Ekbom

Benighted

12/04/2024

Season Of Mist

Un magnifique jardin. Des tulipes roses. Des roses orangées. Un superbe rhododendron. Un massif de dahlias, des fontaines, des statues, des enfants qui jouent calmement sur la pelouse fraichement tondue. Une atmosphère de quiétude permanente. Le sublime dans la simplicité. Un chien qui va et qui vient sous l’œil bienveillant du jardinier et son chapeau de paille usé. Et puis…

Et puis, un tank qui arrive, et écrase tous les parterres. Des gus qui en descendent et qui chient sur l’herbe, traumatisant les enfants de la vision de leur lune offerte. Des cris, des injures, la maîtresse de maison rapidement troussée contre un Apollon de pierre, et les chiards qui s’en prennent une bonne parce que…ben parce que. C’est ça l’effet BENIGHTED 2024. La beauté ruinée par la laideur et la pestilence. Mais qu’est-ce qu’on aime ça…

Julien, Pierre, Emmanuel et Kevin reviennent donc foutre le bordel, quatre ans après l’apocalypse selon St Truchan Obscene Repressed. En 2020, l’année du COVID, c’était déjà pas la joie pour les romantiques et les sensibles, mais 2024 ne leur fera pas de cadeau non plus. Car voici venu le temps des pires et des vents, dans le pays foireux des enfants lépreux.

Ekbom.

Un simple petit mot pour décrire le coup de semonce de cette année déjà bien entamée, mais à laquelle manquait un cataclysme à la hauteur de sa réputation. Grâce à BENIGHTED, 2024 sera donc l’année du souffre et du méthane, de la barbaque Brutal Death et de la saignée Grind, et un spectacle sans fin qui réjouit les gamins, ceux élevés dans le respect du bordel et du chaos. Rien n’a changé, mais tout a empiré. Déjà peu enclin à la mansuétude, BENIGHTED est un peu comme la créature du troisième volet de Resident Evil. Toujours plus moche, toujours plus méchant, toujours plus baraqué et invincible.

   

« Prodrome » vous endort d’une minute d’Ambient, mais c’est pour mieux attirer votre attention sur le massacre qui va avoir lieu, et dont vous serez les témoins auditifs. Le massacre initié par l’impitoyable et infect « Scars » qui vous scarifie encore plus efficacement qu’un split entre NAPALM DEATH et ABORTED. Le son est évidemment gras et précis, la guitare en triphasé, la batterie en constant roulement, et Julien fait ce qu’il sait faire le mieux : insulter le solfège, vomir sur les mélodies, et cracher son venin sur la douceur de vivre. Et si la grosse caisse peut démanger de son aspect compressé, l’ensemble fonctionne comme ces traitements psychiatriques d’après-guerre. Des électrochocs, des bains glacés, et l’humiliation permanente de nager dans votre urine.

Ekbom n’est pas vraiment un album. Il s’apparente plus à un test d’endurance, comme un semi-marathon couru à la vitesse d’un cent mètres. Dès les premières foulées, l’oxygène vient à manquer, et l’athlète que nous sommes en chie pour continuer de mettre un pied devant l’autre. Dans un registre de Death joué encore plus dingue que tous les voisins, le quatuor nous pulvérise les rotules de ses accélérations en chien de fusil, nous flingue les articulations de ses cris de belette enragée, et nous écrase les rognons avec un bel enthousiasme brutal. On sent que le groupe a pris un plaisir incommensurable à enregistrer ces quarante minutes de bruit agencé, et lorsque les breaks amènent un peu de rigueur rythmique, « Morgue » se transforme en zombie surhumain capable de soulever un éléphant pour le bouffer.

Concocté aux Kohlekeller studios en Allemagne, enregistré, produit, mixé et masterisé par Kristian Kohlmannslehner, Ekbom est un mur de la mort à échelle mondiale, avec des millions de tarés qui foncent les uns sur les autres. Sa rigidité rythmique en fait une arme de destruction massive, et jamais le quatuor n’a sonné aussi chirurgical et viscéral à la fois. A l’image d’un film bien Gore tourné par un académicien du cinéma, ce nouvel album accepte un body count très élevé, mais ménage son suspens et sa violence avec beaucoup de goût.

Et « Le Vice des Entrailles » de symboliser l’acmé d’un genre qui d’année en année se radicalise, tout en devenant de plus en plus pointu et ventru.

