Un groupe de Heavy Speed qui vient du Canada, rattaché à la vague old-school, rien de plus étonnant qu’un groupe suédois qui joue un Hard smooth et fortement connoté de la même décennie. Après tout, les canadiens peuvent s’enorgueillir d’avoir mis au monde l’un des combos les plus emblématiques du genre avec EXCITER, il n’y a donc aucun étonnement à avoir de constater que la flamme brûle toujours du côté de Montréal. Mais les METALIAN, avec leur nom rappelant méchamment celui d’un magazine bien connu ne sont pas des bleus dans l’armée, bien au contraire, puisque Vortex est déjà leur troisième LP, celui qu’on attend toujours au tournant pour justifier ou infirmer un talent naissant. C’est donc un logique successeur à Wasteland, publié en 2009 et Midnight Rider, paru en 2017 auquel nous avons droit cette année, qui en reprend peu ou prou les mêmes recettes en les poussant à leur paroxysme de qualité. Fondé dans les années 2000, ce quatuor a patiemment élaboré son répertoire, publiant un nombre conséquent de démos, de EP’s et de splits, gardant toujours la foi en un Heavy Metal sans compromission, et pourtant, beaucoup plus ouvert qu’il n’y parait. Car les METALIAN ont toujours tout fait pour ne pas se retrouver enfermés dans un créneau trop réducteur, malgré une vitesse de jeu soutenue et des accointances assumées avec la vague Speed. On retrouve toujours dans leur musique des allusions plus ou moins directes à la NWOBHM, et ces citations d’un SATAN fier d’avoir influencé tant de musiciens, mais surtout, des références directes à THIN LIZZY, se plaçant donc dans la directe lignée de la nouvelle génération de musiciens nationaux fascinés par le passé.

Et le passé sauce Vortex se conjugue toujours avec fougue et énergie. Le quatuor (Ian- guitare/chant, Simon - guitare, Andres - basse et Tony - batterie) a encore une fois joué avec beaucoup de pertinence la fougue dans la brièveté, puisque ce troisième LP atteint tout juste la demi-heure de jeu, ce qui permet au groupe de nous laisser avec une impression forte et durable. Vous aurez donc droit à votre lot de morceaux qui décoiffent sans recoiffer, de riffs massifs et saccadés, de rythmiques enlevées mais pilonnées, et de lignes vocales tranchantes comme un rasoir sur la nuque. Une recette qui a fait ses preuves, chez les RIOT CITY et toute cette vague rétrograde qui n’en peut plus de se retourner vers ses racines, et qui trouve dans les recettes des anciens de quoi accommoder son plat du jour. Tout commence assez vite d’ailleurs, avec l’intro « Prologue », qui plus qu’une entame est un véritable morceau jouant la fourberie de ses guitares acoustiques avant de s’envoler vers les paradis Speed de ses soli enflammés et de sa puissance déchainée. On reconnaît sans problème les plans inventés par cette génération de musiciens qui souhaitaient durcir le ton, et sans aller jusqu’à citer les grands frères de RAZOR, autant dire que les METALIAN en ont toujours assez sous le coude pour transcender des harmonies à la tierce symptomatiques du THIN LIZZY le plus formel pour les transformer en symphonies d’un Metal pur et sans compromis.

« The Sirens Wail » continue d’ailleurs sur la même lancée avec son jeu de hammer/pull-off, et nous booste de sa rage mélodique renforcée. Le chant de Ian rappelle toujours autant celui du SATAN de Court in the Act, tandis que les guitares prennent beaucoup de plaisir à se griller la politesse, ayant quand même celle de laisser la basse s’exprimer à plein régime. Mais comme je le disais, et prenant leur distance avec des tâcherons comme APHRODITE, les canadiens ne sont pas du genre à répéter ad nauseam la même formule de bout en bout, se laissant parfois aller aux trépidations d’un Metal Boogie chaud comme la braise, et en parfaite symétrie des premiers efforts de la NWOBHM (« Full Throttle »). Pas plus de quatre minutes par morceau, ce qui suffit amplement pour comprendre le propos, et de temps à autres, les originaires de Montréal défient les suédois sur leur propre terrain de l’harmonie en bourrasque, avec un « Land of The Brave » qui nous rappelle bien des souvenirs d’une décade chargée en émotion. La tutelle de JUDAS PRIEST n’est évidemment jamais réfutée mais bien assumée, mais diluée dans un allant plus Speed et plus léger, moins clous et casquettes et plus Thrash et baskets, avec de petits quickies qui rallument la flamme (« Liquid Fire »), mais qui ramènent aussi à la surface les images sonores de TOXIK, AGENT STEEL, ABATTOIR et toute cette vague de Metal très rapide mais toujours mélodique qui avait profondément bousculé les mid eighties pas encore totalement converties à la cause Thrash de la Bay Area et de la Ruhr. Production ad hoc, investissement total des musiciens qui ont une foi inébranlable, et quelques variations pour ne pas uniformiser le ton, avec des allusions au Hard Rock plus accessible, celui du PRIEST justement, qu’on retrouve intact et inoxydable sur « Broke Down ».

De la variété donc dans l’unité, et cette intelligence incroyable qui permet de varier les ambiances malgré une durée plus que limitée. Avec en sus une production claire qui met en valeur le travail collectif, et affûte les guitares pour rendre la basse plus ronde sans l’émousser, des choses un peu plus light, mais pas moins explosives (« No Home », et son croisement entre JUDAS et le swing du LIZZY, étonnant mais convaincant), Vortex est donc bien le troisième album que nous étions en droit d’attendre de la part des canadiens de METALIAN, qui confirment que leur réputation ne doit rien au hasard. Avec une carrière de plus d’une décennie, et un talent mis au service d’une passion que l’on sent de plus en plus sincère, nos cousins du froid signent là l’un des LPs les plus performants d’un marché pourtant saturé. Seul défaut mineur de l’entreprise, une pochette franchement pas terrible, dont le graphisme ne retranscrit aucunement la qualité du contenu. Mais la couverture d’un livre n’étant pas le plus important, laissons-nous emporter par ce Vortex qui nous ramènera à nos jeunes années, en nous décoiffant un peu, mais en choisissant bien sa date d’arrivée. Et sans nous abandonner dans une quatrième dimension de redite et de copié/collé fatigué.              

 

   

Titres de l’album :

                            1.Prologue

                            2.The Sirens Wail

                            3.Full Throttle

                            4.Vortex

                            5.Land of the Brave

                            6.Liquid Fire

                            7.Broke Down

                            8.No Home

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/09/2019 à 14:52
82 %    191

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Black Swan

Shake the World

Ævangelist

Nightmarecatcher

Darkult

Darkult

Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Deadline + Iron Kingdom + Jades

04/03 : Le Klub, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

L'info vous avez du la lire sur le scribe du rock il me semble qu'il y a une interview.
https://www.webzinelescribedurock.com/2020/02/ultime-eclat-glaciation-entretien.html

Après franchement suis vraiment pas fan du groupe ...


Bon…
Alors je l'ai donc enfin gouté ce nouvel album.
C'est très bien fait... Bien construit… La prod est effectivement au petit oignon… ... ...
Mais est-ce que cela ne l'ait pas trop justement ? Car putain, y'a vraiment rien là-dedans qui me fasse frémir un tant soit peu (...)


Oh là là Blind... Faut pas prendre la mouche comme ça…
Ma réponse ne se voulait absolument pas acerbe : Cf. "Ton intervention (très gentille au demeurant...)".
Putain… Pour une fois que j'étais tout aimable… Cela m'apprendra tiens !


J'en attendais rien, et c'est vraiment très bon. Le chant est toujours aussi puissant.


Merci pour vos réponses les amis.


@Humungus: Désolé d'avoir voulu te renseigner et d'ignorer que tu sais ce qu'est un patch. La prochaine fois, t'inquiète, je m'abstiendrai.


@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !