WALLS OF BLOOD n’est pas à proprement parler un « supergroupe », et pourtant, les musiciens qu’on retrouve sur son premier album font tous plus ou moins partie de la A-list du Metal, et ce début à de sérieuses allures de film chorale à la Robert Altman. A la base, ce nouveau projet est celui du guitariste Glen Drover, qui a fait partie de MEGADETH pendant quatre ans, jouant live aux côtés de Dave Mustaine, et gravant quelques riffs pour la postérité sur le LP United Abominations. Mais le CV de Glen ne s’arrête pas à cette illustre participation, puisqu’on retrouve son nom au casting d’autres ensembles tout aussi fameux, tels TESTAMENT ou KING DIAMOND. Drover, sous un jour plus personnel fut aussi le leader d’EIDOLON, ce qui en fait l’une des gâchettes les plus redoutées des Etats-Unis métalliques, et aujourd’hui, c’est donc sur un nouveau concept qu’il s’est penché, individuel en termes de création, mais collectif en termes d’interprétation. WALLS OF BLOOD est donc le nouveau véhicule de l’expression la plus drue de ce musicien somme toute assez attachant, et qui a su s’entourer pour la circonstance de musiciens aussi confirmés que lui, pour proposer l’un des albums les plus solides de ce premier trimestre 2019. Je parlais donc de « supergroupe », et le terme est tout à fait justifié, puisque la liste des chanteurs étant venus prêter main forte au flamboyant guitariste est assez impressionnante en soi. Jugez du peu, on retrouve au micro de ces dix morceaux des cadors de l’envergure de Tim Owens (JUDAS PRIEST, ICED EARTH), Chuck Billy (TESTAMENT), Todd La Torre (QUEENSRŸCHE) ou Henning Basse (METALLIUM, FIREWIND) pour les premiers rôles, soutenus plus discrètement par d’autres références, dont Nils K.Rue  (PAGAN’S MIND, EIDOLON), Matt Cuthbertson (UNTIMELY DEMISE), Dan Cleary (STRIKER) ou Lance Harvill. Avec un tel panel, l’auditeur éventuel aurait pu craindre un fourre-tout destiné à flatter les ego, et pourtant, Imperium, en tant qu’album d’entame tient largement la route, offre cohésion et diversité, et va faire immensément plaisir à tous les fans de Heavy Metal féroce et classieux, tirant sur le Power Metal et le Metal épique, dans la plus grande tradition de combos comme NEVERMORE, mais aussi ceux auxquels Glen a un jour participé.

Difficile de ne pas voir en WALLS OF BLOOD une extension logique des travaux antérieurs de Drover, puisque le souffle rauque et lyrique d’EIDOLON souffle à chaque courant d’air. Mais il est impossible aussi de ne pas constater l’importance de son passage au sein de KING DIAMOND, les morceaux ayant tous cette patine sombre et théâtrale que le danois grimé a imposée tout au long de sa carrière. L’ombre de SANCTUARY, de LAMB OF GOD, d’un QUEENSRYCHE plus dense et violent que la moyenne sont tout aussi discernables, et le résultat global à des allures d’album hommage à une carrière plus que bien remplie, et de bilan en cours de route qui permet à l’auteur de s’affirmer en tant que talent individuel. Et même en faisant preuve de la mauvaise foi la plus crasse, il est difficile de ne pas s’incliner face au brio dont le guitariste fait preuve tout au long des cinquante minutes de ce LP, passant allègrement de riffs gras et redondants à des soli incandescents. L’écueil que tout un chacun pouvait craindre en découvrant la concrétisation de ce projet était une trop grande disparité de ton, mais si Imperium sait s’adapter à ses vocalistes en modulant son approche (tout du moins, en la durcissant plus ou moins clairement), il n’en tombe pas dans le piège de l’instabilité, aidé en cela par une production terriblement homogène qui permet de cimenter le tout d’un nappage épais. C’est donc ce délicat équilibre entre éclectisme et logique qui permet au projet de tenir la route, et en frappant fort dès les premiers instants, « Leave This World Behind » affirme son allégeance à un Metal de grande classe, subtilement agressif, et souvent à la lisière du Thrash, du Progressif, de l’évolutif, et du lyrique/épique puissant et racé. Et c’est donc en compagnie de son compère Nils K.Rue  que Glen entame les hostilités, développant une belle intro de guitares mélodiques avant de trancher dans le vif et de provoquer une sorte d’union sacrée entre QUEENSRYCHE et NEVERMORE. On sent immédiatement que le guitariste volubile a voulu afficher sa confiance, et la voix redoutable de Nils lui permet de se reposer sur un chant à la Geoff Tate pour lâcher des riffs consistants, sur un tapis de rythmique écrasant, mettant d’emblée les poings sur les clous.

Du gros Heavy donc, mais à l’américaine, et complètement Power sur les bords et le milieu, efficace en diable et reposant sur une osmose générique palpable, ce qui n’est pas toujours chose facile avec ce concept de groupe à géométrie vocale variable. Le fil conducteur d’Imperium est donc solide, et se tend sur cette limite séparant le Heavy du Thrash, de la même façon que le SANCTUARY des eighties et le NEVERMORE des nineties construisait un pont entre les deux genres, et « Discordia », profitant du timbre lyrique de Todd La Torre confirme cette impression qui finalement, devient un fait plus que tangible. La superposition de la guitare grave et ferme de Glen et des prouesses vocales de ses intervenants provoque un effet de bousculement assez appréciable, même si on aurait aimé que de temps à autres, la rythmique soit moins anonyme dans ses percussions. Mais le véhicule principal du projet restant cette complicité entre les cordes de guitare et vocales, on ne saurait blâmer le guitariste d’avoir privilégié une assise prévisible pour mieux se lâcher. Et comme Glen a su parfois appuyer sur le frein pour proposer des choses moins denses, on sait se montrer clément, d’autant que ces instants de fausse accalmie s’accompagnent de modulations appréciables, à l’instar de l’envoutant et mystique « Tarnished Dream », que Tim Owens sublime de sa voix aux grincements presque sardoniques. A l’opposé, lorsque la machine s’emballe, on se souvient avec délectation que Glen a fait partie de TESTAMENT, retrouvant ainsi son ancien chanteur Chuck Billy sur le terrassant « Waiting To Die », prétexte à quelques growls bien sentis. Les fans de saccades et de vitesse à la MEGADETH se rueront évidemment sur « Walls Of Blood », prototype parfait de proto-Thrash à la Mustaine qui se voit endurci par les lignes de chant de Matt Cuthbertson, tandis que les nostalgiques du riff à la Cantrell apprécieront la reprise d’ALICE IN CHAINS, « Junkhead », menée par Lance Harvill, qui ne fait aucunement office de bouche-trou et qui s’intègre parfaitement au reste du répertoire.

Un premier album sous pavillon WALLS OF BLOOD qui annonce peut-être une nouvelle traversée au long-cours pour Glen Drover, mais qui pour le moment s’apparente à une levée d’ancre convaincante et un début de voyage aux voiles gonflées par un vent Power Metal assez puissant. A savoir si le concept connaîtra une suite ou restera un épisode agréable de la carrière du guitariste, question qui reste en suspens mais dont la réponse n’est pas forcément indispensable. Une musique solide, inspirée, suffisamment volubile et versatile pour ne pas lasser, peut-être encore un peu linéaire par moments, mais qui saura contenter les amateurs de Heavy US bien corsé comme les amateurs de mélodies amères bien tassées.     


Titres de l'album :

                          1. Leave This World Behind

                          2. Discordia

                          3. Waiting To Die

                          4. Blood Sacrifice Ritual

                          5. Tarnished Dream

                          6. Walls Of Blood

                          7. The Fault Of Man

                          8. Dark Lords Of Sleep

                          9. Junkhead

                         10. Seven Spirits

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/04/2019 à 17:56
80 %    185

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes