Kuarahy

White Stones

20/03/2020

Nuclear Blast

Lorsque le nom d’OPETH est mentionné en amont d’une éventuelle chronique, les choses deviennent immédiatement sérieuses, spécialement lorsqu’il s’agit d’un side-project. Au vu de la créativité du bonhomme, le journaliste lambda serait immédiatement tenté de penser qu’il va traiter du cas d’un nouveau caprice en off de Mikael Åkerfeldt. Rien ne serait plus faux, le musicien donnant déjà presque tout ce qu’il a en termes de créativité à son projet officiel et une fois n’est pas coutume, c’est un des instrumentistes les plus discrets du paysage qui se met en avant, en l’occurrence le bassiste Martín Méndez. Officiant à son poste depuis 1997, Martin a donc connu les différentes époques de son groupe principal, et a expérimenté les revirements créatifs de son leader, passant du Death sourd et progressif des débuts à cette musique si pure et inventive que nous connaissons aujourd’hui. Et dans les faits, cela fait maintenant quelques années que Martin joue la quiétude et l’évolution sur son instrument, d’où ce besoin de sortir quelque chose de plus personnel et en adéquation avec ses attentes. Non que Martin soit frustré de l’orientation d’OPETH, qu’il apprécie à sa juste valeur, mais il avait envie de revenir à des sonorités plus crues. C’est donc pour cela qu’il s’était lancé en solo, baptisant son projet de sa ville natale et abordant des thématiques liées à sa culture, avant de donner au concept plus d’épaisseur et de donner corps à ce premier et très étrange album. WHITE STONES a véritablement entamé son processus créatif une fois la tournée en support de Sorceress achevée, et a profité de la liberté totale de Martin, qui avoue volontiers ne pas être un compositeur en soi, mais plutôt un chercheur en sons, qui expérimente des idées pour voir où elles peuvent le mener. Se chargeant de la guitare et de la basse pour l’album, le bassiste a fini par s’entourer d’Eloi Boucherie au chant, rencontré à Barcelone, de Jordi Farré à la batterie, et a chargé son compère d’OPETH Fredrik Åkesson de lui lâcher quelques soli. Et les liens avec OPETH ne s’arrêtent pas là, car même si la musique de Kuarahy se rapproche assez des morceaux les plus simples de l’OPETH de début de carrière, la patte latine de Méndez sait faire la différence.

Du Death Metal donc, dans l’optique suédoise mais pas que, puisque l’une des références avouées du maître d’œuvre est MORBID ANGEL, ce que l’on peut sentir lorsque le tempo décélère et écrase la grosse caisse. Doté d’une énorme production signée par Martin lui-même et soignée à Barcelone, aux Farm of Sounds, Kuarahy offre une clarté instrumentale assez atypique pour le genre, qui s’accommode généralement d’une épaisseur conséquente, et on sent les accointances nordiques même si les origines latines de Martin ne manquent pas de s’exprimer. Ce qu’on craint en début de parcours, c’est la linéarité d’un album qui semble avoir trouvé sa vitesse de croisière assez vite. Tempo martelé, chant grogné à la David Vincent/Mikael Åkerfeldt, riffs lancinants qui tirent sur le Doom, et ambiance légèrement morbide, mais allégée par un son aéré et ample. Heureusement pour nous, la moitié de l’album atteinte, d’autres perspectives nous sont offertes, et « Guyra » se nous éloigner d’un schéma trop bien établi par l’adjonction de sonorités plus fluides, de mélodies plus prononcées et d’une atmosphère progressive plus soulignée. Mais le but de Martín n’a jamais été de révolutionner le petit monde du Death progressif, juste de lui apporter sa propre touche et de se faire plaisir, et sous cet angle-là, l’entreprise est une réussite. Le bassiste se permet même des fantaisies psychédéliques discrètes, en lâchant la bride parfois et en osant des structures moins figées, comme à l’occasion du fantastique « Ashes », pas si éloigné que ça d’un VIRUS, avec son break ultrarapide et sa guitare en gimmicks ludiques.

L’un dans l’autre, aussi simple d’apparence soit-il, Kuarahy n’est pas un album si simple à cataloguer. En faisant fi de l’appellation générique du Death Metal, la musique se veut plus riche que la moyenne, et ose des soli très harmonieux sur fond de brutalité un peu anachronique. Le choix des riffs renvoie une certaine image du Hard des années 70 transposé dans un vocable plus brutal et contemporain, et on ne serait pas étonné parfois d’entendre une flûte champêtre ou un violon, sans que le projet ne souhaite se rapprocher d’OPETH. Pour être clair et laisser la Suède loin derrière, le bassiste met même les choses au point dès le départ :

« Je me sens toujours connecté à l’Uruguay. Je voulais écrire de la musique en ce sens, et le soleil sur le drapeau uruguayen s’est vite transformé en logo pour le groupe. Il y a beaucoup de petites choses qui relient l’album à ce pays. D’ailleurs, Kuarahy est le mot uruguayen pour soleil »

Du soleil, il y en a peu sur ce premier album. Mais il y a beaucoup d’ombre et de clair-obscur, ce qui permet à certaines chansons de se doter d’un parfum très VOÏVOD meets OPETH, notamment sur le brillant et syncopé « Infected Soul ». Basse en circonvolution, solo presque Jazz-Rock, background progressif à la PORCUPINE TREE, pour un melting-pot très créatif et inspiré, qui nous emmène très loin dans l’espace-temps, dans un entre-deux avec la Suède et l’Uruguay, pour un mélange de rigueur froide et de liberté moite. Une autre façon de concevoir le Death Metal, et une seconde partie de LP d’une profondeur absolue, qui nous permet d’envisager le projet sur le moyen terme, voire le long terme. Il eut été vain et stérile de la part de Martin de singer les tics les plus symptomatiques de l’OPETH de début de carrière, et ça, le bassiste la bien compris. Il a simplement joué la musique comme il l’entendait, sans se poser de question, ce qui lui permet de faire passer des plans Heavy incroyablement fluides et dissonants (« Taste Of Blood », à l’intro mi TOOL, mi DREAM THEATER), et surtout, en tant que tel, d’offrir à la basse une place prépondérante sur un disque de Death Metal, ce qui n’est pas chose courante. On apprécie aussi ces crises de folie soudaines en blasts, avec toujours ces notes graves qui virevoltent et ces cris d’Eloi Boucherie, et ces cassures qui imposent un mid tempo marqué par une double grosse caisse à la Portnoy. Pourtant, pas de problème d’égo ni de démonstration excessive, juste des capacités exploitées, et toujours les superbes interventions de Fredrik Åkesson qui a le don de placer la bonne note au bon moment.

Si la seconde partie de Kuarahy est plus variée que la première, la mise en bouche « Rusty Shell » n’en est pas pour autant inintéressante. En posant les bases génériques, le groupe s’autorise une latitude plus large, et laisse l’œuvre pénétrer vos sens pour mieux grandir en vous. Un Death totalement atypique donc, en convergence du Progressif et de l’old-school, et qui évite le piège dangereux du folklorique embarrassant. Utiliser ses racines oui, en faire l’arbre de sa créativité, non.              

                                        

Titres de l’album :

                       01. Kuarahy

                       02. Rusty Shell

                       03. Worms

                       04. Drowned In Time

                       05. The One

                       06. Guyra

                       07. Ashes

                       08. Infected Soul

                       09. Taste Of Blood

                       10. Jasy

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/04/2020 à 18:22
85 %    214

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
16/04/2020, 00:40:24
Il m'a bien fait plaisir. Moi qui ai peu apprécié le virage d'Opeth vers le Rock progressif pur on y retrouve une démarche très proche de celle d'avant. Le côté mélancolique intime entrevu par le passé dans le groupe principal ressort encore mieux ici. Ce n'est pas du tout que Mendez aie cherché à faire de l'Opeth, c'est que depuis le temps qu'il y est sa créativité propre s'en ressent forcément même dans son temps libre. La structuration en deux parties, volontaire ou non, est claire mais pas préjudiciable du tout. J'espère déjà qu'il y aura une suite.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
aeas

Guignol à la tête d'un groupe de guignols. Sacré Nergal et son cirque...

09/07/2020, 22:13

Jus de cadavre

@gerard : petite phrase importante dans l'article que tu as peut-être zappée "N'oubliez pas que ces sélections sont totalement personnelles et subjectives et n'ont pas pour but de présenter tout ce que la Bretagne a pu produire (on n'en aurait pour des journées entières !)"

Sans c(...)

09/07/2020, 22:02

gerard menvuça

Et les groupes de Speed metal / heavy metal / hard rock / Glam rock ?, apparemment il n'y en a pas en BRETAGNE dans l'article ! C'est pas mon impression ! je tombe sur des video sur you tube de groupes Bretons ( Nantes inclus)

09/07/2020, 20:07

Buck Dancer

Jus de Cadavre, merci de dire que je pose des questions pas trop connes ;)

09/07/2020, 19:47

Daisy

Juste si vous pouvez rectifier l'orthographe de son prénom c'est Micaël, merci d'avance ....

09/07/2020, 19:39

Daisy

Je vous remercie pour cette belle évocation (je suis son amie)

09/07/2020, 19:38

Jus de cadavre

Pas si con que ça comme question ! Je ne saurais y répondre...
Aux auditions de 2018 il y avait aussi le designer du t-shirt et un promoteur du groupe dans le box des "accusés". Là je ne sais pas.
Mais Nergal doit surement être le "représentant" officiel du groupe, voir certainem(...)

09/07/2020, 18:14

Buck Dancer

Question con : Pourquoi il n'y a que Nergal qui est inculpé et pas le groupe entier ? Le nom/marque Behemoth est sa propriété ?

09/07/2020, 15:51

NeZ

J'ai ouï dire que certains l'avaient déjà reçus ... et alors, ça donne quoi ?!
Merci m'sieurs dames ...

09/07/2020, 14:01

ZEN

Tout à fait d'accord avec Jus de Cadavre !!! Que Nergal soit un baltringue ou pas, LE vrai problème ce sont bien ces politicards puants.

09/07/2020, 13:57

Stef

Je l’ai avez vu en 2016
A leur réformation pour un concert Privé
A Geneve
C’était énorme !!!
R.I.P l’ami

09/07/2020, 12:17

MorbidOM

Un morceau de Napalm en français ça serait marrant mais je n'y crois pas trop.
Justement hier en laissant un commentaire Harmony Corruption je me disai que cet album se faisait attendre.
Curieux de l'entendre en tout cas même si pas forcément complétement rassuré, j'avais l'impress(...)

09/07/2020, 12:11

MorbidOM

Un morceau de Napalm en français ça serait marrant mais je n'y crois pas trop.
Justement hier en laissant un commentaire Harmony Corruption je me disai que cet album se faisait attendre.
Curieux de l'entendre en tout cas même si pas forcément complétement rassuré, j'avais l'impress(...)

09/07/2020, 12:11

Oliv

Effectivement, c’est très choquant

09/07/2020, 11:53

arioch91

@Thrashing Metropolity : "Et puis ce mag a failli disparaitre ce printemps et ça m'aurait vraiment fait chier.
Achat prévu. :-)"

Tout pareil ! J'ai filé de la thune sur Leetchi pour aider le mag' à tenir. Bien qu'abonné, ce mois-ci je suis loin de chez moi et je compte bien m(...)

09/07/2020, 08:28

Humungus

Je te rejoins totalement LeMoustre concernant METALLIAN.

09/07/2020, 08:12

LeMoustre

Clair. Nomed a bien été réédité, y'a pas de raison.

08/07/2020, 22:48

LeMoustre

Oui, j'ai vu ce système de notation, en gros ça va de 6,5 à 8 pour 90% de disques. Pas évident d'être impartial avec une des sources de revenus directement concernée par une notation. Mais, quand même, à ce moment là autant réduire le champ et noter de 1 à 5, comme certains sites, ce sera(...)

08/07/2020, 22:47

Thrashing Metropolity

D'accord avec toi au sujet de la prod, MorbidOM. Très étouffée et décevante.
Sur Utopia Banished la puissance de feu sera décuplée en comparaison. Le son de caisse claire plus sec, les guitares plus massives, les vocaux se détachant mieux.

Je me souviens des toutes premi(...)

08/07/2020, 19:07

MorbidOM

Comme beaucoup j'avais eu du mal avec cet album la prod a beau être du fameux Scott Burns, elle est pas extraordinaire, Barney n'est pas encore au sommet de son art et il était fort difficile de passer après Lee Dorian de toute façon plus pas mal de petits détails. En bref un album de transitio(...)

08/07/2020, 18:37