. Roy Z a d’ailleurs mis l’emphase sur l’esprit de communion qui assure au LP une grosse cohésion, et n’a privilégié personne, même si les personnalités naturelles de Tim et Chris prennent les devants, eut égard à leurs rôles respectif. Et entre des accès de méchanceté revendiqués (« Spirits Of Fire », plus Thrash que la moyenne et qui a dû faire plaisir à Steve et ses quatre ou cinq cordes), des accalmies mélodiques bienvenues évitant la niaiserie la plus affligeante (« It's Everywhere », dansant et assez malin), quelques velléités progressives et/ou évolutives permettant une percée d’émotion dans la voix d’Owens (« A Game », DT, TESTAMENT et SAVATAGE en villégiature), Spirits Of Fire trahit une richesse que les premières écoutes ne laissaient pas forcément soupçonner, et de pose en travail bien fait, même s’il semble souvent manquer d’ambition pour vraiment marquer. C’est parfois tellement cliché qu’on se laisse quand même arnaquer (« Stand And Fight »), mais tel est le propre de l’amour que ces musiciens portent à leurs origines qu’ils ne sont pas prêts de trahir. Bonne opération de com’ pour Serafino qui peut être satisfait de cette nouvelle union, plus particulièrement destinée aux amateurs de Heavy/Power aux petits oignons qu’aux esthètes en pâmoison.   


Titres de l'album :

                         01. Light Speed Marching

                         02. Temple Of The Soul

                         03. All Comes Together

                         04. Spirits Of Fire

                         05. It’s Everywhere

                         06. A Game

                         07. Stand And Fight

                         08. Meet Your End

                         09. Never To Return

                         10. The Path

                         11. Alone In The Darkness

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/06/2019 à 17:22
80 %    256

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Darkult

Darkult

Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

@Humungus: Désolé d'avoir voulu te renseigner et d'ignorer que tu sais ce qu'est un patch. La prochaine fois, t'inquiète, je m'abstiendrai.


@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"