The Emanation of Begotten Chaos from God

Emanation

05/11/2021

Sentient Ruin Laboratories

Attention, Sentient Ruin a encore frappé, et pas forcément là où on l’attendait. On sait que le label de San Francisco ne fait pas son marché au même endroit que ses homologues, mais autant dire que cette fois ci, ils ont écumé le monde et ses non-merveilles pour nous dénicher l’épice la plus spectaculaire de la gastronomie bruitiste. Leur écurie est pourtant riche en olibrius se vautrant dans la fange Noise, mais avec les ibères d’EMANATION, les américains ont frappé très fort…Enfin, « les » ibères, disons plutôt « l’ibère », puisque au sein d’EMANATION, un seul homme officie à tous les postes, ce qui en fait le one-man-band le plus cryptique de la création tout du moins pour ceux n’étant pas rompu à l’exercice douloureux du Drone et du BM le plus expérimental.

CG Santos, né en 1979, est de cette caste de musiciens qui refusent de s’ennuyer chez eux. Partie prenante dans des ensembles tels que TEITANBLOOD, LIKE DRONE RAZORS THROUGH FLESH SPHERE, MATHREM, MIDNIGHT SEQUENCER, XEBREIRO, ou  anciennement MORBID YELL, l’homme est un hyperactif, et surtout, un créatif légèrement torturé sur les bords. Mais tous les amateurs de souffrance musicale le connaissent bien via le médium TEITANBLOOD, qui depuis 2003 propose une savoureuse mixture de Death et de Black. Mais amis, ne vous fiez pas à son CV, car EMANATION reste une entité à part de son parcours, et ne saurait être rapprochée d’albums comme Death, Seven Chalices ou The Baneful Choir. A l’image de nombreuses tentatives Noise obscures, EMANATION privilégie l’expression au propos, et la forme au fond. En résulte donc une oppression naturelle, et une propension à préférer les textures aux plans précis et discernables.

D’ailleurs, l’entame de l’interminable « Cyclic Metamorphosis » en dit long sur les objectifs de CG Santos. Après une courte intro, l’atmosphère s’alourdit, et se rapproche de l’ABRUPTUM le plus mutilé et scarifié. On s’attendrait même à entendre un long cri déchirant d’Evil, tant les deux concepts se rapprochent l’un de l’autre. Mais là où ABRUTUM renonce à toute mise en place pour privilégier l’authenticité de l’improvisation, EMANATION structure ses chapitres, et joue une « musique » qui se rapproche parfois d’une partition déchiffrable.

Sentient Ruin conseille cette nouvelle sortie aux fans d’URFAUST, REVERORUM IB MALACHT, MOËVÖT,

MURMUÜRE, SUTEKH HEXEN, puisqu’il faut bien appuyer le discours promotionnel de quelques exemples. Mais ne soyez pas dupes, The Emanation of Begotten Chaos from God est unique en son genre, et provoque une rencontre entre le BM le plus sombre et underground et les expériences passées de THROBBING GRISTLE ou des SWANS, adoptant la démarche mécanique d’un Industriel fondu dans un chaudron de vilénie noire.     

A l’image du film Begotten d’E. Elias Merhige, The Emanation of Begotten Chaos from God ne propose pas de narration logique, même musicale, et préfère dessiner les contours d’un monde en noir et blanc très contrasté, à peine animé par des silhouettes d’arrière-plan au pas lourd et traînant. Et avec pas moins de quatre segments piétinant la barre des dix minutes voire plus, CG Santos a laissé son imagination s’exprimer via des bandes inversées, du feedback irritant, une rythmique inamovible, quelques lignes de chant sous-mixées, des respirations glauques, et une poignée de riffs sans queue ni tête qui rappellent la gravité des premiers cris de Michael Gira. D’ailleurs, « Ritual Asphyxia » n’est pas sans évoquer avec beaucoup de malice le séminal Filth LP#1, via ce beat sentencieux, ces répétitions maladives, et cette production étouffée par les bruits blancs d’une usine fantasmagorique.

Vous l’aurez rapidement compris, EMANATION ne s’adresse pas à tout le monde, et loin de là. Mais il n’incarne pas non plus le non-sens expérimental des formations les moins tolérables, et garde une expression que l‘on peut comprendre sans réel effort. Encore faut-il tolérer ces itérations irritantes, ces strates qui s’empilent sur nos poumons, et ces gaz répandus avec une intention de nuire.

Ainsi, « Ritual Asphyxia » agit comme un miroir hypnotique, renvoyant votre reflet le moins flatteur, cet alter ego négatif que l’on cache au plus profond de soi. Et si « Immortal Blood Coil » offre une transition en forme de bouffée d’oxygène après une trop longue apnée, « Synesthesia of the Lesser Sphere » vous appuie sur la tête de son Black/Drone/Industriel, mettant en avant une redondance cyclique asse éprouvante pour les nerfs.

Mais c’est évidement « Inorganic » qui incarne le point d’orgue de ce petit jeu de sadomasochisme. Introduit comme une vieille bobine super-8 retraçant façon snuff les exploits d’un dégénéré en proie aux affres de sa psychè, ce morceau aux grondements fréquents à la LUSTMORD incarne à merveille la démarche d’un artiste qui a choisi le moyen du collage expérimental pour livrer le fond de sa pensée étrange. On pense évidemment à toute la vague no-wave de l’orée des années 80, mais aussi à ces side-projects des années 90/2000 dans lesquels s’épanouissaient des musiciens connus en quête d’absolu.

Lancinances, répétitions, logique non-évolutive, EMANATION est une stagnation maladive, qui trouve sa catharsis dans les quinze minutes du final « Sands of Totemic Silence ». Intro délicate aux notes apaisantes et éparses, avant l’ultime charge Noise en impasse qui finalement, contre toute attente, dessine les contours d’une porte dérobée vous délivrant du cauchemar.  

Certainement pas le produit le plus facilement négociable du catalogue Sentient Ruin, mais un exercice de style fascinant, disponible en version double LP, qui permettra une immersion totale.  

                                                                                                                                                                        

                                

Titres de l’album:

01. Cyclic Metamorphosis

02. Ritual Asphyxia

03. Immortal Blood Coil

04. Synesthesia of the Lesser Sphere

05. Inorganic

06. Sands of Totemic Silence


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/12/2021 à 17:32
78 %    164

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
fallwarden

Fred :  pourquoi devrait il avoir l'honnêteté de parler de ses convictions politiques ça n'a rien à voir avec le sujet de l'interview. Si ce type était d'extrême gauche, tu lui reprocherais de ne pas en parler?

16/08/2022, 06:43

Fakino

Excellent ! J'adore leur style musical Faaitoito Aroma et TE RUKI

15/08/2022, 20:50

David ghetto

Manque de rythm sur le montage mais le son est lourd !

15/08/2022, 13:46

Steelvore666

Excellent titre pour un putain d'album, que je ne saurais que trop conseiller à ceux qui sont passés à coté jusqu'à présent.

15/08/2022, 10:11

Simony

Extraordinaire album ! En tout point d'accord avec cette chronique. De mon côté l'influence de CHRISTIAN DEATH est plus que perceptible en effet.

15/08/2022, 10:00

Humungus

Pourquoi pas De Villiers avec un t-shirt DISRUPT ?

15/08/2022, 09:10

Stench

Musicalement c'est plutôt bon mais qu'est-ce que le chant manque de puissance ! 

14/08/2022, 07:43

Humungus

Fan de l'Action Française avec un t-shirt DROPDEAD...J'approuve.

12/08/2022, 23:08

Humungus

Hé hé hé...Dans ce genre d'attroupement, le back patch DISSECTION méritant le haut et court et pour le mieux le goudron et les plumes... ... ...

12/08/2022, 23:02

pierre2

Je préfère mon Nick bougon dans Paradise Lost....   

12/08/2022, 19:58

FaFa

Fred, sale petite pute de balance, lâche de gauchiste. Fallait lui dire en face. Et ses convictions n'ont rien à voir avec la musique. Pauvre tocard.

12/08/2022, 15:40

Jus de cadavre

Merci ! Et non pour la veste à patch ha ha ! On était déjà bien grillés en tant que frenchies (avec notre accent et... nos bouteilles de rouge !) je voulais pas en rajouter pour se faire remarquer

12/08/2022, 13:44

Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20