Encore une diva ? Oui et non, puisque assez loin des arabesques vocales irritantes de ses consœurs s’étant coincé les cordes vocales dans les couloirs d’un opéra désaffecté, Martina EDOFF se concentrerait plus volontiers sur son timbre chaud et puissant, qui transcende des compositions simples, mais servant d’écrin parfait à sa voix enflammée. Pas de crainte à avoir, ni d’envolées lyriques calquées sur un délire symphonique de Prisunic, ici, tout est Rock, Heavy, AOR, en somme, les trois matières dans lesquelles les suédois excellent depuis la nuit des temps.

D’autant plus que la vocaliste n’en est pas à ses premières armes, puisque ce We Will Align succède à deux LP acclamés dans sa Scandinavie natale, Martina Edoff en 2014 et Unify en 2015. Entre temps, la belle bottée a eu le temps de se roder sur les scènes internationales, en jouant en ouverture de TARJA et des WINERY DOGS lors de tournées, et on retrouve d’ailleurs des traces de ces collaborations scéniques sur ce troisième chapitre, toujours aussi bien écrit d’une plume nette et racée, qui place le Hard-Rock largement au-dessus de la mêlée. Bien que leader de son propre groupe (Martina Edoff – chant, Stefan Bergström – guitare, Björn Höglund – batterie, Nalle Påhlsson - basse et Jona Tee – claviers), Martina n’a pas hésité à partager la composition à parts égales, en enrôlant dans son armée Jonas Törnqvist (DEATHRIDERS, BLEED THE HUNGER, TREASURE LAND), Erik Mårtensson (ECLIPSE, NORDIC UNION, W.E.T), Benny Jansson (RIDE THE SKY), Billy Sheehan (MR BIG, THE WINERY DOGS) et Jona Tee (H.E.A.T), qui se sont donc partagé les compositions, pour donner encore plus d’allant à leur meneuse de son.

Le résultat ? Du suédois, pur et dur, et les deux à la fois, puisque la musicienne n’hésite pas à varier son propos et à jouer des nuances que proposent les courants en question, en prenant garde de ne pas perdre l’énergie de vue pour ne pas sombrer dans la guimauve. On connaît ce genre de jeu par cœur, des guitares à haute teneur en riffs hargneux, des soli merveilleux, une rythmique appuyée pour quelques arrangements enjolivés, et surtout, des lignes vocales qui passent par toutes les émotions, et qui jouent sur la puissance pour mieux nous mettre en transe. L’approche est connue et reconnue, mais admettons quand même que l’ensemble dégage un potentiel indéniable, et surtout, une énergie de tous les diables.

Difficile pourtant de gloser des heures sur un album qui a tout dit en moins d’une. Certes, tout ceci est incroyablement carré, calibré, parfois assez libéré pour tenter des choses moins formatées, mais les mots peinent à décrire une musique convenue et dodue, qu’il vaut mieux écouter pour pouvoir l’apprécier. On se croirait presque faisant face à une nouvelle sortie Frontiers (qui partage quand même pas mal de vues avec ses collègues d’AOR Heaven), spécialement en sachant que le grand Billy Sheehan a trempé les mains dans le cambouis. Niveau ambiance générale, le nom de EUROPE, celui de la reformation, titille les oreilles, bien que le timbre de voix de Martina se rapproche surtout de celui de ses collègues Ann Wilson ou Robin Beck, sans avoir la technique si fine de la première, ni l’émotion à fleur de peau de la seconde. Elle se situerait donc à mi-chemin de ces deux chanteuses, qui elles non plus ne parvenaient pas toujours à insérer leur talent dans un cadre trop restrictif.

De là, vous choisissez, il y a de tout pour vous séduire, et dans le sens des poils vous caresser. Du Hard, du Heavy, des ballades, des choses en ligne médiane, du clavier, des sons bien intégrés, en gros, de quoi vous faire passer quarante minutes sans (presque) vous lasser. Martina sait moduler ses interventions pour s’adapter, ce que confirme la très jolie power-ballad « Face The Mirror », que les HEART auraient pu nous léguer sur leurs albums des années 80. Mais la musicienne n’est pas là pour se la jouer enjôleuse, c’est une rockeuse, et on sent qu’elle a vraiment envie de nous en persuader. Elle n’a pas grand-chose à faire d’ailleurs pour y arriver, sans même parler de son look sur une pochette assez cliché, puisqu’il lui suffit d’entonner un « Turn The Page », aux accents Heavy envoutants, ou un « Champions » au riff presque Néo, et symptomatique des LP de la bande à Joey, de Secret Society à War of Kings. De cette ouverture tonitruante au final en demi-teinte « Brand New World », qui se veut plus celtique et ambiant dans ses accents, l’écart est conséquent, sinon impressionnant, et passe en revue tout ce que le Heavy cru et le Hard-Rock mélodique ont à proposer de plus charnu. L’originalité une fois mise au placard des idées à ne pas exploiter, le groupe déroule, et fait évidemment honneur à son pedigree, en multipliant les petites astuces techniques à peine discernables, mais qui donnent une plus-value à des compositions assez banales. Le propos n’est pas de révolutionner le Rock, qui en a déjà assez vu, mais bien de lui rendre hommage via sa facette la plus adaptée, en signant des hits que l’on se prend à fredonner sans vraiment faire exprès (« We Will Align », au refrain salement bien troussé).

Production bien burnée pour mid tempo appuyé (« Set You Free »), acoustique mystique qui se veut presque progressive dans la tension incisive (« Lay Down Your Arms »), et déclaration d’intention chaloupée qui se love au creux d’un Boogie Hard rondement mené (« I’m Invincible »), le tour de chant est aéré, et revisite à sa sauce les figures imposées d’un Hard scandinave qui n’a rien perdu de sa superbe. Tout est huilé, et la machine tourne sans hoqueter, en évitant la redite de titres trop moulés pour vraiment éclater. Propre sans l’être vraiment, versatile sans se perdre dans les mouvements, We Will Align aligne justement des chansons impeccables, qu’on aurait souhaitées un peu plus culotées pour vraiment nous mettre la fessée. Il aurait fallu pour cela penser à digresser un peu plus en mode mineur, et oser s’aventurer sur le terrain de la radiophonie bien dosée, pour parfois plus se frotter à un AOR que Martina pourrait faire briller de son gosier chauffé à blanc. Mais ce troisième LP, à la forme incritiquable et au fond discutable saura contenter tous les amoureux d’énergie bien restituée, et exhale même parfois un parfum PURPLE/UFO retraité pour correspondre à une époque moins figée, sans toutefois atteindre les sommets atteints par ces vénérables vétérans.

Une carrière qui commence à assurer ses arrières, mais qu’on espère un jour voir décoller un peu plus haut en larguant du lest Heavy qui pèse encore un peu trop. Mais une voix, une attitude et quelques harmonies qui ont moins l’habitude, et We Will Align assure le job loin des turpitudes d’un Metal moderne dont ils ne réfute pourtant pas tous les principes.


Titres de l'album:

  1. Turn Our Pages
  2. Champions
  3. Alive
  4. We Will Align
  5. Lay Down Your Arms
  6. Face The Mirror
  7. Set You Free
  8. I'm Invincible
  9. Truth Came Knocking
  10. Brand New World

Site officiel


par mortne2001 le 20/10/2017 à 17:25
72 %    276

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Mutilate

Contagium

Volt

The Grand Deception

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !