A partir du moment où vous vous revendiquez d’un style particulier, deux possibilités s’offrent à vous. En respecter les codes à la lettre, et publier des albums solides mais manquant désespérément d’originalité, ou traverser le Styx et intégrer à votre schéma des données extérieures pour essayer de vous démarquer de la masse. Le Death progressif et technique étant un sous-genre très cloisonné et peu réceptif aux influences extérieures, la seconde possibilité devient une gageure que peu savent relever avec panache (une poignée d’artistes, que tout le monde connaît déjà, point.), alors autant se fixer sur la première et essayer d’y insuffler une touche personnelle, une pression constante pour en atteindre l’excellence. C’est cette voie que les américains de NUCLEUS ont choisie, sachant pertinemment que révolutionner l’optique n’était pas forcément dans leurs moyens. Pourtant, en écoutant ce second long, on se dit que ces musiciens ont la capacité d’aller un peu plus loin que les figures du genre, puisqu’ils se montrent tout à fait capables de sublimer les gimmicks pour les transformer en accroches terriblement addictives. Fondé en 2012 à Chicago, Illinois, ce quatuor (Dave Muntean - chant/guitare, Dan Ozcanli - chant/guitare, Ryan Reynolds - basse et Pat O'Hara - batterie) a patiemment élaboré son répertoire pour ne pas griller les étapes, et c’est avec un mélange de satisfaction dans la confirmation et de plaisir de la découverte que nous accueillons donc le nouveau chapitre de leur histoire. En commençant leur carrière à pas feutrés, par le biais de démos et de EP’s (The Colony en 2013 et Hegemony en 2015), les quatre musiciens ont donc peaufiné leur optique, avant de se lâcher sur un premier LP (Sentient en 2016) qui faisait déjà montre à l’époque d’une aisance dans la brutalité intelligente, qualité qu’Entity confirme aujourd’hui par le biais le plus franc et direct.

Comment se targuer de jouer un Death technique et évolutif, sans se contenter d’accumuler les riffs et les prouesses, et ainsi se montrer roboratif et légèrement imbu ? Simple, en soignant ses compositions, et en proposant de véritables morceaux, et pas de simples assemblages en équilibre instable. C’est une leçon que les NUCLEUS ont parfaitement compris, et qu’ils mettent en pratique sur ces huit nouveaux titres. Se réclamant d’un chaperonnage d’importance (ATHEIST, CONVULSE, DEMIGOD, DEMILICH, TIMEGHOUL, INCANTATION, ADRAMELECH, ASPHYX, BOLT THROWER), les originaires de l’Illinois n’ont pas choisi la facilité, se plaçant sous l’égide d’icônes que le petit monde de l’underground brutal admire depuis longtemps. Si la pochette de ce second long évoque avec beaucoup de franchise les univers de VOÏVOD, NOCTURNUS et VEKTOR, la musique qui s’y cache est beaucoup moins prévisible. En se rattachant à la tendance sci-fi du mouvement, les NUCLEUS excentrent leur préoccupations, mais se placent d’eux-mêmes dans un petit créneau restrictif qui ne supporte ni les clichés, ni la facilité, mais en optant pour une superposition permanente de thèmes et de mélodies, les américains osent l’outrance et la démesure, et jouent pleinement le jeu, sans nous saouler de démonstration tapageuses et autres prouesses personnelles vaines et pénibles. On remarque bien évidemment l’importance qu’a pu avoir un groupe comme DEMILICH sur leur créativité, mais dès « Arrival » évaporé dans la stratosphère, on comprend aisément qu’on a affaire à des artistes compétents et farouchement indépendants, les guitares abattant un travail phénoménal dans la complémentarité, et la rythmique leur offrant l’assise nécessaire à leurs explorations.

Mais aucun doute. Ce sont bien Dave Muntean et Dan Ozcanli qui assurent le gros du show, se renvoyant constamment la balle entre abus de vibrato et mélodies amères, riffs énormes et crises de bending aigues. L’association des deux hommes fonctionne donc à plein régime, et offre à Entity cette homogénéité dans l’originalité dont il avait clairement besoin pour se mettre en avant. Légèrement toxiques, les harmonies se frayent un chemin entre les mailles d’un tapis de riffs tous plus efficaces et mémorisables les uns que les autres, classiques dans le fond, mais beaucoup moins dans la forme. Proposant un voyage aux confins de la galaxie Techno-Death, les quatre instrumentistes savent rester groupés et ne pas s’éparpiller dans de longues introspections stériles, profitant d’une production compacte et diffuse, mais à l’écho incroyablement puissant pour propager leur message. En six minutes, le combo étale ses qualités et les fait fructifier sur la table de l’agression et de la violence, rappelant parfois la froideur de la scène scandinave tout comme le psychédélisme déviant des VOÏVOD, pour une virée dans l’hyper-espace brutal en leur compagnie, et celle d’un MORBID ANGEL particulièrement bestial (« Entity », une leçon de brutalité effective qui va en laisser plus d’un dériver dans l’atmosphère…). Tellement graves et grondant qu’ils frisent la limite du Gore, avec ces vocaux semblant se faire l’écho d’une sonde perdue dans la galaxie et diffusant sa balise avec véhémence, NUCLEUS reste toujours dans les limites de la compréhension, même si les blasts, les accélérations, les bends hystériques et torture de vibrato font partie de leur vocable naturel. Du grand art ? C’est envisageable, mais surtout, beaucoup de flair dans l’agencement des morceaux qui leur évite la paraphrase bête et pas si méchante que ça. « Uplift » continue son travail de sape en respectant la trajectoire, mais « Mobilization » se permet justement un petit à côté, en plaquant des riffs ultra catchy qui le confinent presque au Thrash Death, signe que le groupe est prêt à certaines concessions pour rester pertinent.      

Et en restant raisonnables (trois titres seulement au-delà des cinq minutes, et pas sans raison), Entity marque donc les esprits, d’autant que ses atmosphères sont plurielles (la lenteur oppressante de « Approach », qui suggère une fusion entre le PARADISE LOST des débuts et le MORBID ANGEL le plus lourd). On passe donc un excellent moment en compagnie de NUCLEUS, qui n’hésite jamais à brouiller les pistes (« Outpost » à la fois mélodiquement ludique et monstrueusement violent), et qui permet au Death progressif de ne pas marquer le pas, sans vraiment faire avancer la cause. Une sorte d’aller-retour dans le temps et l’espace qui ne peut laisser indifférent.   

 

Titres de l’album :

                         1. Arrival

                         2. Entity

                         3. Uplift

                         4. Mobilization

                         5. Approach

                         6. Outpost

                         7. Dominion

                         8. Timechasm

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/08/2019 à 18:34
80 %    209

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Arioch91
@195.115.26.249
20/08/2019 à 11:23:47
Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !

Ajouter un commentaire


The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...