Freewheeler

Electric Guitars

12/11/2021

Mighty Music

Avec une pochette et un titre pareil, peu de place au doute. Mais pour qui connaît les danois d’ELECTRIC GUITARS, il n’y a jamais eu de doute possible. Ces grands garçons venus du froid n’ont jamais eu qu’un seul leitmotiv dans la vie, jouer un Hard Rock sans fioritures, et évidemment entièrement dévoué à la déesse guitare, comme leur baptême l’indique sans ambages. Pour faire simple et réducteur en se basant sur la nationalité des gus, on pourrait presque affirmer que ce groupe est une version à peine plus moderne des aînés de D.A.D, comparaison évidemment facilitée par les accointances des deux leaders avec la fratrie Binzer. Jesper et Jacob apparaissaient d’ailleurs sur le dernier album du quatuor, ce Rock n Roll Radio qui tenait plus du Rock austral que du Punk des RAMONES, mais pour autant, la culture musicale des danois leur permet de picorer mondialement l’héritage amplifié de bien des courants.

Quatre ans plus tard mais la motivation intacte, les ELECTRIC GUITARS reviennent brancher le triphasé sur un disjoncteur de 16 pour faire sauter les plombs de notre cerveau d’un Rock joué tonitruant, gaiement, mais  toujours aussi sérieusement dans le délire. Et autant l’admettre, retrouver Mika Vandborg et Soren Andersen est un véritable plaisir de fin d’année, beaucoup plus enthousiasmant qu’un vulgaire sapin en plastique au pied jonché de cadeaux sans importance. Car le véritable cadeau de ces fêtes 2021, c’est ce nouvel album, Freewheeler, qui sent bon la liberté, la guitare en bandoulière, et le hasard comme seule destination. N’ayant pas changé leur recette d’un iota, les deux guitaristes nous offrent un festival de bonne humeur, un récital de citations dans le texte qu’on savoure, et plus important encore, de véritables chansons, old-school, qui ne s’ancrent dans aucune décennie, mais qui rappellent à juste titre la capacité danoise à transcender le formalisme.

Ainsi, impossible de ne pas penser aux frangins Young sur le binaire décapant de « Freewheeler », qui sent bon le caoutchouc brûlé sur les pistes australes, ou à la paire Binzer sur ce « Cut Loose », symptomatique de la démarche de D.A.D des années 90. Bible du Hard-Rock nordique ayant grandi dans l’ombre de l’Amérique et de l’Australie, Freewheeler est un voyage dans le temps et l’espace, un trip Rock pur et dur, avec tatouages, bière, étapes sous la lune et rêveries juvéniles, qui nous fait oublier l’espace de quarante minutes la morosité d’un monde qui ne sait plus s’amuser sans brûler des poubelles et des voitures et se taper sur la tronche via les réseaux sociaux.

Ici, on emmerde le numérique, on vénère l’analogique, et on n’a cure des opinions de fiel déversées par des trolls en manque de reconnaissance. Car la vraie reconnaissance, celle qu’on acquiert à la force du poignet se gagne sur scène et sur la route, et pas sur YouTube ou Facebook. Alors, on bluese (« Zero Four »), on burner à fond la caisse sans singer les tics des AIRBOURNE (« Dopamine »), et parfois, on finasse seventies en saccades pour faire gicler le jus de citron sur la cuisse des héros d’antan (« Going Out »).

Parfaitement soutenus par une section rythmique solide et fluide (Peter Kjobsted : basse, chœurs

Morten Hellborn : batterie, chœurs), Mika Vandborg et Soren Andersen se laissent donc aller à ce qu’ils savent faire de mieux, jouer de la guitare et chanter, composer des hymnes simples et imparables, et l’ambiance de ce nouvel album, quoique surchauffée, ne donne pas de malaise en laissant quelques respirations de VMC aérer la pièce.

        

Enthousiaste, exubérant juste ce qu’il faut, Freewheeler rappelle ces virées en mobylette en roues à bâtons rouges que nous faisions durant notre adolescence, pour se retrouver en ville, et parler de ces albums qui nous faisaient pousser l’acné sur la tronche. Un album qui nous replonge dans l’insouciance, et dans la connaissance, lorsque notre culture se forgeait à l’éducation des dieux du Rock et du Hard-Rock qui nous disaient à mots couverts que la vie était certes une belle garce, mais qu’elle réservait parfois de belles surprises, et pas uniquement sexuelles. Alors, on se prend de plaisir à se remémorer les KIX, les SLAUGHTER, les RECKLESS, et autres seconds couteaux des eighties, mais aussi les rois du ring d’AC/DC, de DEEP PURPLE, et puis parfois, évidemment, les D.A.D et autres imports que l’on dévorait des yeux et de oreilles (« Incoming »).

En passant en revue un répertoire éprouvé par les années, mais en le restituant de façon aussi hédoniste, les ELECTRIC GUITARS accomplissent un réel tour de force, en ne jouant que sur les aspects les plus génériques du Hard de ces trente dernières années. Qu’il soit pur et dur, qu’il soit modulé pour épouser les contours d’une Pop-Rock rustre à la Bryan ADAMS (« The Rainbow »), qu’il soit trépidant comme un Néo-Punk pas totalement assumé et encore attaché à ses racines Rock (« Hot Blooded Woman »), ou plus simplement binaire et mélodique comme un live pris en pleine face à quinze ans (« Nervous Breakdown »), le Rock est le maître mot et le seul mot d‘ordre de ce nouvel album, qui humblement joue l’ambition de ceux qui connaissent la leçon, et la répètent à leur façon.

D’ailleurs, un album pareil devrait être remboursé par la sécurité sociale, tant il remplace aisément tous les antidépresseurs de la planète. Et en bouclant la boucle sur un riff pataud et sombre à la BLACK SABBATH (« Welcome History »), Freewheeler trouve la dernière étape idéale, et clôt le voyage sur une note nocturne plus tamisée, mais pas moins sincère.

Si vous cherchez une échappatoire à la névrose ambiante, alors ne cherchez plus, vous l’avez trouvée. Une fois encore, les ELECTRIC GUITARS, en branchant leur jack et en hurlant dans leur micro nous démontrent que le mieux est l’ennemi du bien, mais que le mieux peut aussi faire du bien. Pur, sans artifices, aussi honnête qu’une accolade amicale, Freewheeler est une cure de jouvence et un retour en arrière qui fait du bien au derrière. Qu’ils bottent avec entrain.   

                                                                                                                                                                                                          

Titres de l’album:

01. Dopamine

02. Freewheeler

03. Cut Loose

04. Zero Four

05. Going Out

06. Incoming

07. The Rainbow

08. Hot Blooded Woman

09. Nervous Breakdown

10. Welcome History


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/12/2021 à 15:28
85 %    138

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26