Shame Is Just a Word

Svarttjern

17/01/2020

Soulseller Records

Avec dix-sept ans d’existence au compteur, on peut commencer à s’asseoir sur une réputation bien établie. Jouer la sécurité, contenter les fans avec régularité, leur donner leur pitance sans chercher à savoir si un goût différent leur plairait. Ou pas. Ou se remettre en cause, jouer la versatilité, oser, se montrer culotté, et diverger grave sans perdre de vue les fondements. C’est un peu le cas des norvégiens de SVARTTJERN qui en dix-sept ans de carrière ont montré bien des visages. Après trois démos disséminées entre 2004 et 2008, le groupe d’Oslo a gravé pour la postérité et sans discontinuer quatre longue-durée, de Misanthropic Path of Madness en 2009 jusqu’au plus récent Dødsskrik il y a quatre ans, et à chaque fois, boum, la surprise, l’imprévu, l’accident, la divergence. On ne peut donc accuser ces musiciens de statisme ou d’ascétisme artistique, puisque chacune de leur sortie à surpris, décontenancé, un peu perdu, mais à chaque fois retrouvé. Les proverbiaux petits bouts de pain semés sur le chemin sont à mettre en lien avec leur talent surnaturel pour s’approprier des genres, des nuances, des fragrances. Et quatre ans après leur dernier effort, le fan de se demander à quelle sauce il va être sacrifié sur l’autel de l’anti-routine. La réponse est assez simple, et intervient quelques secondes après le début de « Prince of Disgust ». 2020 sera Black n’Roll, 2020 sera Thrash n’Black, mais 2020 sera toujours aussi méchante et professionnelle. Et c’est certainement cette complétude qui rend les norvégiens si différents, et uniques en leur genre. Black n’Roll, je déteste ce mot comme nombre d’entre vous, pour une simple raison. Il sert d’alibi, comme le Punk il y a quarante ans pour se contenter du minimum, d’un recyclage de riffs déjà périmés, et excuse dans le principe un son ignoble peinant à cacher un niveau musical médiocre. Mais le Black n’Roll, comme tout autre style, lorsqu’il est pratiqué par des instrumentistes capables et vraiment investis, peut être jouissif. Et puis pour être franc, Shame Is Just a Word n’est pas QUE du Black n’Roll. Il est aussi du Black norvégien dans toute la splendeur de ses nineties.

Qu’attendre d’autre que l’excellence de la part d’un groupe constitué de membres de CARPATHIAN FOREST, de MAGISTER TEMPLI, de VULTURE LORD et d’ex-RAGNAROK ? Une musique pleine et riche, basée sur un background solide, et une connaissance accrue du vocabulaire extrême. Avec ce cinquième effort studio, SVARTTJERN se replonge dans ses racines, et évoque le bon vieux temps des messes noires célébrées sous la lune un soir d’hiver, et attaque son propre patrimoine. Avec une nuance, et de taille. En y insufflant une passion soudaine pour le Thrash des années 80, remis au goût d’un jour sans espoir, mais constellé de thèmes accrocheurs et d’idées porteuses. Le premier indice qui nous mène sur cette piste est évidemment cette reprise totalement incongrue d’EXODUS, « Bonded by Blood ». Mais pourquoi pas, ce titre fut en quelque sorte la première vraie incursion du diable dans le Thrash, avec la voix de dément possédé de Paul Baloff, signant un pacte avec le malin pour transformer ses cordes vocales en haut-parleur du malin. Plaisir anecdotique sur ce nouvel album, cette cover en dit pourtant long sur la volonté des cinq norvégiens (HansFyrste - chant, HaaN & Fjellnord - guitares, Grimdun - batterie, Malphas - basse) de se rapprocher de leurs racines. Car au lieu de transposer cet incunable dans un vocabulaire Black, SVARTTJERN le reprend tel quel, sur le même tempo, en respectant le riff à la croche, à tel point qu’on a le sentiment d’écouter l’original avec feu Quorthon au chant. Délicieuse sensation de réaliser que les enfants du Thrash boom de 84/85 en admirent encore les effets, spécialement au sein d’un contexte aussi brutal. Et croyez-moi, SVARTTJERN qui s’offre une telle reprise, c’est autre chose que CRADLE OF FILTH qui s’amuse avec MAIDEN. C’est…crédible.

Sans avoir besoin de rabaisser les voisins pour mettre en valeur son propre jardin, Shame Is Just a Word est monument d’humilité avec des ambitions majeures. Transposer le son des années 80 dans un contexte Black nineties, tout en acceptant les impératifs actuels de perfection de production. Sous cet aspect-là des choses, ce cinquième tome frise sans-faute absolu. Car chaque secteur de jeu, chaque humeur est imperfectible, et le son, gigantesque et clair, prend aux oreilles comme le cri d’un enfant sacrifié. Le parangon, aussi bizarre que cela puisse être, en est le final, ce « Shame Is Just a Word » catchy en diable. Avec des influences qui n’ont pas vraiment changé depuis les débuts, et une propension à séduire les fans de RAGNAROK et DARKTHRONE, les norvégiens signent le manifeste le plus décomplexé de leur carrière, qui ose le résumé exhaustif et sans reproche possible, cette furie dantesque qu’est « Ment til å Tjene ». En moins de cinq minutes, le groupe cite BATHORY, DARKTHRONE, le Punk, le BM le plus rudimentaire des débuts, et s’offre un burner de luxe qui va faire un carnage en live. Du BM efficace, populaire, mais pas vulgaire, puisque la technique des musiciens leur permet d’éviter le populisme de licks trop putassiers. C’est évidemment connu, reconnu, mais la méthode prend ici une ampleur inédite, comme si les 1349 découvraient le patrimoine de DISCHARGE entre deux colères noires. Puissant mais mélodique, séduisant mais repoussant, telles sont les dualités offertes par Shame Is Just a Word, sur lequel le quintet ne se refuse rien, de la majesté viking de BATHORY à l’emphase d’IMMORTAL (« Melodies of Lust »), au rouleau compresseur mid tempo de « Ta dets Drakt ». Toutes les allusions, toutes les citations, tous les clins d’œil sont assumés, et sublimés. Si le Black a toujours été la musique la plus laide, elle sait parfois se faire plus roublarde et multiplier les œillades sales et lubriques.

Sincèrement, et après de multiples écoutes, je pourrais presque affirmer que ce nouveau tome des aventures de SVARTTJERN est le premier grand album de BM de cette nouvelle année. Rien ne dépasse, rien n’est en trop, mais rien ne manque non plus. Les riffs sont hypnotiques, allusifs (le ton VOÏVOD de « Frost Embalmed Abyss » confronté à la rigueur hivernale des pères fondateurs norvégiens), les accointances assumées et acceptées (« Ravish Me », un tube Thrash remis au goût d’une nuit Black). En somme, plus qu’une énième surprise de la part des déments d’Oslo, ce Shame Is Just a Word prouve que la décontraction et le naturel sont les paravents les plus efficaces à une honte éventuelle. Mais quelle honte y-a-t-il à se faire plaisir, quand ce plaisir personnel devient une satisfaction collective ?        

            

Titres de l’album :

                        01. Prince of Disgust

                        02. Ment til å Tjene

                        03. Melodies of Lust

                        04. Ta dets Drakt

                        05. Frost Embalmed Abyss

                        06. Ravish Me

                        07. Bonded by Blood

                        08. Shame Is Just a Word

Facebook officiel


par mortne2001 le 17/05/2020 à 14:13
88 %    180

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@93.4.16.166
18/05/2020, 09:01:55
Eh ben voilà qui donne envie. Bon, m'en vais écouter ces extraits, ce papier donne furieusement envie de débourser quelques euros, en tous cas. Merci.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Gateways To annihilation

Baxter 29/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Pour ma part, je rejoignais surtout asqer sur le fait que je n'aimais pas le bazar...
Après, j'aurai très bien pu moi aussi utiliser ce genre de phrase fourre tout (c'est d'ailleurs tout à fait mon style) car et d'une j'ai une fâcheuse tendance à amalgamer très facilement Power et Sympho(...)

01/06/2020, 05:58

JTDP

Très content de voir que BOISSON DIVINE a les honneurs de ta plume, mortne2001, tant j'estime ce groupe. Pour moi, ils n'ont pas d'équivalent dans la scène Folk Metal française actuelle (bon faut dire qu'elle est bien sinistrée aussi). "Volentat" était déjà un bijou, celui-ci enfonce le clou(...)

01/06/2020, 01:20

Humungus

Cela faisait bien longtemps que je ne l'avais pas écouté celui-ci, du coup je me le retape dans les esgourdes en ce moment.
Et c'est vrai que c'est, une fois de plus, une putain de tuerie merde !
Rien que pour ce rappel à l'ordre, merci Baxter.

PS : Les Grands Anciens exi(...)

31/05/2020, 22:41

Buck Dancer

Je n'ai pas parlé de la chronique dans mon premier commentaire pour ne pas être désobligeant envers l'auteur, mais c'est vrai que, on dirait une... traduction Google.

31/05/2020, 14:51

stench

Je n'ai jamais pu me faire à cet album qui m'a déçu à sa sortie. Il a probablement ses qualités mais rien à faire, ma première impression n'a jamais changé (et je perds sans doute quelque chose)... Pour le coup, je vais encore me le passer aujourd'hui pour voir !
Par ailleurs, je suis (...)

31/05/2020, 09:34

Gargan

Qu'est ce que c'est que ce groupe ? Merci pour la découverte.

30/05/2020, 22:36

aras

plutôt moyen voire mauvais, Entre 2 eaux à l'image du groupe

30/05/2020, 20:42

KaneIsBack

Je vais la faire courte, et je vais paraphraser le public d'une autre discipline dont je suis fan : BOOOOOOOORIIIIIIIIIIIIING !!!

Nan, mais sans déconner, je me suis un peu - beaucoup - emmerdé en écoutant ce disque. J'avoue m'être mis à Nightwish uniquement à cause de Floor, mais(...)

30/05/2020, 18:20

NecroKosmos

Ah, ce titre me plaît bien ! Je surveille.

30/05/2020, 17:37

Riffing Curiosity

Premier Morbid qui m'ait déçu aussi. UNe moiteur et ds ambiances lourdes, un gros travail sur le son mais j'ai jamais accroché, CD revendu bien vite. Aujourd'hui je regrette et lui donnerais bien une seconde chance.
Et malgré moi, j'y peux rien, Morbid Angel c'est avec David Vincent ou ri(...)

30/05/2020, 15:27

steelvore666

Pfiou c'est intéressant soit, mais pas évident à lire !

30/05/2020, 14:25

grinder92

Le guitariste sur "The Crimson Idol", l'un des albums qui a changé ma vie... une page se tourne...

30/05/2020, 13:26

RBD

Il n'a pas attendu les contestés "H" et "I" pour être assez apprécié, cet album. Parce qu'il reste bien au-dessus de la production lambda de toute la scène. Tucker est un bon growleur et en revenant aux bases, ils ne pouvaient pas se planter.

30/05/2020, 13:10

Saddam Mustaine

RIP

Guitariste de Alice Cooper et WASP surtout je me souviens.

30/05/2020, 12:58

RBD

Reste à voir ce que ce retour en arrière managérial va donner. J'aimais bien la rétrogradation mesurée du dernier vers un Death toujours très technique mais revenu à un certain niveau d'efficacité basique.

30/05/2020, 12:56

MorbidOM

Premier album de MA qui m'ait un peu déçu, non pas qu'il soit mauvais mais il manque un peu de personnalité. À la limite je préfère presque H qui malgré tous ses défauts n'aurait clairement pu être pondu par aucun autre groupe en ce monde.
(il faudrait faire un peu attention à l'orth(...)

30/05/2020, 06:28

MorbidOM

Bizarrement, j'avais vu le groupe à l'époque de Vempire, je les connaissais pratiquement pas et j'avais plutôt une image de poseurs mais j'avais été assez impressioné (et j'étais loin d'être le seul), puis je le ai revus quelques fois et c'était vraiment tout pourri, même à l'époque de C(...)

30/05/2020, 04:25

Humungus

Je confirme la merde en live.
"Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches..."
Mais même sans ça de toutes façons, ils étaient ridicules sur scène !
Je me souviens de gars en échasse au HELLFEST... C'te poilade bordel !!!

29/05/2020, 22:46

quaraz

plastigroup

29/05/2020, 22:14

lolilol

Nez Crotte quel nom ridicule pour un groupe...

29/05/2020, 22:12