Rex

Vampire

19/06/2020

Century Media

On sait bien depuis quelques années que les suédois n’ont plus peur de rien, de là à oser s’appeler VAMPIRE, il y a quand même un fossé de confiance à franchir. Les fans d’Anne Rice et Bram Stoker sont donc tous aux abois depuis 2011, date de formation de ce groupe de forts en gueule aux pseudos complètement improbables. Les fans de Metal rétrograde aussi d’ailleurs, puisque ces suédois respectent la tradition de leadership vintage que leur pays a acquis depuis l’orée des années 2010. Mais il n’est pas question ici de Hard-Fm, de Synth-Wave ou de Heavy Metal directement sous perfusion NWOBHM, mais plutôt de violence paillarde et ouverte, créneau d’avantage privilégié par les factions américaine (nord et sud), russe et européenne d’une façon générale. Et après un premier long éponyme publié en 2014, et une suite supérieure lâchée en 2017 sous la forme d’un LP baptisé With Primeval Force, les originaires de Göteborg reviennent négocier l’ardu virage du troisième album, avec dix nouvelles chansons lapidaires sous le paletot. On sait que ce troisième LP est le plus critique d’une carrière naissante, et les standards de qualité établis par With Primeval Force rendaient la tâche encore plus difficile. Mais connaissant le talent des sagouins et le support inconditionnel de leur méga label Century Media, il n’y avait que peu de soucis à se faire quant à leur capacité à s’extraire de ce coup fourré. Et cette confiance s’avère largement méritée, puisque ce petit dernier sobrement mais légitimement intitulé Rex va une fois encore introniser les VAMPIRE rois de la brutalité vampirique old-school, avec toujours en exergue ce panel d’influences qui a fait leur renommée. Sans vraiment changer quoi que ce soit à leur recette, les scandinaves se sont quand même permis de colmater quelques brèches, et de chercher la perfection dans la bestialité. En résulte un album bref mais détonnant, composé de titres percutants, osant la multitude de tempi, les riffs méchamment accrocheurs, et la diversité de provocation.

Je l’avoue, malgré ma connaissance de l’underground et de l’affection de ses musiciens pour des sobriquets hauts en couleurs, VAMPIRE a toujours tenu une place spéciale dans mon cœur. Il faut dire qu’avec des noms de bataille pareils, il y a de quoi se sentir admiratif, et c’est donc avec délice que nous retrouvons aujourd’hui nos héros préférés, Abysmal Condor (batterie), Black String (guitare), Command (basse), Hand Of Doom (chant) et Sepulchral Condor (guitare), qui sous couvert d’une passion sans bornes pour le Metal des années 80 et 90 nous donnent une véritable leçon de savoir-faire. Leur talent ? Savoir mixer les références pour obtenir une approche terriblement personnelle, et surtout, efficace et attachante en diable. Une fois encore, VAMPIRE a sucé du sang frais pour nous en revenir toujours aussi impressionnant dans le dévoilement des canines, et Rex parvient à synthétiser leurs deux premiers efforts pour en livrer un résumé exhaustif, mais suffisamment novateur pour nous captiver. Doté d’un son gigantesque, aiguisant les guitares, et renforçant le cercueil rythmique pour éviter d’être surpris en pleine nuit par un pieu trop pointu, Rex est plus qu’un simple album, il est une déclaration d’amour au Metal sourd et emphatique des deux décennies les plus révérées, et un mixage entre le Black Metal le plus abordable, le Thrash le plus efficace et le Death le plus écoutable. Toujours à cheval entre les modèles, VAMPIRE propose un plasma mélangeant les liquides vitaux de POSSESSED, DISSECTION et CELTIC FROST, avec cette petite touche salée de BM nordique, et des accès de rage dignes d’IMMORTAL ou EMPEROR parfois.

