Commotion

Reanimator

16/09/2022

Bam

Sept ans sans avoir de nouvelles d’un groupe que l’on a apprécié, c’est si long qu’on finit par oublier qu’on l’a connu. C’est la mésaventure qui m’est arrivée ce matin en tombant sur le troisième album de REANIMATOR, qui m’a obligé à fouiller dans les archives de mes chroniques pour raviver son propre souvenir. Mais une petite voix dans ma tête me disait que j’avais déjà rencontré ce quatuor au détour d’une crise Thrash et finalement, ma mémoire a refait surface pour me rappeler l’enthousiasme dégagé par Horns Up, deuxième du nom auquel j’avais accordé une note plus que correcte.  

Niveau précision, encore une fois : ce REANIMATOR n’est pas anglais mais canadien et son nom s’écrit sans tiret. Sa date de naissance faisant la différence, impossible de le confondre bien longtemps avec son homologue anglais, responsable d’un excellent Deny Reality il y a quelques décennies. Ce quintet originaire de L'Assomption, au Québec dévoile donc ses intentions au compte-gouttes, et laisse systématiquement passer six ou sept ans entre chacun de ses albums, ce qui a pour effet de les effacer de l’actualité avec une régularité confondante. Mais heureusement, chaque retour se fête autour d’un Heavy Thrash solide et compétitif, ce qui permet de les excuser et de les absoudre de tout péché de fainéantise.    

Cette dernière livraison est donc une surprise, et plutôt bonne. A l’inverse de RAZOR qui a joué l’économie après une absence de plus de vingt ans, Fred Bizier (basse), Francis Labelle (batterie), Joel Racine (guitare), Patrick Martin (chant) et Philippe Lemire (guitare et dernier arrivé) se sont trituré les méninges pour retrouver l’impulsion magique de Horns Up, et nous en offrir une suite digne de ce nom.

Enregistré, mixé et masterisé par Jef Fortin au Badass Studio, Commotion est la baffe qu’on attendait de prendre en pleine face, et sonne effectivement méchamment badass, tout en restant classique dans le rendu. Quel plaisir de retrouver ces mid tempi méchants comme des teignes et ces accélérations fumasses, cette voix rauque à la limite de l’apoplexie, et ces duels de guitares en riffs majeurs, le tout agencé de façon traditionnelle, mais efficace comme un coup de poing californien des années 1988/89.

Entre classicisme revendiqué et modernisme léger, ce troisième album fait honneur à son rang, et balaie les scories non sous le tapis pour les planquer, mais bien par la fenêtre. Pas de place au remplissage ou aux facilités les plus évidentes, le quintet frappe le plus fort possible, mais dévoile un jeu de jambes fluides et rapide, et une aisance naturelle au moment d’agencer des idées formelles, mais efficaces. On s’en prend plein la nuque en soufflant « Commotion », qui en effet laisse de sales traces sur l’organisme et quelques bleus, mais on suffoque aussi sous la moiteur d‘un mid aussi pertinent que « Burnt By The Witch ».

En sept ans, REANIMATOR n’a rien perdu de cette capacité à réveiller les morts d’un glaviot Speed/Thrash à la EXODUS piqué par des puces (« Terry Fire »), ou à se souvenir de ses racines francophones pour ruer dans les brancards du Québec (« L'Appel Du Vide », pure tuerie fast qui met en relief le jeu fluide et concis de Francis Labelle). Et de fil en aiguille dans le bras, on se rend compte que le tracklisting de ce nouvel album frôle la perfection dans le style, en évitant très intelligemment de se contenter d’un fumet vintage prononcé. REANIMATOR ne rentrera pas dans les rangs d’un Sephora Thrash générique, et affirme son parfum unique, et Ô combien persistant.

En savourant la moindre piste, on se rend compte du fossé qui sépare REANIMATOR de ses aînés de RAZOR. Ici, on se creuse un peu plus le ciboulot pour éviter la rodomontade d’une réputation immaculée, et on cherche encore à prouver la validité de sa démarche en osant la créativité dans la tradition. Rien n’est gagné d’avance, et REANIMATOR le sait, tirant ses meilleures cartouches pour une chasse aux hérétiques qui considèrent encore qu’une meute de chiens californiens ou allemands des années 80 suffit à rabattre le gibier des fans.

Et il est impossible de ne pas craquer en écoutant le mortel « Necronomicunt », jeu de mots plus ou moins habile sur charge Speed monstrueuse, ou de se décoiffer en subissant la montée dans les tours du massacre « Anti-Sobriety », appel à la conduite en état d’ébriété pour tester les nerfs d’un passager un peu trop sensible. La ballade prend des allures de go-fast, avec un moteur vrombissant et cachant un certain nombre de chevaux, capable de tenir le rythme d’un « Wretched Affliction », à la limite d’un Techno-Thrash de première division, ou de négocier les virages en épingles (« Heads Or Tails », rageur à souhait).

Il y a sept ans déjà, je soulignais le talent d’un groupe qui selon moi, se détachait de la masse grouillante des suiveurs sans imagination ni ambition. En 2022, je récidive, et vous invite à découvrir un pur album de Thrash épais et conséquent, truffé d’idées addictives, et rempli de pièges en BPM affolés (« Out For Justice »). Bravo donc aux canadiens qui donnent une bonne leçon aux élèves du fond de la classe, mais aussi aux maîtres se reposant sur leurs lauriers.

Tiens, j’irai plus loin : il y a de grandes chances que Commotion se glisse dans mon classement de fin d’année. Ça vaut ce que ça vaut.    

   

         

Titres de l’album :

01. Commotion

02. The Ditch

03. Burnt By The Witch

04. Terry Fire

05. L'Appel Du Vide

06. Necronomicunt

07. Anti-Sobriety

08. Wretched Affliction

09. Heads Or Tails

10. Out For Justice


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/10/2022 à 16:41
90 %    129

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51