Encore une compilation ? On va finir par me prendre pour un baltringue, voire un parjure tant je m’obstine à aller à l’encontre de ma nature…Sauf qu’encore une fois, je ne renie rien puisque cet assemblage est tout sauf une accumulation de titres déjà disponibles en format long. Et qui plus est, une recollection d’un obscur groupe russe n’est quand même pas du tout venant, spécialement en considérant le fait qu’une petite poignée d’indécrottables fans de l’underground le plus poisseux se sentira concerné par cette sortie…Pour les néophytes, et il y en a, PSEUDOGOD nous en vient donc de Perm, en Fédération de Russie, ville qui a vu naître le projet en 2004. Quatorze ans de carrière donc pour ces amateurs de brutalité non diluée, et pourtant, sanctionnées de peu d’œuvres complètes si l’on en juge par le recensement de leur production. Un seul LP à mettre à leur actif, le bien nommé Deathwomb Catechesis paru il y a déjà six ans, et qui venait enfin concrétiser de manière officielle le combat mené contre la musicalité entamé à l’orée du nouveau siècle. C’est peu, mais il convient d’y ajouter une myriade de sorties éditées sur divers labels microscopiques, dont pas mal de splits, quelques EP, et des titres éparpillés sur des compilations, ce qui rend l’exhaustivité de leur travail difficile à résumer. C’est justement le propos de ce Sepulchral Chants, qui se propose de réunir en un seul volume tous les morceaux non disponibles sur l’unique LP du groupe, qui depuis plus d’une décade a progressé, au point de se transformer en machine de guerre blasphémant à tout vent. Mais il est quand même utile de préciser que les russes ne font pas partie des ensembles BM les plus abordables, tant leur chaos à peine organisé à des allures de War Metal pas vraiment assumé, mais aux résonances assourdissantes.

On trouve donc sur cette compilation mise sur le marché par les esthètes morbides de Nuclear War Now de quoi étancher notre soif de chaos, et surtout, un joli listing reprenant à son compte tous les formats épars du quatuor. Composé de Naaz (basse), Yogsothoth (batterie), D.Necros (guitare) et I.S.K.H. (chant), tous ex-ACT OF GOD, ex-SINFUL ou ex-GROTH, PSEUDOGOD pratique donc une forme très hermétique de BM pas vraiment épique, mais aux aspirations délicatement progressives. Dans le fond bien sûr, mais dans la forme aussi, puisque les années passant ont quelque peu changé le visage du groupe, le rendant non plus accessible, mais plus acceptable, spécialement au niveau du son. Celui-ci est évidemment fluctuant selon les époques et les publications, mais colle à la peau d’une musique sans concessions, qui ne conçoit la violence que sous son aspect le plus brut. Pour rentrer dans les détails d’un tracklisting fourni (soixante-dix-sept minutes quand même pour un double LP), sachez que Sepulchral Chants contient les morceaux disponibles sur la démo Illusion of Salvation de 2006, celui du split In Void and Serpent the Spirit is One de 2008 et ceux de l’EP Triumphus Serpentis Magni de 2010, ceux du split Four Wings of Blasphemy and Abomination de 2010 et de l’EP The Pharynxes of Hell de 2015, d’un bonus disponible sur le picture LP Illusion Of Salvation de 2012, d’une répétition de 2007 (au son bien sûr absolument épouvantable) et d’une autre de 2014, au rendu encore plus difficile à supporter. Voilà donc une description exhaustive des pistes douloureuses qui vous attendent sur ce double LP, qui a quand même le mérite de résumer un pan d’histoire assez méconnu de l’extrême russe…

Musicalement évidemment, les maniaques de la précision et de la clarté vont méchamment morfler. Assez proche d’un BM vraiment brut, les PSEUDOGOD ne font montre d’aucune compassion envers la musicalité, mais n’en sont pas de vulgaires brutes assoiffées de sang pour autant. Leur BM a un joli parfum des origines, mais garde cette patine slave le rendant encore plus cru, et l’évolution proposée par la chronologie de la compilation nous permet d’apprécier leurs efforts de concision. Si les premiers morceaux font montre d’une cruauté abominable et prennent la production comme un gimmick dont on peut facilement se passer, le reste du disque est plus accessible aux plus effarouchés, même si la violence développée n’est pas vraiment tamisée. On pense à une version plus professionnelle et malléable des REVENGE, mais les sites spécialisés se plaisent visiblement à comparer nos amis du jour à toute une palanquée d’artistes aussi déviants que tarés. Ainsi, les noms d’IMMOLATION, de NOCTURNAL BLOOD, ARCHGOAT, TEITANBLOOD, MITOCHONDRION, ANAL BLASPHEMY ou ODEM reviennent avec une certaine régularité, tout comme celui de PORTAL, bien que ces références peinent à baliser un terrain accidenté. Et si la vitesse et la crudité restent des valeurs majeures, la lourdeur n’en est pas pour autant occultée, et des morceaux à l’emphase prononcée comme « Awakening Of Archdaemon » ou à l’ambiance modulée comme « Muerte » permettent de ne pas se croire perdu dans un magma sonore sans queue ni tête, ni dans un labyrinthe noisy sans échappatoire possible. Car les russes sont de plus habiles compositeurs que leur première démo ne le laisse croire, et l’évolution notable dans le tracklisting permet de comprendre qu’ils ne se contentent pas de leurs modestes acquis, et qu’ils souhaitent évoluer vers une forme plus ambitieuse et ouverte de Black de tradition.

On trouve même par ci par là de petites surprises en plus-value, comme cette reprise tout à fait digeste des infâmes BEHERIT (« The Gate Of Nanna », tout simplement claustrophobique et cauchemardesque), ou cette réappropriation très crue d’ANTAEUS (« Blood War III »), mais aussi des choses plus personnelles qui nous poussent à croire que le quatuor est largement capable d’accoucher d’une œuvre définitive. Ainsi, le glauque « Azazel » ressemble en tout point à un exorcisme mené avec flair, alors que le futé et cruel « Diving Merging » pourrait donner une leçon à tous les faiseurs de bruit de la création. Certes, et j’en suis le premier conscient, les derniers morceaux captés en plein effort dans une cave abandonnée ont plus valeur de témoignage que d’un réel intérêt musical, mais ils permettent à Sepulchral Chants de conserver ce parfum underground à laquelle nous tenons tant. Et puis, une horreur totale comme « Bleeding With Pus Of Black Plague » mérite à elle seule toute l’attention que vous pourrez porter à ce LP, tant la méchanceté crasse qui en émane nous rappelle que le Black n’a jamais eu vocation à sonner clean ou à séduire…Tout ceci est donc très véhément, vilain, défiguré, mais nous ramène à notre propre condition de sadiques/masochistes en perpétuelle quête d’absolu. Et plus prosaïquement, une façon de découvrir une facette intime du chaos made in Russia, via son versant le plus abrupt, mais franchissable.


Titres de l'album:

   01 Bleeding With Pus Of Black Plague
   02 Illusion Of Salvatio
   03 Branded By Hornz
   04 The Firstborn Of Abhorrence
   05 Illusion Of Salvation
   06 Awakening Of Archdaemon
   07 Diving Merging
   08 Azazel
   09 The Gate Of Nanna (Beherit cover)
   10 Muerte
   11 Blood War III (Antaeus cover)
   12 Bleeding With Pus Of Black Plague
   13 The Firstborn Of Abhorrence
   14 Necromancy Of The Iron Darkness
   15 Azazel

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/05/2018 à 14:21
74 %    149

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Enfin pas les 3 quart, mais je me comprend (de ceux que je veux voir quoi...).


LeMoustre : peut être pas faux concernant le public, mais bon le Motoc étant à 1h de chez moi... et puis allant au Netherland Deathfest en mai, j'y verrais les 3 quart des groupes présent au Metal Mean. :). Mais un jour j'en serais sans soucis ;)


Cela fait une paire d'années que j'y traine mes guêtres ouais...
C'est d'ailleurs pour ça que j'en fais un peu la propagande sur METAL NEWS car j'estime que c'est un fest qui mérite amplement ce genre de pub :
- Organisé par des passionnés pour un public qui l'est tout autant
(...)


"J'étais (plus ou moins) colombophile..."
AH AH AH !!! !!! !!!


Certes Jus de cadavre, mais c'est pas dans le même coin, ni vraiment le même public complètement. Perso, y'a pas photo.
@Humungus : C'est ça. Ce sera ma première à ce petit fest, en pleurant encore le non-renouvellement du FoS. Tu y as déjà été ?


Ouais, c'est méchant comme affiche déjà là. Un mini Deathfest comme il en pousse partout en ce moment ! C'est juste con que ça tombe en plein Motoc' !


- Je pense effectivement que c'est l'affiche finale.
- "Il me semble que c'est la journée uniquement"
???
Si tu entends par là que le fest dure une après-midi et une partie de la nuit, bah oui, il se déroule effectivement sur une journée.
(Il y a un before la veille mais(...)


Clairement une affiche de qualité. Et donc une première fois pour bibi. C'est l'affiche finale ? Il me semble que c'est la journée uniquement, et que c'est le même nombre de groupes que l'an dernier.


A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)