Les groupes de Heavy Thrash sont rares. Comprenez par ceci, les bons groupes de Heavy Thrash sont rares. Même à l’époque où ces deux styles représentaient une part importante de la production Hard ricaine, dénicher la perle au milieu du parc à huitres tenait de la gageure, et seule une poignée d’ensembles se sont extirpés du lot. MEGADETH évidemment, qui en représente en quelque sorte une quintessence, METAL CHURCH éventuellement, quoiqu’on puisse plus facilement les ranger dans la case Heavy que dans le créneau Thrash, les PANIC dans une moindre mesure, et quelques autres dont on peut éliminer les SANCTUARY, trop lyriques et complexes pour être francs. De nos jours, la caste des artistes se revendiquant de cette affiliation est réduite à la portion congrue, le style étant de plus en plus difficile à pratiquer, et il est de moins en moins facile de dénicher un combo capable de nous enthousiasmer de ses rythmiques Heavy, tout en nous pilonnant de ses riffs Thrash. Alors, que faire ? Abandonner la quête, ou compter sur le hasard des sorties pour nous permettre de nous sevrer de puissance et de vitesse ? Optons pour la seconde solution, puisque ce fameux hasard fait souvent bien les choses, et nous offre au gré de ses caprices quelques découvertes qui valent la patience que nous avons investie.

Ainsi, les NEVERDAWN et leur patronyme qui sent bon le NEVERMORE viennent d’émerger de nulle part, et nous livrent avec leur premier album Just Business, un manifeste d’honnêteté Metal fort appréciable, sinon inoubliable. Venant de Colombus, Ohio, ce quatuor formé à l’orée de l’année 2016 n’a pas hésité à travailler son grand soir pour plonger directement dans le grand bain d’un longue-durée, évitant les cases démo et EP, certainement sûrs d’avoir trouvé leur propre son et leur propre inspiration. Et après presque une heure en leur compagnie, je ne peux que valider ce choix, en émettant toutefois quelques réserves. Si le propos générique est assez puissant pour séduire, l’inspiration manque parfois de nuance et de pluralité pour contenter les esthètes les plus exigeants. On le sait, depuis l’émergence d’ANNIHILATOR, la donne a changé, et les critères de sélection sont devenus plus élevés, rendant la tâche plus ardue pour se faire remarquer des meilleurs. Mais en substance, et en faisant preuve d’un peu de compassion, ce premier LP est particulièrement bien agencé, et propose une quantité de morceaux suffisamment rageurs pour mériter votre intérêt.

Fondé en avril 2016 par RJ Gilliland (guitare) et Tristan Woodruff (guitare/chant), NEVERDAWN se propose donc de nous faire humer de nouveau le parfum délicieux des aventures décibelliques des années 80, via quelques références assumées. Ces influences sont clairement nommées, des inévitables METALLICA, MEGADETH, et IRON MAIDEN, en passant par les non moins notables VOLBEAT, GODSMACK, SLAYER ou AVENGED SEVENFOLD, histoire de replacer la tradition dans un contexte plus moderne, et permettent de baliser un terrain bien dégagé. S’il est évident, et ce dès les premières minutes que les américains sont beaucoup plus portés sur la souplesse d’un Heavy mélodique et racé que sur la violence d’un Thrash bien tassé, leurs impulsions sont suffisamment énergiques pour séduire les fans d’une agressivité mesurée. Avec un line-up complété de l’adjonction du jeune cogneur Ethan Ritenour (quinze ans au moment de son recrutement), et du bassiste Julian Chandler, le groupe a enfin trouvé une stabilité lui permettant de composer de jolis hymnes au Heavy oublié, qui paie parfois son tribut en espèce sonantes et discordantes, se rapprochant dangereusement de sa muse Mustaine, à l’occasion de quelques concessions harmoniques révélatrices (« Drifter », qu’on aurait pu retrouver sur Youthanasia sans que cela ne pose le moindre problème de cohésion). Les morceaux sont tous soutenus par un thème porteur, parfois délibérément placé dans l’ombre des géants (impossible de ne pas trouver une analogie flagrante entre « Sons Of War » et le chef d’œuvre de Waters Never, Neverland), mais souvent handicapés par une tendance à la modération qui vient quelque peu frustrer le besoin d’explosion. On aimerait vraiment que les musiciens se lâchent un peu plus, et accélèrent ce mid tempo qui plombe toutes leurs compos, sans vraiment pouvoir leur faire de reproche d’un point de vue musical. Les guitares sont volubiles mais pas bavardes, les soli travaillés, la rythmique stable et pertinente, mais le chant un peu geignard et faible bride souvent le tout l’empêchant de fait de décoller vers une euphorie qu’on les pressent capables de déclencher. Pourtant parfois, la tendance s’inverse, et le Thrash reprend plus ou moins ses droits, suggérant une admiration non feinte pour le duo de frères ennemis MEGADETH/METALLICA (« No Love Lost »), alors que les optiques les plus progressives ne peuvent se retenir d’hybrider les deux légendes sus nommées pour les confronter à un METAL CHURCH enfin retrouvé (« Line In The Sand », qui peut aussi bien se souvenir d’ICED EARTH que de HEATHEN). C’est d’ailleurs dans ces marques d’ambition que le quatuor trouve enfin le bon ton, tant leur modus operandi évolutif leur permet de marquer leur territoire, sinuant au gré de mélodies imposées par une rythmique enfin plus concentrée.

Et si l’ouverture tonitruante de « Blinded » se montre aussi efficace qu’une bonne claque d’OVERKILL (avec cette grosse basse claquante et ronflante), si le riff maousse de « Just Business » est aussi persuasif que les attaques les plus vicieuses de Dave Mustaine, la première partie d’album peine à flotter en dehors des eaux du classicisme forcé, et ne nous convainc pas totalement du potentiel d’un groupe encore un peu tendre. Mais on se laisse amadouer par cette valse-hésitation entre férocité et accessibilité, qu’un titre aussi syncopé que « Freight Train » traduit avec habileté, proposant enfin une digression sur la linéarité revendiquée. On sent bien que l’étincelle déclenchant l’explosion n’est qu’à une portée de souffre près, mais on attend encore un peu plus de maturité pour hisser les NEVERDAWN au rang d’espoir à suivre, sans pour autant les condamner à une seconde division pas forcément méritée. Il conviendra quand même à l’avenir de se détacher de ces influences un peu trop embarrassantes, pour faire preuve d’un peu plus de culot et d’audace, histoire de présenter une copie qui ne sent pas trop le regard de biais sur celle du voisin. Mais en attendant la suite des évènements, Just Business n’en reste pas moins un témoignage d’intérêt, celui d’une nouvelle génération qui préfère jouer la modulation. Une affaire qui est tout sauf du business (but business is good), et qui démontre que le Heavy puissant et conquérant a encore de belles nuits devant lui, bien plus fascinantes que les jours proposés par des thrasheurs qui se contentent de paraphraser.


Titres de l'album:

  1. Blinded
  2. Just Business
  3. Failsafe
  4. Cut & Run
  5. Drifter
  6. Sons Of War
  7. No LOve Lost
  8. Line In The Sand
  9. Freight Train
  10. Moving Forward

Site officiel


par mortne2001 le 13/03/2018 à 14:01
74 %    257

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !