Neanderthal Noise Machine

Neanderthal Noise Machine

28/08/2020

Dying Victims Productions

Amis de la finesse, amateurs de poésie, admirateurs de Baudelaire, Flaubert et Yeats, merci de quitter la pièce car cette chronique n’est pas pour vous. En effet, cette horde hirsute provenant d’Italie a clairement choisi de se placer sous l’égide de la grossièreté, qu’elle soit musicale ou thématique. Cela dit, avec un nom de baptême comme NEANDERTHAL NOISE MACHINE, il ne fallait pas s’attendre à du Ronsard, mais autant avouer que ces italiens ont poussé le bouchon aussi loin qu’ils le pouvaient. C’est ainsi que j’ai le plaisir de vous introduire (mais pas trop intimement) à ce trio sympathique et mal débourré, constitué de trois musiciens aux pseudos chantant (Bastard - basse/chœurs, Alimai - batterie/chant, et Ace - guitare/chœurs), qui en 2020 se sont décidés à sortir de leur caverne pour nous faire profiter de leur créativité. Premier EP donc pour ces hommes de Neandertal qui ne font pas semblant d’en être, et qui affichent leurs influences sur leurs t-shirts et dans leurs chansons. C’est ainsi qu’après quelques secondes d’écoute, vous aurez immédiatement localisé la principale source d’inspiration de la bête : MOTORHEAD.

Lemmy est donc le héros incontesté des italiens, comme Cronos était celui des BULLDOZER, les ancêtres de nos bipèdes du jour, et en tendant les oreilles même de loin sur l’intro du très finaud « Snorting Shit On Your Tits », on comprend vite que les NEANDERTHAL NOISE MACHINE ont bien écouté la discographie de l’homme à l’as de pique, mais aussi de tous les suiveurs lui ayant emboité le pas. Le tout est donc très Rock n’trash, sans aucune fioriture, complétement passéiste et légèrement Punk sur les bords, aussi EXCITER que Rocco avant une scène de DP, et aussi romantique que Costes coincé dans des chiottes turcs. Un seul leitmotiv, de la graisse, des décibels, des riffs sales et de l‘humour bête et méchant, pour un premier jet qui ressemble à s’y méprendre à un énorme glaviot craché à la face des bobos. Pas question de brunch ici, de petit polo sur les épaules, de quinoa ou de voter à gauche, on est là pour foutre le maximum de bordel et repartir avec les groupies les moins portées sur l’hygiène.

Mais encore une fois, comme dans tous les cas de musiciens plus talentueux qu’ils ne sont propres, le résultat est impeccable, et l’impact maximal. Et en admettant que Neanderthal Noise Machine s’appréhende comme le mélange le plus parfait entre le HEAD, VENOM et BLUE CHEER, cocktail rehaussé d’un peu de ROGUE MALE et EXCITER, on apprécie alors cette simplicité de ton et cette rudesse de fond, d’autant que les trois lascars n’ont pas les médiators dans leur poche au moment d’écrire de véritables hymnes à la débauche. Ainsi, le mid tempo « Rölling Through The Night » et son tréma plus qu’allusif nous permet de nous déhancher au son d’un brulot qui n’aurait pas dépareillé sur les albums seventies de Lemmy, et la basse distordue et bouffie de Bastard singe le son de celle du regretté Ian, tandis qu’Alimai, en tant que batteur/chanteur dégage autant d’énergie qu’une centrale électrique dirigée par un pyromane. L’homme s’agite, fait virevolter ses baguettes et rouler ses pédales pour produire une puissance phénoménale, qui nous renvoie à la base de la philosophie des speed freaks sur l’explosif « Dirty Jailbait Asshöle ».

Aussi fin qu’une bonne enculade sous les douches en prison, ce premier EP est évidemment réservé à une élite de bourrins qui n’envisage la finesse que comme un mot qui rime avec fesses. Ici, tout est gros, gras, sent la sueur et la bile, la bière tiède bon marché, mais les riffs collent aux basques (« Red-light Streets »), et les refrains restent vissés dans la tête, comme après une bonne lobotomie. Entre Speed Rock et Heavy Metal punky, NEANDERTHAL NOISE MACHINE joue l’immédiateté et la barbarie, véritable transposition d’une meute de loups steampunk à la poursuite du pauvre Mad Max. Sur six morceaux, trois balancent les BPM comme un pervers la sauce sur les bottes d’une pauvre fille qui passait par là, et le final orgiaque de « Wild, Dirty & No Remörse » permet de se replacer dans le contexte des débuts du Heavy Metal moderne, quand les musiciens allaient tout autant fouiller dans les poubelles du Rock que dans les poches des punks.  

Grossier, mais bien produit, distribué par les esthètes de Dying Victims Productions, Neanderthal Noise Machine est un gros coup de boule dans ta face et un maximum de watts dans tes oreilles. Tu en ressors sonné, sourd comme un pot, mais heureux comme un crétin des alpes découvrant la sexualité avec les chèvres.              

            

Titres de l’album:

01. Caligüla

02. Snorting Shit On Your Tits

03. Rölling Through The Night

04. Dirty Jailbait Asshöle

05. Red-light Streets

06. Wild, Dirty & No Remörse


Facebook officiel


par mortne2001 le 12/01/2022 à 14:49
75 %    99

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : les K7

Jus de cadavre 23/01/2022

Vidéos

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Nightmare + Rhapsody Of Fire 28/01 : Le Metronum, Toulouse (31)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 29/01 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)
Rhapsody Of Fire 30/01 : L'ilyade , Seyssinet-pariset (38)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Oui, cela doit avoir un lien avec ce retour de Dark Angel qui semble, cette fois, plus concret que la première tentative... Prions, dans l'attente de la Résurrection...Je n'avais pas réalisé qu'il était resté si longtemps dans Testam(...)

25/01/2022, 00:41

Arioch91

Il était surtout sous exploité dans Testament, lui et Steve DiGiorgio.Normalement, Dark Angel avait des dates en 2021 qui ont été repoussées cette année. Sans doute est-ce la raison qui l'a poussé à quitter Testament ?Et n(...)

24/01/2022, 19:26

Jus de cadavre

Un des meilleurs batteur Metal au monde selon moi. Sans vouloir être méchant, et même si j'aime bien le groupe, il devait un peu se faire chier dans Testament... Enfin je dis ça, je dis rien.En tout cas il a sacrément perdu du poids ces dernière(...)

24/01/2022, 19:18

Jus de cadavre

N'ayant pas connu la période cassette, même si j'en ai utilisé pour copier des cd (mes débuts avec un walkman encore à cassette...), je n'ai aucune attache à ce format que je trouvais ni pratique, ni de bonne qualité sonore. Je pense (...)

24/01/2022, 19:11

Kerry King

10 ans dans un groupe, c'était du jamais vu avec le pere Hoglan. 

24/01/2022, 18:35

Gargan

Il a l'air d'être tout gentil, pour du Deicide. Fronce les sourcils ! 

24/01/2022, 17:12

Gargan

Je rejoins le commentaire précédent. J’ajoute que, l’artwork ayant une place particulière dans le métal, plus la surface est importante… une partie pour moi de la raison de l’affection du vinyl.

24/01/2022, 15:01

Gargan

Je croyais que c’était une réformation d’un autre Sarcasm suédois (qui faisait du thrash), tant pis

24/01/2022, 14:53

Simony

Selon moi, cela tient plus de la hype. Par contre, à titre perso, j'aime bien ce format, la nouvelle démo de DIONYSIAQUE, par exemple, au format K7 c'est nickel, j'ai certains albums de Black Metal aussi comme ça, cela permet effectivement de distribuer pou(...)

24/01/2022, 08:29

Simony

L'épisode N° 3 est disponible ici :Sommaire

23/01/2022, 18:24

Simony

Chronique totalement partagée, j'avais écouté l'album par curiosité en trainant sur le Bandcamp de Iron Bonehead et il possible qu'il fasse parti d'un futur achat chez ce label que j'apprécie particulièrement pour l'authentic(...)

22/01/2022, 16:19

Humungus

"Faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC"Sans oublié KING DIAMOND et DEATH SS.En ce qui me concerne : Le premier album (KÜÜÜLT !!!) pis c'est tout.

22/01/2022, 13:47

Invité

"Ixaltirud" est la première émanation du projet, une chanson évocatrice, avec un son méditerranéen et ésotérique.

22/01/2022, 10:19

Simony

Je suis également très client de leur musique, de leur univers très soigné, mais là j'avoue que ça me laisse de marbre. Ca ne m'empêchera pas de me pencher sur cet album une nouvelle fois mais avec beaucoup de réticences... 

22/01/2022, 10:06

Nekro Sapiens

@Hoover, faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC. D'où la comparaison. Contrairement à tout le monde ici, je suis assez client de leur musique

22/01/2022, 09:55

Hoover

J'ai jamais compris le succès de ce groupe. Quand je pense qu'il a été comparé à Blue Öyster Cult...

22/01/2022, 07:40

dafg

Marketing metal

21/01/2022, 19:04

Tétard Véloce

21/01/2022, 12:06

Vinnie Logan Paul

La blague continue et ça ne s'arrange pas.

21/01/2022, 11:53

Gargan

Clip moche et ça manque cruellement de riffs.

21/01/2022, 11:01