Even Up the Score

Wayward Sons

08/10/2021

Frontiers Records

Plus l’époque est trouble, plus on a besoin de se recentrer. C’est une évidence, et le futur étant de plus en plus incertain, certaines valeurs fondamentales semblent revenir au centre des débats. L’empathie, la sauvegarde de la planète, le partage, l’abandon de cette surconsommation au profit d’un mode de vie plus responsable, histoire de s’accorder quelques années de sursis. Mais en musique, la théorie vaut aussi, et après les ravages causés par l’hédonisme excessif des années 80, la scène était alors revenue à une inspiration plus sobre, et des thèmes plus cruciaux. En 2021, le tableau est encore moins brillant qu’en 1991, avec entre autres la montée des extrêmes, la disparition des espèces, le réchauffement global, les pandémies qui se succèdent aussi rapidement que les catastrophes naturelles. L’espoir est exsangue, mais le réalisme obligatoire ne doit pas occulter le fait qu’en des temps aussi durs, le fun doit disposer d’un espace conséquent pour nous permettre de nous évader de cette prison de pression et de désespoir.

Chose que les anglais de WAYWARD SONS ont bien compris depuis leurs débuts. Faisant fi des exigences d’un public devenu trop difficile à force de télécharger tout et n’importe quoi à la vitesse de la lumière, le quintet continue son parcours, toujours mené de front par la légende LITTLE ANGELS Toby Jepson. Le parcours multiplatine, les concerts bondés, le travail en tant que producteur très recherché (SAXON, FASTWAY, THE VIRGINMARYS, TOSELAND, entre autres) n’ont pas fait oublier au frontman l’essentiel : son besoin de jouer, de chanter, et de porter le Rock n’Roll aux gémonies d’une histoire commencée il y a maintenant plus de soixante-dix ans.

Troisième album donc pour ce groupe de furieux (Toby Jepson – chant/guitare, Sam Wood – guitare, Nic Wastell – basse, Philip Martini – batterie et Dave Kemp – claviers), deux ans après le célébré The Truth Ain’t What It Used To Be, et des certitudes qui éclatent comme des vérités irréfutables : les WAYWARD SONS sont sans doute les vrais sauveurs du Rock primal, à l’image de leurs collègues de THE STRUTS, ce Rock viscéral que la perfide Albion s’est approprié dans les sixties, transformé en Punk dix ans plus tard, avant de revenir travesti sous la forme d’une NWOBHM à l’orée des années 80. Mais le plus important à savoir à propos d’Even Up the Score est qu’il est l’exutoire parfait à cette morosité ambiante, entre Brexit catastrophique et élections présidentielles à venir dans notre beau pays. Alors, si d’aventure vous en aviez marre de la tronche décoiffée de Boris Johnson, des élucubrations sortant des naseaux de Zemmour, et de l’impasse dans laquelle l’humanité semble se complaire, envoyez-vous cet Even Up the Score, et la joie de vivre illuminera vos oreilles d’un sourire de tympans immaculés.  

Pochette superbe en cartoon de l’étrange, qu’on penserait réservée à un groupe de Fusion ou de Ska-Punk, poignée de morceaux qui jouent la concision et la sincérité, rage palpable, ce troisième album fait honneur à son rang d’étape cruciale et pourrait bien incarner le pinacle de la formule Hard-Rock anglaise. On y retrouve tous les éléments qui ont fait du groupe l’un des meneurs de la scène revival, la hargne vocale de Toby, ces riffs stoniens qui giclent en gerbe, mais aussi la quintessence de la Pop anglaise avec ses mélodies multicolores reprises à leur compte par des groupes comme BLUR ou OASIS. Nous sommes pourtant loin de la Brit-Pop, et plus proche d’une version moderne des FACES, avec cet esprit juvénile que l’âge adulte ne parvient pas à enterre sous une épaisse couche de maturité. La maturité est pourtant là, dans cet art de composition qui se borne à l’essentiel, des couplets énergiques et des refrains qui martèlent le crâne, à l’image du premier single « Even up the Score », rebondissant comme une superballe lancée à un chat hystérique.

En parlant de greffier, les WAYWARD SONS ressemblent à ces chats de gouttière adoptés par une famille anglaise généreuse, qui se socialisent au contact de la banlieue, mais qui gardent leur caractère indépendant et frondeur. Personne à ce jour n’a pu apprivoiser le quintet, et la chose est d‘ailleurs impossible, puisque le groupe continue de montrer ce visage séduisant qui interdit toute envie de domination. Aussi à l’aise en terrain purement Rock qu’en égarements Pop, Even Up the Score n’est rien de moins qu’un alignement de planètes, une constellation brillante, et une mine de tubes qu’on se surprendra à siffler sous la douche.

Accumulant les figures de style, nous offrant des enchaînements ahurissants (« Faith In Fools »/« Fake »), maniant le vocable Punk-Rock avec une aisance déconcertante (« Big Day »), les WAYWARD SONS renvoient l’image d’un groupe uni en toutes circonstances, et quand la machine s’emballe sur « Downfall », on imagine le groupe live en studio, heureux de jouer une musique simple aux syncopes légèrement roublardes.  

Suffisamment abrasif pour mériter la caution Hard-Rock, mais policé pour que les mélodies ressortent du placard, ce troisième chapitre de la saga anglaise est un antidépresseur naturel, une sorte de panacée universelle qui colore votre environnement pour illuminer la grisaille. Kermesse du Rock, fête de village Pop, un équilibre formidable entre tous les instincts, il est le témoignage d’une passion, celle de musiciens envers l’héritage de leur propre pays. Il s’écoute à fond les ballons, réconcilie AC/DC et les MAID OF ACES, célèbre les WILDHEARTS et THE ALMIGHTY, et nous ramène en arrière, lorsque l’espoir ne s’échangeait pas contre des bitcoins.

Avec moins de quarante minutes au compteur, ce disque est un petit miracle en soi. La basse longiligne et sèche de Nic Wastell sur le raide « Looking For A Reason », le jeu minimaliste mais groovy de Philip Martini sur le sinueux « Land Of The Blind », et le chant plein de passion et de rage à l’écume de Toby Jepson gomment des années de sophistication inutile et de mélodies surfaites. Une façon de se concentrer sur l’essentiel, et de faire la fête sans oublier pour autant les problèmes de notre époque. Qu’on peut quand même occulter l’espace de quelques chansons.   

          

                                                                                                                                                                                              

Titres de l’album:

01. Even Up The Score

02. Big Day

03. Sign Of The Times

04. Bloody Typical

05. Faith In Fools

06. Fake

07. Downfall

08. Tip Of My Tongue

09. Looking For A Reason

10. Land Of The Blind

11. They Know


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/10/2021 à 17:53
88 %    136

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35

Humungus

Un pote vient de m'annoncer la chose ouais...Un putain de showman.Grand souvenir que la toute première fois où j'ai vu le groupe (que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam à l'époque) au FURYFEST... Claquasse.

20/11/2021, 16:49

Excellent groupe

Excellent groupe qui tient vraiment bien la scène 

20/11/2021, 13:41

Humungus

Superbe pochette...

19/11/2021, 04:06

Sylvanus

C te baffe

18/11/2021, 20:54