Slizard

Slizard

28/05/2021

Mega Metal

Il y avait fort longtemps qu’un groupe de L.A n’avait pas chatouillé mes oreilles de son Hard-Rock made in Sunset Strip. Mais ne vous fiez pas trop vite à cette étiquette accolée pour le principe, puisque les SLIZARD et leur patronyme bizarre sont tout sauf la dernière attraction Glam à la mode, et joueraient plutôt un habile cocktail Hard n’Heavy solide, mélodique, et puissant. Premier album autoproduit, mais distribué par la branche Mega Metal du label canadien Maple Metal Records, cet éponyme se montre donc généreux avec ses quinze morceaux et son heure de jeu dépassée, mais le groupe avait des choses à dire. Après tout, lorsqu’on vient de Los Angeles et qu’on pratique un Metal aux refrains entêtants, l’héritage est lourd à porter et les comparaisons lourdes de conséquences.

Formé en 2019, SLIZARD se compose de trois fortes individualités. On retrouve au casting du combo la chanteuse Liz Fawcett, le guitariste/bassiste/choriste Pat "Buzz" Belrose et le batteur Todd "Toad" Resmen, trio en parfaite osmose et connaissant parfaitement sa direction musicale. Relativement connus sur la scène de L.A, ces musiciens n’en restent pas moins de parfaits inconnus pour le grand public Metal, mais leur entourage fameux les aidera certainement à propager leur bonne parole. Avec un album produit par Chris Wood, nommé trois fois aux Grammy Awards pour avoir travaillé avec des institutions comme Slash, Lenny Kravitz, ou Vivian Campbell, et un mastering signé Chris Crerar aux Metalworks Studios (GUNS N' ROSES, RUSH, TRIUMPH) de Toronto, Slizard avait donc toutes les armes en main pour s’imposer par la séduction et non la force. Avec un guitariste/compositeur de la trempe de Pat "Buzz" Belrose qui fut en son temps membre du groupe canadien JADE (deux albums estimables dans les eighties), SLIZARD n’était donc pas qu’une assemblée de jeunes loups ou de seconds couteaux sur le retour. Et en écoutant les quinze morceaux de ce premier long, on comprend que le métier combiné à une rage de jouer donne le meilleur résultat possible, spécialement lorsqu’on dispose d’une chanteuse aussi versatile que Liz Fawcett, capable d’aborder tous les registres, et de passer sans peine d’une intonation rauque à la Doro/Ann Boleyn à un feulement sensuel à la Par Benatar.

La chanteuse n’a donc aucun mal à s’imposer dans ce déluge de riffs tous plus incendiaires les uns que les autres. Si la guitare de Pat fait feu de toutes cordes, celles de Liz dominent le feu d’artifices géant, parvenant à plaquer une ambiance presque Pop sur un tapis de licks méchants comme des teignes (« Crack the Whip », l’un des plus Heavy et catchy du lot). Aidés par une production énorme aux graves brillants, les trois musiciens s’en donnent donc à cœur joie, et passent en revue toutes les possibilités Hard et Heavy de ces trente dernières années. On croit reconnaitre un peu de MÖTLEY des nineties dans « Skinmaker », mais aussi du PARAMORE, et le voyage proposé par SLIZARD est aussi joyeux et mouvementé qu’un trip sur la mythique Route 66.  

Le fan de Hard festif et subtilement mélodique des années 80 sera aux anges, mais l’accro au Metal le plus rude ne sera pas en reste lui non plus. Car lorsque le trio augmente la pression et verse dans le Heavy saignant, il ne fait pas semblant, mais trouve toujours un arrangement pour se détacher d’un classicisme trop formel (« Watch N' Listen », et cette voix enfantine inquiétante et sucrée). Du coup, le tracklisting se montre suffisamment varié pour ne pas lasser, et lâche même quelques hymnes facilement mémorisables de par leurs refrains totalement addictifs et parfois légèrement horrifiques (« Vampire Zombies »).       

Et plus on avance dans l’album, plus on se rend compte que les SLIZARD ont trouvé le compromis parfait entre Hard radiophonique et Heavy vraiment agressif, juxtaposant parfois les deux pour chatouiller l’acoustique de quelques riffs bien velus (« Runnin' Towards the Zombies »). Sans s‘éterniser, mais en prenant parfois leur temps, les trois musiciens osent donc des choses prévisibles, d’autres beaucoup moins, jouant avec le tempo en capitalisant sur l’inventivité et l’énergie d’un batteur qui ne fait pas semblant de cogner (« Neverland »). Et si leur agence de promotion évoque les noms d’IRON MAIDEN, OZZY, SCORPIONS, UFO, DIO, DORO, ou HALESTORM pour attirer les fans éventuels, c’est certainement pour insister sur ce côté féroce qui reste la trademark du trio.

Excellent dans tous les domaines, SLIZARD s’essaie même à l’exercice périlleux de la power-ballad Post-Grunge, suivant les traces d’ALICE IN CHAINS sur « Down By the River », mais aussi celles de SKIDROW. Le meilleur des deux mondes donc, pour un groupe qui n’est pas resté coincé à l’heure de gloire du Hard made in L.A, et qui reste parfaitement conscient des impératifs de son époque. La fin de l’album se plaît donc à moduler le propos, en essayant es choses moins immédiates, et en rallongeant le temps de jeu. Cette diversion de fin offre donc à l’album un épilogue savoureux, plus sombre, mais aussi plus mélodique d’un autre côté, avec de vraies réussites comme ce lourd et plombé « Spooks In the Trees » qui n’est pas sans rappeler « Holy Diver », repris par la DORO des nineties.

De l’autre versant de la colline, on trouve « Broken Dreams », plus subtil et acoustique, et surtout, « Will You Still be There » au parfum étrangement celtique et à l’ambiance éthérée. Mais les SLIZARD ont eu la pertinence de clore les débats sur un burner plus franc, nous laissant trépidant sur le rapide et concis « Slow Motion Suicide ». De l’intelligence dans la composition, de la sincérité dans l’interprétation, ce premier album appelle à une grande carrière pour les californiens, qui pourraient bien être la next big thing en provenance de L.A.

           

                                                                                                                                                                                             

Titres de l’album:

01.  Monsters

02.  Mr. Hyde

03.  Caught Up in the Gears

04.  Crack the Whip

05.  Skinwalker

06.  Watch N' Listen

07.  Vampire Zombies

08.  Runnin' Towards the Zombies

09.  Madness of the Queen

10. Neverland

11. Down By the River

12. Spooks In the Trees

13. Broken Dreams

14. Will You Still be There

15. Slow Motion Suicide


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/01/2022 à 15:17
80 %    144

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Intrigué par tout cela, je suis en train de m'écouter le EP pour l'instant.Génial.Je reviens vers vous une fois l'album lui aussi ingéré...

16/08/2022, 09:31

Humungus

fallwarden + 1.

16/08/2022, 09:29

fallwarden

Fred :  pourquoi devrait il avoir l'honnêteté de parler de ses convictions politiques ça n'a rien à voir avec le sujet de l'interview. Si ce type était d'extrême gauche, tu lui reprocherais de ne pas en parler?

16/08/2022, 06:43

Fakino

Excellent ! J'adore leur style musical Faaitoito Aroma et TE RUKI

15/08/2022, 20:50

David ghetto

Manque de rythm sur le montage mais le son est lourd !

15/08/2022, 13:46

Steelvore666

Excellent titre pour un putain d'album, que je ne saurais que trop conseiller à ceux qui sont passés à coté jusqu'à présent.

15/08/2022, 10:11

Simony

Extraordinaire album ! En tout point d'accord avec cette chronique. De mon côté l'influence de CHRISTIAN DEATH est plus que perceptible en effet.

15/08/2022, 10:00

Humungus

Pourquoi pas De Villiers avec un t-shirt DISRUPT ?

15/08/2022, 09:10

Stench

Musicalement c'est plutôt bon mais qu'est-ce que le chant manque de puissance ! 

14/08/2022, 07:43

Humungus

Fan de l'Action Française avec un t-shirt DROPDEAD...J'approuve.

12/08/2022, 23:08

Humungus

Hé hé hé...Dans ce genre d'attroupement, le back patch DISSECTION méritant le haut et court et pour le mieux le goudron et les plumes... ... ...

12/08/2022, 23:02

pierre2

Je préfère mon Nick bougon dans Paradise Lost....   

12/08/2022, 19:58

FaFa

Fred, sale petite pute de balance, lâche de gauchiste. Fallait lui dire en face. Et ses convictions n'ont rien à voir avec la musique. Pauvre tocard.

12/08/2022, 15:40

Jus de cadavre

Merci ! Et non pour la veste à patch ha ha ! On était déjà bien grillés en tant que frenchies (avec notre accent et... nos bouteilles de rouge !) je voulais pas en rajouter pour se faire remarquer

12/08/2022, 13:44

Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06