Nerd Icon

Henrik Palm

19/04/2024

Svart Records

Je connaissais déjà l’idole des jeunes, mais j’ai  fait la connaissance aujourd’hui de l’idole des nerds. Après tout pourquoi pas, chaque caste a droit à ses propres héros, et en écoutant ce troisième album du trublion suédois Henrik PALM, je comprends pourquoi il se sent chez lui parmi les accros à l’informatique, aux gamers, aux addicts des smartphones, des bouquinistes, hikikomori et autres binoclards en marge de la société. Artistiquement, le bonhomme est du genre iconoclaste, et la maigre biographie accompagnant la sortie de ce nouvel album en dit autant sur lui que les huit chansons de Nerd Icon.

Membre ou ex de CHAINWRECK, IN SOLITUDE, PIG EYES, SÖDRA SVERIGE, SONIC RITUAL, ou V.Ö.M.B (si vous connaissez, tant mieux, sinon, tant pis), Henrik PALM fait partie de ces musiciens inclassables, qu’on range par facilité dans la case du Rock étrange et métissé, quelque part entre l’Alternatif nineties et le lourd 2K. Il est en effet très risqué de s’aventurer sur le terrain de la précision, d’autant que l’auteur même n’en a rien à carrer. Il le dit lui-même avec une nonchalance qui force le respect, et se moque ouvertement de son passé puisque seul le présent l’intéresse.

Avec deux albums dans la besace, dont un déjà pour l’écurie référentielle Svart, Henrik PALM essaie de faire plaisir à tous les parias, outcasts, esseulés, incompris, qui pensent être seuls au monde et les seuls aptes à comprendre à quel point la société est une horreur de conformisme dès lors qu’on a une personnalité un peu décalée. Et les chansons formant le puzzle insoluble de Nerd Icon ressemblent à ce que BECK pourrait produire en travaillant avec les MELVINS et les ELECTRIC BOYS.

Nous sommes donc dans une dimension un peu particulière, qui se veut plus généraliste et ouverte qu’un simple désert Heavy Metal. L’homme joue du Rock, parfois avec l’énergie d’un groupe de Sludge, parfois avec le décalage lysergique d’un Space-Rock band revenu de Saturne avec des réponses tarabiscotées sur le monde. On apprécie donc la variété de ton qui nous fait rebondir d’un riff fatigué sur un tapis de strates compensées, et qui nous balade dans les couloirs de l’inconnu à la recherche non de clés ou d’astuces, mais bien d’une perdition totale qui éveillera nos sens à un champ d’influence très vaste.

Henrik PALM n’est d’ailleurs pas seul dans son univers. Il a convié pour son voyage quelques compagnons de vol assez plantés eux aussi, Simon Söderberg, Daniel Moilanen et Johan Gustafsson, et s’est aussi fait plaisir en lançant des invitations à des membres de groupes aussi illustres que POISON IDEA, VIAGRA BOYS, NORD & SYD, THE BEAR QUARTET, SWITCHBLADE, ou PAPER AND HORNDAL. D’où un joli bordel qui sent HAWKWIND et Francis DUNNERY, WEEZER en plein trip LSD et KYUSS, CROWBAR et Remi ZERO, en gros, tout, n’importe qui, mais surtout, de quoi nous faire plaisir en nous en traînant hors de notre zone de confort.

D’ailleurs, « Instrumental Funeral » agit comme un avertissement, et lâche les watts en débridant une guitare sombre, sentencieuse au bagout insidieux. On prend note immédiatement de cette multitude de sons qui se complètent et se télescopent, et le combat saturation/claviers est relativement intéressant, et même parfois hypnotique. Mais c’est véritablement « Subway Morgue » qui met le feu aux poudres d’une intro associant le « Pinball Wizard » des WHO à un hymne fameux d’AC/DC, avant de s’affaler dans le canapé pour bouffer des chips et zapper comme un fou. Henrik PALM est un artisan, un dilettante, mais il prend quand même ses loisirs au sérieux pour nous dérouler de vraies chansons, et non de simples expérimentations pour ne rien faire comme tout le monde.

On imagine des PIXIES hagards au bord d’une piscine sèche quelque part en Arizona, à la scène Alternative des années MTV, GIRLS AGAINST BOYS en tête de liste, reprenant du JESUS LIZARD en plus digeste, et finalement, on se laisse aller à l’observation d’un alien sympathique, qui boit des pintes et veut nous faire comprendre qu’il est comme nous…ou pas.

Si l’approche putassière de refrains catchy et autres gimmicks faciles est très finement évitée, cela n’empêche pas le quatuor de nous soigner avec quelques idées bien senties (« Swim to the Light », le tube de l’album, pas très suédois, mais terriblement prenant). La guitare sonne comme aux plus grandes heures du Desert Rock ou d’un Pub Rock gras et feignant, la rythmique s’adapte mais n’en fait jamais plus qu’elle ne doit, et le chant, lent et traînant nous branche sur la gégène d’une station college-rock diffusant des pamphlets antisportifs, anti-Pop-pom girls, anticonformistes, et anti un peu tout-ce-que-vous-coulez/voulez.

Nerd Icon est en fait une transposition des humeurs d’un cerveau embrumé par la réalité, et qui cherche une échappatoire dans la technologie, la solitude, le retour à l’enfance, et les rires stupides et nerveux. Nous sommes donc loin du légendaire Revenge of the Nerds, et plus proche de ceux d’aujourd’hui, totalement inhibés, enfoncés dans la réalité virtuelle comme un éléphant dans des sables mouvants, ce que raconte très bien le lourd et oppressant « From the Grave ».

Henrik PALM le souligne avec beaucoup de sincérité, « Back to Abnormal ». La normalité est aussi pénible qu’un samedi soir dans un bar ou qu’une soirée chiante, et la guitare acoustique est encore le moyen le plus fiable de créer une ambiance cosy, même lorsqu’on est coincé dans sa piaule à binge watcher une série quelconque. Cette mélodie pastorale tranche justement avec le reste de l’album, animé d’un esprit dandy et dadaïste, et ouvre légèrement la fenêtre pour laisser entrer un peu d’air.

Une fois infusé dans votre âme, Nerd Icon y fait sa place, et ne se dissout pas. C’est un disque étonnant, difficile d’approche, parfois confus dans sa direction, mais toujours touchant et même collant. On y sent une admiration pour la Pop des sixties, pour le Glam torve des seventies, et plus simplement, une fascination pour le Rock le plus affranchi et libre.

Après tout,  quel mal y-a-t-il à rester seul chez soi, les violets fermés, quand on constate ce qui se passe dans ce monde de barrés ?

        

     

Titres de l’album:

01. Instrumental Funeral

02. Subway Morgue

03. Lunch Hour (of the Wolf)

04. Talismanic Love

05. Swim to the Light

06. From the Grave

07. Back to Abnormal

08. Many Days


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/05/2024 à 18:43
85 %    76

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49