Ce concert initialement programmé il y a quelques semaines pour célébrer le nouvel album de Morse avait dû être repoussé en raison de l'accident d'un des membres. Enfin nous y voilà, dans les entrailles de ce bon vieux mouton noir, farcies de copains des musiciens.

Le programme était très hétéroclite, tout de même. Les Tourangeaux de LØVVE ouvraient le combat dans le style annoncé par le titre de leur album : PowerViolence. Ce style semble enfin sortir de sa confidentialité en France depuis quelques années. Mais la manière de sonner et l'attitude du quartet demeuraient clairement sous l'influence du D-Beat Punk. Les membres ont roulé leurs bosses dans d'autres groupes, l'emploi d'une chanteuse apporte un feeling colérique bienvenu. Le souffle explosif de ce mélange emporta une bonne part de spectateurs dans la fosse, certains étant venus principalement pour eux. Grâce à l'expérience des membres, cette musique assez primaire à la base atteignait une rigueur, une férocité non garantie habituellement dans ce style, abrasif et déjanté mais pas toujours aussi révoltée. Ils ont dû jouer des titres inédits, je présume, pour tenir une durée de set potable avec un seul album et des morceaux atteignant rarement les deux minutes dans les poches. Si des amateurs ne connaissent pas encore, je pense que ça leur plaira.


Grand écart avec le premier groupe local QUASAR (prononcez le u), que j'avais déjà vu il y a un certain temps. Eux jouent un HardCore qu'ils aiment qu'on qualifie simplement de moderne, et que plus clairement j'oserai rapprocher de l'Emo et du Metal polyrythmique, avec des influences logiquement tirées aussi du Post-Core. Les paroles sont en français, ce qui passe sans mal dans leur propos. Leur style globalement plus lent, au son plus propre et assez curieusement compressé à mon oreille, fit inévitablement retomber l'ébullition de la fosse. Mais d'autres personnes ont pu investir le devant et headbanguer. Sauf sur le début de l'un des titres, attaqué carrément par un plan au blast. Cela n'est pas mon genre de prédilection mais on peut profiter le temps d'un set. La difficulté de se présenter entre deux groupes plus violents, dans un créneau musical déjà sujet à de nombreux sarcasmes, m'aura poussé à une certaine bienveillance. D'autant que je ne vois pas tellement ce qu'on pourrait leur reprocher sur les bases : ça jouait correctement, ils n'étaient ni prétentieux ni tétanisés.


Cela fait drôle de reconnaître que MORSE est maintenant un groupe ancien de la scène, dont la longévité se compare avec celle des groupes précédents des membres et n'est qu'une de leurs multiples activités (autres groupes, direction de label, programmation de la salle où nous nous trouvons, vie de famille en option). Après un long larsen d'ouverture, la tornade fondit à nouveau sur nous autres. Le second album, chroniqué il y a quelques semaines sur votre site, ne marque pas de changement fondamental. Les quatre Languedociens mélangent toujours à toute blinde Noise, HardCore New School, et une facette Sludge à présent un peu mieux marquée par certains riffs moins rapides en guise de fugaces répits. Cette énergie primaire révoltée et – faussement – chaotique m'a toujours semblé aussi payer un tribut au Grind Core (surtout dans la direction Noisy ouverte par Brutal Truth sur son ultime album). Comme d'habitude, une fois après avoir quitté son blouson cuir le chanteur se jeta à corps perdu dans l'assistance à plusieurs reprises, et le pogo causa quelques violents dégâts ici où là. Comme vous l'avez deviné, le gang a les compétences techniques de ses ambitions et même dans ces conditions spontanées la combinaison ne part pas en bouillie. Le répertoire s'étant donc rallongé, le set a suivi le mouvement, perdant peut-être le côté bref et explosif des performances de naguère, mais gagnant en consistance sans mollir en brutalité. Le terme sec maintient quand même vivant l'ancien esprit.


Cette soirée assez éclectique se poursuivit un peu plus loin mais cela ne vous appartient pas…


par RBD le 15/03/2018 à 06:57
   139

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

Which Witch Is Which

Which Witch Is Which

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Aura Noir + Obliteration

10/12 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Solstafir

11/12 : Les Abattoirs, Cognac (16)

Aura Noir + Obliteration + Vorbid

11/12 : Le Grillen, Colmar (68)

Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !


"Mais aussi que Toni Iommi (ex-BLACK SABBATH) apparaissait sur le titre "Astorolus - The Great Octopus" le temps d'un solo".
Si ça c'est pas la grande classe... ... ...