Tonton Serafino continue de nous faire croire que c’est Noël tous les jours, et n’en peut plus de réunir autour de projets tous plus farfelus que viables les musiciens les plus aguerris de la planète, dans un désir constant d’imposer son label comme le plus audacieux d’Europe, voire du monde. Et sans vouloir entrer dans le débat un peu stérile qui oppose les définitions de supergroupe et de rassemblement de vieilles gloires, autant dire que le concept SPIRITS OF FIRE appartient à la première catégorie. Jugez du peu, on y retrouve quatre figures du Metal le plus pur, le plus inoxydable, éloignant justement ce projet des autres plus consensuels et mélodiques de la firme italienne. Au casting de cette nouvelle équipe de super-héros du riff chaud, des cadors, et pas des moindres. Tim "Ripper" Owens (ex-JUDAS PRIEST, ICED EARTH), Chris Caffery (SAVATAGE, TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA), Steve DiGiorgio (TESTAMENT, DEATH) et Mark Zonder (ex-FATES WARNING, WARLORD), soit quatre instrumentistes pas vraiment manchots ni aphones, qui une fois regroupés ont décidé de faire encore plus de bruit que leurs voisins, tout en respectant un cahier des charges Heavy/Power à la moindre ligne vénérée comme un dogme. D’ailleurs, on se demande où ces gens-là vont chercher l’énergie nécessaire à l’élaboration d’un répertoire inédit, puisqu’on a découvert il y a peu THE THREE TREMORS, le trio de hurleurs auquel Tim a participé, et qui avait de sales airs de IL DIVO pour fans de Hard-Rock sans façons ni manières. L’hyperactivité guette donc certains membres de cette nouvelle formation en escadron, qui ne s’est pas contentée de ses propres pilotes pour bombarder les fans, et qui a fait appel aux services d’un opérateur de tour de contrôle assez réputé dans son domaine. C’est ainsi qu’on retrouve Roy Z. (Bruce DICKINSON, HALFORD, TRIBE OF GYPSIES) aux manettes, histoire de permettre un vol en piqué et un lâché de bombes massif au-dessus des champs de doutes des amateurs de musique un peu plus élaborée et ambitieuse.

Est-ce pour autant, et au regard de ces implications fameuses, que le résultat est aussi prévisible que les éléments de biographie le laissaient paraître ? La réponse est un OUI en majuscule, puisque sans aucune surprise, SPIRITS OF FIRE joue du bon gros Heavy Metal puissant et racé, dans la plus grande tradition des JUDAS PRIEST, SAVATAGE, ICED EARTH, FATES WARNING et METAL CHURCH. La priorité a donc été donnée à la cohésion d’ensemble plus qu’à l’originalité, et ce premier LP éponyme est de ceux qui déçoivent tout en satisfaisant. Satisfaisant, parce qu’une qualité indéniable dans l’interprétation. On retrouve au micro un Tim Owens plus flamboyant que jamais, et même plus nuancé que d’ordinaire, toujours prompt à enflammer sa membrane pour justifier de son affiliation éternelle au Metal le plus lyrique. Mais on retrouve aussi un Chris Caffery qui n’a toujours pas les riffs dans son flight-case, et qui se permet comme à l’ordinaire des choses un peu plus modulées, histoire de valider son appartenance à SAVATAGE. Seul bémol à l’entreprise, dantesque, la discrétion dont fait preuve l’énorme Steve DiGiorgio, bien plus timide ici que lors de participations antérieures, et qui se contente souvent de souligner de ses lignes serpentines une batterie qui cogne, mais qui semble désespérément chercher l’inspiration percussive. L’efficacité donc plus que la simple recherche, c’est le bilan qu’il faut tirer d’un album qui pêche par son orgueil, et qui avec ses soixante-et-une minutes au compteur s’avère un peu trop long et roboratif sur la longueur. Et c’est certainement à cause de cette fringale incontrôlée que nous nous voyons servir des plats réchauffés, faisant passer ACCEPT et SCANNER pour des innovateurs chevronnés, et « Never To Return » de nous assommer de sa litanie Heavy sans chercher à transcender le classicisme pour le transformer en audace éprouvée. Dommage, mais après tout, on comprend vite que l’inédit n’est pas une valeur essentielle dans ce type de projet, et que seule la puissance la plus pure a été privilégiée.          

             

Alors, on headbangue ? Oui, mais on ne fait que ça, puisque c’est l’effet recherché. Toutefois, et aussi exempt d’ambition créative soit ce premier LP, le résultat n’a pas à rougir de la comparaison avec des classiques que le temps et l’histoire ont intronisés. Ainsi, le groove démoniaque de la mise en jambes « Light Speed Marching » évoque le meilleur METAL CHURCH confronté à la quintessence du Painkiller de JUDAS PRIEST, et se pose en classique instantané que les plus pointilleux seront bien obligés d’adouber. On comprend immédiatement à son écoute pourquoi Downing et Tipton ont un jour pensé à Tim Owens pour remplacer leur chauve Halford, et les cris suraigus de la bête démontrent qu’il n’a rien perdu de son mordant, le rapprochant même des stridences de la sorcière David Wayne de la grande époque. Pas d’inquiétude à avoir au niveau des guitares maniées par le pyromane Chris Caffery, qui multiplie les effets de manche, les descentes/montées à la DREAM THEATER et les soli qui tombent pile à l’heure, et si l’ossature rythmique assurée par le tandem DiGiorgio/Mark Zonder est à peu près aussi innovatrice que celle de PRIMAL FEAR, elle assure quand même l’assise solide dont ce genre de projet a immanquablement besoin. Mais si l’originalité a été sacrifiée sur l’autel de l’intensité, ça n’empêche pas certaines idées fouineuses d’aller chercher au bon endroit l’impulsion dont elles ont besoin, en tripotant un riff à la KILLING JOKE pour transformer en tuerie absolue (« Temple Of The Soul »). Le premier tiers de l’album ne prend donc aucun risque et trempe dans une opération séduction du public « True Metal » en bonne et due forme, caressant le mid tempo dans le sens du poil pour rester fidèle à une optique à la ANVIL/JUDAS PRIEST des plus formelles (« All Comes Together »). Pas forcément chatouilleur, mais largement assez frondeur, et c’est finalement la preuve d’honnêteté la plus probante.

Le son global, peaufiné par Roy Z rappelle évidemment ses travaux passés, et les albums les plus volontairement métalliques de Bruce DICKINSON, tout comme les dernières exactions de JUDAS, avec une basse qui claque légèrement en arrière-plan, et des chœurs dynamiques. Roy Z a d’ailleurs mis l’emphase sur l’esprit de communion qui assure au LP une grosse cohésion, et n’a privilégié personne, même si les personnalités naturelles de Tim et Chris prennent les devants, eut égard à leurs rôles respectif. Et entre des accès de méchanceté revendiqués (« Spirits Of Fire », plus Thrash que la moyenne et qui a dû faire plaisir à Steve et ses quatre ou cinq cordes), des accalmies mélodiques bienvenues évitant la niaiserie la plus affligeante (« It's Everywhere », dansant et assez malin), quelques velléités progressives et/ou évolutives permettant une percée d’émotion dans la voix d’Owens (« A Game », DT, TESTAMENT et SAVATAGE en villégiature), Spirits Of Fire trahit une richesse que les premières écoutes ne laissaient pas forcément soupçonner, et de pose en travail bien fait, même s’il semble souvent manquer d’ambition pour vraiment marquer. C’est parfois tellement cliché qu’on se laisse quand même arnaquer (« Stand And Fight »), mais tel est le propre de l’amour que ces musiciens portent à leurs origines qu’ils ne sont pas prêts de trahir. Bonne opération de com’ pour Serafino qui peut être satisfait de cette nouvelle union, plus particulièrement destinée aux amateurs de Heavy/Power aux petits oignons qu’aux esthètes en pâmoison.   


Titres de l'album :

                         01. Light Speed Marching

                         02. Temple Of The Soul

                         03. All Comes Together

                         04. Spirits Of Fire

                         05. It’s Everywhere

                         06. A Game

                         07. Stand And Fight

                         08. Meet Your End

                         09. Never To Return

                         10. The Path

                         11. Alone In The Darkness

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/06/2019 à 17:22
80 %    95

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert