Abandoned

Wanderer

16/03/2018

Tilde Records

La dose d’ultraviolence Noisy du jour nous vient du Minnesota, et se voit livrée sous pochette noir et blanc par les furieux de WANDERER, qui ne traînent pas pour nous exposer leur point de vue brutal. Avec une production discographique entamée en 2014, et une poignée de splits et EP’s à leur disposition, les américains se situent dans une veine de puissance fatalement nationale, qui s’enivre de chaos et de distorsion pour réduire nos oreilles à néant, et nous condamner à prendre rendez-vous chez l’ORL le plus proche. Sans faire grand mystère de leurs influences, les musiciens jouent crânement leur partition, un poil plus complexe que le grisant de base. Tentant parfois une approche Crust histoire d’accentuer la vilénie, mais se noyant avec régularité dans les stridences, Abandoned nous trace une route pavée de mauvaises intentions, reposant cela dit sur une production impeccable. Enregistré au Triple Rock Social Club (qui a depuis fermé ses portes), puis mixé et masterisé par Adam Tucker au Signaturetone, ce troisième courte-durée développe de beaux arguments Hardcore maladifs, et offre une indéniable diversité en cinq morceaux seulement. Articulé autour d’un line-up en quatuor (Brent Ericson - guitare, Mano Holgin - batterie, Brandon Carrigan - chant et Jack Carlson - basse), WANDERER peaufine son style et le radicalise, offrant des perspectives d’un longue-durée qu’on attend de pied ferme. Si les noms de TRAP THEM, de NAILS, de CONVERGE et autres PRIMITIVE MAN effleurent l’esprit à intervalles réguliers, ils n’en sont pas pour autant des balises précises. Disons juste que ces groupes permettent d’envisager avec une certaine acuité la brutalité et le manque d’empathie d’une formation qui sans bouffer à tous les râteliers, choisit ses ingrédients avec pertinence dans toutes les bonnes échoppes concurrentes.                                                  

             

Et dès l’entame « Burial At Sea », malgré une intro un peu amère et délicate, le ton est donné, et la violence omniprésente. Avec une guitare qui semble à l’agonie, mais qui retrouve tout son allant dès le déferlement de semi blasts, pas de méprise, l’efficacité est de mise et la brutalité décuplée. Le melting-pot est d’ailleurs patent dès ce premier titre, qui ose un son de guitare typiquement Death sur une rythmique purement Core. Le mélange des genres, inconscient ou pas, fonctionne, et empêche de sombrer dans une routine Crust/Noisy un peu trop prévisible, d’autant que le ton change assez rapidement, sans perdre son intensité. Et si « Dirt » démarre sur les chapeaux de roue, évoquant les scènes suédoises et anglaises, personne n’est dupe de ce son si torturé qui rattache l’entreprise à ses racines américaines. On pense éventuellement à un morceau des CONVERGE repris par ENTOMBED, sans le côté joyeux des HELLACOPTERS, pour cette propension à assombrir le chaos et le structurer, sans le discipliner. Feedback utilisé avec parcimonie mais efficience, ralentissement soudain, pour un chant entre Hardcore et Metal de la mort, et une souffrance tangible qui ne nous lâche pas d’une semelle. « Parasite », le plus bref du lot valide ces accointances avec la Kurt Ballou’s crew, et développe même un riff dont le guitariste/producteur pourrait se sentir fier. C’est donc éminemment bourrin, salement dissonant, mais cathartique à l’extrême sans tomber dans l’exagération. Le break central se noie d’ailleurs dans un marigot de proto-Sludge nauséeux, larsené au possible, histoire de rendre un petit hommage en passant aux PRIMITIVE MAN, ainsi qu’à la scène NOLA du sud. Vilain, mais jouissif.

« Crooked Smile » reste plus ou moins sur la même lignée, mais temporise de ses trois minutes. On retombe donc dans le sadisme d’un Chaotic Hardcore vraiment pervers, aux intonations douloureuses, mais à la portée maximale. En multipliant les plans et cassures, les WANDERER jouent sur du velours en papier de verre, et ne se perdent jamais en route, malgré les déambulations dans les couloirs de la violence la plus crue. Et en final, « Abandoned » se pose en apothéose, nous offrant même une participation vocale de Natalie Grace Krueger des NAÏVE SENSE, venue hurler comme un démon enragé sur l’un des morceaux les plus bordéliques de l’EP. L’union des deux voix est d’ailleurs parfaitement terrifiante, et permet de clôturer l’écoute en regardant sous son lit, histoire de voir si un monstre noisy ne s’y est pas glissé. Et pour résumer cette découverte somme toute percutante, osons dire qu’Abandoned perpétue un certain esprit Hardcore méchamment déviant et sale, souillé de stridences malsaines, mais aussi agité de soubresauts rythmiques prenants, et qu’il propulse les WANDERER sur le devant d’une scène très chargée, mais qui saura leur faire une place même s’il faut pousser. Un truc qui défoule, mais qui reste suffisamment intelligent pour faire fuir les foules. Et rameuter quelques tarés qui n’ont pas peur de voir leur audition endommagée.


Titres de l'album:

  1. Burial At Sea
  2. Dirt
  3. Parasite
  4. Crooked Smile
  5. Abandoned

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/04/2018 à 15:00
79 %    415

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54

JTDP

Oui d'accord avec toi Buck Dancer, c'est dans la droite ligne de "magma". Et je le trouve aussi plutôt bon, envoûtant ce morceau. Et le clip est franchement bien foutu !

05/08/2020, 17:29

Buck Dancer

Et moi je dois être de bonne humeur, parce que je le trouve plutôt bon ce morceau. Sans surprise et dans la continuité, logique, de Magma, mais bien foutu.

05/08/2020, 17:26

RBD

Il ne faut jamais oublier qu'il y a d'autres régions dans le monde où jouer, écouter du Metal est dangereux. On peut lire le livre publié chez Camion Blanc sur le Metal dans les pays musulmans, qui déborde parfois le sujet mais est intéressant, bien que le contexte aie bien changé depuis les (...)

05/08/2020, 17:03

Pomah

Vraiment déçu, le titre est assez mou, facilité de composition, vraiment pas pêchu, cela sent la relâche. Que dire de la direction artistique du clip, qui est franchement cartoonesque... Vieillir me rends aigri visiblement.

05/08/2020, 15:20

Kerry King

RIP a ce cogneur.

05/08/2020, 10:54

Humungus

Jus de cadavre & MorbidOM + 1.

05/08/2020, 07:42

MorbidOM

En même temps ce côté "spontané" fait partie de son charme.
Comme tu dis ce mec est une rock star et il a toujours plus l'air d'être là pour voir ses potes et écouter la musique qu'il aime que pour gérer sa carrière. Le genre de gars que tu vois headbanger entre les coulisses et la sc(...)

05/08/2020, 03:39

Jus de cadavre

Franchement Anselmo a agit comme un abruti. Je pense sincèrement qu'il n'est pas raciste, mais il agit toujours comme si il était au camping dans un fest avec ses potes sauf que bah non mec t'es une 'rock star' et t'as en permanence des caméras braquées sur toi... Fin bref, depuis cette histoire(...)

05/08/2020, 00:39

Oliv

Si on veut jouer le jeu des médias et réseaux sociaux de caniveaux bien sur j’entends

04/08/2020, 22:47

Oliv

Il y a bien eu le black power a une époque avec un certain groupe us... et personne n’a bronché

04/08/2020, 22:45

Raumsog

J'avais oublié cette affaire de White Wine Power! Après la divulgation de la video ça avait été la course aux indices par media interposés pour savoir si oui ou non il y avait bien du pinard en backstage ce soir là... Un bon escape game sur le thème du PMU, ça volait très haut

04/08/2020, 18:09

Humungus

Comment ça "White power" ?!?!?!
Mais non allons bougres d'ânes ! Vous êtes encore de ces complotistes qui croient en ce que nous matraquent les médias judéo-maçonniques !
C'était "Wine power" la vérité vraie !
(sic)

04/08/2020, 09:20

Buck Dancer

Morceau comme une synthèse de leur carrière mais non moins excellent.

04/08/2020, 04:36