Chaos Matter

Burn The Mankind

20/07/2020

Emanzipation Productions

Bon certes, à la base ce genre de truc n’est pas ma tasse de thé. Le Technical Death, tout comme le Brutal Death ou le Slamming, ne sont pour moi que des extensions ultra brutales de ce qui existe déjà depuis très longtemps, depuis MORBID ANGEL, SUFFOCATION, GORGUTS et autres CANNIBAL CORPSE, ou CRYPTOPSY, et donc des choses pas vraiment indispensables au mieux-être culturel global. Mais les genres ayant leur fanbase, il serait très élitiste de passer sous silence les meilleures sorties du genre, même si vous ne me ferez jamais toucher un album de Deathcore avec des gants de jardinier. Heureusement pour moi, les brésiliens de BURN THE MANKIND sont des spécialistes du genre, et manient la violence avec un panache indéniable, et en format court, le groupe est tout à fait recommandable, d’autant que ce nouvel EP compte quelques featuring assez fameux et frais (Flavrio Soares, bassiste/chanteur du groupe LEVIATHAN et Eder Macedo, pleureur en chef des doomsters d’A SORROWFULL DREAM). Dans les faits, Chaos Matter est la troisième réalisation pro de ce quatuor de Porto Alegre, après un premier format court initial publié en 2010 et éponyme, et le LP To Beyond lâché en 2015. Nous étions donc sans nouvelles du groupe depuis un bon moment, mais heureusement les esthètes danois d’Emanzipation Productions nous les ramènent avec une jolie carte postale de la vie au Brésil, et ces quatre nouveaux morceaux laissent augurer d’une suite longue-durée de qualité qui ne devrait pas trop traîner.

Fondamentalement, les BURN THE MANKIND continuent de faire ce qu’ils savent faire de mieux, et pilonnent pendant une grosse demi-heure, avec quatre titres studio et trois en live, histoire de proposer un produit plus complet qu’un simple interlude en forme de simple des années 60. On retrouve donc les quatre musiciens au sommet de leur forme (Marcelo Nekard - chant/basse, Rafael Barros - guitare/choeurs, Marcos Moura - guitare, Sandro Moreira - batterie), armés de riffs jusqu’aux dents, et prêts à mettre le monde à feu et à sang de leurs exactions calibrées au millimètre près. Du Death très technique et précis donc, qui rappelle l’école de MORBID ANGEL et KRISIUM, suffisamment bourrin pour donner de l’énergie avant le chocolat du matin, et largement assez sadique pour laisser planer quelques mélodies amères au-dessus de notre pénible routine quotidienne. Superbement produit, Chaos Matter est donc une reprise de contact sans ambages et propose quatre chansons redoutables de violence et de précision, avec toujours en exergue cette rythmique infatigable qui blaste comme Mike Patton croone, ce chanteur aux tonalités sourdes qui n’est pas sans évoquer un Steve Tucker passablement énervé par un teckel, et cette collection de thèmes qui permet de s’accrocher au wagon Death technique sans en faire trop.

Mais les lascars ne se contentent pas de ruer dans les brancards comme une horde de sauterelles sur un champ de blé. Avec un titre de l’épaisseur de « Weigh like Lead », les BURN THE MANKIND prouvent qu’ils sont facilement capables de travailler une ambiance, et de faire preuve de la même lourdeur malsaine que le MORBID ANGEL de « Where the Slime Lives ». C’est chaud bouillant, oppressant, et ça fait du bien après trois morceaux qui vous scarifient à grands coups de tesson de bouteille (stérilisés bien sûr). Mais ne boudons pas le plaisir d’une intro aussi dantesque que « The Red Rise », qui en cinq minutes et quelques résume à merveille l’approche des brésiliens, avec ses blasts systématiques, et cette acuité rythmique qui les range dans la catégorie des frappeurs chirurgicaux les plus pointilleux de la scène. Tout est méchamment en place, tout se place méchamment, et l’énergie développée équivaut à peu près à la production annuelle d’une centrale nucléaire peu avare en surchauffe. Difficile de ne pas penser au MORBID ANGEL le plus performant, mais le quatuor parvient facilement à s’éloigner de ses influences les plus manifestes pour affirmer son identité, et les deux morceaux suivants, plus courts et concis enfoncent encore plus le clou dans le cercueil de la modération. Ajoutez à ça trois morceaux en concert qui sont un peu la cerise à la vodka sur le gâteau au kérosène, et vous obtenez un EP de fort bonne facture, qui en plus d’énerver vos voisins, vous procurera une joie infinie et se substituera facilement au dépeçage d’un cadavre encore frais au scalpel. Nous attendons maintenant la suite des évènements, et un futur LP qui s’annonce brûlant, tant BURN THE MANKIND revient en forme olympique pour fêter dignement cette année 2020 catastrophique, dont Chaos Matter est la bande-son idoine.          

                                                                                

Titres de l’album:

01. The Red Rise

02. Sulfur

03. Sudden Inversion

04. Weigh like Lead

05. Lies (live)

06. Sudden Inversion (live)

07. Everyone is Blind (live)


Facebook officiel


par mortne2001 le 23/04/2021 à 18:19
80 %    119

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KRISS

Fan des 4 premiers albums évidemment je suis déçu, même si j’ai apprécié surgical steel, je trouve ce dernier album sans saveur, et une viande sans gout ce n’est pas festif.J’abandonne.

20/09/2021, 21:20

Gargan

ça n'a absolument rien à voir, mais l'écoute m'a rappelé l'impression que j'ai eue à l'époque à l'écoute de "towers of frozen dusk" d'Evoken, l'expression auditive d'un putain de mo(...)

20/09/2021, 20:29

POMAH

Une énorme claque, dans la même veine que Abyssal Vacuum et Amnutseba

20/09/2021, 17:06

Bones

En passant ces 2 albums au pressoir pour en extraire toute la flotte et les moments passables, on aurait facilement obtenu la matière brute d'un Appetite 2.Immense gâchi. Du coup c'est une doublette que je ne ressors jamais. Ca me gave de zapper des pistes.

20/09/2021, 12:45

Bones

En pleine découverte de cet album, acheté samedi.Mais bon sang, on y retrouve des moments d'excellence !  Ces mélodies tordues et vicieuses, ces rythmiques velues, ces petits passages qui blastent, ces vocaux au papier de verre...  on est complètemen(...)

20/09/2021, 12:42

Kerry King

November Rain faut dire la vérité, ce titre démonte tout à tout niveau, Axl et Slash y sont a leur top.

20/09/2021, 11:14

Humungus

!!! !!! !!! O-BLI-GA-TOI-RE !!! !!! !!!

20/09/2021, 09:54

Gargan

C’est juste moi ou la pochette est vraiment moche ?

20/09/2021, 06:41

Buck Dancer

Comme j'aime pas les Guns, j'attends maintenant la chronique du Black Album. 

19/09/2021, 13:56

Hoover

Un grand merci pour cette belle chronique. A ceux qui pourraient dire qu'il aurait mieux fallu une chronique deux fois moins longue avec juste les meilleurs morceaux, j'ai la même réponse que pour les Use your illusion: je veux le tout, et qu'importent les longueurs.

19/09/2021, 13:45

Arioch91

Gun's Roses, à l'instar d'autres comme Cotlett Crüe/Ratt/Poison me sont tous passés au-dessus de la tête sans même que je m'y intéresse.Le seul morcif que je connais d'eux est Welcome to the Jungle et uniquement parce qu'i(...)

19/09/2021, 12:21

Gargan

La succession don't cry /back off bitch m'a toujours bien fait rire, on passe du romantique au bien vulgaire sans transition. Civil war (mon coeur balance aussi avec november rain, forcément), ça reste toujours parfaitement d'actualité, aussi bien outre-altanti(...)

19/09/2021, 11:59

Humungus

Oh et pis crotte !"Novembre rain" reste quand même la mieux merde.Cf. "« November Rain » n’est ni plus ni moins que le « Bohemian Rapshody » d’Axl"

19/09/2021, 10:42

Humungus

Pfiouuu !!!Ça c'est de la chro.Perso, "Civil war" reste ma préférée.PS : "Aurait-il fallu condenser tout ça en un seul double album, ne contenant que l’indispensable ?"OUI !!!

19/09/2021, 10:28

totoro

Trop de morceaux qui font que je ne reviens que sur ceux que j'aime ("You Could Be Mine", "Breakdown", "Locomotive", "November Rain", "Pretty Tied Up", "Shotgun Blues", "14 Years", "Get In The Ring", "Yester(...)

18/09/2021, 23:59

Simony

Autant je reconnais l'importance de ces deux albums dans l'histoire du Rock, autant ils glissent sur moi sans que je m'y accroche. A un moment donné, je devais posséder le volume II mais c'est vraiment long pour moi, j'ai préféré rester (...)

18/09/2021, 21:16

Gargan

Très belle pochette et bonne surprise, travail de compo au dessus du lot + basse bien en avant.

18/09/2021, 18:47

Jus de cadavre

Rah bordel ce que j'aime ce groupe. La prod est un chouilla trop propre pour le style, mais bon dieu ça défouraille ! La bagarre !

18/09/2021, 17:43

metalrunner

Tu rajoutes la voix d Dickinson et voila le dernier album de Maiden  

18/09/2021, 09:11

POMAH

C'est fougueux ce truc... je ne m'attendais pas à cela.

18/09/2021, 08:41