Rien depuis Ahead en 2002. Ah si, une réédition de ce même album par les Polonais de Metal Mind. Mais sinon, rien, un long hiatus, et puis une implication dans LEPTOSOME, histoire de gonfler le Noise avec un peu de Grind. Mais ça nous manquait tout ça, ce Metal si bizarre, un peu bancal, un peu Death mais Heavy, un poil déviant mais sympathique.

Alors lorsque le trio autrichien a lancé sa campagne Kickstarter, les fonds et dons se sont accumulés, histoire qu’ils donnent quand même une suite à leur histoire.

Cette histoire, elle a commencé en 1987, et à l’époque les choses étaient un poil différentes. Le Metal n’en avait alors que pour le Thrash régnant et le Death naissant, et comme les DISHARMONIC ORCHESTRA n’étaient ni l’un ni l’autre tout en étant un amalgame des deux, tout était plus compliqué.

Car ce trio d’iconoclastes autrichiens a toujours joué le rôle de chien bruitiste dans un jeu de quilles nombriliste. Alors, trente ans après leur débuts et après un silence de quatorze ans, que pouvaient-ils proposer de neuf ?

Pas grand-chose, mais parfois, avec du vieux, on arrive quand même à refaire la déco.

La preuve en étant ces neuf nouveaux morceaux, attendus comme un messie avant-gardiste qu’il n’est plus forcément.

On retrouve sous cette pochette à l’artwork superbe signé par l’artiste Alvaro Tapia Hidalgo, un disque produit par Thomas Tannenberger et mixé par Manuel Bundschuh, et interprété par les deux tiers de l’ossature classique de DISHARMONIC, Martin Messner (batterie) et Patrick Klopf (chant/guitare), accompagnés depuis 2008 par Hoimar Wotawa, à la basse.

On retrouve aussi un disque beaucoup moins surprenant que tout ce que le trio a pu sortir jusqu’à présent, plus stable que leurs débuts évidemment, âge oblige, et même moins aéré que Ahead, pourtant déjà bien assagi à l’époque. On y trouve en fait du Metal libre, affranchi de toute dette, et qui part un peu dans toutes les directions qu’ils souhaitent, menant à une vallée paisible malgré le volume sonore ambiant. En tout cas, un havre de presque paix ou les expérimentations et autres délires n’ont plus vraiment droit de cité.

Non que les ORCHESTRA se soient assagis au point de rentrer dans le rang, ce qu’ils ne feront jamais, mais ils ont toutefois compris que la cohésion parfois, ça a vraiment du bon.

Et du coup, cet album financé par les fans se veut l’un des plus percutants de leur carrière, tout en étant le moins frondeur. Paradoxe ? Non, logique d’évolution. Mais attendez…Tout ça ne veut pas dire que la banalité guette les autrichiens pour les asservir. Non, juste qu’ils ont appris à composer des chansons qu’on est presque en droit de reprendre de son côté sans avoir à déchiffrer des équations mentales de schizophrènes incurables.

Fear Of Angst, contrairement à ce que son titre laisse augurer, n’a pas peur de la colère. Cette colère est bien présente, mais souvent larvée, maîtrisée, sous couvert, et parfois, débordant un peu de structures très carrées et mesurées.

Globalement, nous avons droit à une adaptation de la philosophie des DISHARMONIC à un contexte purement puzzle Metal, avec des allusions à l’Industriel New-yorkais, des clins d’œil aux PRONG, au JOKE, mais aussi à SONIC YOUTH, sans les dissonances et autres blagues internes, mais surtout, à un catalogue de déconstruction rythmique assez impressionnant de versatilité.

Peu de vitesse, mais beaucoup d’intensité, et surtout, un genre de groove bizarre qui s’accompagne très bien de riffs posés et coulés, comme le démontre « Proton Radius », incapable de se poser sur un pattern régulier.

En ouverture, le morceau éponyme annonce le monochrome à venir, mais profite d’une redondance bienvenue pour nous faire dodeliner de la tête au déhanchement du phrasé si particulier de Patrick, tandis que la basse de Wotawa se fraie un chemin à coup de notes claquées. C’est du beau travail, un peu plus prévisible qu’avant peut-être, mais qui fait le lien entre le SUICIDAL de 88 et le PRONG des nineties.

Sacré mélange, goûtu et impromptu en bouche. Salé, mais doux au palais.

Quarante minutes pour un retour après quatorze ans d’absence, ça passe très vite, et c’est un peu court ma foi. Pourtant, durant ce laps de temps, nous avons droit à des finesses apportées sur un plateau de table rouillé, comme ce plat de résistance « Rascal In Me » qui s’offre une mise en bouche à la Lemmy avant de repartir traîner dans des labyrinthes rythmiques à la NOMEANSNO. Car la musique des autrichiens est toujours aussi progressive en l’état, bien que moins avant-gardiste, et beaucoup plus raisonnable dirons-nous. Raisonnable, mais pas moins jouissive pour autant. Car après tout, le trio n’est plus cette meute de chiens fous qui mettaient la lande à feu et à sang comme au bon vieux temps décalé du split avec PUNGENT STENCH, ou du séminal et biscornu Expositionsprophylaxe.

Non, ce temps-là est révolu, et la tonalité globale est plus sombre et compacte. Et même si par fulgurances, la folie d’antan remonte à la surface via le Thrash véloce et féroce de « Aura », les exemples sont quand même rares. Oui, les DISHARMONIC ORCHESTRA vont mieux, et se focalisent sur la puissance brute plutôt que sur l’ambivalence abrupte. Mais que voulez-vous, on murit…

En tout cas, les financiers ne se sont pas trompés en accordant du crédit à cette cinquième réalisation longue durée. Car ils ont permis au trio d’approcher les mécanismes froids et sourds du HELMET le plus rigoureux sans abandonner leur nature propre (« Flambition », avec son break interne assez bien vu et ambigu), et d’aller jusqu’au bout de la déconstruction linéaire en se perdant parfois dans les dédales d’antan (« Down To Earth », le seul à faire la jonction avec le passé tout en déballant une mélodie prononcée et disons-le, « mature »).

Et ils nous ont permis aussi de savourer une fois de plus la voix si étouffée de Patrick, tellement atypique dans l’extrême qu’il convient de la déguster comme il se doit.

Alors, oui, quatorze ans de hiatus, ça vous change une donne. Ça l’équilibre en somme. Mais en fait, il est difficile de dire qui de Ahead ou Fear Of Angst incarne le mieux l’esprit de l’orchestre.

Les deux en fait.

Mais même en stabilisant quelque peu leurs accès de fureur, les autrichiens ne sont pas devenus plus dociles pour autant. Disons qu’ils cachent mieux leur jeu de dupes.

Alors, achetez le superbe vinyle édité pour l’occasion. Les vrais artistes sont rares, alors autant encourager leur travail.

 Qui finalement, résulte d’une colère comme une autre…


Titres de l'album:

  1. Fear Of angst
  2. Flushing The Primary
  3. Innamorato
  4. Aura
  5. Proton Radius
  6. The Venus Between Us
  7. Rascal In Me
  8. Flambition
  9. Down To Earth

Site officiel


par mortne2001 le 04/01/2017 à 14:17
75 %    479

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jefflonger
membre enregistré
24/01/2017 à 22:47:18
encore une sortie à ne pas louper

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes