Un groupe allemand qui joue du Crust/D-beat à la suédoise et du Grind à l’anglaise, ça nous promet une Europe plus unie qu’il n’y parait. Pourtant, la carrière de ces flingués-là a été tout sauf une réunion tranquille au parlement de Strasbourg, puisque depuis leur débuts, leur avancée a été constamment contrariée par des problèmes de line-up, inhérents à la vie privée de ses membres, aux boulots qu’ils ont été obligés d’accepter pour survivre, mais aussi à la désaffection de certains de leurs acolytes, fatigués de devoir attendre…Il n’empêche qu’après plus de dix ans de carrière, les ABJURED sont toujours là, et bien là, et qu’ils nous proposent enfin leur second longue-durée après l’initial Life…You Know ?! publié en 2011. Sept ans auront donc été nécessaires à l’élaboration de cette suite, qui n’a fait que confirmer toutes les difficultés rencontrées lors de l’enregistrement du premier chapitre qui aurait dû voir le jour en 2009. Un destin capricieux donc, qui n’a en rien entamé la foi de ces maniaques du bruit organisé, remontés comme une pendule suisse, et précis comme le sacro-saint tea-time anglais. Pourtant point de lenteur ou de flegme à l’horizon, puisque leurs obsessions sont toujours les mêmes, la violence de ton, l’abrasivité de fond, pour une incarnation tangible qui résume toutes les facettes de l’extrême contemporain, trouvant ses racines au fin fond d’années 80 dévastées par la brutalité made in England und Sweden. Et de fait, ce terrifiant Absolutist mérite son nom amplement, et se veut concentré de rage pure, non dénué cependant d’une certaine finesse d’exécution, transformant ces onze nouveaux pamphlets en explosions de colère.

Je ne vous ferai pas l’injure de reproduire en ces lignes la bio du groupe disponible sur leur page Facebook, mais je vous indiquerai quand même la présence de cette nouvelle sortie dans les colonnes du très estimé (pour moi en tout cas) webzine Dead Air At The Pulpit, véritable bible de l’extrême, et dont chaque conseil musical se doit d’être traité avec le plus grand des sérieux. Le webzine en question n’a d’ailleurs pas été avare d’enthousiasme à l’heure d’aborder cette sortie, établissant quelques parallèles très valides avec les références NASUM, NAILS et SECT, voyant même en ABJURED une sorte de point de convergence entre les trois entités. Et autant dire qu’une fois encore, ils ne se sont pas trompés, tant ce second LP fait montre d’une débauche de hargne et de vélocité à rendre les TOTAL FUCKING DESTRUCION et autres INSECT WARFARE fous de jalousie et légèrement neurasthéniques. On sent que les turpitudes d’une carrière sans cesse contrariée à bien agacé les allemands, qui reviennent encore plus tonitruants et inventifs que jamais, se répandant au travers de tronçons plus ou moins courts, mais surtout puissants comme un souffle atomique à l’hiver nucléaire drastique nous pendant au nez. Entre une rythmique qui n’a de cesse de multiplier les figures et de transcender des blasts pour les rendre encore plus affolés, une guitare qui mouline comme un pêcheur à la mouche de compète, et une dualité vocale en cyclone de tempête, le bilan est assez phénoménal, et l’énergie déployée incroyable. Impossible de reprendre son souffle entre deux titres, puisque même en version plus « modérée » (terme à prendre avec de grosses pincettes de labo), le quatuor (Evandro - chant, Nico - guitare, Eric - guitare et Ron - batterie/chant) n’en est pas moins survolté, permettant aux rares incursions en mid de montrer autant de férocité que les instants dégénérés. Dégénéré, tel est le mot, et on a parfois le sentiment de tomber sur la silhouette dégingandée d’un BRUTAL TRUTH trop sevré au café après un séjour prolongé du côté de Stockholm, défigurant le D-beat pour le faire entrer dans un masque Grind aux grimaces tétanisantes.

Bruyant mais pas Noise pour autant, cet Absolutist joue même un jeu étrange, se lâchant parfois dans un solo bluesy encastré dans une carcasse Grind broyée (« Exist »), et encadrant ses jets les plus brefs entre deux presse-papier assez serrés. Ainsi, entre l’intro ambivalente et dérangeante de « Into The Truth (Is It Worth) » à la mélodie d’entame trouble et nostalgique, versant soudainement dans le Crust le plus anglais payant sa dime au D-Beat purement scandinave, et l’outro interminable et éponyme osant les douze minutes de lancinances et de stridences Indus pour mieux nous enrober dans un linceul de plastique, on nage en pleine véhémence qui nous prend de face pour mieux nous corriger, et nous faire piger un message assez facile à faire passer. De la brutalité, mais saine, de la vélocité, mais insane, et surtout, une dextérité instrumentale qui permet aux saillies les plus incontrôlables de rester sous maîtrise, histoire de ne pas verser dans le fourre-tout bordélique un peu trop prévisible. Les sept années passées à élaborer un répertoire renouvelé auront donc été mises à profit, et par extension, les ABJURED reviennent occuper un devant de scène qu’ils méritent amplement, pour nous slammer sur la gueule de leurs combinaisons pas bégueules. Et en se partageant entre des coups de folie Grind comme cet « Awakening » que les NASUM auraient pu malmener, et les manipulations plus multidimensionnelles comme cet imparable « Massive Melancholy » qui ne l’engendre pas, le tableau de l’extrême brossé est décidément complet, et peint par de véritables artistes qui aiment vraiment le travail bien fait. Proche de la perfection dans la cacophonie agencée, Absolutist n’a en effet qu’un seul but, cet absolu que les allemands ont fini par atteindre, en teintant leur ultraviolence de musicalité. Car au-delà de la cruauté instrumentale affichée, on sent en filigrane prononcé un réel désir de jeter en pâture des riffs qui tiennent debout et se revendiquant d’une efficacité renforcée d’inventivité, soutenus par une section rythmique infatigable qui enchaîne les pirouettes tout en retombant constamment sur ses pieds.

Si vous ajoutez à ça une doublette vocale remplissant son rôle d’association de malades schizophrènes en mal de victimes et une production au-dessus de tout soupçon, vous obtenez sans mal le LP de Crust/Grind libre le plus fou du mois, mais aussi le plus addictif. Un disque qui pourrait faire croire à une réunification spirituelle d’une Europe qu’on repeint à la truelle, mais qui finalement, en termes artistiques, n’a pas grand-chose à envier au reste du monde. Espérons que l’avenir permette aux ABJURED de se stabiliser, histoire que nous n’ayons pas à patienter encore quelques années pour découvrir la suite de leurs exactions.


Titres de l'album:

  1. Into the Truth (Is It Worth)
  2. Breed to Numb
  3. Mindless
  4. Awakening
  5. I, Vigilante
  6. Don´t Blame Me
  7. Your Addiction
  8. Exist
  9. Tragedy Murderer
  10. Massive Melancholy
  11. Absolutist

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/04/2018 à 17:44
82 %    265

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes