En 1990, vous aviez plusieurs options avant de sortir un album de Hard Rock. Vous conformer aux modes de l’époque, surfer sur la vague sans savoir qu’elle n’allait pas tarder à s’échouer sur les rochers de Seattle. Ou alors, anticiper les nineties, revenir à quelque chose de plus direct et plus Rock, et rester à flots. Choix difficile alors que les cadors des eighties publiaient leur dernier hit, et que finalement, tout ça et l’avenir n’étaient pas une question de choix, mais bien de nature. Et celle des WARRIOR SOUL était justement de ne pas choisir de camp, et de rester fidèles à leurs convictions, au moment de lâcher sur le marché leur premier LP Last Decade Dead Century. Un titre prophétique pour une œuvre qui fit grand bruit, à tel point que METALLICA les embarqua en tournée, et que Geffen mit alors le paquet pour les promouvoir. Il faut dire que la voix de Kory Clarke et de son engagement avaient l’étoffe d’un porte-voix d’une génération X qui allait faire le ménage dans le grand barnum du Rock. Sauf que ce fameux porte-voix/mégaphone d’illusions perdues et d’ennui constaté fut finalement un petit blond au charme indiscutable et à la guitare cheap…De fil (à découdre) en aiguille (prêtée par un pote junkie), ce nouveau messie du Rock continua son chemin, entre un Drugs, God and the New Republic sincère et symptomatique de cette démarche no bullshit et une poignée de disques gravés pour faire plaisir à une mode somme toute passagère, et puis…l’oubli, le split, et l’inévitable comeback quelques années plus tard, le passé loin derrière et un avenir pas forcément plus rose humainement parlant, mais moins condescendant artistiquement.

C’est un fait, aucun album de WARRIOR SOUL n’a eu la prétention de rivaliser avec le choc d’entame Last Decade Dead Century. Que l’on parle de Destroy the War Machine, ou du petit dernier (d’il y a deux ans quand même) Back on the Lash, seule la voix et la gouaille de Kory font le lien, malgré des qualités évidentes et un plaisir de jouer que personne ne pourra contester. D’ailleurs, Back on the Lash sert justement de point de départ et d’ancrage à ce petit dernier, sobrement mais authentiquement baptisé Rock n’ Roll Disease, et qui finalement, n’est rien d’autre que du Rock n’Roll, avec ce petit plus d’authenticité qui manque parfois aux formations suédoises les plus portées sur la nostalgie. En gardant la même équipe, Kory ne s’est pas trompé, et s’est surement contenté de ce qu’il a toujours su faire de mieux, jouer une musique immédiate, en mode tourbillon et tornade, pour mieux bousculer l’ordre établi et tourner le dos aux modes et autres digressions inutiles. Produit par Clarke lui-même et Adam Arling, mixé et masterisé par Miguel Martins, ce nouveau pas en avant qui regarde en arrière ne révolutionnera rien, mais rassasiera les fans, et donnera encore crédit à ce style musical qui n’en finit pas de renaitre de ses cendres, alors même qu’il brule depuis les années 50. En optant pour une formule lapidaire, et une durée réduite, WARRIOR SOUL va à l’essentiel, ne perd pas de temps, et ne lâche qu’une demi-heure de musique qui n’est pas sans rappeler les débuts du groupe, son passé récent, mais aussi la philosophie de D.A.D, des punks américains de la fin des 70’s, et un certain détachement qui confine le projet à une dose d’air frais. Mais finalement, et aussi simpliste que ça puisse paraître, quoi d’autre que le Rock n’Roll pour nous faire encore espérer une fin du monde un peu festive et recentrée sur l’essentiel ?

Plus simplement, ce nouvel effort des américains est une dose d’énergie en barre, une succession de morceaux courts et concis qui pérennisent l’esprit des AC/DC, du Rock scandinave des eighties/nineties, et du Punk Rock le plus rauque et gras. D’ailleurs, il n’est pas surprenant de constater que l’ouverture « Up The Dose » nous la donne justement, non dans les veines mais dans le cœur, avec son riff pataud et son son énorme. Guitares qui bavent propre, chant toujours aussi particulier, un peu nasillard mais sincère, et structure simple qui évite les fioritures comme les louanges non mérités. Pourtant, des louanges Kory en mérite, lui qui fut l’un des premiers héros d’une décade rongée jusqu’à l’os par les désillusions et le manque de crédos. Orienté mid-tempo, citant parfois des influences inconscientes (« Rock N Roll Disease » et son riff d’intro qui rappelle étrangement le « She’s so European » des KISS), mais bourrant direct dans le sens du vent, Rock n’ Roll Disease est un virus primaire qui s’insinue dans l’organisme, et nous purifie les cellules, quelque chose de cru qui fait du bien à l’âme mais ne plonge pas dans les limbes de l’extase artificielle, une manière de rappeler qu’à l’origine, c’était ça, des guitares, une rythmique simple et pilonnée, une voix qui prend aux tripes, et l’envie de penser à autre chose, oublier le vieillissement et rester jeune…pour l’éternité. Mais qu’importe que cette éternité ne dure qu’un instant, qu’importe que le « vrai Punk » soit mort depuis longtemps, que le Hard Rock se soit vendu aux démons du marketing, tant que des artistes de la trempe de Clark continueront de jouer les greasers en mode MOTORHEAD/Johnny Thunders/D.A.D/BACKYARD BABIES et autres ZODIAC MINDWARP, avec des machins qui euphorisent dans le genre de « Off My Face ». Rien de neuf, mais du vieux qui sent bon et qui fait du bruit, et tout le monde est content.

Pas certain que le bonhomme soit de meilleure humeur qu’en 1990, mais il enchaîne les burners dans se poser la question de savoir si l’originalité et la diversité ont encore une importance. Mais les mélodies sont parfois là (« Melt Down »), le binaire est roi, et graveleux dans la voix (« Rock On »), les cassures mettent des coups dans le foie, mais on repart de plus belle (« War Ride Children »), entre les licks collants, les gimmicks tuant et l’énergie globale qui va toujours de l’avant. Mais inutile de regarder en arrière dans une époque qui justement aime s’admirer le nombril, et WARRIOR SOUL, sans rien proposer de neuf, ni de décalé nous fait sourire et danser avec ce nouvel album qui passe comme un shoot par intraveineuse, entraînant une accoutumance, mais aucun effet secondaire. Le manque étant facile à gérer, enfilez-vous immédiatement ce fix de Rock qu’est Rock n’ Roll Disease. Le Rock est une maladie incurable, mais personne n’a jamais eu envie d’en guérir.  

 

Titres de l’album :

                         1. Up The Dose

                         2. Rock N Roll Disease

                         3. Off My Face

                         4. Melt Down

                         5. Rock On

                         6. War Ride Children

                         7. Going Mental

                         8. After The Show

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/08/2019 à 17:31
80 %    74

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

respect total à Sylvain ainsi qu' à tous les membres d'underground investigation pour leur investissement personnel afin de pouvoir aboutir chaque année à la mise en place de toutes ces journées concerts et ce depuis des lustres. Organisation au top, gentillesse des organisateurs, choix des gro(...)


Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...