Les pays nordiques sont décidément surprenants. Après avoir inventé les formes les plus modernes de BM dans les années 90, avoir révolutionné le Death et le Thrash durant la même décennie, nous avoir offert MESHUGGAH, AT THE GATES et tant d’autres, avoir joué les trublions à l’Eurovision via les créatures de LORDI, les voilà qui depuis quelques années se tournent vers le passé pour s’enivrer de nostalgie et de Rock/Hard-Rock/AOR/Heavy Metal estampillé vintage, et une fois de plus, rafler la mise.

Sont-ce les nouveaux rois Midas du recyclage, après avoir incarné l’avant-garde de la scène Metal extrême pendant plus d’une décennie ?

La question est légitime, et la réponse semble évidente.

Oui, les Suédois, les Norvégiens, les Danois et les Finlandais représentent encore le pôle d‘attraction de la scène internationale, et inutile de recenser en ces lignes tous leurs représentants dignes d’intérêt, la place viendrait à manquer et la pertinence de la démarche resterait douteuse…

Mais puisque nous abordons le cas de la mouvance nostalgique, abordons aujourd’hui celui d’un « jeune » groupe, qui lui aussi souhaite se faire une place sur la scène, via des rythmiques puissantes et des riffs d’airain. Ce groupe, c’est PERPETUAL RAGE, quatuor éminemment sympathique, qui ne semble avoir d’autre obsession que de retrouver l’essence primale des séminales 80’s, celles-là même que les pays nordiques ont traversées en toute discrétion et humilité.

Pour beaucoup, PERPETUAL RAGE incarnera le pinacle d’un passéisme se cachant derrière le paravent de la mode de recyclage qui sévit depuis une bonne dizaine d’années. Utilisant des recettes et ficelles usées jusqu’à la trame, les quatre Finlandais (Tomi Viiltola – chant, Ari Helin – basse/chœurs, Petri Hallikainen – guitare et Kari Hyvärinen – batterie) se justifient d’une passion sans bornes pour le Heavy Metal en vogue il y a quelques décades, et n’ont cure des reproches qu’on pourra formuler à leur égard.

Formé à l’été 2009 du côté de Kuopio, et ayant subi de nombreux changements de line-up, PERPETUAL RAGE a pris son temps pour développer son approche via une grosse poignée de démos (quatre entre leur découverte et 2014), avant d’oser sauter le pas du premier LP en 2015, en nous offrant The New Kingdom que la presse spécialisée n’a pas manqué de remarquer.

Depuis le groupe a tourné, et s’est remis à la composition pour ne pas laisser trop traîner la casserole hors du feu et nous maintenir sur le grill, et c’est deux ans plus tard que nous découvrons le deuxième chapitre de leur saga, Empress of the Cold Stars, qui maintient peu ou prou le statu quo artistique en ne déviant pas vraiment de la direction empruntée précédemment.

Si l’on se fie à la bordée d’influences mentionnées sur leur page Facebook, les PERPETUAL RAGE ont des horizons assez ouverts. Ils citent pèle mêle des tas de noms, d’ANNIHILATOR à DEEP PURPLE, de RAINBOW à THRESHOLD, en passant par MACHINE HEAD, REDEMPTION, Vinnie MOORE, SINERGY, j’en passe, des plus Thrash au moins Heavy, histoire de planter un contexte dont on connaît déjà par cœur les contours.

Comme je le disais, l’amour que portent les Finlandais à un Heavy Metal teinté de Power de tradition est indéniable, à tel point qu’on a souvent le sentiment en écoutant cet Empress of the Cold Stars, de s’envoyer une version survitaminée ou pas de SAVATAGE, HELLOWEEN, QUEENSYCHE, CRIMSON GLORY, voire même une démarcation de nos MANIGANCE nationaux, sans que cela ne représente une gêne quelconque.

Les musiciens sont bons (malgré quelques approximations rythmiques parfois), l’investissement énergique, et l’inspiration classique, mais les chansons décollent souvent, nous emportant au Valhalla HM tant promis par des groupes comme MANOWAR ou ICED EARTH, tout en jouant parfois la lourdeur excessive de clichés éculées depuis une bonne trentaine d’années.

Mais à partir du moment où l’on accepte de rentrer dans le jeu des finlandais, les reproches deviennent caduques. Impossible de les taxer d’opportunisme ou de passéisme flagrant, puisqu’ils n’ont jamais nié leur attachement à une musique simple et puissante, ce que confirme dès ses premières secondes l’ouverture tonitruante « Dragonlancer», à l’intro envoutante et aux paroles empruntes de science-fiction et d’Heroic-Fantasy. Lourd riff bien costaud, up tempo speedé pour une allégeance aux préceptes d’HELLOWEEN et ANGRA, sans les capacités mélodiques du premier ou du second. C’est du bon Heavy pur jus, adoubé par les les albums post reformation du MAIDEN de Dickinson, dont Tomi empreinte souvent les intonations lyriques.

On pense aussi dans les passages les plus soutenus à JUDAS PRIEST évidemment, même si « The Empress » confirme cette fascination pour la Vierge de Fer.

Mais les PERPETUAL RAGE sont tout aussi capables de nuancer un peu leur philosophie, via un épique « Mesmeric Silence », progressif à souhait, qui n’évite toutefois pas le piège des thèmes de guitare un peu échauffés et réchauffés.

Chœur sobres mais bien placés, grandiloquence mystique à la Ronnie James Dio, avec des évolutions opaques découlant des errances les plus libres de MANILLA ROAD, sans la patine sudiste.

Les morceaux évoluent tous entre quatre et six minutes, avec une seule exception notable, celle de « Evil », jouant la carte d’un Hard-Rock plus léger, intermède plus bref immédiatement suivi d’un énième clin d’œil à Steve Harris, via la basse ronde et doigtée de « Mark Of Chaos », morceau percutant que Michael Kiske aurait pu interpréter au sein d’HELLOWEEN avant de quitter le navire.

On s’embourbe parfois dans les marécages du Power peu inspiré (« Privilege »), on se laisse porter par un tempo lourd empesé d’une double grosse caisse un peu timorée (« Wildfire »), mais on prend quand même le soin de refermer le chapitre via un épilogue plus délicat, en acoustique épurée, soulignée d’arrangements sourds en arrière-plan, et d’un chant médium se livrant avec plus d’émotion et de retenue, pour des accents Folk celtiques fort appréciables (« Silent Sky », et son solo très pur).

Alors, il est certes évident qu’Empress of the Cold Stars ne cherche pas à révolutionner quoi que ce soit, et préfère miser sur une fidélité à un genre dont le public est assez peu réputé pour son ouverture d’esprit. Avec son HM teinté de Power, PERPETUAL RAGE ne s’impose pas encore vraiment, mais se fait une petite place à la table de la nostalgie, en attendant un appétit plus grand lui permettant d’acquérir un rang de taste-Metal de réputation.    

D’ici là, les aficionados d’un HM mordant d’autrefois auront de quoi se sustenter, même si quelques mets sont plus roboratifs que nourrissants.


Titres de l'album:

  1. Dragonlancer
  2. The Empress
  3. Boundless
  4. The Creation
  5. Mesmeric Silence
  6. Evil
  7. Mark of Chaos
  8. Privilege
  9. Wildfire
  10. Silent Sky

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/06/2017 à 14:54
68 %    271

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.