« Soigné, mais pas guéri ». Ok. Mais pas guéri de quoi ? Des désillusions constantes sur l’humanité ? Du nihilisme de conscience qui fait comprendre que l’homme court à sa perte ? Que le monde n’est pas un endroit merveilleux ou vivre ?

De cette envie de s’exprimer via un vecteur minimaliste, celui d’un Raw Black qui va puiser son inspiration dans les racines d’un style ?

Difficile de savoir exactement le message que ces Hongrois souhaitent faire passer, alors même que leur musique est assez simple d’approche…Visiblement, l’espoir n’étouffe pas leurs cœurs, puisque les titres de leur troisième album se concentrent sur un malaise tangible, de perte de repères, d’oxygène, de corps en décomposition et de cercles noirs comme un avenir obstrué par la désillusion….

Bref, un univers BM tout ce qu’il y a de plus typique, mais à l’ambiance assez suffocante et prenante, loin des pires exactions du genre qui a tendance à très vite tourner en rond…

J’ai connu les KOLP via un mail me proposant de chroniquer leur troisième longue durée, ce Cured But Not Healed qui fait suite à deux précédents LP.

Peu d’informations de formation à se mettre sous la plume, mais une première trace discographique recensée en 2010 avec un premier album, The Covered Pure Permanence, suivi deux ans plus tard par The Outside, avant que les Hongrois ne publient un premier EP, The Valley Of The Plague, qui fut enchaîné à une rétrospective en format box, sobrement auto-intitulée.

Un split avec les collègues nationaux de LEIRU plus tard, les voilà donc affrontant l’écueil du troisième album si redouté, et passant la rampe avec un certain panache, sans rien renier de leurs convictions antérieures qui font toujours foi et loi.

Composé si j’en crois les sites officiels de deux membres permanents, Knot s’occupant de la musique et Jim Jones du chant et des textes, KOLP est donc un projet aux desseins assez sombres mais traditionnels, qui gravitent dans une galaxie de BM très cru et ténébreux, ne cherchant ni la fantaisie ni la provocation de l’innovation à outrance, mais respectant scrupuleusement les codes énoncés il y a quelques décennies par la vague nordique menée de front par les DARKTHRONE et autres BURZUM/BEHERIT.

Moins sauvages que la plupart de leurs références, les Hongrois jouent une musique assez facile d’accès, et se concentrent sur des thématiques classiques, qu’ils manipulent mélodiquement avec une certaine aisance. Leur trame instrumentale se repose sur une guitare très acide qui semble avoir été accélérée au mixage pour bénéficier d’un son un peu flottant, et des patterns rythmiques en blasts qui daignent assez fréquemment décélérer pour se frotter un à un Funeral Doom/Depressive Black assez conséquent et déprimant (à partir de «Decompose (Till Only Skin Remains) »). D’ailleurs, le point le plus intéressant de cet album reste son évolution globale, puisqu’il semble avoir été découpé en deux parties bien distinctes. Si les trois premiers morceaux, malgré quelques signes de pesanteur patents, se concentrent sur une violence et une vitesse indéniable, les trois suivants préfèrent casser ce schéma, et se focaliser sur une lourdeur de ton et de fond, évoquant tout autant les efforts les plus introspectifs de DARKTHRONE que certaines histoires de FORGOTTEN TOMB, en version toutefois moins empesée et délibérément déprimante.

Mais dire que la joie est absente de ce troisième album est un lénifiant euphémisme, puisque la musique, qu’elle soit véhémente et brutale ou morbide et éprouvante, reste d’une froideur assez rigide et d’une pâleur assez   repoussante.

Avec des compos simples qui la plupart du temps se basent sur deux ou trois idées/riffs, les KOLP ne cherchent pas la démonstration mais l’efficience, et jouent l’économie de moyens pour rester rattachés à un underground de mouvement, d’idées et de moyens, en collant aux préceptes uniques d’un BM rachitique, toutefois gonflé d’une production un peu moins squelettique que la moyenne.

Et ça fonctionne bien, puisque les deux musiciens ont quand même du métier derrière eux. Un morceau comme « Pitch-Dark Circles » est d’une percussion maximale et bénéficie d’un motif de guitare circulaire et redondant qui hypnotise l’auditeur, tout en le balançant d’une rythmique chancelante, qui ose les blanches à contretemps sur la caisse claire, tandis que la crash vrille à intervalles réguliers comme un mantra oublié.

Basse ample mais minimaliste qui se fraie un chemin pour un break inopiné, hurlements vocaux sur fond de dissonances assez prononcées, on pense évidemment à Panzerfaust, mais aussi à HELLHAMMER, celui de « Triumph Of Death », dont les échos semblent toujours aussi présents trente ans plus tard.

Le final « To The Pit » joue l’ambivalence, et débute même sous des auspices légers, avec un up tempo bondissant et une basse ronde et tournoyante, qui finit par être écrasée par le poids d’un Funeral Doom épais et poisseux, avant de retrouver l’allant de la première partie d’album pour un final aride et rapide nous renvoyant de fait au début du disque.

Fin intéressante qui boucle la boucle et synthétise les influences et l’optique, et qui finalement se veut assez représentative d’un LP qui refuse l’unicité pour explorer tous les recoins d’un BM asséché et râpeux, refusant le minimalisme inhérent à ce type de productions.

Celle des KOLP est tout à fait honnête, lo-fi sans tomber dans l’outrance de fréquences qui se fondent les unes sur les autres, suffisamment roots pour fédérer les fans les plus « true evil », mais largement assez étoffée et dynamique pour ne pas rebuter les plus réfractaires au jusque-boutisme sonore le confinant à la bouillie de démo.

Un troisième album très solide et intelligent qui lie le meilleur des deux mondes, et qui prouve que le BM sait rester underground sans tomber dans la caricature. Et qui devrait plaire tout autant aux fans de Raw qu’à ceux d’un Funeral Black assez pondéré dans les faits.


Titres de l'album:

  1. Air Decrease
  2. Being My Child
  3. Cured But Not Healed
  4. Decompose (Till Only Skin Remains)
  5. Let The Pale Inside
  6. Pitch-Dark Circles
  7. To The Pit

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/06/2017 à 14:29
70 %    340

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lowest Creature

Sacrilegious Pain

Wretch

Man or Machine

Sabaton

The Great War

Pendulum Of Fortune

Return To Eden

Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Combichrist + Terrolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ce type de groupe n'a pas fini de nous plonger dans les abysses du ridicule


J'ai l'impression que le précédent était sorti avant-hier, ils tiennent le rythme ceux-là !


Aaaaaaahhh !!!
C'était le bon vieux temps tout de même hein…
(Vieux con speaking)


dégageait*


Kerry King + 1.
C'est vrai que leur show dégagé pas mal.
J'en ai été d'ailleurs le premier surpris sur le moment...


Je viens de me choper le Pantera. Que j'avais en fait déjà en bootleg sous le nom de "Black Tooth" !
Tant pis... un énorme live en tout cas ! Ultra bourrin !


Magique


ah ouais ? le pantera me fait bien envie aussi ! je l'ai qu'en bootleg degeu et pas complet...


Rien à voir, mais j'ai le Nailbomb en CD du Dynamo...


ce live est sortit ya quelques semaines deja ;) dans la meme serie il y a aussi le live de testament de la meme année.


ah le bon vieux groupe en carton


très mou


Oui, belle pochette !! :)


Je n'aurais jamais cru qu'un jour un groupe ose s'arroger ce nom sacré...


Voilà la meilleure pochette de tous les temps !!


Mou ?!!! Euh...


Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !