Ce concert initialement programmé il y a quelques semaines pour célébrer le nouvel album de Morse avait dû être repoussé en raison de l'accident d'un des membres. Enfin nous y voilà, dans les entrailles de ce bon vieux mouton noir, farcies de copains des musiciens.

Le programme était très hétéroclite, tout de même. Les Tourangeaux de LØVVE ouvraient le combat dans le style annoncé par le titre de leur album : PowerViolence. Ce style semble enfin sortir de sa confidentialité en France depuis quelques années. Mais la manière de sonner et l'attitude du quartet demeuraient clairement sous l'influence du D-Beat Punk. Les membres ont roulé leurs bosses dans d'autres groupes, l'emploi d'une chanteuse apporte un feeling colérique bienvenu. Le souffle explosif de ce mélange emporta une bonne part de spectateurs dans la fosse, certains étant venus principalement pour eux. Grâce à l'expérience des membres, cette musique assez primaire à la base atteignait une rigueur, une férocité non garantie habituellement dans ce style, abrasif et déjanté mais pas toujours aussi révoltée. Ils ont dû jouer des titres inédits, je présume, pour tenir une durée de set potable avec un seul album et des morceaux atteignant rarement les deux minutes dans les poches. Si des amateurs ne connaissent pas encore, je pense que ça leur plaira.


Grand écart avec le premier groupe local QUASAR (prononcez le u), que j'avais déjà vu il y a un certain temps. Eux jouent un HardCore qu'ils aiment qu'on qualifie simplement de moderne, et que plus clairement j'oserai rapprocher de l'Emo et du Metal polyrythmique, avec des influences logiquement tirées aussi du Post-Core. Les paroles sont en français, ce qui passe sans mal dans leur propos. Leur style globalement plus lent, au son plus propre et assez curieusement compressé à mon oreille, fit inévitablement retomber l'ébullition de la fosse. Mais d'autres personnes ont pu investir le devant et headbanguer. Sauf sur le début de l'un des titres, attaqué carrément par un plan au blast. Cela n'est pas mon genre de prédilection mais on peut profiter le temps d'un set. La difficulté de se présenter entre deux groupes plus violents, dans un créneau musical déjà sujet à de nombreux sarcasmes, m'aura poussé à une certaine bienveillance. D'autant que je ne vois pas tellement ce qu'on pourrait leur reprocher sur les bases : ça jouait correctement, ils n'étaient ni prétentieux ni tétanisés.


Cela fait drôle de reconnaître que MORSE est maintenant un groupe ancien de la scène, dont la longévité se compare avec celle des groupes précédents des membres et n'est qu'une de leurs multiples activités (autres groupes, direction de label, programmation de la salle où nous nous trouvons, vie de famille en option). Après un long larsen d'ouverture, la tornade fondit à nouveau sur nous autres. Le second album, chroniqué il y a quelques semaines sur votre site, ne marque pas de changement fondamental. Les quatre Languedociens mélangent toujours à toute blinde Noise, HardCore New School, et une facette Sludge à présent un peu mieux marquée par certains riffs moins rapides en guise de fugaces répits. Cette énergie primaire révoltée et – faussement – chaotique m'a toujours semblé aussi payer un tribut au Grind Core (surtout dans la direction Noisy ouverte par Brutal Truth sur son ultime album). Comme d'habitude, une fois après avoir quitté son blouson cuir le chanteur se jeta à corps perdu dans l'assistance à plusieurs reprises, et le pogo causa quelques violents dégâts ici où là. Comme vous l'avez deviné, le gang a les compétences techniques de ses ambitions et même dans ces conditions spontanées la combinaison ne part pas en bouillie. Le répertoire s'étant donc rallongé, le set a suivi le mouvement, perdant peut-être le côté bref et explosif des performances de naguère, mais gagnant en consistance sans mollir en brutalité. Le terme sec maintient quand même vivant l'ancien esprit.


