Eclipse

Veilside

09/10/2017

Cobra Sock Records

Bon, OK, de la nouveauté, de la sensation, de l’inédit, mais. Mais quoi ? Mais à force, on en oublie les fondamentaux. De la bonne musique, qui ne cherche pas TOOL à KATATONIA, et qui ne traque pas l’arlésienne DEATHSPELL OMEGA sous toutes les pierres. Des guitares, une rythmique, un chant solide, et des chansons, surtout des chansons. Solides, comme on savait en composer dans les années 90, lorsque la puissance bétonnait le Rock le plus radiophonique de ses riffs compacts, mais abordables. Même pas du commercial non, surtout pas, juste quelque chose de sincère, qui ne cherche pas à se démarquer par son apparence ou son originalité, mais juste par son talent. Pas facile à trouver à notre époque, si ? Je n’en suis pas si sûr, quoique j’y sois parvenu cet après-midi en traînant du côté des rues de Chicago. On connaît la ville, on connaît sa scène, mais connaît-on pour autant tous ses groupes ? Peut-être, mais je vais y apporter une addition de taille, et d’intérêt général. Car les VEILSIDE viennent justement de ses faubourgs, qu’ils animent de leur musique fabuleuse depuis quelques années, au point d’avoir partagé la scène avec des cadors comme Lita FORD, DOKKEN, NELSON, HALESTORM, THEORY OF A DEADMAN, ALTER BRIDGE, SOIL, CROSSFADE, Stephen PEARCY ou même FIVE FINGER DEATH PUNCH, ce qui vous garantit d’ors et déjà un certain standing d’écoute. Pour autant, inutile d’attendre une quelconque esbroufe, ici, c’est l’efficacité et la simplicité qui priment, ce qu’Eclipse confirme dès ses premières minutes. Classique but chic ? C’est un peu la formule ad hoc pour parler d’un album pas toc, qui confirme tout le bien que les fans pensaient de leurs poulains. Et c’est un chroniqueur qui a bouffé des sillons qui vous le dit, c’est certain…

VEILSIDE, ce sont cinq musiciens (Tony Engel – chant, Russ Odean & Sharon Cline – guitares/chœurs, Ron Thomas – batterie/chœurs et Bob "Cabo" Hilton – basse), qui ont commencé leur carrière en 2007, et qui depuis, ont tout fait pour s’affirmer et peaufiner leur vision d’un Hard Rock moderne et accompli. Une discographie riche de trois EP (Chapter One en 2008, This Time…en 2011, Meanwhile en 2013), plus un petit cadeau acoustique en 2015 (Intermission), avant d’enfin oser le long via la structure locale Cobra Sock records. Onze pistes pour quarante minutes de musique, c’est concis, mais aussi précis, et les quelques références revendiquées (SHINEDOWN, NICKELBACK, BLACK STONE CHERRY, HINDER) ne le sont pas par hasard, mais ne définissent pas pour autant le travail global. . Faisons-la courte. Si le Metal des années 90 adapté à la sauce du siècle nouveau est votre verre de Jack ou votre tasse de thé préférée, alors il y a de grandes chances qu’Eclipse vous serve le café. Sans faire avancer les débats, le quintette joue crânement sa carte, certain de son potentiel, et confiant en des morceaux puissants, qui auraient sans doute fait les beaux jours des classements, à une époque où le tout-venant n’occupait pas encore les premières places. Ici, c’est la grande classe, on déroule le tapis rouge pour les invités, et la table est richement dressée. Dans une optique que les MAXXWELL n’auraient pas reniée, VEILSIDE prouve qu’avec de l’énergie et ce qu’il faut d’imagination, on peut soigner des morceaux carton, qui ne rechignent pas à nuancer quelque peu le ton.

Une fois ce précepte établi, difficile de parler de cet album autrement qu’en termes élogieux tout en restant objectif. Si l’instrumental révèle un niveau technique global indéniable, le chant apporte ce qu’il faut de lyrisme sans tomber dans les travers démonstratifs pour que les titres décollent, et pas seulement à l’occasion de refrains frivoles. Ici, tout est soigné, des couplets aux soli, en passant par les transitions, et on sent que le boulot abattu a été abordé avec passion, et le tout donne bien des frissons. Du professionnalisme, de l’engagement, pour un groupe qui a rodé son répertoire sur scène avant de peaufiner son premier longue-durée histoire de nous épater. Mais dans le bon sens du terme, sans artifices de production, bien que celle-ci soit parfaite en tout point. Et après une courte intro qui met dans le bain, c’est le grand plongeon de dix mètres via le bondissant « Wash, Rince, Repeat », qui lave son linge propre en famille, et qui résonne d’arrangements synthétiques atypiques. On carbure à l’adrénaline, et sans substitut, pour un Hard Rock contemporain qui sonne, et qui nous donne exactement ce qu’on attend de lui. Mais sans le savoir à ce stade de l’album, c’est un véritable feu d’artifices qui vous attend au détour des instants, avec une collection de hits à faire pâlir un SIXX A.M plus organique qu’à l’accoutumé. Le parallèle est osé, et pourtant, les similitudes existent, par cette volonté de réactualisation d’un style vieux comme le Rock qui se sent bien dans ses bottes actuelles. Mais foin des comparaisons, car les américains savent bien par eux-mêmes nous prendre la main, pour nous faire déambuler dans les arcanes de leur monde coloré, qui ose syncoper, mélodiser, et écraser la pédale pour nous faire grimper (« Blood Is Boiling », le genre de hit que les FOO FIGHTERS et SHINEDOWN auraient pu signer en commun).

