Hear Now

Mick Devine

18/10/2019

Escape Music

Tout ça pourrait induire en erreur, mais quelques secondes d’écoute ainsi qu’un coup d’œil à la pochette suffisent à dissiper le malaise éventuel. Non, Mick DEVINE n’est pas Mink DEVILLE, époque oblige, mais style pratiqué aussi. Inutile de vous attendre à des volutes de cigarillo dans un club cubain, ici, nous évoluons plutôt en pleine lumière d’un soleil anglais qui une fois n’est pas coutume, brille au travers des nuages londoniens. Mis à part que l’action ne se situe pas dans la capitale anglaise, mais dans un petit bourg nommé Market Harborough, et Mick, vieux de la vieille malgré une discographie récente, est né à Bulawayo, en Rhodésie du Sud. Ceci étant posé, toutes ces indications ne vous diront peut-être pas grand-chose si vous n’êtes pas un adepte de la cause Rock mélodique, même si le nom de Mick est associé depuis les années 2010 à un outsider de poids, je veux bien sur parler de SEVEN. SEVEN, groupe aux deux albums impeccables, dont un premier qui aurait dû voir le jour dans les années 90, nous avait laissés il y a trois ans dans l’expectative d’un troisième chapitre, qui finalement, n’a pas encore vu le jour. Shattered, le second LP de SEVEN (Austin Lane, Keith McFarlane, Mick Devine, Pat Davey, Simon Lefevre) devra donc patienter encore quelques temps avant de se voir offrir une suite légitime, puisque le CEO d’Escape Music en a décidé autrement. Khalil Turk a donc présenté Mick à Steve Morris (LONERIDER, HEARTLAND, IAN GILLAN BAND), histoire que les deux hommes développent un partenariat en écriture et composition, avant d’ajouter à l’équation Brian J. Anthony (LONERIDER, STEVE WALSH, OVERLAND), multi-instrumentiste omni-discipliné et gravement doué dans de nombreux domaines. Le résultat ne s’est pas vraiment fait attendre, et se présente aujourd’hui sous la forme d’un premier album solo onze titres, composé et enregistré à plusieurs, mais symptomatique de la patte d’un chanteur au parcours impeccable, et assez bizarrement mésestimé…Alors, fans de SEVEN, ne vous attendez pas vraiment à une suite logique des œuvres de votre groupe adoré, puisque la tonalité choisie ici est plutôt en demi-teinte, et empreinte de Rock west-coast tel qu’on pouvait le pratiquer dans les nineties, nuancé de Pop anglaise de première classe. Et faites-moi confiance, Mick n’en manque pas.

Je parle de Rock US, de Pop, mais la force de Hear Now est d’inclure des influences diverses pour les amalgamer dans un tout totalement cohérent. Il n’est d’ailleurs pas intrigant de rapprocher le nom de Mick DEVINE de celui de Rick SPRINGFIELD, puisque Rocket Science se rapproche assez de ce premier effort en solo, spécialement lorsque les musiciens se laissent aller aux joies de la Country flavoured Pop sur le soft mais séduisant « Hope Rising ». A l’écriture de ces mots, je sens que j’ai déjà perdu l’attention d’une bonne partie de mon lectorat, qui éprouvera une très légitime sensation de rejet inconscient. Alors, puisqu’il faut bien l’avouer, Mick DEVINE et ses comparses ont plus joué la carte du Classic Rock légèrement musclé, mais suffisamment harmonique pour ne pas perdre pied, et tourné le dos à un Hard FM calibré pour se laisser aller aux plaisirs des harmonies subtiles et des rythmiques nuancées. Pourtant, les débats s’entamaient d’eux-mêmes sous des auspices plutôt abrupts, avec l’ouverture agressive de « Strange Voices », le plus à même de rappeler aux fans le parfum de SEVEN, sans pour autant en reprendre les fragrances à la goutte près. Guitare saignante, riff redondant, voix qui force le trait, tout était fait pour vous entraîner à la suite d’une musique gonflée aux entournures, mais encore assez abordable pour ne pas faire fuir le grand public. Sauf qu’au lieu d’enchaîner dans la même veine, le trio créatif de base a préféré faire place à l’honnêteté, pour ne décevoir personne, et lâcher le syncopé « Live Forever », plus volontiers symptomatique de Richard MARX que d’ECLIPSE ou HAREM SCAREM. On appréciera bien évidemment la rythmique chaloupée, la guitare qui se souvient de Lenny Kravitz et de Joe Perry, mais l’énergie ambiante laisse rapidement la place à des sentiments plus intimes et à une ambiance plus confinée. Et « Home » de sonner le rappel des romantiques et des sensibles de ses strates vocales parfaitement superposées et de sa mélodie très prononcée. Soft donc, mais pas mélasse ou guimauve pour autant, Hear Now est donc à prendre tout autant comme une parenthèse que comme le signal du départ d’une carrière en solo, qui affirme les positions et affiche les choix sur son cœur.

Produit par Brian J. Anthony, coproduit par Steve Morris et Mick Devine, enregistré, mixé et masterisé par Brian J. Anthony, ce premier album est donc le fruit des efforts de trois hommes complètement en phase avec leurs affinités. Remplis de parties de guitare en son clair, de lignes de chant pures et d’arrangements travaillés, ces dix morceaux font donc la part belle à une musique populaire mais non populiste, avec ces clins d’œil aux modes radiophoniques en vogue ces quarante dernières années aux Etats-Unis. Mais avec une assise totalement européenne, et des allusions à certains groupes anglais (SHY notamment), Mick DEVINE évite avec brio les récifs dangereux de l’AOR à la suédoise tellement en vogue cette dernière décennie, au prix d’un adoucissement global qui rebutera les plus méchants des vilains. Il sera donc très difficile pour les chevelus les plus hirsutes de se reconnaître dans la quiétude Pop de « Standing In The Middle », ou dans l’équilibre Classic Rock de « Life Goes On ». L’analogie avec Rick Springfield était donc tout sauf anodine et gratuite, puisque les deux artistes semblent partager les mêmes accointances. Mais entre une production parfaite aux dimensions humaines, de fréquentes allusions à la scène Modern Country US (« Another Way », que les HIGHWOMEN auraient pu nous offrir sur leur premier album éponyme), un Brian J. Anthony faisant feu de tout bois (outre la production, l’enregistrement, le mixage et le mastering, l’homme s’est offert des parties de basse, de guitare, de batterie et de claviers, en sus de la mandoline), et Mick qui vocalise et taquine les claviers avec bonheur, Hear Now est une fontaine de jouvence et un disque duquel exsudent des torrents de bonheur musical qui n’ont que peu d’équivalent actuellement.

Pourtant, avec onze morceaux et quarante-cinq minutes de musique, la redondance et la linéarité auraient pu s’inviter au banquet. Heureusement pour nous, des titres plus puissants se fraient un chemin dans la quiétude ambiante, comme « Game Over », qui galope sur un up tempo qu’une guitare aux licks enflammés semble particulièrement apprécier. Le LP se termine par une énième preuve de savoir-faire harmonique, via l’épilogue splendide de « Promise Me » qui une fois encore, se voit blindé de guitares bavardes et de soli en bravade. Un disque poli, mais pas émoussé, frais, mais pas gelé, qui donne le sourire et applique du baume Rock et Pop au cœur.     

               

Titres de l'album :

                         01. Strange Voices

                         02. Live Forever

                         03. Home

                         04. So Much Better Now

                         05. Hope Rising

                         06. Standing In The Middle

                         07. Life Goes On

                         08. Another Way

                         09. Life Is An Open Road

                         10. Game Over

                         11. Promise Me

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/02/2020 à 18:13
85 %    462

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Hammer Pils

15 pesos c’est pas donné, même si je comprends qu’ils doivent remplir la gamelle à la fin du mois surtout dans leurs pays où tu n’a ni assurance santé, ni chômage.... Mais à la limite plutôt qu’un streaming qui sera vite(...)

25/09/2020, 19:08

Sphincter Desecrator

"Trois concerts en "live stream" filmés en studio"... Sauf que pour moi, s'il n'y a pas de public, ce n'est pas un concert. CQFD.Ceci dit, le contexte est particulier, et je comprends cette recherche d'un nouveau format, s(...)

25/09/2020, 18:54

Moshimosher

Perso, en ces temps difficiles, ça ne me choque pas... Maintenant, faut voir les conditions du streaming, les difficultés du groupe et des individus qui le composent, et l'impact que ça peut avoir sur tout ce qui n'est pas ce streaming mais se rapporte au groupe... (...)

25/09/2020, 18:27

Kairos

@satantu te trompe je pense, c’est bien les bonnes prestations de cradle qui se compte sur les doigts d’une main. je ne les ai vu que 2 fois sur scene mais je confirme que cradle en live, c’est problématique.Cradle a été conspué pend(...)

25/09/2020, 17:44

Oliv

oui c’est   plus un soutien au groupe qu’autre chose car des lives d’Obituary , t’en a un paquet sur YouTube 

25/09/2020, 17:29

Buck Dancer

Oui, bien cool !! 

25/09/2020, 16:29

Jus de cadavre

Pareil je trouve ça trop cher. Mais attention ce sont des ricains donc :- business is business (oui même pour du Death Metal)- aux États-Unis tu taf pas, t'a pas de revenu c'est pas comme chez nous... (pas de statuts d'intermintents là-bas) (...)

25/09/2020, 16:27

Simony

Merci Wolf88, bien vu !

25/09/2020, 15:58

Simony

L'objectif est d'en faire une mensuellement, donc oui ça devrait revenir.Merci et content que ça vous plaise.

25/09/2020, 15:48

Wolf88

Bonjour,Ce n'est pas Finlande mais à DanemarkBandcamp: https://septage.bandcamp.com/releasesFacebook: https://www.facebook(...)

25/09/2020, 15:26

Buck Dancer

Je ne payerais pas non plus pour ça, mais je suis curieux du troisième concert. 

25/09/2020, 15:08

Jefflonger

Très  belle chro, album varié et pourtant direct dans le pif

25/09/2020, 15:02

Kairos

Moi j’ai backé parceque les mag à kro, news et interviews n’ont plus vraiment beaucoup d'interêt a l’heure du net

25/09/2020, 14:10

Humungus

Marrant ce style d'ITW !A refaire.PS : Je plussoie concernant EROS NECROPSIQUE !

25/09/2020, 13:50

Arioch91

Perso j'attends de voir.J'adore la presse écrite et ne cherche même pas à la comparer à la filière webzines.J'adore les deux tout simplement.Maintenant, tout ce que j'espère, c'est un mag' d'un aut(...)

25/09/2020, 11:53

Bones

Je crois que dans l'idée du concert il y a aussi une recherche d'expérience, de souvenir (et bien sûr le soutien à un groupe ou la volonté de découverte). Mais derrière un live payant en streaming je n'ai la sensation d'aucune pl(...)

25/09/2020, 11:25

Nehemah

Pour ma part je suis plus nuancé. Ca me dérange pas de soutenir, en ces temps difficiles, un groupe qui a bercé mon enfance. L'idée est excellente, je pense qu'ils se sont simplement trompés avec le prix. Pour 5 euros, j'y allais direct.

25/09/2020, 11:06

Bones

Juste pour l'anecdote : il y a 15 jours j'ai récupéré pour peanuts (15 balles) les 38 premiers numéros d'Hard Rock Magazine comme neufs. Pour le fun je me suis plongé dans la lecture de cet ancêtre de la presse française :  eh bi(...)

25/09/2020, 10:03

grinder92

D'autant que l'équipe qui rédige le mag, c'est pas des lapins de 6 semaines... Ils revendiquent de la qualité et perso, j'ai envie d'y croire... projet soutenu / préco faite.

25/09/2020, 08:41

Bones

Mouais, ça peut être carrément intéressant.Entre les chros d'un Metallian et un magazine qui propose du "fond"... mon choix serait vite fait.  

25/09/2020, 08:15