Le bourrin pour le bourrin, c’est bien. Mais le bourrin pour arriver à ses fins, c’est beaucoup mieux. Et comme BENIGHTED vise la perfection dans la régurgitation, l’agencement devient très important tout comme la perte de repères et l’ivresse bruitiste. « Nothing Left to Fear », petit air de cour de récré qu’on reprend arrivé chez soi au parc à cochons, « Ekbom », title-track tribal et trou de balle en fleur, « Metastasis » et son cancer de blasts, les morceaux s’enchaînent et l’esprit divague. Comment peut-on parvenir à un tel degré de folie artistique sans y laisser sa santé mentale ? Tout simplement en acceptant que la vie en elle-même est une folie, et le chaos son expression la plus logique.

BENIGHTED a bien compris ça, et en a fait sa philosophie, sans se reposer sur ses connaissances. Ce qui lui permet de nous calotter sévère avec le groovy « A Reason for Treason » et ses syncopes vicieuses, ou de verser un peu de gros sel sur nos plaies via la doublette infernale « Fame of the Grotesque » / « Scapegoat ».

Un peu Indus sur les bords, Grind plus que Gore, Death jusqu’au bout des roupettes, Crust sur les bouclettes, BENIGHTED est ce petit chaperon noir qui en colle une bonne à la grand-mère, en levrette sans lub’. La vieille hurle évidemment, incapable de se donner calmement, et dans le panier, quelques préservatifs usés maculent l’osier de leur latex souillé.

Pas vraiment le conte de fée qu’on raconte aux enfants pour les endormir ou leur faire croire que la vie est jolie, mais BENIGHTED est là pour nous réveiller et nous effrayer. Mission accomplie. Maintenant, ça brûle quand je fais pipi.


  

Titres de l’album:

01. Prodrome

02. Scars

03. Morgue

04. Le Vice des Entrailles

05. Nothing Left to Fear (feat. Oliver Rae Aleron)

06. Ekbom

07. Metastasis

08. A Reason for Treason

09. Fame of the Grotesque

10. Scapegoat

11. Flesh against Flesh

12. Mother Earth, Mother Whore


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/04/2024 à 19:24
85 %    524

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Poderosos/Magnificencia/Técnica Suprema
@187.190.238.21
21/04/2024, 19:50:07
  • Los Maestros del BRUTAL DEATH GRIND

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Dobey swamp

Il y a décalage notoire entre ce report et la perception de ce pseudo journaliste qui a oublié d être objectif je pense et l avis du public. Ça arrive trop souvent malheureusement.

30/05/2024, 19:02

gory salope

@gory : on veut lire ton report alors, petite catin

30/05/2024, 14:16

GORY

Ce report, c'est du grand n'importe quoi rédigé par une personne qui n'y connaît rien (j'y étais). 

30/05/2024, 11:48

Jus de cadavre

Terrible. Le Thrash / Death au top. On dirait du Legion of the Damned en (bien) mieux avec un coté Slayer de vicelard. 

29/05/2024, 22:14

Jus de cadavre

Setlist de malade tout simplement. Tom est une brute absolue derrière les futs c'est taré. J'avais même pas entendu causer de cet album live ! Merci pour la chro et le rattrapage ;)

29/05/2024, 22:07

Saul D

"pense"

29/05/2024, 17:28

Saul D

Je le sais, je les avais interviewés il y a un moment, mais je ne pensent pas qu'ils aient des tendinites du bras, eux :-)

29/05/2024, 17:28

Gargan

Les birds, en mode vieux con, je les évite depuis leur retrait du dernier hellfest (en même temps, pas mon style donc je le vis bien :D). Raisons très vagues et tellement dans l'air du temps : z'en font pas assez pour les femmes (y'a pourtant rien de pire et d&a(...)

29/05/2024, 15:46

Steelvore666

Miam-miam !

29/05/2024, 07:54

Matürin/ Mobütu

Ici le chanteur du gang Mobütu.Il est vrai que j’ai cette fâcheuse habitude de trop parler entre les morceaux et je te le concède et te remercie pour le consei(...)

28/05/2024, 17:21

Jus de cadavre

Saul D : et bien pas tant que ça en fait ! Al-Namrood (qui veut dire "non-croyant" en arabe) est clairement anti-islam ! Au point que les membres restent anonymes car ils risquent (très) gros dans leur pays qui a le coup de sabre facile...

28/05/2024, 15:04

Saul D

Mettre en lien Al Namrood et Nokturnal Mortum, c'est cocasse :-)

28/05/2024, 12:44

PTT

Je trouve que DPD a raison. Et paradoxalement, je compose de la zique plutôt moyenne, on sort des albums qui sont certainement dispensables, 90% de nos "fans" sont nos potes. Mais je continue. Parce que j'aime ça, parce que sinon il ne me restera plus que d(...)

27/05/2024, 23:38

Johnny grossebite

Allez, après les boomers hivy mitol, voici venir les goudous en colère. De mieux en mieux

27/05/2024, 22:12

DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55