C’est Heavy, mais Rock, Hard, mais pas toc, et surtout, suffisamment varié pour combler les plus pointilleux, ceux qui ne crachent pas sur un brin de subtilité AOR bien corsée (« Til The End », 80’s dans le fond, mais en grande forme, pour un autre tube énorme). Les émotifs anonymes trouveront aussi de quoi se rassurer, puisque le quintette leur a réservé une fausse ballade vraiment soignée (« Things You Said »), et démontre par la même occasion ses capacités à s’adapter à un public qui aime se faire cajoler. Mais ce même public aime aussi se faire balader, et retourner en arrière, lorsque les nineties négociaient leur virage entre Grunge et Rock dur mais radio friendly (« Left Town », le genre de plombage qui matérialise le rétro dans lequel tous les adulescents aiment loucher de temps en temps). Et si l’envie de trépigner vous prend soudainement, sachez que Bob « Cabo » Hilton à justement le groove qu’il vous faut céans, juste le temps de boogieser sur un « No Guns In The Champagne Room », au viril parfum Néo-Stoner enivrant. Quelques transitions plus formelles (« Change Your Mind », « Firing Line »), pour un final explosif, qui synthétise en quatre minutes et trente secondes toutes les pistes explorées, sans se répéter (« Thread »), et le résultat est plus que probant, il est effarant. Non, les originaires de Chicago ne figureront jamais en tête de liste des artistes les plus expérimentaux, personne ne se souviendra de leur nom pour avoir créé quelque chose de nouveau, par contre, des millions de fans se rappelleront d’eux comme d’un groupe honnête, au talent indiscutable, et comme une réunion de musiciens capables de composer de véritables hymnes pensés pour faire un carton live, là où la magie opère et où les réputations se taillent.

Eux se taillent celle du lion, avec Eclipse, qui en tant que premier album frappe de sa maturation. Un LP qui couronne une première partie de carrière de la plus belle des façons, et qui donnera enfin à leurs admirateurs de quoi faire des bonds. Je vous le disais, la nouveauté, la sensation, ça a du bon. Mais la qualité et la tradition aussi. Celle perpétrée par les VEILSIDE ne date pas d’hier, mais fait son petit effet. Son grand même. Comme leur talent.


Titres de l'album:

  1. Eclipse
  2. Wash Rinse Repeat
  3. Blood Is Boiling
  4. Til The End
  5. Firing Line
  6. Things You Said
  7. Left Town
  8. Barrel Of The Gun
  9. No Guns in the Champagne Room
  10. Change Your Mind
  11. Thread

Site officiel


par mortne2001 le 18/11/2017 à 14:24
80 %    455

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
asqer

La partie metal est plutot mauvaise. Du power sympho pompeux matiné de pseudo folk...

28/05/2020, 23:44

asqer

super originale la pochette

28/05/2020, 23:40

NecroKosmos

Belle chronique avec laquelle je suis tout à fait en adéquation. Hélas, cette excellente formation est passée inaperçue à l'époque. Mais, non seulement ce groupe n'est pas apparu au bon moment et il faut avouer qu'il lui manquait tout de même un p'tit quelque chose en plus pour vraiment se d(...)

28/05/2020, 21:18

Jus de cadavre

Ouah ! La branlée ! Un énorme merci pour la découverte, je ne connaissais même pas de nom cette tuerie intégrale... C'est maintenant corrigé.
Le Metal Extreme au sens noble. Putain que c'est bon !

28/05/2020, 15:58

Simony

Au risque de créer la polémique car je sais que le début de carrière des gars est intouchable dans le milieu Métal, c'est le seul album du groupe que je peux écouter entièrement sans grincements de dents... Kings Of Metal est trop calibré US pour moi et je ne parle même pas du Louder Than H(...)

28/05/2020, 15:53

Moshimosher

Album de qualité, pour sûr ! :)

28/05/2020, 12:06

Metalhead

Magnifique chronique pour un non moins excellent et étonnant album, parfaite combinaison d'un folk rafraîchissant et d'un metal aussi traditionnel que terriblement efficace. Monumental !

28/05/2020, 11:36

Gargan

A peu près la même histoire, ado à l'époque et ce digi noir m'intriguait dans les bacs (il fut ruiné par une promenade nocturne en voiture dans un marais inondé, mais c'est une autre histoire !). Les premiers instants avec l''incendie puis le cri perçant introducteur m'avaient vraiment impre(...)

28/05/2020, 11:04

recber

C'est plus Currie d'anus faisandé que curry d'agneau là pour le coup.

27/05/2020, 19:14

LeMoustre

Excellente nouvelle.

27/05/2020, 07:42

Simony

Voilà un retour dans le passé qui laisse bien des regrets quand à l'orientation et le chemin suivi par ce groupe et Anneke.

26/05/2020, 21:15

Buck Dancer

Quelle claque j'ai pris à l'époque avec cet album ! Entre "Skinfather" et son break imparable ou un "Dreaming in red" magnifique, Dismember est vite devenu un de mes groupes fétiches.
J'ai aussi pu les voir à ce moment là, à l'Elysée montmartre, en premiere partie de Morbid Angel (Gra(...)

26/05/2020, 19:38

Yolo

Album de l'année pour ma part, comme à chacun de leurs albums.

26/05/2020, 18:43

Buck Dancer

Superbe Setlist qui était à la demande des fans, je crois.

26/05/2020, 18:07

JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00