Lorsque j’ai choisi de reprendre le journalisme en 2006 et d’écrire pour le webzine Metal-Impact, l’un des premiers albums à tomber sous ma plume fut le troisième LP de KILLSWITCH ENGAGE. A l’époque, mes chroniques dépassaient à peine le paragraphe, se voulaient plus concises, mais je m’étais laissé emporter par mon enthousiasme et avais gratifié l’album d’un 9 sur 10 totalement immérité. Rétrospectivement, et après avoir écouté As Daylight Dies une poignée de fois depuis, j’ai compris que j’avais fonctionné à l’instinct, sans recul, et que j’avais été trop généreux, sans forcément le regretter. C’était il y a déjà treize ans, et depuis, mes chroniques se sont rallongées à mesure que mes cheveux se raccourcissaient, mais l’enthousiasme est toujours là, se formalisant avec moins de mesure dans l’espace, mais plus d’objectivité dans le fond. Et il est assez amusant de constater qu’une fois encore, et pour la deuxième fois, je me retrouve à traiter du cas d’un troisième album de la part des américains. Le troisième album studio depuis le retour du chanteur originel Jesse Leach, six ans après Disarm The Descent, et trois ans après le très célébré Incarnate. Malgré le talent et le vibrato inimitable de Howard Jones, les fans se sont réjouis du retour au bercail de Jesse, qui semblait signifier pour eux un retour aux sources de l’éponyme début et du classique Alive or Just Breathing, le véritable point de départ de la carrière des originaires de Westfield, Massachusetts. Le retour aux sources n’a pas forcément été constaté par tout le monde, mais les accros eux étaient d’accord. Incarnate était une tuerie qui méritait une suite à la hauteur, mais une fois encore, c’était sans compter sur les impondérables d’une existence décidément très capricieuse. Jesse, atteint de polypes, a dû se faire soigner pendant de longs mois, sans savoir s’il allait retrouver sa voix, et c’est donc un chemin de croix qui a mené à l’enregistrement de ce huitième album, qui sans s’aventurer hors d’une zone de confort déjà bien établie, en conforte les limites et en agrémente le contenu.

On le sait, c’est aujourd’hui un quasi consensus, le Metalcore n’a jamais été en odeur de sainteté dans la famille Metal. Presque au niveau du Nu-Metal en termes de mépris, il n’a même pas l’avantage de représenter un pallier franchi, puisque le genre n’est uniquement considéré que comme une extension un peu batarde, réservée à un public trop jeune et incapable de faire la différence entre vrais musiciens et habiles faiseurs. Mais en occultant ce jugement manquant d’objectivité, et en admettant que le nœud du problème ne se situe pas là, admettons que les KILLSWITCH ENGAGE en sont les représentants les plus dignes, et certainement les plus efficaces. Si leurs albums n’ont jamais rien révolutionné depuis des débuts pétaradant, difficile de ne pas voir en Alive or Just Breathing un classique du cru et une œuvre qui passe avec aisance l’épreuve du temps. Depuis, pas de réelle déception, même si la critique n’a jamais épargné le groupe, et c’est avec une envie de revanche sur le destin que le groupe se présente aujourd’hui, avec ces onze nouveaux morceaux qui sont autant de déclarations d’intention. Une fois encore travaillé maison avec une production signée par le guitariste Adam Dutkiewicz, Atonement n’étonnera personne mais rassurera tout le monde. On reconnaît la patte inimitable des auteurs, et ces figures imposées entre saccades traditionnelles et mélodies plus prononcées, et dans les faits, ce huitième opus de la saga KILLSWITCH ENGAGE pourrait incarner le parangon d’une méthode éprouvée par les années, mais toujours aussi efficace. Eprouvée, le terme est le bon, puisque le groupe envisage cette nouvelle étape comme la formalisation musicale de « la réflexion sur la persévérance et la passion au travers de la souffrance de nos existence ». Et cette souffrance est souvent palpable, spécialement - et logiquement - dans les intonations de Jesse, qui très en forme, nous offre un faire-part de guérison qui fait plaisir à entendre. Le reste de la bande-son ne déroge à aucune règle, à tel point que j’ai parfois cru faire un bond dans le temps pour me retrouver en 2006 et réécouter As Daylight Dies (« As Sure As the Sun Will Rise »).

Pour solde de tout compte, le quintet (Jesse Leach - chant, Adam Dutkiewicz & Joel Stroetzel - guitares, Mike D'Antonio - basse et  Justin Foley - batterie), accepte de regarder en arrière et d’admettre que cet album est sans doute le plus varié qu’ils ont enregistré. Sans accepter cette assertion pour argent comptant qui ressemble à s’y méprendre à un argument promotionnel, il convient de reconnaître au moins que l’écart entre les morceaux les plus radicaux et ceux plus nuancés est plus ouvert que d’ordinaire, avec des tubes grand-public formatés pour séduire, et qui vont certainement le faire. Dans ce créneau-là, le groupe est toujours aussi à l’aise, nous servant « Us Against the World » et son intro presque dramatique sur un plateau d’harmonies en tierces, et « I Can’t Be the Only One » sur une assiette de Nu-Metal digéré et assumé, malgré la rythmique qui concasse de Justin Foley. Que l’on aime ou pas l’approche plus harmonieuse de KILLSWITCH ENGAGE, on acceptera au moins leur talent pour imposer des hymnes aux motifs simples et aux riffs mémorisables, talent qu’ils travaillent depuis leurs débuts, et qui est maintenant imperfectible. Mais aussi plaisant soient ces morceaux, ils ne constituent pas le vrai fond de l’album, qu’on peut trouver sans avoir à pelleter dès « Unleashed ». Malgré quelques cordes qui semblent apaisées, le titre est une véritable boucherie qui présente les meilleurs aspects du Metalcore, se jouant de ses clichés les plus poussés (et qui ont été soulignés récemment par une excellente vidéo parodique sur Youtube, que vous trouverez sans problème), pour les transcender et nous massacrer les oreilles d’une colère qu’on imagine née de la frustration de ces deux dernières années.

Seul, le groupe s’en sort avec plus que les honneurs, mais épaulé, il déclenche la fureur, et signe deux morceaux aux featurings fameux. Le premier et le plus évident est bien sûr « The Signal Fire », avec l’ancien chanteur Howard Jones venu en renfort. Du KE tout ce qu’il y a de plus classique, mais qui claque comme du AT THE GATES réintroduit dans un labo de la Bay Area. La combinaison des deux voix assure la jonction historique, mais c’est surtout le riff qui explose les enceintes, et le headbanging est alors inévitable. Parlant de la Californie, « The Crownless King », avec la caution légendaire de Chuck Billy est une autre tuerie, qui nous rapproche d’arguments plus Thrash, tels ceux qu’on trouvait justement sur les derniers albums de TESTAMENT. Le reste se partage entre des tranches saisies à vif, presque bleues, mais trop produites pour sonner réchauffées, avec un « Know Your Enemy » qui synthétise tout le parcours, « Ravenous » qui ose plus de méchanceté concentrée, ou le final « Bite the Hand That Feeds » qui a parfois de faux airs de MESHUGGAH version redux pour se montrer plus ambitieux, tout du moins sur son intro. Atonement de fait ne sera donc une surprise pour personne, puisque KILLSWITCH ENGAGE se contente de faire du KILLSWITCH ENGAGE, et cette fois-ci, contrairement à ma clémence d’il y a treize ans, j’ai le recul nécessaire pour juger le groupe à sa juste valeur. Une valeur indiscutable, mais bien en dessous d’une importance cruciale.       

  

 

Titres de l’album :

                      01. Unleashed

                      02. The Signal Fire [Featuring Howard Jones]

                      03. Us Against the World

                      04. The Crownless King [Featuring Chuck Billy]

                      05. I Am Broken Too

                      06. As Sure As the Sun Will Rise

                      07. Know Your Enemy

                      08. Take Control

                      09. Ravenous

                      10. I Can’t Be the Only One

                      11. Bite the Hand That Feeds

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/09/2019 à 14:33
75 %    200

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Propret.


Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)