Quand y’en a plus, y’en a encore. Ou bien, si vous n’en aviez pas encore eu assez, voici du rab’. Désolé, mais à la vitesse des sorties Vintage Thrash chaque mois, cette accroche un peu péremptoire m’a paru très adaptée. Plus qu’un énième laïus sur la productivité du style qui renvoie dans les cordes de la parcimonie la production d’époque qui pourtant ne chômait pas en termes de galettes pressées, j’ai pensé que ces quelques expressions populaires seraient plus idoines.

Mais tout le monde peut se tromper.

Il n’empêche qu’une fois de plus, nous allons aborder le cas d’un jeune groupe qui depuis quelques années se concentre sur la propagation d’un Speed/Thrash emblématique des inépuisables 80’s, par l’entremise de nombreuses démos, EP et autres splits 7’’ (en compagnie des ENTRENCH, autre groupe recommandable). Mais en ce mois de mai 2017, les suédois d’INSANE se lancent enfin dans le grand bain du premier LP « officiel » (puisque leur première démo Facebreakers fut éditée en CD, malgré son caractère encore amateur), et admettons que les bougres ont bien joué le coup de la nostalgie, puisque leur Evil nous rappelle bien des démons de légende, de ceux qui titillaient la plante des sillons d’albums comme ceux de POSSESSED, RAZOR et autres KREATOR.

Des influences classiques, un rendu optimal, telles sont les armes de ce premier album qui ne se détache ni dans le fond ni dans la forme de la vague actuelle de Thrash nostalgia. Les codes et autres figures de styles sont tous respectés, même si l’option « bestiale light » semble avoir été choisie par ce quatuor (Gustaf Hellberg – chant/guitare, Erik Kristhammar – guitare, Rickard Nygren – basse et Johnny Lebisch – batterie), qui puise son inspiration dans le legs intarissable des SLAYER, METALLICA, KREATOR, DESTRUCTION, SODOM, ou MORBID SAINT, comme ils se plaisent à les citer sur leur page Facebook.

Cependant, on note de sérieuses réminiscences de la série B US de 86/87 (INDESTROY, POSSESSED en moins trivial), et des allusions à la brutalité Canadienne de la même époque (RAZOR). En gros, un sérieux melting-pot virtuel qui nous replonge dans la véhémence de sorties qui ne cherchaient pas à surprendre, mais bien à bousculer pour apprendre.

Et le costume sied admirablement bien aux INSANE qui bénéficient en outre d’une production parfaite, qui semble se faire écho de celles imposées il y a trente ans. Graves tamisés et ronds, médiums abrasifs et chant un peu en retrait, pour une cavalcade qui reste mesurée en termes de tempo (bien que les limites soient parfois dépassées sur « Death March » et son intro limite VIKING), mais décomplexée en termes de riffs affutés.

Du classique donc, mais un investissement indéniable. Une pochette au trait grossier et primaire signée Joel Sundin, des morceaux qui naviguent à vue entre Speed affolé, Thrash maîtrisé et Heavy burné, et qui rappellent parfois les aînés un peu oubliés d’AGONY (« Death March », au refrain morbide et définitif), des soli bien troussés et des breaks qui tombe pile là où on les attendait, le travail est précis et primal à la fois, et le résultat largement dans les standards des meilleurs exactions du cru.

On pense même parfois à une version plus disciplinée des premiers méfaits de SEPULTURA, aux ardeurs sanglantes calmées par une pondération totalement suédoise, mais aussi à une adaptation des canons de la NWOBHM (SATAN, ANVIL BITCH), via quelques titres un peu plus calmes que les autres (« Obsessed By Vengeance »).

En gros, et en détail, un solide passage en revue des modes extrêmes des mid eighties, retranscrites dans un langage musical assez contemporain, mais pas forcément moderne pour autant.

Mais l’énoncé des intitulés ne vous prendra pas en traître, avec leurs fréquentes allusions au bestiaire Thrash de tradition (« Ritualistic Death », « Evil », « Human Waste », « Persecuted By Evil », avec ça, je pense qu’on a tout), qui se traduisent en termes instrumentaux par des accès de rage rythmique soutenus par des guitares efficaces qui virevoltent avant de trancher dans le vif (« Ritualistic Death », cadence d’abattage fameuse et motifs accrocheurs).

Instant de délicatesse acoustique (« Evil », très jolis arpèges à l’économie qui instaurent une ambiance envoutante), avant une soudaine condamnation Thrash sans équivoque (« Dark Internal », joli patchwork DARK ANGEL/POSSESSED), les INSANE savent varier pour ne pas lasser, même si le fil conducteur de ce premier album se suit sans encombres.

Speed mordant et sautillant (« Human Waste » à la basse crossover délicieuse), Thrash à la DESTRUCTION, un peu blackisé sur les bords façon VENOM/POSSESSED (« Servants Of The Cemetery »), on sent que les Suédois ont un background solide dans le genre qu’ils affectionnent, et finalement, de fil en aiguille, on se laisse happer par un disque aux ambitions modestes, mais aux qualités indéniables.

Avec des morceaux qui ne cherchent pas Satan à 666 heures, Evil s’impose sans faire de bruit (autrement que par ses amplis), et parvient à nous faire croire qu’un bond dans le temps est toujours possible, pour peu que l’on tombe sur la bonne faille nous ramenant dans le passé.

De jeunes musiciens affamés et sincères, qui ne jouent pas pour l’esbroufe mais par passion, et qui citent dans le texte les grands anciens, sans pour autant les piller sans vergogne.

Avec leur combinaison de radicalisme allemand et de précision US, les INSANE résument l’extrême d’il y a trois décennies avec un panache infini.

Et en définitive, de la pochette à la production, en passant par les compositions, ils décrochent haut la main la palme de l’album vintage Thrash le plus honnête du mois. A écouter avec des souvenirs plein la tête et des décibels plein les oreilles. Mais une bière bien fraîche ne sera pas de trop non plus. De la Carlsberg si possible, même si elle est danoise. Relations de bon voisinage oblige…


Titres de l'album:

  1. Ritualistic Death
  2. Spiritual Possession
  3. Persecuted By Evil
  4. Death March
  5. Obsessed By Vengeance
  6. Evil
  7. Dark Internal
  8. Human Waste
  9. Servants Of The Cemetery

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/06/2017 à 17:20
78 %    295

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.