Cette soirée assez éclectique se poursuivit un peu plus loin mais cela ne vous appartient pas…


par RBD le 15/03/2018 à 06:57
   50

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Grind-o-matic

Regular Singularity

Venomwolf

Stormriding Power

Salems Lott

Mask of Morality

Lusaroth

Esquizofrenia

Tranzig

Tranzig

The Amorettes

Born to Break

Stortregn

Emptiness Fills The Void

No One Is Innocent

Frankenstein

Vahrzaw

Husk

Erotic Psycho

The Lost Boyz

Sentient Horror

The Crypts Below

Ross The Boss

By Blood Sworn

Snakefeast

In Chaos, Solace

Brutal Kraut

Brutal Kraut

Transcendence

Hour of the Summoning

Speedclaw

Beast in the Mist

Tracy Grave

Sleazy Future

Gygax

2nd Edition

Slavery Farm

Reborn

Machine Head

RBD / 13/04/2018
Metalcore

Mercyless + Metrodon + Dying Hope

Jus de cadavre / 10/04/2018
Death Metal

Interview - Anne-Sophie Remy (ROOM ME)

mortne2001 / 06/04/2018
Dark Folk

Superbowl Of Hardcore Festival 2018

Jus de cadavre / 06/04/2018
Hardcore

Concerts à 7 jours

Weedeater

01/05 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ne Obliviscaris + Virvum + Allegaeon

01/05 : Le Gibus, Paris (75)

Ne Obliviscaris + Virvum + Allegaeon

02/05 : L'autre Canal, Nancy (54)

Ne Obliviscaris + Virvum + Allegaeon

28/04 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

+ Ne Obliviscaris + Virvum

29/04 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Weedeater

30/04 : Le Farmer, Lyon (69)

Photo Stream

Derniers coms

Je sais pas pour la musique mais la pochette est génial !


oui c'est clair que les enfants dans un lieu comme la Secret, ça surprend toujours ! d'autant plus que le son était particulièrement fort ce soir la :-)
merci pour le report !


"En tout cas je me faisais la remarque qu'on voit de plus en plus d'enfants aux concerts."
Je trouve aussi ! Et même parfois tout devant à quelques centimètres du pit... Bon... après les papa veillent certainement au grain, mais ça fait drôle.


Vu sur scène avec Malevolent au Hellfest il y'a quelques années : ça envoyait du très lourd. Déchaîné le bonhomme !


Haille... C'est une vieille et grande figure de la scène, un type simple, vrai et adorable comme on le croirait pas vu la férocité de son répertoire. J'espère sincèrement qu'il va s'en tirer et continuer à vivre sa passion.


Chuis perdu...C'est qui la grosse tete en fait ?


Je ne connaissais pas ce groupe avant, ça joue hyper bien, y'a aussi du Nocturnus j'ai trouvé dans certains passages. Mais j'ai du mal avec le concept, une fois passé l'humour des titres comparable à ce que fait Cannabis Corpse.


merci !
Pour ma part j'ai été découragé par leur dernier album, même si je sais que c'est une valeur sure en live, faut bien faire un choix !
Partie remise !


Bordel le mec il vient pigner..on peut quand même donner son avis ! Si on te dit que c’est a chier c’est juste honnête.
T’en a qu’on une putain de grosse tete quand même !
Bon a part ça,Metrodon excellent mais j’etais la pour Mercyless.


Sur la période considérée, Napalm' est passé du grand classique fondateur à une véritable légende en enchaînant des albums de qualité autour d'un style définitivement balisé, tout en veillant à agrémenter chacun d'une ou deux expérimentations originales pour éviter la parfaite routine(...)


Fate, féminin de l'adjectif fat. Je reconnais, c'est un mot assez désuet maintenant, mais qui veut bien dire ce que je voulais dire.


https://hiazm.bandcamp.com/album/letters

Next LP from Gortaigh


New LP from Gortaigh: https://hiazm.bandcamp.com/album/letters

Poem and Sludge


Epique à souhait bordel !
Merci mortne2001 pour cette belle découverte.


Et ben putain !
Fait quand même bien mieux vivre en France hein...
(Malgré tout)


Jus de cadavre + 1 !
Très, très beau live report d'un groupe qui, à mon sens, est mort et enterré depuis 1999.


Excellent report! Merci bcp. Même s'il y a qques passages que je n'ai pas forcément compris...Ex: Une grande gueule agaçante et attachante, volontiers fate => fate?


Simony*


Aaaahhh !!!
Une pensée émue pour le Géant Vert !
Ça c'est cool Symony...
Autant pour lui que pour les fans...


Mercyless était en Bretagne pour d'autres dates. Ils ne sont pas venu de Mulhouse juste pour une date à Rennes (dans un rade qui en effet ne se prête pas bien à ça...). Mais c'est vrai que 30 minutes c'était beaucoup trop court...