Freewheeler

Electric Guitars

12/11/2021

Mighty Music

Avec une pochette et un titre pareil, peu de place au doute. Mais pour qui connaît les danois d’ELECTRIC GUITARS, il n’y a jamais eu de doute possible. Ces grands garçons venus du froid n’ont jamais eu qu’un seul leitmotiv dans la vie, jouer un Hard Rock sans fioritures, et évidemment entièrement dévoué à la déesse guitare, comme leur baptême l’indique sans ambages. Pour faire simple et réducteur en se basant sur la nationalité des gus, on pourrait presque affirmer que ce groupe est une version à peine plus moderne des aînés de D.A.D, comparaison évidemment facilitée par les accointances des deux leaders avec la fratrie Binzer. Jesper et Jacob apparaissaient d’ailleurs sur le dernier album du quatuor, ce Rock n Roll Radio qui tenait plus du Rock austral que du Punk des RAMONES, mais pour autant, la culture musicale des danois leur permet de picorer mondialement l’héritage amplifié de bien des courants.

Quatre ans plus tard mais la motivation intacte, les ELECTRIC GUITARS reviennent brancher le triphasé sur un disjoncteur de 16 pour faire sauter les plombs de notre cerveau d’un Rock joué tonitruant, gaiement, mais  toujours aussi sérieusement dans le délire. Et autant l’admettre, retrouver Mika Vandborg et Soren Andersen est un véritable plaisir de fin d’année, beaucoup plus enthousiasmant qu’un vulgaire sapin en plastique au pied jonché de cadeaux sans importance. Car le véritable cadeau de ces fêtes 2021, c’est ce nouvel album, Freewheeler, qui sent bon la liberté, la guitare en bandoulière, et le hasard comme seule destination. N’ayant pas changé leur recette d’un iota, les deux guitaristes nous offrent un festival de bonne humeur, un récital de citations dans le texte qu’on savoure, et plus important encore, de véritables chansons, old-school, qui ne s’ancrent dans aucune décennie, mais qui rappellent à juste titre la capacité danoise à transcender le formalisme.

Ainsi, impossible de ne pas penser aux frangins Young sur le binaire décapant de « Freewheeler », qui sent bon le caoutchouc brûlé sur les pistes australes, ou à la paire Binzer sur ce « Cut Loose », symptomatique de la démarche de D.A.D des années 90. Bible du Hard-Rock nordique ayant grandi dans l’ombre de l’Amérique et de l’Australie, Freewheeler est un voyage dans le temps et l’espace, un trip Rock pur et dur, avec tatouages, bière, étapes sous la lune et rêveries juvéniles, qui nous fait oublier l’espace de quarante minutes la morosité d’un monde qui ne sait plus s’amuser sans brûler des poubelles et des voitures et se taper sur la tronche via les réseaux sociaux.

Ici, on emmerde le numérique, on vénère l’analogique, et on n’a cure des opinions de fiel déversées par des trolls en manque de reconnaissance. Car la vraie reconnaissance, celle qu’on acquiert à la force du poignet se gagne sur scène et sur la route, et pas sur YouTube ou Facebook. Alors, on bluese (« Zero Four »), on burner à fond la caisse sans singer les tics des AIRBOURNE (« Dopamine »), et parfois, on finasse seventies en saccades pour faire gicler le jus de citron sur la cuisse des héros d’antan (« Going Out »).

Parfaitement soutenus par une section rythmique solide et fluide (Peter Kjobsted : basse, chœurs

Morten Hellborn : batterie, chœurs), Mika Vandborg et Soren Andersen se laissent donc aller à ce qu’ils savent faire de mieux, jouer de la guitare et chanter, composer des hymnes simples et imparables, et l’ambiance de ce nouvel album, quoique surchauffée, ne donne pas de malaise en laissant quelques respirations de VMC aérer la pièce.

        

Enthousiaste, exubérant juste ce qu’il faut, Freewheeler rappelle ces virées en mobylette en roues à bâtons rouges que nous faisions durant notre adolescence, pour se retrouver en ville, et parler de ces albums qui nous faisaient pousser l’acné sur la tronche. Un album qui nous replonge dans l’insouciance, et dans la connaissance, lorsque notre culture se forgeait à l’éducation des dieux du Rock et du Hard-Rock qui nous disaient à mots couverts que la vie était certes une belle garce, mais qu’elle réservait parfois de belles surprises, et pas uniquement sexuelles. Alors, on se prend de plaisir à se remémorer les KIX, les SLAUGHTER, les RECKLESS, et autres seconds couteaux des eighties, mais aussi les rois du ring d’AC/DC, de DEEP PURPLE, et puis parfois, évidemment, les D.A.D et autres imports que l’on dévorait des yeux et de oreilles (« Incoming »).

