Il paraitrait que Greta Thunberg en a ras le bol qu’on la prenne pour une ado pédante et irritante et qu’elle aurait donc décidé de monter son propre groupe de Punk écolo, pour brailler son message sur toutes les scènes d’un monde qu’elle déplore à l’agonie. En ce cas, je ne saurais que trop lui conseiller deux choses. L’une, de mettre son idée en application, et de deux, de se dégoter la première partie des ricains de MUNICIPAL WASTE. Elle a la bonne longueur de cheveux pour se la jouer headbanging, et la voix suffisamment puissante pour beugler les messages idoines en toisant le public de son regard sombre. En même temps, qui refuserait de partir en tournée avec ces tarés toxiques ? Certainement pas NAPALM DEATH, d’autres défenseurs de la cause qui ont embarqué le groupe de Richmond sur une tournée US de dix-sept dates, ce qui nous donne un packaging intéressant. Mais alors la question légitime que vous pourriez vous poser est celle du répertoire à défendre par les virginiens sur cette virée. Piocher dans les classiques et ressortir la bannière de Slime and Punishment, et savourer les deux derniers splits ? Parce que mine de rien, le quintet (Tony Foresta - chant, Ryan Waste - guitare, Dave Witte - batterie, LandPhil Hall - basse et Nick Poulos - guitare) n’a pas branlé grand-chose depuis 2017, et les fans, aussi passionnés soient-ils et nationaux ne cracheraient pas sur un brin de nouveauté. C’est donc pour ça que les malandrins dignes de la Troma se sont fendus d’un EP sur leur label habituel, et Nuclear Blast de battre le rappel des troupes autour de cet EP, The Last Rager, quatre titres et puis c’est tout. Quatre titres oui, mais du sévère, du costaud, qu’on révère et qui tient chaud.

Enregistré par LandPhil Hall aux studios Blaze of Torment. The Last Rager a été mixé par Rob Caldwell et masterisé et par Joel Grind, avant d’être emballé dans un joli et joyeux artwork de Brian Crabaugh. Autrement dit, un travail de groupe qui n’a pas été pris à la légère, et qui présente les WASTE sous un angle avantageux. Toujours aussi portés sur la franchise, les musiciens déclarent à propos de cette nouvelle sortie qu’elle « contient quatre chansons qui déchirent, et qu’elle se rapproche des racines Punk et street Metal du groupe sans trahir son passé ». Bang, dans le mille, puisque ces mots choisis décrivent à merveille The Last Rager, qui fonce, racle, jamais ne renâcle, nous bouscule, on recule, et comment voulez-vous que je vous…Bref, excusez ce moment d’émotion, mais lorsqu’on retrouve un de ses groupes favoris au sommet de sa forme, l’euphorie se substitue à l’objectivité, et l’exubérance est de mise. De la même façon que les M.O.D faisaient patienter leurs hordes avec Surfin' M.O.D ou que les SACRED REICH bombardaient leurs légions avec Surf Nicaragua, les MUNICIPAL WASTE recyclent leurs déchets nucléaires pour les transformer en énergie radioactive, et nous électrifient de quatre décharges remplies de riffs Crossover, de breaks à toute heure et de couplets non sans heurts. Ayant déjà gratifiés quelques festivals de l’inédit « Wave Of Death » cet été, que l’on retrouve ici, le quintet savoure son retour, et se sent un peu à la bourre, d’où la vitesse de croisière d’un moyen format qui a de quoi emballer les plus étanches. On retrouve l’impulsion des débuts, cette foi en un Thrash old-school délicieusement mâtiné de Hardcore, ces chœurs collégiaux, et cette hargne de bestiaux qui transforment une chanson simple comme « Rum For Your Life » en hymne fatal. Jonction entre le radicalisme souple de SLAYER et la rudesse rythmique et vocale des AGNOSTIC FRONT, ce nouveau pamphlet à la gloire de la débauche musicale est évidemment une réussite de plus, et saura nous faire patienter jusqu’au prochain LP qui s’annonce corsé.

Les fans les plus purs et durs se réjouiront de l’entame maintenant connue de « Wave of Death », qui avec son riff redondant et son rythme pataud nous ramène aux grandes heures d’OVERKILL et EXCEL, et offre une introduction cinq étoiles à cette turbine proto-Punk. « Car Nivore (Street Meat) », au-delà de son jeu de mot cocasse est une autre boucherie intégrale, qui rattrape les CRYPTIC SLAUGHTER pour leur apprendre à jouer comme le D.R.I le plus carré, tandis que les syncopes sympa de « The Last Rager », sans tempérer les ardeurs, nous collent un gros mid-tempo agité des folies temporaires de Dave Witte qui parfois, se prend pour le fils spirituel de Dave Lombardo et Tom Hunting. D’ailleurs, les débats s’enflamment vite pour retrouver l’impulsion Core voulue, et on finit sur les chapeaux de fut façon Re-Animator ou Toxic Avenger, la gueule ravagée et des pustules plein le nez. Et puis de toute façon, à quoi bon disserter lorsque le message et clair et facile à faire passer ?  The Last Rager est le genre d’EP qu’on ne serait pas surpris d’entendre en avant-goût d’un discours de Greta Thunberg, avant qu’elle ne braille sa rancœur et sa haine sur des tocards qui n’ont pas encore compris qu’on va tous crever. Mais avant, suivez les WASTE en tournée. Avec NAPALM DEATH, ça risque de tout faire péter.   

   

Titres de l’album :

                      1. Wave of Death

                      2. Car Nivore (Street Meat)

                      3. Rum For Your Life

                      4. The Last Rager

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/10/2019 à 14:37
80 %    160

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
15/10/2019 à 04:59:03
Pas encore écouté en entier, mais c'est sur la liste. Ils ne s'arrêtent jamais eux en tout cas ! Ils passent littéralement leur vie sur la route et quand ils n'y sont pas ils sont en studio !

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.