Encore une compilation ? On va finir par me prendre pour un baltringue, voire un parjure tant je m’obstine à aller à l’encontre de ma nature…Sauf qu’encore une fois, je ne renie rien puisque cet assemblage est tout sauf une accumulation de titres déjà disponibles en format long. Et qui plus est, une recollection d’un obscur groupe russe n’est quand même pas du tout venant, spécialement en considérant le fait qu’une petite poignée d’indécrottables fans de l’underground le plus poisseux se sentira concerné par cette sortie…Pour les néophytes, et il y en a, PSEUDOGOD nous en vient donc de Perm, en Fédération de Russie, ville qui a vu naître le projet en 2004. Quatorze ans de carrière donc pour ces amateurs de brutalité non diluée, et pourtant, sanctionnées de peu d’œuvres complètes si l’on en juge par le recensement de leur production. Un seul LP à mettre à leur actif, le bien nommé Deathwomb Catechesis paru il y a déjà six ans, et qui venait enfin concrétiser de manière officielle le combat mené contre la musicalité entamé à l’orée du nouveau siècle. C’est peu, mais il convient d’y ajouter une myriade de sorties éditées sur divers labels microscopiques, dont pas mal de splits, quelques EP, et des titres éparpillés sur des compilations, ce qui rend l’exhaustivité de leur travail difficile à résumer. C’est justement le propos de ce Sepulchral Chants, qui se propose de réunir en un seul volume tous les morceaux non disponibles sur l’unique LP du groupe, qui depuis plus d’une décade a progressé, au point de se transformer en machine de guerre blasphémant à tout vent. Mais il est quand même utile de préciser que les russes ne font pas partie des ensembles BM les plus abordables, tant leur chaos à peine organisé à des allures de War Metal pas vraiment assumé, mais aux résonances assourdissantes.

On trouve donc sur cette compilation mise sur le marché par les esthètes morbides de Nuclear War Now de quoi étancher notre soif de chaos, et surtout, un joli listing reprenant à son compte tous les formats épars du quatuor. Composé de Naaz (basse), Yogsothoth (batterie), D.Necros (guitare) et I.S.K.H. (chant), tous ex-ACT OF GOD, ex-SINFUL ou ex-GROTH, PSEUDOGOD pratique donc une forme très hermétique de BM pas vraiment épique, mais aux aspirations délicatement progressives. Dans le fond bien sûr, mais dans la forme aussi, puisque les années passant ont quelque peu changé le visage du groupe, le rendant non plus accessible, mais plus acceptable, spécialement au niveau du son. Celui-ci est évidemment fluctuant selon les époques et les publications, mais colle à la peau d’une musique sans concessions, qui ne conçoit la violence que sous son aspect le plus brut. Pour rentrer dans les détails d’un tracklisting fourni (soixante-dix-sept minutes quand même pour un double LP), sachez que Sepulchral Chants contient les morceaux disponibles sur la démo Illusion of Salvation de 2006, celui du split In Void and Serpent the Spirit is One de 2008 et ceux de l’EP Triumphus Serpentis Magni de 2010, ceux du split Four Wings of Blasphemy and Abomination de 2010 et de l’EP The Pharynxes of Hell de 2015, d’un bonus disponible sur le picture LP Illusion Of Salvation de 2012, d’une répétition de 2007 (au son bien sûr absolument épouvantable) et d’une autre de 2014, au rendu encore plus difficile à supporter. Voilà donc une description exhaustive des pistes douloureuses qui vous attendent sur ce double LP, qui a quand même le mérite de résumer un pan d’histoire assez méconnu de l’extrême russe…

Musicalement évidemment, les maniaques de la précision et de la clarté vont méchamment morfler. Assez proche d’un BM vraiment brut, les PSEUDOGOD ne font montre d’aucune compassion envers la musicalité, mais n’en sont pas de vulgaires brutes assoiffées de sang pour autant. Leur BM a un joli parfum des origines, mais garde cette patine slave le rendant encore plus cru, et l’évolution proposée par la chronologie de la compilation nous permet d’apprécier leurs efforts de concision. Si les premiers morceaux font montre d’une cruauté abominable et prennent la production comme un gimmick dont on peut facilement se passer, le reste du disque est plus accessible aux plus effarouchés, même si la violence développée n’est pas vraiment tamisée. On pense à une version plus professionnelle et malléable des REVENGE, mais les sites spécialisés se plaisent visiblement à comparer nos amis du jour à toute une palanquée d’artistes aussi déviants que tarés. Ainsi, les noms d’IMMOLATION, de NOCTURNAL BLOOD, ARCHGOAT, TEITANBLOOD, MITOCHONDRION, ANAL BLASPHEMY ou ODEM reviennent avec une certaine régularité, tout comme celui de PORTAL, bien que ces références peinent à baliser un terrain accidenté. Et si la vitesse et la crudité restent des valeurs majeures, la lourdeur n’en est pas pour autant occultée, et des morceaux à l’emphase prononcée comme « Awakening Of Archdaemon » ou à l’ambiance modulée comme « Muerte » permettent de ne pas se croire perdu dans un magma sonore sans queue ni tête, ni dans un labyrinthe noisy sans échappatoire possible. Car les russes sont de plus habiles compositeurs que leur première démo ne le laisse croire, et l’évolution notable dans le tracklisting permet de comprendre qu’ils ne se contentent pas de leurs modestes acquis, et qu’ils souhaitent évoluer vers une forme plus ambitieuse et ouverte de Black de tradition.

On trouve même par ci par là de petites surprises en plus-value, comme cette reprise tout à fait digeste des infâmes BEHERIT (« The Gate Of Nanna », tout simplement claustrophobique et cauchemardesque), ou cette réappropriation très crue d’ANTAEUS (« Blood War III »), mais aussi des choses plus personnelles qui nous poussent à croire que le quatuor est largement capable d’accoucher d’une œuvre définitive. Ainsi, le glauque « Azazel » ressemble en tout point à un exorcisme mené avec flair, alors que le futé et cruel « Diving Merging » pourrait donner une leçon à tous les faiseurs de bruit de la création. Certes, et j’en suis le premier conscient, les derniers morceaux captés en plein effort dans une cave abandonnée ont plus valeur de témoignage que d’un réel intérêt musical, mais ils permettent à Sepulchral Chants de conserver ce parfum underground à laquelle nous tenons tant. Et puis, une horreur totale comme « Bleeding With Pus Of Black Plague » mérite à elle seule toute l’attention que vous pourrez porter à ce LP, tant la méchanceté crasse qui en émane nous rappelle que le Black n’a jamais eu vocation à sonner clean ou à séduire…Tout ceci est donc très véhément, vilain, défiguré, mais nous ramène à notre propre condition de sadiques/masochistes en perpétuelle quête d’absolu. Et plus prosaïquement, une façon de découvrir une facette intime du chaos made in Russia, via son versant le plus abrupt, mais franchissable.


Titres de l'album:

   01 Bleeding With Pus Of Black Plague
   02 Illusion Of Salvatio
   03 Branded By Hornz
   04 The Firstborn Of Abhorrence
   05 Illusion Of Salvation
   06 Awakening Of Archdaemon
   07 Diving Merging
   08 Azazel
   09 The Gate Of Nanna (Beherit cover)
   10 Muerte
   11 Blood War III (Antaeus cover)
   12 Bleeding With Pus Of Black Plague
   13 The Firstborn Of Abhorrence
   14 Necromancy Of The Iron Darkness
   15 Azazel

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/05/2018 à 14:21
74 %    189

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)