A la manière d’un EXCITER qui avait la sale habitude de scinder en deux ses albums, avec une face Metal et une face Heavy, VAMPIRE propose un LP aux deux facettes très prononcées, avec d’un côté les titres les plus joyeux et violents, et de l’autre ceux plus ambiancés et sombres. Le décalage entre les deux facettes n’est pas gênant en soi, et confère une aura particulière à l’œuvre, qui débute sous les auspices les plus fast n’cruel. Et c’est après une courte intro que le massacre commence avec le title-track qui rentre immédiatement dans le vif du sujet. « Rex », en trois minutes à peine nous propose une rythmique fast, des riffs mélodiques à la DISSECTION, une ambiance à la RIGOR MORTIS/POSSESSED et nous vrille le cœur de son immédiateté cathartique. On retrouve en quelques secondes le groupe que l’on aime tant, capable de jouer rapidement en lâchant des motifs catchy, et surtout, la voix inimitable de Hand Of Doom qui grogne comme jamais. Avec un break plus lourd et harmonique que la moyenne, VAMPIRE prouve qu’il a bien assimilé son lexique DESTRUCTION, et le son des toms d’Abysmal Condor nous ramène à la merveilleuse époque du Ventor de Pleasure to Kill. Sans jouer le chamboulement, les musiciens suédois affichent une santé de fer, et annoncent indirectement que même les pieux les plus dangereux ne leur font pas peur, pas plus que les gousses d’ail ou les crucifix. « Inspiritus » confirme la tendance, pose une intro plus dramatique, joue sur le velours transylvanien d’un up-tempo diabolique, et mène la danse bon train. Quelques tierces, des inserts en soli mélodiques, mais toujours cette voix à la POSSESSED qui hypnotise. En une moitié d’album, le groupe valide son retour en grandes pompes, lance des œillades Heavy pour mieux mordre Thrash (« Pandemoni »), mais ne se contente pas d’une relecture de ses meilleurs méfaits, et change le décorum dès « Moloch ».

On s’éloigne du radicalisme à la POSSESSED/HELLHAMMER pour se rapprocher d’un Blackened Thrash inspiré de DISSECTION, et les ambitions deviennent plus flagrantes. « Anima » en est d’ailleurs le parangon, avec son intro en battements cardiaques, annonçant la peur d’une fin annoncée avant le retour à l’éternité. Lourde accroche, climat oppressant, et charge méchamment Heavy mixant BATHORY et le BM suédois, pour une variation fraîche que n’aurait pas renié le MERYFUL FATE de légende. Ce qui ne nous fait évidemment pas oublier que nous aimons les suédois pour leur facilité de brutalité, et « Melek-Taus » de clôturer l’aventure de la façon la plus véhémente qui soit. Accélération du tempo, guitares qui partent en vrille mélodique dans tous les sens, arrangements vocaux sobres mais efficaces, pour un épilogue qui nous laisse en plein milieu des sous-sols du château, en prise avec le maître des lieux. Et c’est à ce moment-là qu’on réalise que toute résistance est vaine, et que le salut ne repose que sur une morsure acceptée nous permettant de rejoindre le clan des suceurs de sang. Avec ce troisième album, VAMPIRE va faire encore un maximum de victimes, trop heureuses de rejoindre le clan de la nuit. Une nuit sombre mais joyeuse, une nuit Metal, une nuit Death, une nuit Thrash, peu importe, mais une nuit de décibels, et une aube qui nous enjoindra à rejoindre notre cercueil pour une journée de repos bien méritée.                           

Titres de l'album :

01. Prelusion

02. Rex

03. Inspiritus

04. Wiru-Akka

05. Pandemoni

06. Moloch

07. Rekviem

08. Serafim

09. Anima

10. Melek-Taus


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/07/2020 à 18:00
88 %    484

Commentaires (6) | Ajouter un commentaire


NecroKosmos
membre enregistré
10/07/2020, 06:28:48
Je ne connaissais que de nom. Voilà qui me plaît beaucoup !!

sart
@78.192.38.132
13/07/2020, 19:28:45
Pas mal du tout.

Jus de cadavre
membre enregistré
14/07/2020, 13:59:22
Mais oui c'est juste excellent ça ! Bien vu pour le coté Dissection, juste terrible !

LeMoustre
@37.173.28.254
14/07/2020, 17:47:05
La même. Sauf que je préfère le 1er album au second. M'enfin, celui-ci est dans le panier. Bon groupe assez personnel en plus.

Humungus
membre enregistré
15/07/2020, 08:29:12
LeMoustre + 1.

JérémBVL
membre enregistré
15/07/2020, 16:55:29
Une des claques de l'année!

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
MorbidOM

@Buck Dancer : Ou Black Sabbath qui ouvre pour Ozzy... Ah non ça ça a eu lieu...@totoro : J'ai vu aussi le concert avec Amon Amarth mais ça ne m'a pas trop traumatisé déjà parce qu'Amon Amarth c'est supportable et que même(...)

02/12/2020, 14:39

Buck Dancer

Humungus, on est d'accord pour la qualité des groupes. Mais si Ulrich avait du jouer avant je crois Mustaine je crois  qu'il aurait fait une attaque.  

02/12/2020, 14:31

totoro

Je la trouve pas mal cette affiche ! Unto Others, c'est pas mal du tout, une sorte de Sisters Of Mercy Metal ! Concernant Carcass, c'est vrai que ça fait un peu mal au cul; mais finalement la dernière fois que je les ai vu sur Paris, c'était en première (...)

02/12/2020, 13:15

Simony

@Humungus : ah j'ai posé l'écrire mais j'en pense pas moins...

02/12/2020, 10:43

Gargan

OUl ! Je l'attends de pied ferme, celui là.

02/12/2020, 09:30

Humungus

@ Buck Dancer :Sauf que GRIP INC. et MEGADETH, c'est très bon... ... ...

02/12/2020, 08:50

Humungus

Futur achat !

02/12/2020, 08:46

RBD

Peut-être que les temps de jeu respectifs équilibreront cette hiérarchie étonnante suggérée par l'affiche, ça s'est vu par le passé. C'est dur à admettre mais pour la génération plus jeune moins(...)

02/12/2020, 00:17

Buck Dancer

Un ep moyen et voilà ou ça mène.... A la limite, Carcass en première partie de Behemoth ça peut se comprendre vu la grosse machine qu'est devenu la bande a Nergal. Mais Arch Enemy ça fait mal. C&apos(...)

01/12/2020, 15:32

Tartampion

J'aime beaucoup DEP. Ces deux morceaux n'y ressemblent pas, mais me donnent envie d'écouter l'album au complet.

01/12/2020, 14:10

MorbidOM

Heu... J'adore Carcass mais vous en demandez beaucoup là quand même.Première fois que j'envisage de ne pas aller voir Carcass alors qu'ils passent à Paris ou Marseille.

01/12/2020, 14:08

Simony

S'ils veulent faire le Knotfest, il y a des passages obligés...    SLIPKNOT + KORN + MACHINE HEAD + TRI(...)

01/12/2020, 13:42

Jus de cadavre

Entièrement d'accord Grinder (bizarrement ta réaction ne m'étonne pas hahaha !). Mais ça fait bien longtemps que le respect, tout le monde s'en beurre la raie je crois. Megadeth qui fait la première partie de Five Finger Death machin ((...)

01/12/2020, 12:39

grinder92

Carcass qui ouvre pour Arch Enemy et Behemoth, pffff. J'ai rien contre ces 2 groupes mais bon, on a tué le respect là, non ?

01/12/2020, 12:23

POMAH

Désolé pour la faute. Oui leur Album est vraiment une pépite, j'ai hâte qu'ils en sortent un nouveau d'ailleurs.

01/12/2020, 10:21

L'Apache

Ca me fait grave pensé à Behemoth perso !

01/12/2020, 08:48

Solo Necrozis

D'ici là on sera tous vaccinés et pucés par le nouvel ordre mondial donc pas de report cette fois j'espère!

01/12/2020, 08:19

Humungus

Un de mes albums de l'année !!!Tout est dit dans la chro... ... ...

01/12/2020, 07:14

Jus de cadavre

Ecouté un peu par hasard il y a quelques jours : une tuerie cet album !

01/12/2020, 07:05

LeMoustre

Retour qui fait rudement plaisir en effet. On a l'impression de revenir en 1989 au gré de The Descending ou de quelques parties Forbiddenesques parsemées entre moshparts typiques. Et puis Flores n'a pas trop muté, y'a bon.

30/11/2020, 14:38