Death Doesn’t Wait

Night Lord

11/11/2022

Ossuary Records

Si la mort n’attend pas, c’est que notre destin est trop bien réglé. D’ailleurs, je la soupçonne d’être très occupée ces derniers temps, et même prête à assumer la tâche la plus difficile de son « existence ». Car si l’espèce humaine continue de faire l’autruche et refuse de voir l’inéluctable, la razzia morbide va prendre des allures de vide-grenier et emporter des milliards d’âmes de l’autre côté. Mais en attendant ce jour pas si éloigné qu’on ne le pensait, autant profiter de nos derniers instants sur terre pour tout exploser, et partir en beauté.

Ainsi, les polonais de NIGHT LORD vous proposent un petit exutoire tout à fait sympathique sous la forme d’un premier album onze titres, gorgés de Heavy Metal, de Power Metal, de Speed et de Thrash, histoire de bien vous secouer les puces en attendant l’Armageddon.   

        

NIGHT LORD comme vous devez vous en douter est un nouveau venu sur la scène old-school, scène tellement surchargée qu’elle menace de s’écrouler à chaque nouvelle sortie. L’actualité est en effet encombrée de produits manufacturés à la hâte et sans passion, et les albums méritant notre attention passent souvent au travers de l’estrade. Mais Death Doesn’t Wait ne connaîtra pas ce triste sort, puisque j’ai décidé de le mettre en avant, eu égard à ses qualités intrinsèques et sa violence ouverte. Car en effet, ce disque aux contours anonymes cache en son sein des trésors d’énergie, une science exacte des arrangements, et une folie Heavy Metal qui donne le tournis à tous les fans de nostalgie.

Ainsi, Artur Baranowski (guitare/chant), Szymon Plewa (guitare), Kamil Ziółkowski (basse) et Eryk Kula (batterie) s’affirment comme des musiciens très capables, en termes de composition et d’exécution. Après une courte intro, le déluge commence, entre chute d’acier et trombes acides, nous obligeant à admettre que les polonais sont peut-être les fils illégitimes d’EXCITER et WARFARE et en tout cas, une sacrée centrale nucléaire tournant à plein régime sans accuser de baisse de tension.

La puissance est donc au moins aussi phénoménale que la passion, ce qui transforme ce premier album en véritable révélation. Entre un POSSESSED moins possédé et un ASSASSIN moins assassiné, NIGHT LORD fait montre d’une belle audace, et nous envoie en plein face une purée Speed/Thrash à peine émaillée de quelques grumeaux Heavy. Les titres s’enchaînent et la pression ne se dément pas, et les quatre premiers titres sont autant de claques données à l’école old-school, qui souvent se contente de resucées et autres polycopiés.

La production, énorme pour ce genre de sortie, permet de mettre en avant le travail fabuleux de Kamil Ziółkowski à la basse, entre rondes épaisses et lignes qui claquent. Un bassiste évidemment secondé par un batteur aux membres hyperactifs, le duo pouvant dès lors soutenir une usine à riffs diabolique, entre saccades classiques et mélodies de biais, pour recréer l‘ambiance des débuts de l’extrême en Europe.

Evidemment, cette tornade empêche de pousser des évènements au premier plan, et autant envisager ce premier longue-durée pour ce qu’il est : un ensemble homogène de chansons rudement efficaces, qui sont liées les unes aux autres, et qui gardent peu ou prou la même cadence. Privilégiant un format court, le quatuor lâche quelquefois la vapeur, à l’occasion de « Wild », cavalcade sauvage sur les terres d’un Speed Metal écorché et écorcheur, ou sur « Ostatni Smierci Krzyk », course-poursuite entre AT WAR et le SLAYER des premiers jours qui se termine dans la poussière et la sueur.

Impossible de passer sous silence le charisme vocal d’Artur Baranowski, entre l’angelot possédé et la sorcière les doigts coincés dans la prise, qui sublime les morceaux de ses envolées suraiguës et de son lyrisme décalé. L’homme est clairement un schizophrène vocal, mais surtout un interprète comme on en rencontre peu dans le domaine, capable de transformer n’importe quel plan traditionnel en fête des démons un soir de pleine lune.

Irrésistible et hystérique, NIGHT LORD s’aménage toutefois quelques plages plus calmes histoire de huiler la machine, et entre PANTERA et METALLICA, l’intro de « Freezing Time » nous permet de reprendre notre souffle, avant que ce Power Metal de l’enfer ne lâche de nouveaux ses créatures féroces.

Imaginez un BLIND GUARDIAN enfermé dans un HP dirigé par les membres de MACABRE, et vous aurez une image assez précise du carnage qui vous attend. Et lorsqu’un groupe/patient est capable de clôturer sa crise de nerfs sur un classique de la trempe de « Speed Metal Shock », c’est qu’il mérite sans aucun doute un traitement plus adapté et moins générique.

Folie, précision, débauche d’énergie, NIGHT LORD nous sert encore bouillant un fantasme ultime de nostalgie, et fait la nique à tous ces groupes se satisfaisant d’emprunts notables aux légendes des années 80. Ici, on sublime, on carnage, on destroy avec l’esprit Punk, mais surtout, on joue de vrais morceaux qui sont autant d’hommages à une violence tout sauf obsolète.    

       

         

Titres de l’album :

01. Out from the Darkness               

02. Power of the Night                     

03. Death Doesn't Wait

04. Spirit from Hell               

05. Autumn Desires              

06. Wild                    

07. Ostatni Smierci Krzyk                

08. Freezing Time                 

09. On Through the Night                

10. Eclipse                 

11. Speed Metal Shock


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/11/2022 à 17:45
85 %    62

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51