Vingt ans de carrière, dans le Black Metal, n’est pas chose extraordinaire. Les MAYHEM, IMMORTAL, MARDUK, DARKTHRONE sont toujours là pour prouver que le feu sacré des enfers ne s’éteindra jamais, et pour porter haut les couleurs rougeoyantes du malin cornu. A l’initiative du mouvement, dans les années 90, peu d’oracles eurent été à même de prédire une telle longévité au courant qui semblait devoir mourir de sa laide mort assez rapidement, au vu du caractère extrême de ses philosophies artistiques et de ses convictions humaines. Mais en 2019, loin du feu de paille au pied d’une église de bois, le genre est devenu rentable, une véritable industrie générant des bénéfices conséquents, et drainant dans son sillage une horde de fans toujours aussi mal grimés, mais fidèles comme des chèvres derrière un bouc. Mais cette imagerie, ce capitalisme musical ne doivent pas faire oublier que le Black Metal est l’un des genres les plus fertiles de la scène internationale, et que ses fans justement, en suivent les dogmes presque aveuglément, mais pas seulement. Ils scrutent, analysent, guettent, se présentent aux concerts en masse et en tenue de combat parce que leurs héros sont toujours aussi vaillants et crédibles, des décennies après être passé eux-mêmes du stade de fan à celui de musicien référentiel. Et de l’underground le plus putride à l’establishment le plus respecté, les groupes continuent de creuser la tombe de la musicalité et de mener cette guerre disharmonieuse contre le mainstream, dont ils font presque partie et qu’ils conchient pourtant. Des plus prolifiques au moins diserts, la bataille est rangée, et le front fait face. Sur ce front, de manière épisodique, nous retrouvons les chevaliers norvégiens de 1349, qui depuis la fin des nineties mènent campagne personnelle, qu’ils gèrent difficilement, mais avec toujours autant de franchise. Leurs dévots les plus soudoyés vous avoueront qu’ils n’ont jamais commis de faux-pas, mais cette hypocrisie serait handicap au moment de juger de leur œuvre globale. Car en deux décennies, les hordes d’Oslo ont souvent marché de côté, de revers pour retourner dans l’ombre, semblant parfois, souvent, incapables de reproduire une recette qui avait fait d’eux les exterminateurs les plus efficaces du grand nord.

Pour beaucoup, 1349, c’est une trilogie infernale, initiée en 2003 avec Liberation, et achevée en 2005 par Hellfire. Entre les deux, Beyond the Apocalypse, et un triumvirat de violence condensé en trois petites années, qui acheva de les consacrer barbares absolus. J’en retiens ceci. S’il est certain que ces trois premiers longue-durée ont défini un son, tout comme l’ont fait Show No Mercy, Hell Awaits ou Reign in Blood dans un autre monde, s’il est évident que la réputation du groupe a culminé avec l’impitoyable et effrayant Hellfire, le trésor de la discographie des norvégiens n’est pas à chercher dans ces années-là. Propos éminemment subjectifs, mais pardonnez à leur auteur un traumatisme qui n’a jamais guéri. La découverte hébétée en 2010 du monumental Demonoir, de ces œuvres en cuir de peau humaine qui définissent les tables de loi et contournent les principes les plus établis. Fraichement accueilli à sa sortie, ce sommet de vilénie pâtit de la réputation catastrophique et méritée de son prédécesseur, l’ignoble et fermement raté Revelations of the Black Flame, pathétique tentative du quatuor de structurer un récit d’horreur, et disque complètement vautré dans le ridicule le plus achevé. Sonnera peut-être un jour l’heure de sa réhabilitation, il n’en restera pas moins d’ici-là le nadir du potentiel de quatre musiciens s’étant perdus sur la route de l’expérimentation. Mais bien au-delà de cette atténuation par le bas, Demonoir rompait brutalement avec une recette qui avait fait son temps, celle de la violence ininterrompue et de la cruauté gratuite, pour imposer des ambiances, délétères, des atmosphères, noires comme le jais, et un silence de quatre ans que le réjouissant mais humble Massive Cauldron of Chaos allait rompre quatre ans plus tard. Et sans le savoir, en l’écoutant, nous anticipions un nouveau blackout de cinq ans, avant qu’un EP mystérieux ne sorte de la grotte et nous délivre un message presque trop clair pour être interprété : le 1349 de Demonoir était de retour, avec sa grandiloquence satanique de circonstance, travesti sous les traits d’une honnêteté de ton que le titre prophétique de The Infernal Pathway dévoilait sans ambages.

Entendons-nous bien. The Infernal Pathway adopte les structures sinueuses de son illustre modèle, en reprend le principe narratif, l’ouverture d’esprit maléfique, les transitions en inserts nauséeux, mais ne parvient pas à en égaler la cohérence ni la pesanteur moite. Il en propose néanmoins une digression intéressante, qui suit de temps à autres des pistes sinon essentielles, du moins inhabituelles (« Abyssos Antithesis », l’archétype d’attaque Blackened Thrash nordique, plus coutumière des fans de MOTORHEAD et des débuts de BATHORY que de la seconde vague BM norvégienne, le break central de « Striding The Chasm » qui épouse lui aussi une séduction Punk avec un riff bizarrement accrocheur et presque groove), mais qui globalement calque ses schémas sur ceux des plans datés de 2010 qui permirent la construction d’un mausolée de douleur. Heureusement pour nous, le travail global permet une fois n’est pas coutume d’apprécier le travail individuel de chacun, même si une fois encore, ce sont les prouesses inouïes de Frost à la batterie qui retiennent l’attention. Et sans revenir sur le timbre unique de Ravn au chant, il est utile de souligner les efforts d’Archaon pour tirer de sa guitare des motifs assez peu usuels, toujours en rupture de bans entre un BM formel et des envies d’adultère Heavy Metal, avec des licks qui restent en mémoire, comme ceux que « Through Eyes Of Stone » développe pendant à peine plus de trois minutes. « Enter Cold Void Dreaming » renoue quant à lui avec les traditions passées, se replongeant dans la lave bouillante d’un Black historique, une fois encore transcendé par le chaos rythmique de Frost qui ne semble jamais en panne de créativité au moment d’imposer sa patte. Sacré meilleur batteur de sa génération, le percussionniste donne de sa personne pour conserver son titre, en soutenant de toute sa force des thèmes parfois un peu rebattus.

Difficile toutefois de pointer du doigt des éléments probants au moment de comparer négativement ce septième LP à son insurpassable original de 2010. L’ambiance générale est pourtant la même, les détails presque similaires, mais les ouvertures plus franches. On trouve même parfois des preuves directes d’une optique peaufinée, lorsque « Towers Upon Towers » s’appuie encore plus sur des cassures bizarres et des humeurs Thrash pour présenter un visage progressif qui a son charme vénéneux. « Dødskamp », déjà connu, nous en revient avec ses dissonances et sa partie de kit lunaire, mais c’est bien le final « Stand Tall In Fire », qui de sa majesté viking à la Quorthon nous prend à revers, permettant à Ravn de s’adonner aux joies du chant parlé, seul instant où la basse de Seidemann parvient à s’imposer. Mais encore une fois, malgré un développement assurément sombre, ce sont les silences que l’on remarque, l’acidité de la guitare d’Archaon et les soudaines creusées rythmiques qui n’ont aucun équivalent sur le marché actuel. Et de son attitude entre deux eaux, de ses regards appuyés en arrière tout en cherchant le futur, The Infernal Pathway, loin de jouer le statisme se pose en œuvre atypique, ce que chaque nouveau chapitre de la saga 1349 est depuis bien longtemps. Plus de vingt ans me semble-t-il…           

   

Titres de l’album :

                         01. Abyssos Antithesis

                         02. Through Eyes Of Stone

                         03. Tunnel Of Set VIII

                         04. Enter Cold Void Dreaming

                         05. Towers Upon Towers

                         06. Tunnel Of Set IX

                         07. Deeper Still

                         08. Striding The Chasm

                         09. Dødskamp

                         10. Tunnel Of Set X

                         11. Stand Tall In Fire

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/10/2019 à 17:16
80 %    344

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


Satan
@90.24.0.250
26/10/2019 à 11:16:17
Bien sûr que "Demonoir" est un excellent opus, mais il n'est que la partie la plus conventionnelle de "Revelations of the Black Flame", les deux formant à l'évidence un diptyque que manifestement trop peu de personnes ont ressenti. Ça me fait toujours rire que l'on crache allègrement sur ce dernier, comme si seuls les blasts définissaient la musique de 1349 ; alors que moi il s'agit de sa violence noire (donc pouvant se faire à travers un black metal endiablé tout comme des sonorités plus sourdes et "noise").

Simony
membre enregistré
26/10/2019 à 13:15:46
+1 Satan : c'est clairement la violence noire de 1349 que j'adore (le titre "At The Gate..." qui clôture l'album est excellent mais le reste également). Mais ce groupe réussi à garder cette violence noire dans les passages les plus brutaux, et ça c'est pas donné à tout le monde. Excellent groupe, définitivement !

POMAH
membre enregistré
26/10/2019 à 15:56:03
Pas encore écouté, je me garde les oreilles propres pour leur show du 31... Mais j'ai hâte.

Satan
@90.92.35.19
26/10/2019 à 23:31:10
@ Simony : "At the Gate" est en effet hyper saisissant, sorte de doom hyper noir. Et puis que dire de cette cover de Pink Floyd ou encore de la noirceur maladive de "Invocation"? Tout dans cet opus transpire une noirceur insondable, écrasante.
C'est clair que réussir à maitriser un BM aussi brutal aussi bien qu'une sorte de dark ambient très personnel, c'est quand même rarissime. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai trouvé "Massive Cauldron of Chaos" calamiteux et vide, car n'exprimant absolument rien de l'identité de 1349.

Ajouter un commentaire


Cianide

Unhumanized

Ross The Boss

Born Of Fire

Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

J'irais Mosher chez vous ! Episode 3 : Thaïlande

Jus de cadavre / 06/04/2020
Asie

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Jus De Cadavre, en Amérique du Sud tu as de quoi t'amuser aussi, je pense.


Super report ,ça donne envie d'aller dans le pit et secouer de la tête là-bas


Comme indiqué, invraisemblable. Il n'a pas respecté le confinement en faisant de la nage en eaux-vives. Ceci étant, pas vraiment de risque qu'on en parle en ce moment, et l'image du metal, pfff, hein.


C'est plutôt bien foutu mais la thématique me laisse perplexe. Black et médieval, yep, mais figure chrétienne telle que la Jeanne… Quoique, cette période est étroitement liée à la chrétienté en Europe… Merde. M'enfin ça me laisse perplexe quand même.


Première phrase admirable, Humungus.
M'en vais essayer, tiens.


J'ai acheté l'album. Tous les morceaux sont dans la même veine. C'est ultra massif et cohérent avec des riffs simples mais accrocheurs et pas ennuyeux (en tous cas, chez moi ça tourne en boucle et je ne m'en lasse pas).


@Grinder : bien sûr ! Après ça serait moins exotique et original forcément... et certainement plus difficile aussi.
En Asie les gens étaient du genre très avenants pour discuter (c'est pas tous les jours qu'un blanc bec va leur poser des questions chez eux sur leur passion). En Scandinav(...)


Amalie McKennitt.


Effectivement, la chanson en écoute est excellente.
Avec un soupçon de Bolt thrower et Goatess?


Ca te dirait pas un "J'irai mosher chez vous en Suède / Norvège / Finlande" ?


Thanks ! Ca permet de voyager en ces temps compliqués ;-)


Bon, ben moi quand on me dit qu'un groupe est hautement inspiré par la bande à Tom G. Warrior, bah je fonce tête la première.
Et bien pas déçu pour deux sous bon dieu de dieu !!!
Pure merveille que voilà !!!
Merci mortne2001.


Je suis également Trepalium depuis longtemps, le premier album. Il ne faut pas oublier l'EP sorti en 2015 et renommé "Damballa's Voodoo Doll", ultime enregistrement avec Kéké qui replongeait puissamment dans l'instrumentation Jazzy. J'ai la franche impression que depuis huit ans le groupe est d(...)


Hé oui, il en faut pour tous les goûts. Je crois qu'on en a déjà causé. Comme tu dis heureusement, et les échanges sont là pour ça :-)

Mais à l'heure où ils sont un peu dans le caca, ça veut dire aussi que la structure n'est pas des masses solide (genre un mois d'inactivité (...)


Chacun a sa propre opinion et heureusement car sinon, on se ferait sacrément ch... dans la vie.

Tu n'y trouves aucun intérêt, d'autres si.

Tu regrettes le manque d'extrême dans un magazine intitulé RockHard, soit.

Je le regrette également mais franchement(...)


J'ai vu cette rubrique sur ce numéro. Ben ça vaut pas tripette la misérable page, seule la page sur l'ami Raskal sort un peu des clichés sur la rubrique avec le bouquin.
Les gars, vous avez lu les mags comme Decibel, Zero Tolerence, Legacy ou Deaf Forever ou même les versions germaniques(...)


"Quoi qu'il en soit, ils restent quand même intéressant dans leur questions et dans leurs propos, donc c'est toujours un plaisir de les lire, pour ma part."

Voilà.


Très bonne chronique qui me donne envie d'en écouter plus, encore une signature Iron en plus...


Ah pour moi "Fiction" est un chef d'oeuvre. Mais il est vrai que les 3 derniers albums du groupe ne m'ont pas convaincu, c'est rien de le dire. Curieux donc de voir ce que la suite va donner...


@Le Moustre : après il est de notoriété publique que les musiques énervées ont un autre écho en Allemagne et en Suède...
Et quant à l'éternel question du choix éditorial de Rock Hard, il est dans le titre en fait. Effectivement, les musiques extrêmes ne sont pas forcément leur coe(...)