Encore une diva ? Oui et non, puisque assez loin des arabesques vocales irritantes de ses consœurs s’étant coincé les cordes vocales dans les couloirs d’un opéra désaffecté, Martina EDOFF se concentrerait plus volontiers sur son timbre chaud et puissant, qui transcende des compositions simples, mais servant d’écrin parfait à sa voix enflammée. Pas de crainte à avoir, ni d’envolées lyriques calquées sur un délire symphonique de Prisunic, ici, tout est Rock, Heavy, AOR, en somme, les trois matières dans lesquelles les suédois excellent depuis la nuit des temps.

D’autant plus que la vocaliste n’en est pas à ses premières armes, puisque ce We Will Align succède à deux LP acclamés dans sa Scandinavie natale, Martina Edoff en 2014 et Unify en 2015. Entre temps, la belle bottée a eu le temps de se roder sur les scènes internationales, en jouant en ouverture de TARJA et des WINERY DOGS lors de tournées, et on retrouve d’ailleurs des traces de ces collaborations scéniques sur ce troisième chapitre, toujours aussi bien écrit d’une plume nette et racée, qui place le Hard-Rock largement au-dessus de la mêlée. Bien que leader de son propre groupe (Martina Edoff – chant, Stefan Bergström – guitare, Björn Höglund – batterie, Nalle Påhlsson - basse et Jona Tee – claviers), Martina n’a pas hésité à partager la composition à parts égales, en enrôlant dans son armée Jonas Törnqvist (DEATHRIDERS, BLEED THE HUNGER, TREASURE LAND), Erik Mårtensson (ECLIPSE, NORDIC UNION, W.E.T), Benny Jansson (RIDE THE SKY), Billy Sheehan (MR BIG, THE WINERY DOGS) et Jona Tee (H.E.A.T), qui se sont donc partagé les compositions, pour donner encore plus d’allant à leur meneuse de son.

Le résultat ? Du suédois, pur et dur, et les deux à la fois, puisque la musicienne n’hésite pas à varier son propos et à jouer des nuances que proposent les courants en question, en prenant garde de ne pas perdre l’énergie de vue pour ne pas sombrer dans la guimauve. On connaît ce genre de jeu par cœur, des guitares à haute teneur en riffs hargneux, des soli merveilleux, une rythmique appuyée pour quelques arrangements enjolivés, et surtout, des lignes vocales qui passent par toutes les émotions, et qui jouent sur la puissance pour mieux nous mettre en transe. L’approche est connue et reconnue, mais admettons quand même que l’ensemble dégage un potentiel indéniable, et surtout, une énergie de tous les diables.

Difficile pourtant de gloser des heures sur un album qui a tout dit en moins d’une. Certes, tout ceci est incroyablement carré, calibré, parfois assez libéré pour tenter des choses moins formatées, mais les mots peinent à décrire une musique convenue et dodue, qu’il vaut mieux écouter pour pouvoir l’apprécier. On se croirait presque faisant face à une nouvelle sortie Frontiers (qui partage quand même pas mal de vues avec ses collègues d’AOR Heaven), spécialement en sachant que le grand Billy Sheehan a trempé les mains dans le cambouis. Niveau ambiance générale, le nom de EUROPE, celui de la reformation, titille les oreilles, bien que le timbre de voix de Martina se rapproche surtout de celui de ses collègues Ann Wilson ou Robin Beck, sans avoir la technique si fine de la première, ni l’émotion à fleur de peau de la seconde. Elle se situerait donc à mi-chemin de ces deux chanteuses, qui elles non plus ne parvenaient pas toujours à insérer leur talent dans un cadre trop restrictif.

De là, vous choisissez, il y a de tout pour vous séduire, et dans le sens des poils vous caresser. Du Hard, du Heavy, des ballades, des choses en ligne médiane, du clavier, des sons bien intégrés, en gros, de quoi vous faire passer quarante minutes sans (presque) vous lasser. Martina sait moduler ses interventions pour s’adapter, ce que confirme la très jolie power-ballad « Face The Mirror », que les HEART auraient pu nous léguer sur leurs albums des années 80. Mais la musicienne n’est pas là pour se la jouer enjôleuse, c’est une rockeuse, et on sent qu’elle a vraiment envie de nous en persuader. Elle n’a pas grand-chose à faire d’ailleurs pour y arriver, sans même parler de son look sur une pochette assez cliché, puisqu’il lui suffit d’entonner un « Turn The Page », aux accents Heavy envoutants, ou un « Champions » au riff presque Néo, et symptomatique des LP de la bande à Joey, de Secret Society à War of Kings. De cette ouverture tonitruante au final en demi-teinte « Brand New World », qui se veut plus celtique et ambiant dans ses accents, l’écart est conséquent, sinon impressionnant, et passe en revue tout ce que le Heavy cru et le Hard-Rock mélodique ont à proposer de plus charnu. L’originalité une fois mise au placard des idées à ne pas exploiter, le groupe déroule, et fait évidemment honneur à son pedigree, en multipliant les petites astuces techniques à peine discernables, mais qui donnent une plus-value à des compositions assez banales. Le propos n’est pas de révolutionner le Rock, qui en a déjà assez vu, mais bien de lui rendre hommage via sa facette la plus adaptée, en signant des hits que l’on se prend à fredonner sans vraiment faire exprès (« We Will Align », au refrain salement bien troussé).

Production bien burnée pour mid tempo appuyé (« Set You Free »), acoustique mystique qui se veut presque progressive dans la tension incisive (« Lay Down Your Arms »), et déclaration d’intention chaloupée qui se love au creux d’un Boogie Hard rondement mené (« I’m Invincible »), le tour de chant est aéré, et revisite à sa sauce les figures imposées d’un Hard scandinave qui n’a rien perdu de sa superbe. Tout est huilé, et la machine tourne sans hoqueter, en évitant la redite de titres trop moulés pour vraiment éclater. Propre sans l’être vraiment, versatile sans se perdre dans les mouvements, We Will Align aligne justement des chansons impeccables, qu’on aurait souhaitées un peu plus culotées pour vraiment nous mettre la fessée. Il aurait fallu pour cela penser à digresser un peu plus en mode mineur, et oser s’aventurer sur le terrain de la radiophonie bien dosée, pour parfois plus se frotter à un AOR que Martina pourrait faire briller de son gosier chauffé à blanc. Mais ce troisième LP, à la forme incritiquable et au fond discutable saura contenter tous les amoureux d’énergie bien restituée, et exhale même parfois un parfum PURPLE/UFO retraité pour correspondre à une époque moins figée, sans toutefois atteindre les sommets atteints par ces vénérables vétérans.

Une carrière qui commence à assurer ses arrières, mais qu’on espère un jour voir décoller un peu plus haut en larguant du lest Heavy qui pèse encore un peu trop. Mais une voix, une attitude et quelques harmonies qui ont moins l’habitude, et We Will Align assure le job loin des turpitudes d’un Metal moderne dont ils ne réfute pourtant pas tous les principes.


Titres de l'album:

  1. Turn Our Pages
  2. Champions
  3. Alive
  4. We Will Align
  5. Lay Down Your Arms
  6. Face The Mirror
  7. Set You Free
  8. I'm Invincible
  9. Truth Came Knocking
  10. Brand New World

Site officiel


par mortne2001 le 20/10/2017 à 17:25
72 %    157

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Axxis

Monster Hero

Architorture

World Peace

Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bon alors moi, forcément, je déteste cet album et d'ailleurs tout ceux qui ont suivi...
Même chose d'ailleurs pour tout ce qu'à pu faire le père Cavalera ensuite.
Vieux con speaking... ... ...


Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !