Hier je me lève (un peu comme tous les matins), et en buvant mon café, je me sens mal à l’aise. Je chronique quand même, parce que je suis professionnel même lorsque mon esprit est perturbé, mais je me sens gêné aux entournures.

Que pouvait-il bien m’arriver ?

Après ma deuxième tartine, j’huile ma turbine, et je me rends compte que j’ai oublié mon Heavy Metal et mon Hard-Rock dans le placard de ma mémoire. Non que je sois fan absolu, mais c’est quand même sur ce chemin là qu’il y a trente ans mes pas se sont perdus.

Alors, réparation. Non, pas de gros Germain qui tâche, pas de Brésilien qui fâche, mais je cherche le meilleur, celui qui est encore capable de pondre des hymnes imparables, de faire se lever les poings de la table, le nordique, le Suédois, celui qui fait loi et qui réchauffe quand il fait froid.

Alors un petit tour sur la toile après avoir ciré la nappe, à la recherche de retape, et je tombe sur un LP qui frappe, signé par un quatuor de Trollhättan…

RAVAGED, ce sont deux EP pour quatorze ans d’existence, de nombreux problèmes de line-up, mais une foi sans bornes en une approche très personnelle du Metal, tel qu’il est pratiqué dans le nord de l’Europe. Un Metal enrobé dans des hymnes fatals, qui oppose des guitares tranchantes à des mélodies attachantes, une puissance Heavy pour un débit Rock pas du tout réduit, et surtout, des tubes, de gros riffs, et un chant qui s’envole autour d’harmonies qui décollent.

Alors après un Scream it Out qui mettait les pendules à l’heure de la Suède, un Master en 2014, pas plus complaisant mais tout aussi plaisant, Nikki Niel (chant), Rob Gillard (guitare), Roon Don L. (basse) et Claws Druminator (batterie) reviennent pour fêter nos étrennes avec leur premier LP, Vol. Threesome et son titre en forme de pied de nez au politiquement correct et à l’élégance masculine. Mais rassurez-vous, la seule partouze qu’ils vous proposent est musicale,  un genre de fête en Heavy majeur qu’ils aiment eux-mêmes à décrire comme étant du Power Heavy Rock 'N Roll, dont ils se targuent d’ailleurs d’être les seuls représentants.

Pochette au graphisme grossier et au trait qui le l’est pas moins, qui pourrait faire penser à une version enneigée des grotesques STEEL PANTHER, si les RAVAGED n’étaient pas plus malins qu’une moyenne basse de pastiches qui au lieu des crinières habituelles, usent de postiches. Non, ici l’humour est bien évidemment une composante très importante, mais pas plus qu’une musique qui se veut beaucoup plus versatile que son artwork et ses pseudos ne le suggèrent. Car je l’avoue, j’ai été conquis par ces sept morceaux qui se comportent comme autant de hits et de déclarations d’amour à un Heavy Power teinté de Hard-Rock de premier choix. A l’écoute, on pense évidemment à une version plus déchirée de THE DARKNESS, à un clin d’œil aux THE LOCAL BAND sans les reprises méprises, à DRAGONFORCE qui aurait oublié de prendre ses compléments alimentaires douteux, enfin à plein de choses qui finalement, une fois mélangées dans le chaudron de ces allumés, devient une mixture pas vraiment nouvelle, mais de grande qualité.

Ces dingues, outre un niveau instrumental de très haute volée, s’amusent beaucoup à survoler tout ce qui a fait du Heavy un Hard Rock surgonflé et musclé, et passent en revue trois décennies de décibels vomis par des Marshalls bénis.

Ils osent, mais surtout composent. Car leurs chansons, aussi connotées soient-elles, sont de véritables petits bijoux ciselés dans la grande tradition de l’orfèvrerie scandinave, qui n’hésite pas à mélanger la séduction de la Pop à la testostérone du Hard Rock le plus gonflé.

Alors, sept morceaux, et autant de classiques personnels. Et je vous assure que je ne joue pas les rebelles pour remplir du papier ou m’illustrer, mais que je colle à la vérité la plus franche et assumée.

Les RAVAGED avec Vol. Threesome se jouent des clichés pour les transcender, et valsent entre des styles qui s’ils sont proches, restent suffisamment éloignés pour ne pas trop se ressembler.

Tout à tour bien méchants, séduisants ou marrants, ces Suédois à qui on ne la fait pas, osent tout, et transforment tous les essais pour bien nous plaquer.

Ils commencent leur sarabande avec une bande totalement Hard-Rock, qui propose un riff redondant sur fond de hurlement à la Rob Halford, pour un ballet Heavy Metal total, qui ne freine jamais sans pour autant laisser les mélodies de côté. Arrangements bien troussés et bien placés (ce son de tonnerre pendant que Nikki grogne un « storm !!! » vengeur, c’est miam), refrain d’airain, « Ravagers » place la barre très haute et nous séduit sans avoir recours à divers apôtres autres que ceux d’un Heavy bien produit.

« Heart Of a Hero », joue à fond le jeu de la radiophonie, ose des claviers sans mépris, et déroule des couplets addictifs qui déboulent sur un refrain définitif, dans le style ANGRA/HELLOWEEN décomplexé, mais assumant ses influences à la JOURNEY pour une adaptation d’un Rock mélodique dans un contexte Heavy qui pique.

«Sanity » durcit le ton, et multiplie les ambiances, démarrant sur un Hard-Rock tonitruant aux accords bien méchants, qu’une batterie gonflée fait rebondir de son jeu de grosse caisse bumpé, avant qu’une fois de plus un refrain tonitruant n’occupe toute la place de son séant. Riffs chaloupés à la ZEP, on passe par un solo d’anthologie à la Yngwie, et puis on se finit sur une accélération Power qui fait cramer les BPM tout en laissant Rob soloïser comme un damné et se brûler sur des sextolets pendant que la rythmique fond comme neige en juillet.

« The Parasites » tient le bon bout Hard groovy qui séduit les femmes et leurs maris, avec une fois de plus un refrain à la THE DARKNESS irrésistible, tandis que « I Remember You », se souvient des SKIDS et tente le coup de la ballade acoustique bien sentie. Un peu SCORPIONS, un peu ROW, mais surtout, un vrai talent de composition, qui éclate sur l’immédiat « Call My Name », qui nous ramène aux heures bénies du Sunset et de L.A.

« Hellrider » et son up tempo très chaud termine la party sans faire payer les consos, et achève de nous convaincre que pour un premier album, Vol. Threesome est bien une gigantesque partouze musicale où tout le monde garde son flouze mais prend son pied sans avoir le blues…

Pochette de très mauvais goût, pseudos qui sentent le ragoût, mais musique unique de bout en bout, qui vous donne beaucoup de plaisir et attise votre désir.

 Me voilà donc rabiboché avec mon Heavy délaissé, et encore une fois, grâce à des Suédois. RAVAGED, plus qu’un groupe, est un moment d’euphorie, une chimère bien jolie qui se love au creux du talent de musiciens aguerris. Une petite perle ou une grosse giclée, comme vous voulez. A vous de choisir votre sandwich préféré entre un Heavy mélodisé et un Hard Rock customisé. Et pas besoin de capote, puisque le but est de vous contaminer. De bonne humeur bien sûr…


Titres de l'album:

  1. Ravagers
  2. Heart of a Hero
  3. Sanity
  4. The Parasites
  5. I Remember You
  6. Call my Name
  7. Hellrider

Site officiel


par mortne2001 le 13/12/2016 à 14:03
75 %    471

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou