Forced To Suffer

Misrule

31/05/2018

Sentient Ruin Laboratories

Forcément là, ça va moins rigoler déjà. Non que je vous ai habitués à des douceurs fondant sur le palais, mais force est d’admettre que cette fois-ci, j’ai poussé le bouchon encore plus loin. Pas forcément en détail, puisque ce nouveau projet ne tire pas la bourre à ses concurrents en termes de production, d’interprétation ou de composition, mais globalement, l’intensité dégagée par cette démo relègue la fange extrême au délicieux rang de haut-parleur d’une époque trop résignée pour se révolter. Dans le bruit. Mais rassurez-vous, certains s’en sortent encore haut la main et dégagent une chaleur infernale, sans pour autant forcer le destin et basculer dans le ravin. Pourtant, Sean Mahoney s’y tient juste au bord. Une simple accolade un peu forcée pourrait le faire chuter dans les abysses du musical nonsense, tant son approche d’un Death à tendance Black et Grind le fait côtoyer la perte d’équilibre. Dès lors, pas vraiment étonnant de retrouver le gars et ses bagages à la gare Sentient Ruin, qui n’est jamais la dernière à vider ses quais pour faire de la place aux nouveaux tarés entrants. Sortant de quasiment nulle part (les infos sont indisponibles à son sujet), MISRULE se veut donc chantre de l’extrême moderne, et accommode à sa sauce les déviances les plus violentes de l’underground pour nous secouer les puces, et nous fournir une fumigation en règle. En seulement cinq morceaux et huit minutes, le multi-instrumentiste-compositeur torche une des maquettes les plus féroces de ce début d’année, et se compare de fait aux références que son label utilise pour le situer. Lesquelles ? VERMIN WOMB, KNELT ROTE, FULL OF HELL, PLAGUE WIDOW, des noms bien connus des amateurs de sensations fortes, auxquels j’adjoindrai celui de GNAW THEIR TONGUES histoire de rester dans le ton.

Avec des références pareilles, et celle mentionnée des NIGHTBRINGER, auquel Sean a emprunté le nom de son projet, vous savez déjà plus ou moins à quoi vous attendre, et vous aurez raison. Les amalgames sont en effet pertinents, et se rejoignent dans une convergence de cruauté musicale pour vous entraîner dans les bas-fonds les plus sordides de l’âme humaine, pour un voyage qu’on pressent sans retour, mais qui génère suffisamment de souffrance pour qu’on le sente passer. Forced To Suffer s’appréhende donc comme un one-way-ticket pour la douleur, les atrocités en tout genre, et surtout, une caution pour l’inspiration de ce maniaque de l’agression qui refuse tout apriori et toute concession pour parvenir à ses fins. Entre des riffs gigantesques, qui en appellent tout autant au Sludge/Doom morbide qu’au Death Indus sordide, une rythmique écrasante, une voix caverneuse aux inflexions gravissimes, et une ambiance globale qui évoque volontiers quelques enfers personnels, cette première démo mérite son titre à chaque seconde, à chaque plan qui nous enfonce des aiguilles de haine dans les tympans, se réjouissant de sa propre méthode de torture en mouvement perpétuel. Difficile d’y retrouver ses petits, d’autant qu’ils sont déjà tous morts, mais la jouissance de cette dualité Eros/Thanatos (l’amour de la mort et la mort de l’amour, CQFD) est patente, et pourrait même s’apparenter à une version très SM et amplifiée des premiers efforts d’AUTOPSY, agrémentée d’une surdose de brutalité intrinsèque histoire de n’épargner aucune âme sensible. Gageons qu’à l’écoute des cinq morceaux de ce premier jet (de bile), votre moral va chuter au plus bas, à moins que votre (absence de) morale de psychopathe ne se satisfasse pleinement de ces vices bruitistes.

En huit minutes, il n’est pas difficile de se faire une idée d’ensemble sur la chose, et pas sûr qu’on pourrait en supporter plus. Pourtant, il se dégage de cette maquette tant d’agressivité et de puissance qu’on en vient à regretter sa brièveté, et à souhaiter un effort sur la durée pour se faire à l’idée. Laquelle ? Celle que les limites de tolérance sont étirables à l’infini, et que malgré son caractère farouchement nihiliste, Forced To Suffer n’est jamais une excuse à la violence gratuite et au n’importe quoi minimaliste. Avec un son à faire trembler les parois d’une caverne, et des compositions travaillées qui proposent thèmes, breaks, atmosphères et arrangements triés, MISRULE via Sean Mahoney nous offre une belle démonstration de vilénie, qu’il a agencée de manière à la rendre encore plus efficace et létale. On y croit comme un split entre les FULL OF HELL et VERMIN WOMB (les deux références les plus marquantes), et on adhère au propos, comme tout bon sadique/masochiste qui se respecte. Une maquette à déguster comme un coup de fouet infligé/une punition bien méritée, et qui va certainement agiter le mois de mai, qui la verra éditée en version tape par les bons soins de l’aiguilleur Sentient Ruin. Il faudra d’ailleurs songer à décerner à ces derniers un prix d’utilité publique, eux qui depuis des années se battent pour rendre l’insondable perceptible, même par les moins réceptifs. Ah et j’oubliais, au cas où un argument vous manquerait pour vous décider à adopter cette nouvelle créature, sachez qu’elle nous en vient de Portland, Oregon. Et ça aussi, en termes d’extrême, vous savez très bien que ça ne rigole pas non plus.


Titres de l'album:

  1. Forced to Suffer
  2. Led to the Grave
  3. Death Embrace Me
  4. Bleed
  5. Maggot

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/05/2018 à 14:12
78 %    356

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Saddam Mustaine

Amorphis cet album est sensationnel.

12/07/2020, 14:20

Pomah

Y'a clairement un côté synthwave pas dégeu, à creuser.

11/07/2020, 14:36

RBD

Voilà un groupe et un homme qui m'ont marqué à une époque où je commençais à être blasé. Ce n'est pas toujours facile à suivre d'un album sur l'autre, c'est un vrai fêlé. Mais comme dit le proverbe, ce sont des esprits comme ça qui font entrer la lumière.

10/07/2020, 23:41

aeas

Seul le batteur a encore un semblant d'intégrité à travers ses activités.

10/07/2020, 20:35

Jus de cadavre

Idem, découverte pour moi grâce à cette chronique. La prod est excellente pour l'époque !
Un bien bel hommage en tout cas Mortne...

10/07/2020, 17:38

JTDP

@jus : +9986457 !
@gerard : fais péter le "name dropping" on n'attend que ça de faire de nouvelles découvertes ! ;-)

10/07/2020, 17:10

JTDP

Purée c'est vrai qu'il est excellent cet album !!! Et malgré Youtube et le poids des ans, le son est franchement bon ! Une réédition s'impose, c'est indéniable.

10/07/2020, 17:08

Oliv

Ah bon

10/07/2020, 12:51

y'a pus d'jus

faut dire à BEBERT de pousser son camion ,il bloque la porte du garage et j'peux pas sortir la dépanneuse !

10/07/2020, 12:29

Gargan

Haha la ref à Hanson ! Belle découverte, merci.

10/07/2020, 11:59

Thrashing Metropolity

Super anecdote, Goughy ! Merci pour le partage !
Ca ne fait que confirmer tout le bien que nous sommes nombreux à penser de ce groupe culte.

Vraiment, si ces albums pouvaient être réédités, ce ne serait que justice !
Quelqu'un a évoqué plus haut l'accent franglais du (...)

10/07/2020, 11:07

goughy

Bon allez je me lance, juste histoire d'en rajouter sur les sentiments positifs qui émanent ce très beau papier (je savais pas l'histoire du début des Bérus...)
Ca devait être en 94 ou 95, on avait 14 ans, on écoutait MST et, avec deux autres potes, Mickey était une star du niveau de Br(...)

10/07/2020, 10:42

Gargan

...Quand tu découvres les effets lumineux de ton logiciel de montage.

10/07/2020, 10:37

steelvore666

Bien d'accord avec vous messieurs.
J'écoute encore les "vieux" albums, ceux qui montrait un groupe sur de lui et assez puissant pour convaincre sans en faire des tonnes et devenir pathétique.
Un constat : la qualité de ses albums est inversement proportionnelle à son implication dans(...)

10/07/2020, 09:41

Speeding Velocity

Eh ben.... vraiment pas bandante cette affiche.
Je suis quand même curieux de voir le prix des places pour "ça".
(et le taux de remplissage, mouarf !)

10/07/2020, 09:00

NecroKosmos

Même opinion. Groupe de clowns. Après, cette polémique montre bien l'ouverture d'esprit du gouvernement polonais.

10/07/2020, 06:40

NecroKosmos

Je ne connaissais que de nom. Voilà qui me plaît beaucoup !!

10/07/2020, 06:28

aeas

Guignol à la tête d'un groupe de guignols. Sacré Nergal et son cirque...

09/07/2020, 22:13

Jus de cadavre

@gerard : petite phrase importante dans l'article que tu as peut-être zappée "N'oubliez pas que ces sélections sont totalement personnelles et subjectives et n'ont pas pour but de présenter tout ce que la Bretagne a pu produire (on n'en aurait pour des journées entières !)"

Sans c(...)

09/07/2020, 22:02

gerard menvuça

Et les groupes de Speed metal / heavy metal / hard rock / Glam rock ?, apparemment il n'y en a pas en BRETAGNE dans l'article ! C'est pas mon impression ! je tombe sur des video sur you tube de groupes Bretons ( Nantes inclus)

09/07/2020, 20:07