Il y a quelques décennies, pas beaucoup d’ailleurs, le Métal Italien faisait profil bas. Peu original, se contentant de reproduire les schémas établis par ses voisins Européens et cousins Américains, il n’avait pas grand-chose à proposer d’excitant.

Et puis la vague des Power Metalleux est arrivé, balayant tout d’un coup d’aile de dragon, jusqu’à ce que des groupes plus téméraires que la moyenne ne prennent la barre en main pour guider la musique nationale vers des horizons plus personnels.

Et depuis quelques années, c’est l’épiphanie, la délivrance, la révélation. Je ne préciserai pas encore une fois toute l’affection que j’éprouve pour la scène locale, et pourtant, un autre exemple enthousiaste m’en est donné ce matin par un ensemble au parcours assez étrange…

Je vous ai assez parlé des DEATH SS par le passé pour que vous puissiez faire semblant de les connaître sans les avoir écoutés.

Alors sachez que l’histoire du sextette DEATHLESS LEGACY leur est intiment liée. Le nom peut en effet vous mettre sur la voie, mais sachez qu’avant de proposer leurs propres compositions, originales dans tous les sens du terme, ces musiciens avides d’étrange se présentaient sous la forme d’un tribute band à Steve Sylvester et sa bande, appelé sobrement DEATHLESS.

Pour d’évidentes raisons de droits, DEATHLESS se vit accolé en 2013 l’extension LEGACY, et la troupe se concentra sur ses propres créations, ce qui nous donna un premier album haut en couleurs et en ténèbres, Rise From The Grave.

De leur période hommage, les Italiens ont gardé leur sens de l’emphase, leur théâtralité assumée, et un penchant certain pour le Métal horrifique que beaucoup – à commencer par eux-mêmes – se plaisent à définir comme du Horror Metal.

Ainsi, Steva (Chant et performances), Frater Orion « The Necromancer » (Batterie et Scénographie), Sgt. Bones (Guitare), C-AG1318 « The Cyborg » (Basse et chant), Alex van Eden  (Claviers), The Red Witch (Performances) et Anfitrite (Performances) nous en reviennent donc en 2017 avec un nouvel album sous le bras, qui s’il suit la logique de ses deux aînés, se permet quelques exactions nouvelles d’un joyeux mauvais goût délicieux.

J’avais abordé leur cas pour la première fois en février de l’année dernière à l’occasion de la sortie de The Gathering, leur second longue durée qui m’avait clairement convaincu de leur potentiel, et c’est donc déjà conquis que j’abordais le dossier Dance With Devils qui promettait plus ou moins les mêmes tours de prestidigitation musicaux et qui en effet, ne m’a pas le moins du monde refroidi ou déçu.

Si je me suis permis la facilité de reprendre deux paragraphes entiers de ma précédente chronique, ça n’est certainement pas pour souligner le caractère prévisible de ce troisième et tonitruant LP. Certes, Dance With Devils reprend dans les grandes lignes et quelques détails les mêmes préceptes que les deux premières œuvres du gang Italien, avec toujours cette emphase sur les ambiances mortifères et les pistes de cirque Metal, mais il pousse le concept encore plus loin et s’approche d’une perfection dans un genre qui ne supporte pas la médiocrité.

On y retrouve ces riffs grandiloquents hérités des DEATH SS et de la scène BM « art-shock », ces refrains scandés, hurlés collégialement, ces longs passages « à ambiance », ces constructions évolutives très théâtrales, et bien sûr une flopée d’arrangements étudiés qui donnent à l’œuvre une dimension carnavalesque de l’étrange absolument délicieuse.

Ecrit comme un film d’horreur pour les oreilles, cette danse des diables se veut jonction fantasmagorique entre les mondes gothiques de la Hammer et ceux de la Commedia dell’arte et du giallo transalpin, sans pour autant tomber dans le piège du grotesque que KING DIAMOND a souvent piétiné par le passé.

Concrètement, c’est toujours un délice de retrouver la voix si caractéristique de Steva qui dispose toujours d’une palette vocale impressionnante et expressionniste, et qui semble autant mimer ses chansons que les interpréter.

Dès lors, sur onze titres pour cinquante minutes de musique, le choix est vaste, et impossible de ne pas craquer pour un ou plusieurs titres, tant ceux-ci respirent l’investissement total, dans un créneau pourtant éminemment casse-gueule.

Alors, bien sûr, tout ceci est Heavy, en diable évidemment, un peu Néo-Thrash parfois, et même progressif à tendance Dark (« Witches’ Brew », qui se permet d’intégrer des développements à la DREAM THEATER dans un contexte BM très Anglais), tout en restant de temps à autres dans des balises de Metal symphonique expurgé de sa grandiloquence bon marché (« Headless Horseman », au refrain complètement irrésistible). Mais le tout est joué et composé avec tellement de conviction qu’on se prend une fois de plus au jeu, au risque de se retrouver embarqué dans un univers cauchemardesque, et de ne plus jamais en revenir (« The Black Oak », sa boite à musique funeste et ses tonalités à la BIRTHDAY MASSACRE/MERCYFUL FATE).

Claviers en avant, guitares grondant, et toujours cette emphase vocale diabolique, ce sont les marques de fabrique des Italiens de DEATHLESS LEGACY, qui n’hésitent jamais à en rajouter dans le pathos sans jamais donner l’impression de forcer leur nature (« Join The Sabbath », Boris Karloff et Rob Zombie en Transylvanie suivant le joueur de flute, pour une ballade organisée conjointement par un LAIBACH ludique et le fantôme de Steve Sylvester).

