The Dark Delight

Dynazty

03/04/2020

Afm Records

Pour beaucoup de fans de Heavy de l’ancienne génération, DYNAZTY, c’est un peu le contraire parfait de l’expression mind over matter. Une emphase donnée au contenant et non au contenu, une façon de traduire le Hard dans un vocable trop moderne et emphatique, un détournement des dogmes de base, du tape à l’œil. Au même titre qu’AMARANTHE ou NIGHTWISH, BATTLE BEAST, BEAST IN BLACK et tant d’autres, les suédois ont souffert ces dernières années d’une chute considérable de crédibilité, chute inversement proportionnelle à leur popularité, chacun des albums du combo étant attendu comme le nouveau messie Power Metal mélodique venu du froid. Je ne me positionnerai pas dans ce débat, acceptant les formules proposées comme autant de possibilités. Après tout, au travers des années, des groupes comme KISS ou MÖTLEY CRÜE ont dû essuyer ce genre de critiques, avant de devenir des icônes absolues de la scène. Ce que je constate de façon objective, c’est que DYNAZTY s’approche de plus en plus de la perfection dans son approche, profitant à chaque fois d’un son énorme pour imposer des compositions certes calibrées, mais fameuses. Je m’étais attardé sur le cas de Firesign il y a deux ans, que j’avais estimé d’intérêt, suffisamment en tout cas pour en parler, et je reviens à la charge avec The Dark Delight qui poursuit dans la même veine, sans aucun complexe, à la suédoise, avec une fois encore un maximum de morceaux taillés pour les stades et festivals.

Depuis ses débuts, le groupe n’a eu de cesse de peaufiner sa méthode, au point d’en devenir aujourd’hui la référence absolue aux côtés d’AMARANTHE. Rien de hasardeux dans cette comparaison, puisque le chanteur Nils Molin évolue en parallèle dans les deux formations et utilise donc les éléments de l’un ou l’autre des groupes pour faire avancer son vécu personnel. Membre d’origine, Nils peut toujours compter sur le soutien de deux autres membres présents depuis 2007, le batteur George Egg et le guitariste/claviériste Rob Love Magnusson, mais aussi de la seconde guitare de Mike Laver et de la basse de Jonathan Olsson, les deux musiciens les plus « fraîchement » intégrés. C’est donc un line-up stable depuis Renatus que nous présente aujourd’hui The Dark Delight, qui évolue dans les mêmes sphères que Firesign. Produit une fois encore par Jacob Hansen, ce septième album studio est une sorte de pinacle dans la carrière d’un groupe dont chaque étape semble en être un, et une confirmation en forme d’épiphanie évidente. Les suédois se posent en effet en référence absolue d’un style clinquant, aux proportions épiques, aux règles bien établies, répondant à la demande d’un public avide de sonorités modernes et de Metal contemporain. On retrouve donc tout ce qui a fait le style du groupe depuis son virage musclé et opportuniste, ces riffs gigantesques, cette rythmique puissante et ce chant si passionné, ces arrangements pompeux tirant sur le symphonique, mais ne faisant pas oublier l’obsession de base : composer des chansons aussi Pop que possible, et les enrober dans un glaçage Metal pour faire passer la pilule, soit la quintessence de l’art scandinave en la matière.

Nul ne pourra considérer ce nouvel album comme une œuvre d’auteur. Tout est fait pour en faire l’équivalent des blockbusters cinématographiques d’été, avec son lot d’explosions, de passion, d’effets de manche futés et autres digressions larger than life. Tout est exagéré ici, amplifié, mais avec un flair qui laisse pantois. Une simple écoute de « Hologram » suffit à comprendre qu’il ne s’agit que d’une bonne vieille balade des années 80 et trustant le Billboard travestie en tragédie dramatique avec renfort de claviers larmoyants et de lignes vocales investies, le tout sur fond de marasme instrumental digne d’un Hollywood musical. Beaucoup crieront à la trahison, au produit manufacturé, mais les moins à cheval sur l’éthique admireront le travail accompli, certes un peu stérile dans le fond, mais admirable dans la forme. Et les suédois sont depuis longtemps passés maîtres dans l’art de déguiser des thèmes simples pour en faire des constructions aux proportions énormes, ce que « Presence Of Mind » prouve en entame de son manque total de retenue. Alors, quelle attitude adopter en pénétrant les arcanes d’un album dont chaque détail a été peaufiné pour provoquer des sensations bien précises ? La même qu’en entrant dans un parc d’attraction, en laissant ses préjugés à l’accueil, et en gardant son âme d’enfant capable d’être émerveillé par la moindre explosion ou enthousiasmé par la dégustation d’une barbe à papa chimique au possible. On s’amuse en oubliant ses principes, comme un gamin qui dans les années 80 s’extasiait en écoutant des chansons qui n’avaient rien de mémorable, mais qui sonnaient comme les soundtracks d’aventures extraordinaires auxquelles il avait l’impression de participer.

OK, souvent, le fond de l’air est méchamment Pop, adoptant des concessions que la plupart des musiciens refusent. Le trépidant et dominé par les claviers « Heartless Madness » s’apprécie comme un tube jumpy qui aurait pu être composé par A-HA et repris par AMARANTHE, tandis que « Waterfall » se veut quintessence du Hard-Rock moderne, décomplexé, adressé à la frange la plus impressionnable du public, la plus jeune, et la moins difficile. On comprend très bien que les riffs sont plus des figures de style que des poutres porteuses d’inspiration roots, on sait que cette rythmique énorme n’est qu’un trampoline qui permet à Nils Molin de vocaliser au-dessus des nuages, et on accepte très bien que les arrangements et bidouillages électroniques ne soient que le décorum un peu cheap d’un décor de western futuriste tourné en studio. Mais si l’on parvient à occulter tous les griefs, on découvre aussi des chansons aux motifs entêtants, des refrains qu’on finit par siffloter ou chanter en chœur, et un réel amour du travail bien fait, qui certes ne restera pas dans les annales, mais qui procure du plaisir le temps de sa durée. D’autant qu’une fois encore, le travail accompli est fabuleux. Ce septième longue-durée est plus varié que la moyenne des produits de sa catégorie, osant parfois la facilité d’un hit purement scandinave (« Paradise Of The Architect »), pour mieux nous convaincre d’une clôture à équidistance entre KIX, EUROPE et Robert TEPPER (« The Dark Delight »).

Les morceaux se succèdent donc dans un climat d’euphorie globale, rappelant que la scène nationale est quand même un modèle mondial de tubes aussi dansants que puissants (« Apex »), et de digressions Pop dans un contexte plus musclé aux contours presque industriels (« Waterfall »). Rien qui ne laisse de trace durable dans le grand livre du Heavy Metal, mais un plaisir pas si coupable que ça au jugé d’un travail global assez phénoménal. Juste un disque bien dans son temps, qui rend heureux ceux qui savent laisser leurs principes de côté.          

                                                                                                

Titres de l’album :

                       01. Presence Of Mind

                       02. Paradise Of The Architect

                       03. The Black

                       04. From Sound To Silence

                       05. Hologram

                       06. Heartless Madness

                       07. Waterfall

                       08. Threading The Needle

                       09. The Man And The Elements

                       10. Apex

                       11. The Road To Redemption

                       12. The Dark Delight

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/08/2020 à 14:34
78 %    166

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Concerts à 7 jours
Deficiency + Dsm + Voorhees + Witches 19/09 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)
Freedom Call + Primal Fear 23/09 : Machine, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Zirz

Pourtant écoute après ré écoute je le trouve très bon ce 1 er dukes of the orient le rock dans les magasines on s'en tape

19/09/2020, 21:14

Gargan

Après le nautique, le doom tellurique. En plus avec une pochette qui montre un arbre et le ciel en contre plongée. M'enfin, tant que la musique est bonne, comme dirait l'autre.

19/09/2020, 20:31

Living MOnstrosity

Visionnage obligatoire !

Pour la petite anecdote : je tannais un collègue de taf récemment pour qu'il écoute ENFIN ce disque. Il était fan de Pantera dans les 90's mais était complètement passé à côté de Down.
Il y a quelques jours il m'a incendié, les yeux en trous d'(...)

19/09/2020, 15:28

Simony

La photo est signée d'un Allemand, Marco Großmann, jamais entendu parlé jusque là et l'artwork est de Stephan Hünniger, le bassiste du groupe.

19/09/2020, 14:15

Buck Dancer

Joli report qui respire la passion.
Dès que j'ai une heure devant moi, je me dois de regarder ce concert, je n'ai vu que deux extraits pour le moment.

19/09/2020, 13:55

RBD

Beau report, plein d'amour mais rendu consistant par une connaissance profonde du groupe, son histoire et son milieu. Il faut que je me dégage un moment pour le voir, avec tous les dvds de live que j'ai en retard aussi...

19/09/2020, 13:15

arty

Quel porridge insipide,,,

19/09/2020, 12:48

steelvore666

@saad : entièrement d'accord. Autant Surgical Steel, en dépit de deux ou trois morceaux dispensables, était très bon, autant l'inspiration semble s'être diluée depuis. Au moins, voilà un cd qui nous évite de choisir parmi la pléthore de sorties plus qu'intéressantes. A voir sur un prochain(...)

19/09/2020, 09:57

metalrunner

Le chanteur fait perdre la puissance aux morceaux .C est pour moi le gros point faible de cet album.; Dommage que lee altus ne ce soit pas impliqué plus dans l écriture vu qu il l âme du groupe..Les solos par contre sont bons mais le manque d agressivité du chant gâche souvent les morceaux..He(...)

19/09/2020, 09:57

saad

les trois extraits sont pires que Swansong. Aucune inspiration. Ultra mauvais

19/09/2020, 09:01

Living Monstrosity

Une pochette d'Olivier de Benoist ?

19/09/2020, 08:32

Living MOnstrosity

Oui pardon, Swansong et non swanGsong.

(holy shit ! je réalise que je n'ai plus écouté cet album chant du cygne depuis SA SORTIE !)

19/09/2020, 08:23

Jus de cadavre

Tout comme Living ! Très Swansong !

19/09/2020, 03:22

KaneIsBack

Curieux d'écouter ça, surtout que ça fait un bail que Sodom n'a pas sorti un vrai bon album.

18/09/2020, 22:06

Facial

Superbe album!!

18/09/2020, 20:35

Living Monstrosity

Houla il est très Swangsong celui-ci... mais j'aime beaucoup.
Je trouve ça très groovy et classieux.

18/09/2020, 19:50

Kairos

pas un seul extrait qui m'emballe pour le moment

18/09/2020, 19:10

grinder92

Purée, Billou il a pas vu que ça enregistrait quand il faisait ses gammes pour s'échauffer... et l'ingé son l'a gardé !!!

18/09/2020, 18:38

steelvore666

Génial.
Enfin la suite !

18/09/2020, 12:53

Reg

Bon morceau old school
Jairo T. est un Celtic Frost worshipper ^^

18/09/2020, 09:23