Vingt ans de carrière, dans le Black Metal, n’est pas chose extraordinaire. Les MAYHEM, IMMORTAL, MARDUK, DARKTHRONE sont toujours là pour prouver que le feu sacré des enfers ne s’éteindra jamais, et pour porter haut les couleurs rougeoyantes du malin cornu. A l’initiative du mouvement, dans les années 90, peu d’oracles eurent été à même de prédire une telle longévité au courant qui semblait devoir mourir de sa laide mort assez rapidement, au vu du caractère extrême de ses philosophies artistiques et de ses convictions humaines. Mais en 2019, loin du feu de paille au pied d’une église de bois, le genre est devenu rentable, une véritable industrie générant des bénéfices conséquents, et drainant dans son sillage une horde de fans toujours aussi mal grimés, mais fidèles comme des chèvres derrière un bouc. Mais cette imagerie, ce capitalisme musical ne doivent pas faire oublier que le Black Metal est l’un des genres les plus fertiles de la scène internationale, et que ses fans justement, en suivent les dogmes presque aveuglément, mais pas seulement. Ils scrutent, analysent, guettent, se présentent aux concerts en masse et en tenue de combat parce que leurs héros sont toujours aussi vaillants et crédibles, des décennies après être passé eux-mêmes du stade de fan à celui de musicien référentiel. Et de l’underground le plus putride à l’establishment le plus respecté, les groupes continuent de creuser la tombe de la musicalité et de mener cette guerre disharmonieuse contre le mainstream, dont ils font presque partie et qu’ils conchient pourtant. Des plus prolifiques au moins diserts, la bataille est rangée, et le front fait face. Sur ce front, de manière épisodique, nous retrouvons les chevaliers norvégiens de 1349, qui depuis la fin des nineties mènent campagne personnelle, qu’ils gèrent difficilement, mais avec toujours autant de franchise. Leurs dévots les plus soudoyés vous avoueront qu’ils n’ont jamais commis de faux-pas, mais cette hypocrisie serait handicap au moment de juger de leur œuvre globale. Car en deux décennies, les hordes d’Oslo ont souvent marché de côté, de revers pour retourner dans l’ombre, semblant parfois, souvent, incapables de reproduire une recette qui avait fait d’eux les exterminateurs les plus efficaces du grand nord.

Pour beaucoup, 1349, c’est une trilogie infernale, initiée en 2003 avec Liberation, et achevée en 2005 par Hellfire. Entre les deux, Beyond the Apocalypse, et un triumvirat de violence condensé en trois petites années, qui acheva de les consacrer barbares absolus. J’en retiens ceci. S’il est certain que ces trois premiers longue-durée ont défini un son, tout comme l’ont fait Show No Mercy, Hell Awaits ou Reign in Blood dans un autre monde, s’il est évident que la réputation du groupe a culminé avec l’impitoyable et effrayant Hellfire, le trésor de la discographie des norvégiens n’est pas à chercher dans ces années-là. Propos éminemment subjectifs, mais pardonnez à leur auteur un traumatisme qui n’a jamais guéri. La découverte hébétée en 2010 du monumental Demonoir, de ces œuvres en cuir de peau humaine qui définissent les tables de loi et contournent les principes les plus établis. Fraichement accueilli à sa sortie, ce sommet de vilénie pâtit de la réputation catastrophique et méritée de son prédécesseur, l’ignoble et fermement raté Revelations of the Black Flame, pathétique tentative du quatuor de structurer un récit d’horreur, et disque complètement vautré dans le ridicule le plus achevé. Sonnera peut-être un jour l’heure de sa réhabilitation, il n’en restera pas moins d’ici-là le nadir du potentiel de quatre musiciens s’étant perdus sur la route de l’expérimentation. Mais bien au-delà de cette atténuation par le bas, Demonoir rompait brutalement avec une recette qui avait fait son temps, celle de la violence ininterrompue et de la cruauté gratuite, pour imposer des ambiances, délétères, des atmosphères, noires comme le jais, et un silence de quatre ans que le réjouissant mais humble Massive Cauldron of Chaos allait rompre quatre ans plus tard. Et sans le savoir, en l’écoutant, nous anticipions un nouveau blackout de cinq ans, avant qu’un EP mystérieux ne sorte de la grotte et nous délivre un message presque trop clair pour être interprété : le 1349 de Demonoir était de retour, avec sa grandiloquence satanique de circonstance, travesti sous les traits d’une honnêteté de ton que le titre prophétique de The Infernal Pathway dévoilait sans ambages.

Entendons-nous bien. The Infernal Pathway adopte les structures sinueuses de son illustre modèle, en reprend le principe narratif, l’ouverture d’esprit maléfique, les transitions en inserts nauséeux, mais ne parvient pas à en égaler la cohérence ni la pesanteur moite. Il en propose néanmoins une digression intéressante, qui suit de temps à autres des pistes sinon essentielles, du moins inhabituelles (« Abyssos Antithesis », l’archétype d’attaque Blackened Thrash nordique, plus coutumière des fans de MOTORHEAD et des débuts de BATHORY que de la seconde vague BM norvégienne, le break central de « Striding The Chasm » qui épouse lui aussi une séduction Punk avec un riff bizarrement accrocheur et presque groove), mais qui globalement calque ses schémas sur ceux des plans datés de 2010 qui permirent la construction d’un mausolée de douleur. Heureusement pour nous, le travail global permet une fois n’est pas coutume d’apprécier le travail individuel de chacun, même si une fois encore, ce sont les prouesses inouïes de Frost à la batterie qui retiennent l’attention. Et sans revenir sur le timbre unique de Ravn au chant, il est utile de souligner les efforts d’Archaon pour tirer de sa guitare des motifs assez peu usuels, toujours en rupture de bans entre un BM formel et des envies d’adultère Heavy Metal, avec des licks qui restent en mémoire, comme ceux que « Through Eyes Of Stone » développe pendant à peine plus de trois minutes. « Enter Cold Void Dreaming » renoue quant à lui avec les traditions passées, se replongeant dans la lave bouillante d’un Black historique, une fois encore transcendé par le chaos rythmique de Frost qui ne semble jamais en panne de créativité au moment d’imposer sa patte. Sacré meilleur batteur de sa génération, le percussionniste donne de sa personne pour conserver son titre, en soutenant de toute sa force des thèmes parfois un peu rebattus.

Difficile toutefois de pointer du doigt des éléments probants au moment de comparer négativement ce septième LP à son insurpassable original de 2010. L’ambiance générale est pourtant la même, les détails presque similaires, mais les ouvertures plus franches. On trouve même parfois des preuves directes d’une optique peaufinée, lorsque « Towers Upon Towers » s’appuie encore plus sur des cassures bizarres et des humeurs Thrash pour présenter un visage progressif qui a son charme vénéneux. « Dødskamp », déjà connu, nous en revient avec ses dissonances et sa partie de kit lunaire, mais c’est bien le final « Stand Tall In Fire », qui de sa majesté viking à la Quorthon nous prend à revers, permettant à Ravn de s’adonner aux joies du chant parlé, seul instant où la basse de Seidemann parvient à s’imposer. Mais encore une fois, malgré un développement assurément sombre, ce sont les silences que l’on remarque, l’acidité de la guitare d’Archaon et les soudaines creusées rythmiques qui n’ont aucun équivalent sur le marché actuel. Et de son attitude entre deux eaux, de ses regards appuyés en arrière tout en cherchant le futur, The Infernal Pathway, loin de jouer le statisme se pose en œuvre atypique, ce que chaque nouveau chapitre de la saga 1349 est depuis bien longtemps. Plus de vingt ans me semble-t-il…           

   

Titres de l’album :

                         01. Abyssos Antithesis

                         02. Through Eyes Of Stone

                         03. Tunnel Of Set VIII

                         04. Enter Cold Void Dreaming

                         05. Towers Upon Towers

                         06. Tunnel Of Set IX

                         07. Deeper Still

                         08. Striding The Chasm

                         09. Dødskamp

                         10. Tunnel Of Set X

                         11. Stand Tall In Fire

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/10/2019 à 17:16
80 %    187

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


Satan
@90.24.0.250
26/10/2019 à 11:16:17
Bien sûr que "Demonoir" est un excellent opus, mais il n'est que la partie la plus conventionnelle de "Revelations of the Black Flame", les deux formant à l'évidence un diptyque que manifestement trop peu de personnes ont ressenti. Ça me fait toujours rire que l'on crache allègrement sur ce dernier, comme si seuls les blasts définissaient la musique de 1349 ; alors que moi il s'agit de sa violence noire (donc pouvant se faire à travers un black metal endiablé tout comme des sonorités plus sourdes et "noise").

Simony
membre enregistré
26/10/2019 à 13:15:46
+1 Satan : c'est clairement la violence noire de 1349 que j'adore (le titre "At The Gate..." qui clôture l'album est excellent mais le reste également). Mais ce groupe réussi à garder cette violence noire dans les passages les plus brutaux, et ça c'est pas donné à tout le monde. Excellent groupe, définitivement !

POMAH
membre enregistré
26/10/2019 à 15:56:03
Pas encore écouté, je me garde les oreilles propres pour leur show du 31... Mais j'ai hâte.

Satan
@90.92.35.19
26/10/2019 à 23:31:10
@ Simony : "At the Gate" est en effet hyper saisissant, sorte de doom hyper noir. Et puis que dire de cette cover de Pink Floyd ou encore de la noirceur maladive de "Invocation"? Tout dans cet opus transpire une noirceur insondable, écrasante.
C'est clair que réussir à maitriser un BM aussi brutal aussi bien qu'une sorte de dark ambient très personnel, c'est quand même rarissime. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai trouvé "Massive Cauldron of Chaos" calamiteux et vide, car n'exprimant absolument rien de l'identité de 1349.

Ajouter un commentaire


Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Sacrilege

The Court Of The Insane

Thicket

Descend into Darkness

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + All In The Small

16/11 : L'appart Café, Reims (51)

Father Merrin + Clegane + Nornes

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)


J'avais arrêté Rock Hard pendant un certain temps pour cette raison ("mou du genou" dans sa ligne éditoriale) mais au final j'y reviens de temps en temps maintenant, car justement pour les découvertes plus "soft" c'est tout de même pas mal. Et je trouve encore de la passion dans ce mag...


Pas forcément. Le nom du mag a toujours été RockHard. Il ne vise pas le même public que Metallian.

Moi ça me va à 100 %


Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )


Ouais c'est bourré de feeling ce morceau je trouve. Cette légende (si ce n'est LA légende) du sludge n'empêche ce mec ! Et ce look de loubard qui va bien :D !


@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....


Putain "Noose" sur la compile Metallian n°3 je crois... outch le flashback fait mal là...