Voici un nouveau projet qui va ravir les fans de Death old-school tout comme ceux appréciant le style dans sa parure la plus contemporaine. Fondé l’année dernière par les frères Remy (UNBIDDEN, THIS DAY OF RECKONING, guitare) et J.J Tartaglia (SKULL FIST, OPERUS, FINAL TRIGGER, batterie), OF HATRED SPAWN est l’archétype du groupe plutôt anonyme sur le papier, mais qui se révèle dans toute sa démesure lors d’une première écoute attentive. A ce duo se sont adjoints deux autres membres, dont le plus fameux reste Oscar Rangel (ex-ANNIHILATOR) à la basse, et Matt “Coldcuts” Collacott au chant, pour finir de former l’une des révélations les plus intéressantes de cette fin d’année, classique dans les faits, mais relativement accrocheuse dans le détail. Sans se présenter comme le sauveur d’un genre qui a déjà dit tout ce qu’il avait à dire, ce nouveau groupe mérite votre attention, puisqu’il a sorti son premier éponyme en décembre dernier, et que ce premier LP/EP est d’une haute teneur en agressivité et en guitares déchaînées. Se plaçant sous l’égide de références assumées et révérées, OF HATRED SPAWN ne révolutionne en rien son créneau, mais y apporte sa touche d’ultra bestialité, sous la forme de sept morceaux dont une intro qui ne présentent que peu de scories. Si les fans d’un Death brutal mais agencé sauront y retrouver leurs petits, les réfractaires au genre dont je fais plus ou moins partie auront tout de même de quoi s‘accrocher, puisque Remy, le compositeur principal a fait l’effort d’agencer ses idées pour leur faire adopter la forme de vraies chansons, et pas d’impulsions de vilénie rapidement emballées pour satisfaire les plus bas instincts des pervers. Et si la tonalité dominante de l’œuvre reste sous influence, on sent en filigrane quelques ambitions personnelles notables, ce qui permet de classer ce premier jet dans la catégorie des travaux à suivre de très près.

Dans la plus droite lignée des teigneux les plus ultimes de la scène, OF HATRED SPAWN est un genre de créature protéiforme, dont les tendances les plus néfastes s’ancrent dans une tradition de brutalité outrancière, s’accordant parfaitement d’une schizophrénie vocale typique, de riffs qui testent les capacités d’un vibrato sans cesse stimulé, et de rythmiques qui concassent et fracassent, tout en prenant soin de doser leur frappe. Avouant une passion sans bornes pour les éternels cadors de DECAPITATED, CANNIBAL CORPSE, DYING FETUS, RUINATION-ERA JOB FOR A COWBOY, DEICIDE, SERPERTINE DOMINION, BLOODBATH, ou ABYSMAL DAWN, les quatre affolés canadiens nous inondent donc d’informations toutes aussi violentes les unes que les autres, et parviennent à recréer l’ambiance du Death old-school de la fin des années 90, tout en s’inscrivant dans un patrimoine contemporain, grâce à quelques astuces de composition bien senties. Et après une courte intro qui met dans l’ambiance, c’est « Global Dehumanization », tous blasts dehors, pour nous aiguiller sur une piste bien précise, nous confortant dans l’idée que tout ça va suivre un schéma très précis sans forcément chercher à nous étonner ou nous bousculer autrement que par une succession de plans tous plus percutants les uns que les autres. Mais en sachant doser son effort, et en laissant de la place à un certain nombre de riffs catchy, Remy et les siens évitent la redite prémâchée, et parviennent à nous convaincre du bien-fondé de leur démarche. En témoigne le second véritable morceau, « Nest Of Vipers », qui se satisfait très bien d’un down tempo d’intro bien lourd, pour mieux nous faire dodeliner de la tête lorsque le dit tempo accélère pour se fixer sur un binaire sautillant. La guitare soignant à ce moment-là son attaque, on se plait à croire que le temps a infléchi sa course pour nous ramener vers le meilleur des CARCASS, qui il y a quelques années aurait pu partager ses perversions Gore avec un DYING FETUS plus joueur que d’ordinaire en fin de matinée. Evidemment, le tout est bousculé de rapides interventions hystériques, mais cet épisode charmant nous conforte dans l’idée qu’Of Hatred Spawn est un peu plus qu’un énième effort Brutal-Death aux conclusions hâtives et anticipées.

Tout n’est pas fait pour nous prendre à revers, mais chaque titre a au moins le mérite d’essayer de persuader autrement qu’en refourguant des structures connues par cœur, et cette alternance de Heavy vraiment méchant et de Death tonitruant à quelque chose d’assez spécial, comme le confirme le terriblement puissant «Nocturnal Swarm », au groove gluant et au chant vomissant. En accélérant le tempo pour s’adapter à une versatilité de circonstance, le groupe nous évite d’avoir à subir des poussées constantes, et dose son effort pour tenir la montre et se montrer beaucoup plus performant que bien des acteurs de la scène. Et c’est justement cette hétérogénéité qui fait de ce premier album une franche réussite, puisque les six morceaux ont tous quelque chose de personnel à proposer, malgré la somme conséquente de directions empruntées. Le tout reste cohérent, et dispose en outre d’une production vraiment efficace, qui certes a tendance à niveler la batterie par la double grosse caisse, mais qui donne aux graves une profondeur non négligeable, sans écraser les aigus sous une chape de plomb. Et lorsque les quatre musiciens décident de laisser parler leur technique, le tout reste intelligible et jouissif, à l’image de ce terminal et orgiaque « God Of Wrath », qui n’est que colère et ressentiment, mais qui laisse filtrer quelques riffs Thrash plein d’allant. Et en définitive, malgré quelques automatismes encore quelque peu flagrants, les canadiens jouent leur va-tout avec une insolence crasse, affirmant leur existence de la façon la plus valide qui soit, en laissant parler la musique, viscérale mais ludique, brutale mais pragmatique, et surtout, fatale mais pas trop dogmatique. Un concurrent de plus dans la course à la vitesse et non à la précipitation, et l’émergence d’une force venue du froid, qui n’hésite pas à décorer son soufflé de quelques soli bien sentis (« Severed Limb Convulsion »), et à mettre sa virulence au service d’une certaine urgence. 


Titres de l’album :

                       1. Overture

                       2. Global Dehumanization

                       3. Nest Of Vipers

                       4. Severed Limb Convulsion

                       5. Plaga

                       6. Nocturnal Swarm

                       7. God Of Wrath

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/01/2019 à 16:35
80 %    167

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !


Merci. Sympa de voir que le groupe, en plus, pond toujours des albums de grande qualité comme le petit dernier.


Ah oui, quand même...


De la dentisterie au marteau piqueur ! Un bonheur !


RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)