En passant en revue un répertoire éprouvé par les années, mais en le restituant de façon aussi hédoniste, les ELECTRIC GUITARS accomplissent un réel tour de force, en ne jouant que sur les aspects les plus génériques du Hard de ces trente dernières années. Qu’il soit pur et dur, qu’il soit modulé pour épouser les contours d’une Pop-Rock rustre à la Bryan ADAMS (« The Rainbow »), qu’il soit trépidant comme un Néo-Punk pas totalement assumé et encore attaché à ses racines Rock (« Hot Blooded Woman »), ou plus simplement binaire et mélodique comme un live pris en pleine face à quinze ans (« Nervous Breakdown »), le Rock est le maître mot et le seul mot d‘ordre de ce nouvel album, qui humblement joue l’ambition de ceux qui connaissent la leçon, et la répètent à leur façon.

D’ailleurs, un album pareil devrait être remboursé par la sécurité sociale, tant il remplace aisément tous les antidépresseurs de la planète. Et en bouclant la boucle sur un riff pataud et sombre à la BLACK SABBATH (« Welcome History »), Freewheeler trouve la dernière étape idéale, et clôt le voyage sur une note nocturne plus tamisée, mais pas moins sincère.

Si vous cherchez une échappatoire à la névrose ambiante, alors ne cherchez plus, vous l’avez trouvée. Une fois encore, les ELECTRIC GUITARS, en branchant leur jack et en hurlant dans leur micro nous démontrent que le mieux est l’ennemi du bien, mais que le mieux peut aussi faire du bien. Pur, sans artifices, aussi honnête qu’une accolade amicale, Freewheeler est une cure de jouvence et un retour en arrière qui fait du bien au derrière. Qu’ils bottent avec entrain.   

                                                                                                                                                                                                          

Titres de l’album:

01. Dopamine

02. Freewheeler

03. Cut Loose

04. Zero Four

05. Going Out

06. Incoming

07. The Rainbow

08. Hot Blooded Woman

09. Nervous Breakdown

10. Welcome History


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/12/2021 à 15:28
85 %    230

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Le week-end de la Vierge de Fer

Simony 03/07/2022

Live Report

Discography 1985/2022

mortne2001 02/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

"J'aime beaucoup la configuration du Trabendo, la scène en contre-bas permet de voir ce qu'il s'y passe où que l'on soit dans la salle" Je pense tout le contraire, où que l'on soit dans la salle on voit rien du tout je(...)

04/07/2022, 17:20

Arioch91

Je n'ose imaginer le boulot passé à rédiger une telle rétrospective !Respect total et merci beaucoup !

03/07/2022, 19:41

Olivier

Merci pour cette très belle bafouille ! J'adore N.D. depuis ses débuts, mais je suis surtout un fan des premières années, et pour moi, la première fracture intervient lorsque Lee quitte le navire - je ne suis pas très fan de la voix de Ba(...)

03/07/2022, 18:38

Buck Dancer

Vraiment très sympa cette rétrospective d'un groupe qui le mérite largement et bravo pour le travail ! Perso j'ai découvert Napalm ave l'EP " Mass Appeal Madness", d&apos(...)

03/07/2022, 14:07

RBD

Seigneur, quel travail ! J'écoute Napalm depuis plus d'un quart de siècle, c'est l'un des deux ou trois groupes de niveau professionnel que j'ai vu le plus. Mais jamais je n'aurais osé me lancer dans un exposé pareil. Rien que pour ç(...)

03/07/2022, 12:06

Simony

Putain !!!!!!! Alors moi j'adore Utopia Banished, c'est l'album qui m'a fait découvrir NAPALM DEATH c'est certainement pour cela, c'est aussi pour ça que j'ai pas de suite compris ce qu'était Scum lorsque j'ai voulu remonter les al(...)

03/07/2022, 10:06

NecroKosmos

Superbe travail !! Moi aussi, je suis un fan ultime de NAPALM DEATH. Je suis leur carrière de près depuis que j'ai découvert le groupe à la sortie de FROM ENSLAVEMENT... et n'ai jamais décroché malgré leurs prises de risques ou changement(...)

03/07/2022, 07:22

Benstard

Ouais pareil , la production est générique a mort, bon c'est quasiment tout les groupes comme ça , mais entre la guitare avec ce son de gratte en mode pédale brancher sur une table de mix et la batterie avec la caisse claire ultra numérique...mais bon ce gr(...)

02/07/2022, 14:45

afass

Generic and boring.

01/07/2022, 23:16

Arioch91

Achat prévu !

01/07/2022, 20:10

Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11