Sacrificio

Criminal

17/09/2021

Metal Blade

Pas facile d’accepter d’évoluer dans l’ombre lorsqu’on a été l’un des fondateurs de la scène extrême de son pays. C’est pourtant le sort réservé à Anton Reisenegger qui depuis 1991, mène fermement sa barque au sein de CRIMINAL, l’un des groupes les plus sous-estimés de sa génération. D’autant que le parcours de ce sympathique musicien n’a pas commencé en 1991 - l’année de naissance du combo - mais bien dans les années 80, lorsqu’il faisait encore partie de PENTAGRAM - devenu PENTAGRAM CHILE - l’un des ensembles fondateurs de l’agression made in Chile. Depuis, Anton a fait ses armes avec des pros en marge de son projet principal, s’est retrouvé au casting de side-projects prestigieux comme LOCK UP ou BRUJERIA, mais cet écran de fumée de popularité underground ne doit pas occulter (sic) le fait que CRIMINAL reste un groupe majeur de la scène chilienne, avec pas moins de neuf albums studio au compteur.

Evidemment, une telle longévité n‘est pas sans s’accompagner de problèmes divers. Le principal restant ce line-up inconstant au fil des années qui a empêché quelque part de maintenir la cohésion, même si le nom de Reisenegger, de même que celui de Killmister reste attaché à celui de son groupe comme une métonymie irréfutable. En 2021, le quatuor est toujours mené de voix et de riffs de fer par Anton, secondé par une équipe qui pourrait bien le catapulter sous la lumière.

A ses côtés, nous retrouvons aujourd’hui deux membres déjà présents sur le longue-durée précédent Fear Itself, sorti il y a déjà cinq ans, avec Dan Biggin à la basse (ANIHILATED, FLIGHT 19, TAKOMA STAR, ex-PENTAGRAM CHILE, ex-TRESPASS, ex-BRUJERIA (live), ex-N.C.A.) depuis 2007 et Sergio Klein à la guitare lead (TETRACTYS, ex-AGONIZED, ex-THE OUTSIDE) depuis 2015. Sacrificio, neuvième né, permet d’introniser Danilo Estrella à la batterie (DEIMOS, ECLECSIS, TIMECODE, ex-FORAHNEO (live), ex-TETRACTYS, ex-PSICOSIS), et faites-moi confiance, loin d’être anecdotique, cet apport est de taille. Car Danilo est de cette caste de percussionnistes qu’on reconnaît à la première frappe, capable de transcender n’importe quel fill et transformer une partie de double grosse caisse en hachage menu des parties les plus coriaces. Affirmons-le sans détour, malgré le leadership d’Anton, Danilo est la véritable star de ce Sacrificio, multipliant les interventions explosives et autres trouvailles finaudes. Le batteur peut d’ailleurs s’envisager comme le petit frère caché de Dave Lombardo, Tom Hunting et Chris Kontos, avec ce petit swing sud-américain popularisé par le frangin Cavalera, et ses parties rythmiques de dingue permettent de faire exploser des compositions assez conventionnelles, mais suintant de rage.

Ecoutez pour vous en convaincre le rouleau-compresseur « After Me, The Flood », qui de son titre assume le fait de laisser pas mal de batteurs sur le carreau des flots. L’homme est d’une puissance et d’une fluidité de frappe impressionnantes, et permet à ce nouveau chapitre de naviguer sur les vagues du Death brutal, du Thrash fatal et du Hardcore animal. Parfois proche du versant le plus râpeux du SEPULTURA de Derrick (« Dark Horse »), souvent monstre de Death/Thrash surpuissant et aplatissant (« Live On Your Knees »), Sacrificio résume parfaitement la philosophie d’Anton Reisenegger qui a consacré sa vie à l’extrême, et qui se voit aujourd’hui récompensé d’un soutien dans failles de la part du géant Metal Blade. Bien sûr, je ne tente pas de vous survendre un produit classique et déjà entendu des centaines de fois, mais l’énergie développée par le quatuor est telle qu’on en perd nos repères à Leclerc entre les marques du même nom, pris dans ce tourbillon de fusion entre Thrash, Death et Groove, qui emporte tout sur son passage.

Difficile de croire à son écoute que Sacrificio est le fruit de l’imagination destructrice d’un groupe accusant trente ans d’existence. Alors que les anciens de l’école Bay-Area ou de la Ruhr peinent à rester en forme, alors que les références de la fin des eighties nous livrent des copies rabâchées d’arguments séniles, alors que les productions actuelles nivellement par le milieu et compressent à tout va sans respect pour l’esprit initial, CRIMINAL bombarde comme un avion dont le pilote aurait tourné fou, et massacre la concurrence sans aucune pitié. Chœurs revanchards, parties vocales éructées avec ressentiment, précision rythmique chirurgicale, le tout est empreint d’une haine viscérale qui dégouline des riffs classiques, et transpire l’envie de prendre sa revanche sur un destin pas toujours magnanime avec ceux qui le méritent.

En résultent des compositions nucléaires, transcendées par un soliste bavard mais efficace, et un batteur aux capacités gigantesques. Tornade de campagne qui fait voler les toits à des kilomètres, ce nouvel album nous propose des démonstrations de force incroyables, à l’image de « Caged », qui semble bouillonner d’une envie de se castagner avec le passé. Certes, les textes ne sont pas toujours du meilleur goût, et étonnent parfois de leur naïveté passéiste (« Caged » justement s’en prend avec beaucoup de maladresse aux mouvements féministes, dommage…), mais la musique est si relevée que les tympans abimés en oublient le propos discutable.

   

En quarante-deux minutes, les CRIMINAL cherchent à prouver que leur casier judiciaire est tout sauf usurpé, et nous cognent jusqu’à ce que le mot « pitié » soit hurlé de notre gorge meurtrie. Mais la pitié n’est pas un mot que le groupe entend, et aurait même tendance à l’agacer, ce qui produit des surplus de violence comme « Sistema Criminal ».

Rien à jeter sur ce neuvième album des chiliens, et une preuve que l’âge n’a pas d’emprise sur la rage. Quelques compositions auraient certes pu être plus travaillées, certains réflexes maitrisés, mais cet art pour fondre dans un même creuset tous les modes d’expression extrêmes modernes et passés permet à Sacrificio de tourner en ridicule les influences les plus marquantes qui se contentent de relever les compteurs avec une prétention crasse due à leur statut. Le Chili pourrait en ériger une à la gloire d’Anton Reisenegger pour services rendus au chaos de la patrie. 

              

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Live On Your Knees

02. Caged

03. The Whale

04. Zona De Sacrificio

05. After Me, The Flood

06. Dark Horse

07. Theocrazy

08. Sistema Criminal

09. Zealots

10. Age Of Distrust

11. Hunter And The Prey

12. Ego Killer


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/09/2021 à 17:40
88 %    564

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

la vidéo du bidule : https://www.youtube.com/watch?v=t0K2EVnkhC0

19/07/2024, 08:12

Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19