J’affirmais récemment que la Suède était un pays légèrement traumatisé par le rétro up in time et l’extrême sauvage. Les exemples de la première assertion étaient légion, mais les éléments étayant la seconde théorie commençaient à me manquer. C’est donc rassuré et conforté sur mes positions que je découvrais la première démo d’un obscur projet local, SALTAS, émergeant de la pas si tranquille ville de Göteborg, qui abrita autrefois en son sein tous les maniaques Death de la création scandinave. Et si ce nouveau projet peut se revendiquer quelque part de la culture Death locale, il le fait d’une façon détournée, biaisée et surtout torturée, au point qu’un fan d’ENTOMBED n’y retrouverait pas ses cadavres. De là, une question simple à la réponse absconse. Les SALTAS jouent-ils encore du Death, ou bien une forme très primitive et déliquescente de Doom ? Difficile de répondre à cette interrogation, tant leur inspiration est multiple, et le résultat assez troublant. On retrouve certes des éléments à charge, dans la gravité d’une guitare qui semble résignée à porter sa croix rouillée, ou dans ce chant qui évoque avec respect les émanations gravissimes du gosier de Lars Goran Petrov, mais à l’écoute d’une entame aussi radicale que lourde comme « Salt at the Temple Roots », l’analogie n’est pas forcément viable. Axé autour de la collaboration de deux musiciens se connaissant très bien, et traînant leurs basques dans l’underground depuis des années (C.J. - batterie et chant, N.R. - guitare et chant), Currents est donc une entrée en matière sous forme de maquette qui en dit long sur les intentions de ces créatifs en proie aux affres de l’horreur musicale. Membres actifs d’IRKALLIAN ORACLE et THE FUNERAL ORCHESTRA, C.J. et N.R ont donc décidé de mettre leurs influences et leur parcours en commun pour dessiner les contours d’une troisième voie, pas forcément plus ouverte que celles empruntées d’ordinaire…

En quatre morceaux enregistrés on the spot, et à la musique/paroles composée/écrites en quelques heures, SALTAS s’échine à retrouver les sensations épidermiques des disques Ambient et tortueux proposés par des malades mentaux comme GNAW THEIR TONGUES ou ABRUPTUM, tout en apportant leur touche personnelle à la thérapie inversée. Beaucoup d’improvisation donc, pour une symphonie en riffs monolithiques, souffrant d’une distorsion excessive et d’un traitement sonore à l’avenant (mais collant parfaitement à la réalité des ambitions), qui s’adressera à la frange la plus téméraire des fans de l’extrême, les autres rejetant probablement cet effort, lui reprochant son manque de structure et son anti-musicalité un peu vaine. Mais je ne peux m’empêcher de trouver cette vision fascinante, dans son refus de tout compromis, et son envie de retrouver les pulsions originelles d’un style qui se proposait d’incarner une vision artistique et franche de la mort en tant que fin en soi. Il est certes difficile de s’immerger dans ce magma sonore qui n’accepte aucune concession à son art brut, mais l’ambiance morbide se dégageant de cette première démo à un parfum ignoble de putréfaction, qui nous ramène à une adaptation des standards d’AUTOPSY, en version désincarnée et réduite à la portion congrue d’expression. Il n’est pas non plus difficile d’y entrevoir quelques clins d’œil d’embaumeurs aux efforts les plus nauséabonds d’INCANTATION, ou de DISEMBOWELMENT, tout comme une accolade post-mortem aux plus emblématiques des chantres d’un Black Ambient à tendance Dark Ambient, de ceux qui préfèrent le ressenti à l’explicite, et qui se contentent souvent d’une forme très naïve et impulsive d’expression censée évoquer les frimas hivernaux d’une mise en bière solitaire.

De là, pas d’échappatoire possible, on aime et on adhère, ou on déteste et on conchie. Il est évidemment facile de comprendre le processus de rejet, puisque les quatre morceaux proposés n’offrent que peu de variations et aucune digression, mais plutôt des nuances subtiles dans l’horreur et le traitement du son, qui de piste en piste peut devenir de plus en plus difficilement supportable dans son excès de minimalisme. On se demande d’ailleurs où tout ça pourra mener nos deux compères (qui se posent aussi la question, malgré une seconde démo prévue plus tard dans l’année), mais on reste sous le choc d’une tentative absolue, qui ne tolère que le statisme comme incarnation musicale d’un terme d’existence. C’est évidemment très gras, très lourd, macabre, non-progressif au sens le plus littéral du terme, mais cette conviction dans l’immobilisme parvient quand même à se montrer suffisamment intéressante pour qu’on écoute le produit en question jusqu’au bout, en se demandant toutefois si un petit grain de sable va venir en gripper les rouages. Mais « XII Nerves Decay » prodigue des réponses claires de ses huit minutes de litanie atroce, et il est dès lors assez évident que « Currents from the Astral Darkness », le dernier morceau de la maquette ne changera pas d’un iota l’avancée, si ce n’est en lui apportant un surplus d’exagération dans la production, qui finit par amalgamer tous les instruments en un même gargouillis informe. Un aspect processionnel prononcé, pour un cortège funèbre qui avance dans un hiver suédois le pas lourd, et la mine défaite. Une remontée des égouts qui vous pollue les naseaux, et qui vous force à vous réfugier dans le confort de vos propres certitudes, mais aussi une simple ébauche d’un genre qui n’a pas forcément grand-chose de plus à dire que les préceptes énoncés ici. On se demande donc si une seconde démo s’avère nécessaire, à moins que le duo n’opte pour une légère déviation, puisqu’en quatre titres et une trentaine de minutes, SALTAS dit tout ce qu’il a à dire, le répétant même comme un mantra histoire que nous comprenions bien sa philosophie.


Titres de l'album:

  1. Salt at the Temple Roots
  2. Fractals from the Lower Flesh
  3. XII Nerves Decay
  4. Currents from the Astral Darkness

Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/03/2018 à 17:48
72 %    283

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bah j'ai vraiment bien aimé cet album.
Effectivement groovy à souhait.
A tel point que je vais me rebouffer toute la disco du groupe histoire de me refaire un avis plus précis sur la chose.
Par contre, pas trop de ton avis quand tu dis que "l’influence s’estompe".
LIZZ(...)


respect total à Sylvain ainsi qu' à tous les membres d'underground investigation pour leur investissement personnel afin de pouvoir aboutir chaque année à la mise en place de toutes ces journées concerts et ce depuis des lustres. Organisation au top, gentillesse des organisateurs, choix des gro(...)


Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D