Un groupe de Heavy Speed qui vient du Canada, rattaché à la vague old-school, rien de plus étonnant qu’un groupe suédois qui joue un Hard smooth et fortement connoté de la même décennie. Après tout, les canadiens peuvent s’enorgueillir d’avoir mis au monde l’un des combos les plus emblématiques du genre avec EXCITER, il n’y a donc aucun étonnement à avoir de constater que la flamme brûle toujours du côté de Montréal. Mais les METALIAN, avec leur nom rappelant méchamment celui d’un magazine bien connu ne sont pas des bleus dans l’armée, bien au contraire, puisque Vortex est déjà leur troisième LP, celui qu’on attend toujours au tournant pour justifier ou infirmer un talent naissant. C’est donc un logique successeur à Wasteland, publié en 2009 et Midnight Rider, paru en 2017 auquel nous avons droit cette année, qui en reprend peu ou prou les mêmes recettes en les poussant à leur paroxysme de qualité. Fondé dans les années 2000, ce quatuor a patiemment élaboré son répertoire, publiant un nombre conséquent de démos, de EP’s et de splits, gardant toujours la foi en un Heavy Metal sans compromission, et pourtant, beaucoup plus ouvert qu’il n’y parait. Car les METALIAN ont toujours tout fait pour ne pas se retrouver enfermés dans un créneau trop réducteur, malgré une vitesse de jeu soutenue et des accointances assumées avec la vague Speed. On retrouve toujours dans leur musique des allusions plus ou moins directes à la NWOBHM, et ces citations d’un SATAN fier d’avoir influencé tant de musiciens, mais surtout, des références directes à THIN LIZZY, se plaçant donc dans la directe lignée de la nouvelle génération de musiciens nationaux fascinés par le passé.

Et le passé sauce Vortex se conjugue toujours avec fougue et énergie. Le quatuor (Ian- guitare/chant, Simon - guitare, Andres - basse et Tony - batterie) a encore une fois joué avec beaucoup de pertinence la fougue dans la brièveté, puisque ce troisième LP atteint tout juste la demi-heure de jeu, ce qui permet au groupe de nous laisser avec une impression forte et durable. Vous aurez donc droit à votre lot de morceaux qui décoiffent sans recoiffer, de riffs massifs et saccadés, de rythmiques enlevées mais pilonnées, et de lignes vocales tranchantes comme un rasoir sur la nuque. Une recette qui a fait ses preuves, chez les RIOT CITY et toute cette vague rétrograde qui n’en peut plus de se retourner vers ses racines, et qui trouve dans les recettes des anciens de quoi accommoder son plat du jour. Tout commence assez vite d’ailleurs, avec l’intro « Prologue », qui plus qu’une entame est un véritable morceau jouant la fourberie de ses guitares acoustiques avant de s’envoler vers les paradis Speed de ses soli enflammés et de sa puissance déchainée. On reconnaît sans problème les plans inventés par cette génération de musiciens qui souhaitaient durcir le ton, et sans aller jusqu’à citer les grands frères de RAZOR, autant dire que les METALIAN en ont toujours assez sous le coude pour transcender des harmonies à la tierce symptomatiques du THIN LIZZY le plus formel pour les transformer en symphonies d’un Metal pur et sans compromis.

« The Sirens Wail » continue d’ailleurs sur la même lancée avec son jeu de hammer/pull-off, et nous booste de sa rage mélodique renforcée. Le chant de Ian rappelle toujours autant celui du SATAN de Court in the Act, tandis que les guitares prennent beaucoup de plaisir à se griller la politesse, ayant quand même celle de laisser la basse s’exprimer à plein régime. Mais comme je le disais, et prenant leur distance avec des tâcherons comme APHRODITE, les canadiens ne sont pas du genre à répéter ad nauseam la même formule de bout en bout, se laissant parfois aller aux trépidations d’un Metal Boogie chaud comme la braise, et en parfaite symétrie des premiers efforts de la NWOBHM (« Full Throttle »). Pas plus de quatre minutes par morceau, ce qui suffit amplement pour comprendre le propos, et de temps à autres, les originaires de Montréal défient les suédois sur leur propre terrain de l’harmonie en bourrasque, avec un « Land of The Brave » qui nous rappelle bien des souvenirs d’une décade chargée en émotion. La tutelle de JUDAS PRIEST n’est évidemment jamais réfutée mais bien assumée, mais diluée dans un allant plus Speed et plus léger, moins clous et casquettes et plus Thrash et baskets, avec de petits quickies qui rallument la flamme (« Liquid Fire »), mais qui ramènent aussi à la surface les images sonores de TOXIK, AGENT STEEL, ABATTOIR et toute cette vague de Metal très rapide mais toujours mélodique qui avait profondément bousculé les mid eighties pas encore totalement converties à la cause Thrash de la Bay Area et de la Ruhr. Production ad hoc, investissement total des musiciens qui ont une foi inébranlable, et quelques variations pour ne pas uniformiser le ton, avec des allusions au Hard Rock plus accessible, celui du PRIEST justement, qu’on retrouve intact et inoxydable sur « Broke Down ».

De la variété donc dans l’unité, et cette intelligence incroyable qui permet de varier les ambiances malgré une durée plus que limitée. Avec en sus une production claire qui met en valeur le travail collectif, et affûte les guitares pour rendre la basse plus ronde sans l’émousser, des choses un peu plus light, mais pas moins explosives (« No Home », et son croisement entre JUDAS et le swing du LIZZY, étonnant mais convaincant), Vortex est donc bien le troisième album que nous étions en droit d’attendre de la part des canadiens de METALIAN, qui confirment que leur réputation ne doit rien au hasard. Avec une carrière de plus d’une décennie, et un talent mis au service d’une passion que l’on sent de plus en plus sincère, nos cousins du froid signent là l’un des LPs les plus performants d’un marché pourtant saturé. Seul défaut mineur de l’entreprise, une pochette franchement pas terrible, dont le graphisme ne retranscrit aucunement la qualité du contenu. Mais la couverture d’un livre n’étant pas le plus important, laissons-nous emporter par ce Vortex qui nous ramènera à nos jeunes années, en nous décoiffant un peu, mais en choisissant bien sa date d’arrivée. Et sans nous abandonner dans une quatrième dimension de redite et de copié/collé fatigué.              

 

   

Titres de l’album :

                            1.Prologue

                            2.The Sirens Wail

                            3.Full Throttle

                            4.Vortex

                            5.Land of the Brave

                            6.Liquid Fire

                            7.Broke Down

                            8.No Home

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/09/2019 à 14:52
82 %    72

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Kadinja

DNA

Blackrain

Dying Breed

Fanthrash

Kill the Phoenix

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

BEHIND THE DEVIL #9 - Interview avec Laurent de MYSTYK PROD.

youpimatin / 09/10/2019
Behind The Devil

Monolord / Firebreather [La Cartonnerie - Reims]

Simony / 08/10/2019
Stoner Doom Metal

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Cool chronique, merci ! ça donne sacrément envie...


OVERKILL : "Comme si le fait qu'ils n'aient pas suivi les modes lui avait jouer des tours ou bien tout simplement, pas au bon endroit au bon moment"
Tout est dit... Et c'est d'ailleurs bien pour ça que j'adore ce groupe !
"WE DON'T CARE WHAT YOU SAY !!!"


Moi j'aime bien, mieux que le précédent album : le groupe joue bien, batteur excellent . J'attends la suite.


Arioch91 +1.
Il ne suffit pas de jouer (pathétiquement d'ailleurs) le mec énervé à l'image pour que la musique le soit également.
Je laisse décidément ce groupe au moins de 25 ans.


Ridicule.


Le clip donne le mal de mer. Quant au reste...


Mouais...

Je retourne m'écouter Burn my Eyes.


Bof... Le début sous influences hardcore se laisse écouter, mais dès que le tempo ralentit, c'est un peu la catastrophe.


Il a oublié Struck a Nerve le père et d'autre titre.


Pourquoi ne pas avoir gardé Kontos et Logan...


Ce festival est risible depuis l'épisode World Of Warcraft


Quelqu'un peut compter pour moi le nombre de "fucking fuck fucker"? Il me manque des doigts.


C'est vraiment bon...


Putain !!!
GORGON en live quoi !
Si c'était pas si loin de chez moi bordel...
Je croise les doigts pour qu'ils fomentent une prochaine tournée les bougres... ... ...


pop corn time !


Et pas un mot sur l'hommage à Chirac par Fange ?


Hallucinant live report . un torchon ! traiter le public de "beauf" venu soutenir des groupes avec presque 20 ans de carrière, ça c'est bof


Effectivement, pas très convaincu par ce report.

Je suis au moins d'accord sur un point : un chanteur français qui s'adresse en Anglais à un public parisien c'est con comme un film de Luc Besson.

Après j'ai ausssi pas les mêmes "goûts" que le chroniqueur, par exemple (...)


Sans vouloir être condescendant, j'aimerai bien connaître l'âge et le parcours musical du chroniqueur.
C'est assez récent d'associer stage diving et apéro metal quand même. C'est pourtant une pratique très courante depuis des décennies dans le metal extreme et n'a rien d'une pratique f(...)


Bravo, quel professionnalisme. J'espère que vous avez payé votre place pour écrire un tel torche-cul, parce que si vous avez été accrédité, honte à vous