Forcément là, ça va moins rigoler déjà. Non que je vous ai habitués à des douceurs fondant sur le palais, mais force est d’admettre que cette fois-ci, j’ai poussé le bouchon encore plus loin. Pas forcément en détail, puisque ce nouveau projet ne tire pas la bourre à ses concurrents en termes de production, d’interprétation ou de composition, mais globalement, l’intensité dégagée par cette démo relègue la fange extrême au délicieux rang de haut-parleur d’une époque trop résignée pour se révolter. Dans le bruit. Mais rassurez-vous, certains s’en sortent encore haut la main et dégagent une chaleur infernale, sans pour autant forcer le destin et basculer dans le ravin. Pourtant, Sean Mahoney s’y tient juste au bord. Une simple accolade un peu forcée pourrait le faire chuter dans les abysses du musical nonsense, tant son approche d’un Death à tendance Black et Grind le fait côtoyer la perte d’équilibre. Dès lors, pas vraiment étonnant de retrouver le gars et ses bagages à la gare Sentient Ruin, qui n’est jamais la dernière à vider ses quais pour faire de la place aux nouveaux tarés entrants. Sortant de quasiment nulle part (les infos sont indisponibles à son sujet), MISRULE se veut donc chantre de l’extrême moderne, et accommode à sa sauce les déviances les plus violentes de l’underground pour nous secouer les puces, et nous fournir une fumigation en règle. En seulement cinq morceaux et huit minutes, le multi-instrumentiste-compositeur torche une des maquettes les plus féroces de ce début d’année, et se compare de fait aux références que son label utilise pour le situer. Lesquelles ? VERMIN WOMB, KNELT ROTE, FULL OF HELL, PLAGUE WIDOW, des noms bien connus des amateurs de sensations fortes, auxquels j’adjoindrai celui de GNAW THEIR TONGUES histoire de rester dans le ton.

Avec des références pareilles, et celle mentionnée des NIGHTBRINGER, auquel Sean a emprunté le nom de son projet, vous savez déjà plus ou moins à quoi vous attendre, et vous aurez raison. Les amalgames sont en effet pertinents, et se rejoignent dans une convergence de cruauté musicale pour vous entraîner dans les bas-fonds les plus sordides de l’âme humaine, pour un voyage qu’on pressent sans retour, mais qui génère suffisamment de souffrance pour qu’on le sente passer. Forced To Suffer s’appréhende donc comme un one-way-ticket pour la douleur, les atrocités en tout genre, et surtout, une caution pour l’inspiration de ce maniaque de l’agression qui refuse tout apriori et toute concession pour parvenir à ses fins. Entre des riffs gigantesques, qui en appellent tout autant au Sludge/Doom morbide qu’au Death Indus sordide, une rythmique écrasante, une voix caverneuse aux inflexions gravissimes, et une ambiance globale qui évoque volontiers quelques enfers personnels, cette première démo mérite son titre à chaque seconde, à chaque plan qui nous enfonce des aiguilles de haine dans les tympans, se réjouissant de sa propre méthode de torture en mouvement perpétuel. Difficile d’y retrouver ses petits, d’autant qu’ils sont déjà tous morts, mais la jouissance de cette dualité Eros/Thanatos (l’amour de la mort et la mort de l’amour, CQFD) est patente, et pourrait même s’apparenter à une version très SM et amplifiée des premiers efforts d’AUTOPSY, agrémentée d’une surdose de brutalité intrinsèque histoire de n’épargner aucune âme sensible. Gageons qu’à l’écoute des cinq morceaux de ce premier jet (de bile), votre moral va chuter au plus bas, à moins que votre (absence de) morale de psychopathe ne se satisfasse pleinement de ces vices bruitistes.

En huit minutes, il n’est pas difficile de se faire une idée d’ensemble sur la chose, et pas sûr qu’on pourrait en supporter plus. Pourtant, il se dégage de cette maquette tant d’agressivité et de puissance qu’on en vient à regretter sa brièveté, et à souhaiter un effort sur la durée pour se faire à l’idée. Laquelle ? Celle que les limites de tolérance sont étirables à l’infini, et que malgré son caractère farouchement nihiliste, Forced To Suffer n’est jamais une excuse à la violence gratuite et au n’importe quoi minimaliste. Avec un son à faire trembler les parois d’une caverne, et des compositions travaillées qui proposent thèmes, breaks, atmosphères et arrangements triés, MISRULE via Sean Mahoney nous offre une belle démonstration de vilénie, qu’il a agencée de manière à la rendre encore plus efficace et létale. On y croit comme un split entre les FULL OF HELL et VERMIN WOMB (les deux références les plus marquantes), et on adhère au propos, comme tout bon sadique/masochiste qui se respecte. Une maquette à déguster comme un coup de fouet infligé/une punition bien méritée, et qui va certainement agiter le mois de mai, qui la verra éditée en version tape par les bons soins de l’aiguilleur Sentient Ruin. Il faudra d’ailleurs songer à décerner à ces derniers un prix d’utilité publique, eux qui depuis des années se battent pour rendre l’insondable perceptible, même par les moins réceptifs. Ah et j’oubliais, au cas où un argument vous manquerait pour vous décider à adopter cette nouvelle créature, sachez qu’elle nous en vient de Portland, Oregon. Et ça aussi, en termes d’extrême, vous savez très bien que ça ne rigole pas non plus.


Titres de l'album:

  1. Forced to Suffer
  2. Led to the Grave
  3. Death Embrace Me
  4. Bleed
  5. Maggot

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/05/2018 à 14:12
78 %    224

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Mutilate

Contagium

Volt

The Grand Deception

Hate Force

Hate Force

Notheist

Notheist

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !


Excellent morceau en effet ! Je ne connais pas bien ce groupe du tout, va falloir y remédier. Et en effet Ledney, ça a l'air d'être un personnage !


C'est exactement ce que je me suis dis ;)
Et sur scène ça dérouille sévère !
Vivement !