Un groupe allemand qui joue du Crust/D-beat à la suédoise et du Grind à l’anglaise, ça nous promet une Europe plus unie qu’il n’y parait. Pourtant, la carrière de ces flingués-là a été tout sauf une réunion tranquille au parlement de Strasbourg, puisque depuis leur débuts, leur avancée a été constamment contrariée par des problèmes de line-up, inhérents à la vie privée de ses membres, aux boulots qu’ils ont été obligés d’accepter pour survivre, mais aussi à la désaffection de certains de leurs acolytes, fatigués de devoir attendre…Il n’empêche qu’après plus de dix ans de carrière, les ABJURED sont toujours là, et bien là, et qu’ils nous proposent enfin leur second longue-durée après l’initial Life…You Know ?! publié en 2011. Sept ans auront donc été nécessaires à l’élaboration de cette suite, qui n’a fait que confirmer toutes les difficultés rencontrées lors de l’enregistrement du premier chapitre qui aurait dû voir le jour en 2009. Un destin capricieux donc, qui n’a en rien entamé la foi de ces maniaques du bruit organisé, remontés comme une pendule suisse, et précis comme le sacro-saint tea-time anglais. Pourtant point de lenteur ou de flegme à l’horizon, puisque leurs obsessions sont toujours les mêmes, la violence de ton, l’abrasivité de fond, pour une incarnation tangible qui résume toutes les facettes de l’extrême contemporain, trouvant ses racines au fin fond d’années 80 dévastées par la brutalité made in England und Sweden. Et de fait, ce terrifiant Absolutist mérite son nom amplement, et se veut concentré de rage pure, non dénué cependant d’une certaine finesse d’exécution, transformant ces onze nouveaux pamphlets en explosions de colère.

Je ne vous ferai pas l’injure de reproduire en ces lignes la bio du groupe disponible sur leur page Facebook, mais je vous indiquerai quand même la présence de cette nouvelle sortie dans les colonnes du très estimé (pour moi en tout cas) webzine Dead Air At The Pulpit, véritable bible de l’extrême, et dont chaque conseil musical se doit d’être traité avec le plus grand des sérieux. Le webzine en question n’a d’ailleurs pas été avare d’enthousiasme à l’heure d’aborder cette sortie, établissant quelques parallèles très valides avec les références NASUM, NAILS et SECT, voyant même en ABJURED une sorte de point de convergence entre les trois entités. Et autant dire qu’une fois encore, ils ne se sont pas trompés, tant ce second LP fait montre d’une débauche de hargne et de vélocité à rendre les TOTAL FUCKING DESTRUCION et autres INSECT WARFARE fous de jalousie et légèrement neurasthéniques. On sent que les turpitudes d’une carrière sans cesse contrariée à bien agacé les allemands, qui reviennent encore plus tonitruants et inventifs que jamais, se répandant au travers de tronçons plus ou moins courts, mais surtout puissants comme un souffle atomique à l’hiver nucléaire drastique nous pendant au nez. Entre une rythmique qui n’a de cesse de multiplier les figures et de transcender des blasts pour les rendre encore plus affolés, une guitare qui mouline comme un pêcheur à la mouche de compète, et une dualité vocale en cyclone de tempête, le bilan est assez phénoménal, et l’énergie déployée incroyable. Impossible de reprendre son souffle entre deux titres, puisque même en version plus « modérée » (terme à prendre avec de grosses pincettes de labo), le quatuor (Evandro - chant, Nico - guitare, Eric - guitare et Ron - batterie/chant) n’en est pas moins survolté, permettant aux rares incursions en mid de montrer autant de férocité que les instants dégénérés. Dégénéré, tel est le mot, et on a parfois le sentiment de tomber sur la silhouette dégingandée d’un BRUTAL TRUTH trop sevré au café après un séjour prolongé du côté de Stockholm, défigurant le D-beat pour le faire entrer dans un masque Grind aux grimaces tétanisantes.

Bruyant mais pas Noise pour autant, cet Absolutist joue même un jeu étrange, se lâchant parfois dans un solo bluesy encastré dans une carcasse Grind broyée (« Exist »), et encadrant ses jets les plus brefs entre deux presse-papier assez serrés. Ainsi, entre l’intro ambivalente et dérangeante de « Into The Truth (Is It Worth) » à la mélodie d’entame trouble et nostalgique, versant soudainement dans le Crust le plus anglais payant sa dime au D-Beat purement scandinave, et l’outro interminable et éponyme osant les douze minutes de lancinances et de stridences Indus pour mieux nous enrober dans un linceul de plastique, on nage en pleine véhémence qui nous prend de face pour mieux nous corriger, et nous faire piger un message assez facile à faire passer. De la brutalité, mais saine, de la vélocité, mais insane, et surtout, une dextérité instrumentale qui permet aux saillies les plus incontrôlables de rester sous maîtrise, histoire de ne pas verser dans le fourre-tout bordélique un peu trop prévisible. Les sept années passées à élaborer un répertoire renouvelé auront donc été mises à profit, et par extension, les ABJURED reviennent occuper un devant de scène qu’ils méritent amplement, pour nous slammer sur la gueule de leurs combinaisons pas bégueules. Et en se partageant entre des coups de folie Grind comme cet « Awakening » que les NASUM auraient pu malmener, et les manipulations plus multidimensionnelles comme cet imparable « Massive Melancholy » qui ne l’engendre pas, le tableau de l’extrême brossé est décidément complet, et peint par de véritables artistes qui aiment vraiment le travail bien fait. Proche de la perfection dans la cacophonie agencée, Absolutist n’a en effet qu’un seul but, cet absolu que les allemands ont fini par atteindre, en teintant leur ultraviolence de musicalité. Car au-delà de la cruauté instrumentale affichée, on sent en filigrane prononcé un réel désir de jeter en pâture des riffs qui tiennent debout et se revendiquant d’une efficacité renforcée d’inventivité, soutenus par une section rythmique infatigable qui enchaîne les pirouettes tout en retombant constamment sur ses pieds.

Si vous ajoutez à ça une doublette vocale remplissant son rôle d’association de malades schizophrènes en mal de victimes et une production au-dessus de tout soupçon, vous obtenez sans mal le LP de Crust/Grind libre le plus fou du mois, mais aussi le plus addictif. Un disque qui pourrait faire croire à une réunification spirituelle d’une Europe qu’on repeint à la truelle, mais qui finalement, en termes artistiques, n’a pas grand-chose à envier au reste du monde. Espérons que l’avenir permette aux ABJURED de se stabiliser, histoire que nous n’ayons pas à patienter encore quelques années pour découvrir la suite de leurs exactions.


Titres de l'album:

  1. Into the Truth (Is It Worth)
  2. Breed to Numb
  3. Mindless
  4. Awakening
  5. I, Vigilante
  6. Don´t Blame Me
  7. Your Addiction
  8. Exist
  9. Tragedy Murderer
  10. Massive Melancholy
  11. Absolutist

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/04/2018 à 17:44
82 %    112

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Suicidal Tendencies

STill Cyco Punk After All These Years

Panzer Squad

Ruins

Tyrant Disciple

Weight Of Oblivion

Cavador

Sin Culto a Los Muertos

Hrobar

Rýchla Smrť

Codex

Ignominia

The Secret

Lux Tenebris

Flayed

Empty Power Parts

Ambient Road

Turn Up The Heat

Everrise

After The Eclipse

Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Sylvain EXOCRINE

youpimatin / 24/09/2018
Technical Death Metal

Apocalyptic Slamming Evisceration European Tour 2018

Livor Mortis / 22/09/2018
Brutal Death Slam Photos

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Concerts à 7 jours

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Defenestration + Burial Invocation

26/09 : Bar Hic, Rennes (35)

Alcest + Vampillia

26/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

+ Europe

27/09 : Le Trianon, Paris (75)

Stoned Jesus + Mothership

27/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Batushka

28/09 : Antipode, Rennes (35)

Iron Bastards + Deficiency + Vulcain

29/09 : Salle Des Fêtes, Angres ()

Agressor + Sublime Cadaveric Decomposition + Colossus

29/09 : Le Champilambart, Vallet (44)

Wardruna

29/09 : Château Des Ducs De Bretagne, Nantes (44)

Wintereve + Sors Immanis + Ephialtès

29/09 : Le Riveter, Nancy (54)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Voivod + Bio-cancer

29/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Voivod + Bio-cancer

30/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

King Dude + Kaelan Mikla + The Dark Red Seed

30/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

c'est rectifié !


C'est CAVADOR pas CADAVOR, la chronique mérite la réparation de l'erreur du texte. Pour info, le second album est un disque purement instrumental en hommage aux soldats argentins tombés aux Malouines.


Un groupe énorme, sur album comme sur scène. L’Italie nous gâte dans ce style très sombre !


Merci pour cette vidéo d'Anthrax, je m'en vais aller dépoussiérer State of Euphoria, du coup !


Merci pour la diffusion de cette neWs ;-)


Très jolies les photos Livor ! Bienvenue ici mec !


Hiatus discographique, pardon !


Après un hiatus de 5 ans ? Je les ai vu au Chaulnes Metalfest en 2016... et d''après leur site ils ont tourné jusque mars 2017.


Ah je reconnais cette scène du MCP Apache !


la voix ecrase tout dans le mix ..dommage..


Y'a de l'ambition, c'est bon ça ! Non, non c'est pas un gros mots ! C'est selon moi ce manque d'ambition (tellement français et pas seulement en musique !) qui fait que la scène Metal hexagonal n'a pas explosée comme certaines autres scène en Europe...


Félicitations!


Rien à voir avec feu les Provençaux de Kabbal non plus ? Stylistiquement, c'est assez différent comme Death Metal il faut dire.


Toujours aussi original.


Excellente interview ! Ça transpire la passion tout ça !


Le titre en écoute laisse effectivement présager de quelque chose de vraiment pas mal !


Je confirme, ce skeud est excellent, le "mélange" des genres fonctionne à merveille.
La base death est bel et bien présente et parsemée de plans thrash ou black. La prod est nickel (ni trop, ni trop peu), et l'ensemble laisse un gout de reviens-y, ce qui est toujours bon signe. Je suivrai (...)


C'est bon ça !
Torture Throne était déjà excellent, alors affaire à suivre !!!!


"Un peu comme la dernière fille libre de la soirée, vous vous dites, je me la tape, on ne sait jamais, ça peut être surprenant..."

:D tu m'as tué !


Ah merde, la bad news !!!
En plus, un groupe de chez nous.
RIP man...