Forcément là, ça va moins rigoler déjà. Non que je vous ai habitués à des douceurs fondant sur le palais, mais force est d’admettre que cette fois-ci, j’ai poussé le bouchon encore plus loin. Pas forcément en détail, puisque ce nouveau projet ne tire pas la bourre à ses concurrents en termes de production, d’interprétation ou de composition, mais globalement, l’intensité dégagée par cette démo relègue la fange extrême au délicieux rang de haut-parleur d’une époque trop résignée pour se révolter. Dans le bruit. Mais rassurez-vous, certains s’en sortent encore haut la main et dégagent une chaleur infernale, sans pour autant forcer le destin et basculer dans le ravin. Pourtant, Sean Mahoney s’y tient juste au bord. Une simple accolade un peu forcée pourrait le faire chuter dans les abysses du musical nonsense, tant son approche d’un Death à tendance Black et Grind le fait côtoyer la perte d’équilibre. Dès lors, pas vraiment étonnant de retrouver le gars et ses bagages à la gare Sentient Ruin, qui n’est jamais la dernière à vider ses quais pour faire de la place aux nouveaux tarés entrants. Sortant de quasiment nulle part (les infos sont indisponibles à son sujet), MISRULE se veut donc chantre de l’extrême moderne, et accommode à sa sauce les déviances les plus violentes de l’underground pour nous secouer les puces, et nous fournir une fumigation en règle. En seulement cinq morceaux et huit minutes, le multi-instrumentiste-compositeur torche une des maquettes les plus féroces de ce début d’année, et se compare de fait aux références que son label utilise pour le situer. Lesquelles ? VERMIN WOMB, KNELT ROTE, FULL OF HELL, PLAGUE WIDOW, des noms bien connus des amateurs de sensations fortes, auxquels j’adjoindrai celui de GNAW THEIR TONGUES histoire de rester dans le ton.

Avec des références pareilles, et celle mentionnée des NIGHTBRINGER, auquel Sean a emprunté le nom de son projet, vous savez déjà plus ou moins à quoi vous attendre, et vous aurez raison. Les amalgames sont en effet pertinents, et se rejoignent dans une convergence de cruauté musicale pour vous entraîner dans les bas-fonds les plus sordides de l’âme humaine, pour un voyage qu’on pressent sans retour, mais qui génère suffisamment de souffrance pour qu’on le sente passer. Forced To Suffer s’appréhende donc comme un one-way-ticket pour la douleur, les atrocités en tout genre, et surtout, une caution pour l’inspiration de ce maniaque de l’agression qui refuse tout apriori et toute concession pour parvenir à ses fins. Entre des riffs gigantesques, qui en appellent tout autant au Sludge/Doom morbide qu’au Death Indus sordide, une rythmique écrasante, une voix caverneuse aux inflexions gravissimes, et une ambiance globale qui évoque volontiers quelques enfers personnels, cette première démo mérite son titre à chaque seconde, à chaque plan qui nous enfonce des aiguilles de haine dans les tympans, se réjouissant de sa propre méthode de torture en mouvement perpétuel. Difficile d’y retrouver ses petits, d’autant qu’ils sont déjà tous morts, mais la jouissance de cette dualité Eros/Thanatos (l’amour de la mort et la mort de l’amour, CQFD) est patente, et pourrait même s’apparenter à une version très SM et amplifiée des premiers efforts d’AUTOPSY, agrémentée d’une surdose de brutalité intrinsèque histoire de n’épargner aucune âme sensible. Gageons qu’à l’écoute des cinq morceaux de ce premier jet (de bile), votre moral va chuter au plus bas, à moins que votre (absence de) morale de psychopathe ne se satisfasse pleinement de ces vices bruitistes.

En huit minutes, il n’est pas difficile de se faire une idée d’ensemble sur la chose, et pas sûr qu’on pourrait en supporter plus. Pourtant, il se dégage de cette maquette tant d’agressivité et de puissance qu’on en vient à regretter sa brièveté, et à souhaiter un effort sur la durée pour se faire à l’idée. Laquelle ? Celle que les limites de tolérance sont étirables à l’infini, et que malgré son caractère farouchement nihiliste, Forced To Suffer n’est jamais une excuse à la violence gratuite et au n’importe quoi minimaliste. Avec un son à faire trembler les parois d’une caverne, et des compositions travaillées qui proposent thèmes, breaks, atmosphères et arrangements triés, MISRULE via Sean Mahoney nous offre une belle démonstration de vilénie, qu’il a agencée de manière à la rendre encore plus efficace et létale. On y croit comme un split entre les FULL OF HELL et VERMIN WOMB (les deux références les plus marquantes), et on adhère au propos, comme tout bon sadique/masochiste qui se respecte. Une maquette à déguster comme un coup de fouet infligé/une punition bien méritée, et qui va certainement agiter le mois de mai, qui la verra éditée en version tape par les bons soins de l’aiguilleur Sentient Ruin. Il faudra d’ailleurs songer à décerner à ces derniers un prix d’utilité publique, eux qui depuis des années se battent pour rendre l’insondable perceptible, même par les moins réceptifs. Ah et j’oubliais, au cas où un argument vous manquerait pour vous décider à adopter cette nouvelle créature, sachez qu’elle nous en vient de Portland, Oregon. Et ça aussi, en termes d’extrême, vous savez très bien que ça ne rigole pas non plus.


Titres de l'album:

  1. Forced to Suffer
  2. Led to the Grave
  3. Death Embrace Me
  4. Bleed
  5. Maggot

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/05/2018 à 14:12
78 %    254

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.