Hier je me lève (un peu comme tous les matins), et en buvant mon café, je me sens mal à l’aise. Je chronique quand même, parce que je suis professionnel même lorsque mon esprit est perturbé, mais je me sens gêné aux entournures.

Que pouvait-il bien m’arriver ?

Après ma deuxième tartine, j’huile ma turbine, et je me rends compte que j’ai oublié mon Heavy Metal et mon Hard-Rock dans le placard de ma mémoire. Non que je sois fan absolu, mais c’est quand même sur ce chemin là qu’il y a trente ans mes pas se sont perdus.

Alors, réparation. Non, pas de gros Germain qui tâche, pas de Brésilien qui fâche, mais je cherche le meilleur, celui qui est encore capable de pondre des hymnes imparables, de faire se lever les poings de la table, le nordique, le Suédois, celui qui fait loi et qui réchauffe quand il fait froid.

Alors un petit tour sur la toile après avoir ciré la nappe, à la recherche de retape, et je tombe sur un LP qui frappe, signé par un quatuor de Trollhättan…

RAVAGED, ce sont deux EP pour quatorze ans d’existence, de nombreux problèmes de line-up, mais une foi sans bornes en une approche très personnelle du Metal, tel qu’il est pratiqué dans le nord de l’Europe. Un Metal enrobé dans des hymnes fatals, qui oppose des guitares tranchantes à des mélodies attachantes, une puissance Heavy pour un débit Rock pas du tout réduit, et surtout, des tubes, de gros riffs, et un chant qui s’envole autour d’harmonies qui décollent.

Alors après un Scream it Out qui mettait les pendules à l’heure de la Suède, un Master en 2014, pas plus complaisant mais tout aussi plaisant, Nikki Niel (chant), Rob Gillard (guitare), Roon Don L. (basse) et Claws Druminator (batterie) reviennent pour fêter nos étrennes avec leur premier LP, Vol. Threesome et son titre en forme de pied de nez au politiquement correct et à l’élégance masculine. Mais rassurez-vous, la seule partouze qu’ils vous proposent est musicale,  un genre de fête en Heavy majeur qu’ils aiment eux-mêmes à décrire comme étant du Power Heavy Rock 'N Roll, dont ils se targuent d’ailleurs d’être les seuls représentants.

Pochette au graphisme grossier et au trait qui le l’est pas moins, qui pourrait faire penser à une version enneigée des grotesques STEEL PANTHER, si les RAVAGED n’étaient pas plus malins qu’une moyenne basse de pastiches qui au lieu des crinières habituelles, usent de postiches. Non, ici l’humour est bien évidemment une composante très importante, mais pas plus qu’une musique qui se veut beaucoup plus versatile que son artwork et ses pseudos ne le suggèrent. Car je l’avoue, j’ai été conquis par ces sept morceaux qui se comportent comme autant de hits et de déclarations d’amour à un Heavy Power teinté de Hard-Rock de premier choix. A l’écoute, on pense évidemment à une version plus déchirée de THE DARKNESS, à un clin d’œil aux THE LOCAL BAND sans les reprises méprises, à DRAGONFORCE qui aurait oublié de prendre ses compléments alimentaires douteux, enfin à plein de choses qui finalement, une fois mélangées dans le chaudron de ces allumés, devient une mixture pas vraiment nouvelle, mais de grande qualité.

Ces dingues, outre un niveau instrumental de très haute volée, s’amusent beaucoup à survoler tout ce qui a fait du Heavy un Hard Rock surgonflé et musclé, et passent en revue trois décennies de décibels vomis par des Marshalls bénis.

Ils osent, mais surtout composent. Car leurs chansons, aussi connotées soient-elles, sont de véritables petits bijoux ciselés dans la grande tradition de l’orfèvrerie scandinave, qui n’hésite pas à mélanger la séduction de la Pop à la testostérone du Hard Rock le plus gonflé.

Alors, sept morceaux, et autant de classiques personnels. Et je vous assure que je ne joue pas les rebelles pour remplir du papier ou m’illustrer, mais que je colle à la vérité la plus franche et assumée.

Les RAVAGED avec Vol. Threesome se jouent des clichés pour les transcender, et valsent entre des styles qui s’ils sont proches, restent suffisamment éloignés pour ne pas trop se ressembler.

Tout à tour bien méchants, séduisants ou marrants, ces Suédois à qui on ne la fait pas, osent tout, et transforment tous les essais pour bien nous plaquer.

Ils commencent leur sarabande avec une bande totalement Hard-Rock, qui propose un riff redondant sur fond de hurlement à la Rob Halford, pour un ballet Heavy Metal total, qui ne freine jamais sans pour autant laisser les mélodies de côté. Arrangements bien troussés et bien placés (ce son de tonnerre pendant que Nikki grogne un « storm !!! » vengeur, c’est miam), refrain d’airain, « Ravagers » place la barre très haute et nous séduit sans avoir recours à divers apôtres autres que ceux d’un Heavy bien produit.

« Heart Of a Hero », joue à fond le jeu de la radiophonie, ose des claviers sans mépris, et déroule des couplets addictifs qui déboulent sur un refrain définitif, dans le style ANGRA/HELLOWEEN décomplexé, mais assumant ses influences à la JOURNEY pour une adaptation d’un Rock mélodique dans un contexte Heavy qui pique.

«Sanity » durcit le ton, et multiplie les ambiances, démarrant sur un Hard-Rock tonitruant aux accords bien méchants, qu’une batterie gonflée fait rebondir de son jeu de grosse caisse bumpé, avant qu’une fois de plus un refrain tonitruant n’occupe toute la place de son séant. Riffs chaloupés à la ZEP, on passe par un solo d’anthologie à la Yngwie, et puis on se finit sur une accélération Power qui fait cramer les BPM tout en laissant Rob soloïser comme un damné et se brûler sur des sextolets pendant que la rythmique fond comme neige en juillet.

« The Parasites » tient le bon bout Hard groovy qui séduit les femmes et leurs maris, avec une fois de plus un refrain à la THE DARKNESS irrésistible, tandis que « I Remember You », se souvient des SKIDS et tente le coup de la ballade acoustique bien sentie. Un peu SCORPIONS, un peu ROW, mais surtout, un vrai talent de composition, qui éclate sur l’immédiat « Call My Name », qui nous ramène aux heures bénies du Sunset et de L.A.

« Hellrider » et son up tempo très chaud termine la party sans faire payer les consos, et achève de nous convaincre que pour un premier album, Vol. Threesome est bien une gigantesque partouze musicale où tout le monde garde son flouze mais prend son pied sans avoir le blues…

Pochette de très mauvais goût, pseudos qui sentent le ragoût, mais musique unique de bout en bout, qui vous donne beaucoup de plaisir et attise votre désir.

 Me voilà donc rabiboché avec mon Heavy délaissé, et encore une fois, grâce à des Suédois. RAVAGED, plus qu’un groupe, est un moment d’euphorie, une chimère bien jolie qui se love au creux du talent de musiciens aguerris. Une petite perle ou une grosse giclée, comme vous voulez. A vous de choisir votre sandwich préféré entre un Heavy mélodisé et un Hard Rock customisé. Et pas besoin de capote, puisque le but est de vous contaminer. De bonne humeur bien sûr…


Titres de l'album:

  1. Ravagers
  2. Heart of a Hero
  3. Sanity
  4. The Parasites
  5. I Remember You
  6. Call my Name
  7. Hellrider

Site officiel


par mortne2001 le 13/12/2016 à 14:03
75 %    382

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Heresy

Blasphemia

Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas mal du tout en effet ! Old-school, brutal, bas du front. Combo !


chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !