Neanderthal Noise Machine

Neanderthal Noise Machine

28/08/2020

Dying Victims Productions

Amis de la finesse, amateurs de poésie, admirateurs de Baudelaire, Flaubert et Yeats, merci de quitter la pièce car cette chronique n’est pas pour vous. En effet, cette horde hirsute provenant d’Italie a clairement choisi de se placer sous l’égide de la grossièreté, qu’elle soit musicale ou thématique. Cela dit, avec un nom de baptême comme NEANDERTHAL NOISE MACHINE, il ne fallait pas s’attendre à du Ronsard, mais autant avouer que ces italiens ont poussé le bouchon aussi loin qu’ils le pouvaient. C’est ainsi que j’ai le plaisir de vous introduire (mais pas trop intimement) à ce trio sympathique et mal débourré, constitué de trois musiciens aux pseudos chantant (Bastard - basse/chœurs, Alimai - batterie/chant, et Ace - guitare/chœurs), qui en 2020 se sont décidés à sortir de leur caverne pour nous faire profiter de leur créativité. Premier EP donc pour ces hommes de Neandertal qui ne font pas semblant d’en être, et qui affichent leurs influences sur leurs t-shirts et dans leurs chansons. C’est ainsi qu’après quelques secondes d’écoute, vous aurez immédiatement localisé la principale source d’inspiration de la bête : MOTORHEAD.

Lemmy est donc le héros incontesté des italiens, comme Cronos était celui des BULLDOZER, les ancêtres de nos bipèdes du jour, et en tendant les oreilles même de loin sur l’intro du très finaud « Snorting Shit On Your Tits », on comprend vite que les NEANDERTHAL NOISE MACHINE ont bien écouté la discographie de l’homme à l’as de pique, mais aussi de tous les suiveurs lui ayant emboité le pas. Le tout est donc très Rock n’trash, sans aucune fioriture, complétement passéiste et légèrement Punk sur les bords, aussi EXCITER que Rocco avant une scène de DP, et aussi romantique que Costes coincé dans des chiottes turcs. Un seul leitmotiv, de la graisse, des décibels, des riffs sales et de l‘humour bête et méchant, pour un premier jet qui ressemble à s’y méprendre à un énorme glaviot craché à la face des bobos. Pas question de brunch ici, de petit polo sur les épaules, de quinoa ou de voter à gauche, on est là pour foutre le maximum de bordel et repartir avec les groupies les moins portées sur l’hygiène.

Mais encore une fois, comme dans tous les cas de musiciens plus talentueux qu’ils ne sont propres, le résultat est impeccable, et l’impact maximal. Et en admettant que Neanderthal Noise Machine s’appréhende comme le mélange le plus parfait entre le HEAD, VENOM et BLUE CHEER, cocktail rehaussé d’un peu de ROGUE MALE et EXCITER, on apprécie alors cette simplicité de ton et cette rudesse de fond, d’autant que les trois lascars n’ont pas les médiators dans leur poche au moment d’écrire de véritables hymnes à la débauche. Ainsi, le mid tempo « Rölling Through The Night » et son tréma plus qu’allusif nous permet de nous déhancher au son d’un brulot qui n’aurait pas dépareillé sur les albums seventies de Lemmy, et la basse distordue et bouffie de Bastard singe le son de celle du regretté Ian, tandis qu’Alimai, en tant que batteur/chanteur dégage autant d’énergie qu’une centrale électrique dirigée par un pyromane. L’homme s’agite, fait virevolter ses baguettes et rouler ses pédales pour produire une puissance phénoménale, qui nous renvoie à la base de la philosophie des speed freaks sur l’explosif « Dirty Jailbait Asshöle ».

Aussi fin qu’une bonne enculade sous les douches en prison, ce premier EP est évidemment réservé à une élite de bourrins qui n’envisage la finesse que comme un mot qui rime avec fesses. Ici, tout est gros, gras, sent la sueur et la bile, la bière tiède bon marché, mais les riffs collent aux basques (« Red-light Streets »), et les refrains restent vissés dans la tête, comme après une bonne lobotomie. Entre Speed Rock et Heavy Metal punky, NEANDERTHAL NOISE MACHINE joue l’immédiateté et la barbarie, véritable transposition d’une meute de loups steampunk à la poursuite du pauvre Mad Max. Sur six morceaux, trois balancent les BPM comme un pervers la sauce sur les bottes d’une pauvre fille qui passait par là, et le final orgiaque de « Wild, Dirty & No Remörse » permet de se replacer dans le contexte des débuts du Heavy Metal moderne, quand les musiciens allaient tout autant fouiller dans les poubelles du Rock que dans les poches des punks.  

Grossier, mais bien produit, distribué par les esthètes de Dying Victims Productions, Neanderthal Noise Machine est un gros coup de boule dans ta face et un maximum de watts dans tes oreilles. Tu en ressors sonné, sourd comme un pot, mais heureux comme un crétin des alpes découvrant la sexualité avec les chèvres.              

            

Titres de l’album:

01. Caligüla

02. Snorting Shit On Your Tits

03. Rölling Through The Night

04. Dirty Jailbait Asshöle

05. Red-light Streets

06. Wild, Dirty & No Remörse


Facebook officiel


par mortne2001 le 12/01/2022 à 14:49
75 %    218

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Fakino

Excellent ! J'adore leur style musical Faaitoito Aroma et TE RUKI

15/08/2022, 20:50

David ghetto

Manque de rythm sur le montage mais le son est lourd !

15/08/2022, 13:46

Steelvore666

Excellent titre pour un putain d'album, que je ne saurais que trop conseiller à ceux qui sont passés à coté jusqu'à présent.

15/08/2022, 10:11

Simony

Extraordinaire album ! En tout point d'accord avec cette chronique. De mon côté l'influence de CHRISTIAN DEATH est plus que perceptible en effet.

15/08/2022, 10:00

Humungus

Pourquoi pas De Villiers avec un t-shirt DISRUPT ?

15/08/2022, 09:10

Stench

Musicalement c'est plutôt bon mais qu'est-ce que le chant manque de puissance ! 

14/08/2022, 07:43

Humungus

Fan de l'Action Française avec un t-shirt DROPDEAD...J'approuve.

12/08/2022, 23:08

Humungus

Hé hé hé...Dans ce genre d'attroupement, le back patch DISSECTION méritant le haut et court et pour le mieux le goudron et les plumes... ... ...

12/08/2022, 23:02

pierre2

Je préfère mon Nick bougon dans Paradise Lost....   

12/08/2022, 19:58

FaFa

Fred, sale petite pute de balance, lâche de gauchiste. Fallait lui dire en face. Et ses convictions n'ont rien à voir avec la musique. Pauvre tocard.

12/08/2022, 15:40

Jus de cadavre

Merci ! Et non pour la veste à patch ha ha ! On était déjà bien grillés en tant que frenchies (avec notre accent et... nos bouteilles de rouge !) je voulais pas en rajouter pour se faire remarquer

12/08/2022, 13:44

Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20

Satan

@ Gargan : Pour le coup le réalisateur est apparemment un membre de Gaerea par ailleurs...

10/08/2022, 21:36