Certes, parfois les sonorités sonnent un peu puériles (« Curse Of The Waltz » et son intro un peu cheap qui se laisse happer par un mid tempo lardé d’intervenions opératiques de Steva), certes parfois, tout ne fonctionne pas et sent un peu le réchauffé facile (« Lucifer », un peu cliché mais parfait pour headbanger), mais après tout, seule l’efficacité du spectacle prédomine, et peu importe que l’on parvienne à distinguer les défauts d’un décor en carton-pâte pourvu que les sensations vous éclatent (« Devilborn », agressif et emphatique dans un registre Heavy horrifique magnifique).

Dance With Devils n’est qu’une simple adaptation musicale d’un conte fantastique, et se veut show intégral ne reculant devant aucun effet pour choquer et tenter d’effrayer. C’est un manège de la terreur certes plus distrayant que tétanisant, une sorte de maison des horreurs qu’on visite en sachant pertinemment que tout est faux, mais pour peu qu’on accepte les règles du jeu, on déambule dans ses couloirs sombres dans lesquels quelques vampires et autres goules se cachent dans l’ombre.

 Une musique efficace mariant la puissance du Heavy à des arrangements bien sentis, et jouée par des musiciens tous parfaits dans leurs rôles. Tout ça reste du divertissement n’est-ce pas ? Alors considérez celui des DEATHLESS LEGACY comme l’un des meilleurs sur le marché.


Titres de l'album:

  1. Dance with Devils
  2. Join the Sabbath
  3. Heresy
  4. Witches Brew
  5. Headless Horseman
  6. The Black Oak
  7. Lucifer
  8. Voivode
  9. Curse Of The Waltz
  10. Devilborn
  11. Creatures of the Night

Site officiel


par mortne2001 le 14/02/2017 à 14:12
80 %    120

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Various Artists

Grind Against Trump

Motorhead

Under Cover

Angels Cut

Sick Sick Sick

Ceaseless Torment

Forces Of Evil

Grizzlor

Destructoid

Kee Of Hearts

Kee Of Hearts

The Rinn

Stories of the Green Fairy

Cannabis Corpse

Left Hand Pass

The Donner Party

Pizza Patrol

Lynch Mob

The Brotherhood

Leucosis

Liminal

Hedger

Unshaped Thoughts / With Eyes Unbound

Horde Victorieuse (horde V.)

Horde Victorieuse

Peropero

Lizards

Janet Gardner

Janet Gardner

Black Bleeding

The Awakening

Integrity

Howling, For The Nightmare Shall Consume

Excöriator

Horned Is The Hunger

Yards

Excitation Thresholds

Muscadeath Festival XVI

Jus de cadavre / 25/09/2017
Death Metal

Gogol Premier + The Rhinogrades

Sheb / 21/09/2017
Punk

MetallicA + Kvelertak

RBD / 13/09/2017
Thrash Metal

Les Tambours du Bronx + Mountain Men

RBD / 29/08/2017
Blues Rock

Motocultor Festival 2017

Jus de cadavre / 24/08/2017
Heavy Metal

Concerts à 7 jours

Ufomammut + Usnea

01/10 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Satyricon

01/10 : Mjc De Reze, Nantes (44)

Evergrey

01/10 : La Boule Noire, Paris (75)

Ensiferum + Wolfheart + Skyclad

01/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Satyricon

02/10 : Le Metronum, Toulouse (31)

Alcest + Anathema

02/10 : La Cartonnerie, Reims (51)

Evergrey

02/10 : Marché Gare, Lyon (69)

Archgoat + Bölzer + Svartidauði

02/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Alcest + Anathema

03/10 : L'etage, Rennes (35)

Tagada Jones + Urban Blaster + Headcharger

29/09 : L'etage, Rennes (35)

Bellator + Scum + Smerter

30/09 : La Jument Pavoisée, Rennes (35)

+ Pulmonary Fibrosis + Defenestration

30/09 : T'es Rock Coco, Angers (49)

Ufomammut + Usnea

30/09 : La Boule Noire, Paris (75)

Satyricon

30/09 : La Maroquinerie, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Joli plateau ! C'est intéressant d'avoir la vision de quelqu'un de plus jeune sur Mercyless, qui était l'une des institutions de la première scène, puis qui avait cherché une évolution musicale très audacieuse aujourd'hui gommée méthodiquement des mémoires. Cela m'amuserait de revoir Carca(...)


Il est clair qu'il y a bon nombre d'albums de MOTÖRHEAD sur lesquels se pencher avant de s'attarder sur celui-là.


Ouais l'affiche se démarque réellement du festival Metal lambda. Pour moi c'est loin mais j'espère que le côté ouest et le sud de la France vont se bouger en masse pour supporter ce fest


Pour répondre à ma propre question le batteur de Benighted c'était Kevin Paradis (Svart Crown etc...). Merci à Carcariass et Red Dawn pour la réponse ;)


Le très gros défaut de cet album est que je ne vois pas quel public il vise. Pour ceux comme moi qui ont chez eux la plupart des albums du groupe, il n'apporte pas grand chose (un des rares trucs que j'aurais aimé récupérer car probablement la reprise la plus inspirée et pas la plus facile à (...)