Apokalyps

Defiatory

03/06/2022

Black Lion Records

Le Thrash suédois est fameux, un peu comme tous les styles abordés par les musiciens de ce pays depuis 10 ans. Passé de petit coin du nord de l’Europe plutôt tranquille à plus gros exportateur Metal, la Suède continue son travail de sape pour conserver sa couronne vissée sur sa tête. Aujourd’hui, c’est l’un de ses plus fervents adorateurs Thrash qui se manifeste via un troisième album relevé, mélodique à souhait, et performant comme un concert de SLAYER de la grande époque. Toutefois, comme tout bon produit estampillé « Sweden » qui se respecte, Apokalyps reste compréhensible par les plus nuancés d’entre nous, et garde le cap sur un Thrash raisonnable corsé de quelques inserts Death légers, mais remarquables.

Fort de sept ans d’existence et de deux longue-durée respectables, DEFIATORY aborde donc le virage le plus sérieux de sa carrière, avec un troisième album censé les imposer sur le marché international. Quatre après Hades Rising, six après l’initial Instinct, le quintet d’Umeå a donc fait le plein d’énergie pour transformer l’essai, et devenir l’une des valeurs les plus sures du Thrash made in Europe, subtilement teinté de formalisme nord-américain.

Patrik Wall (basse), Jon Skäre (batterie), Ludvig Johansson & Viggo Svanberg-Hanssen (guitares) et Martin Runnzell (chant) développent donc des arguments old-school parfaitement maîtrisés, mais acceptent aussi d’être ancrés dans le présent. Comme une synthèse parfaite d’hier et aujourd’hui, DEFIATORY reprend à son compte les arguments du BIG4, mais aussi ceux de quelques outsiders fameux, teintant le tout de fantaisie à la AT THE GATES pour rappeler que le Nord avait déjà bien entamé son emprise sur le marché dès les années 90.

Un peu SLAYER, un peu ACCUSER, un peu TESTAMENT moderne, Apokalyps est une bande-son de l’Armageddon tout à fait crédible, entre attaques frontales et caresses mélodiques. Le terrifiant « Belligerent and Hostile » ose même le dépassement de la limite de vitesse autorisée pour nous conduire sur les autoroutes de la violence et du plaisir, et autant reconnaître immédiatement le talent de musiciens qui dominent leur sujet avec brio.            

Blindé de riffs premier choix, de soli fluides aux harmonies plaisantes, ce troisième album de la bande semble imperfectible à tous les niveaux. Boosté par une production énorme qui équilibre le jeu des intervenants, Apokalyps ose toutes les variations possibles, n’hésite pas à faire appel aux blasts pour durcir le ton, mais aussi à imposer une humeur Heavy résolument grognon. La variété est donc de mise, les arrangements assez bien trouvés (« Into the Unknown »), et l’interprétation sans failles. Entre radicalisme à l’allemande et concessions typiquement suédoises, DEFIATORY se catapulte de lui-même dans la catégorie des groupes de premier plan, et nous offre des hits Thrash comme s’il en pleuvait. Ainsi, difficile de résister à l’énergie incroyable développée par « No Place to Hide », capable d’alimenter tout un secteur d’Umeå en électricité nucléaire, ou au riff catchy et roublard de « Knives », qui plante bien des couteaux dans le dos d’un Heavy/Thrash futé et efficace. De nombreux chœurs pour enjoliver la violence sans la dénaturer, un léger parfum de fusion entre Death et Thrash pour un album qui finalement, ne dure pas assez longtemps. Nous aurions bien repris une ou deux tranches de vie supplémentaires tant tous les titres de ce troisième album ont leur raison d’être et leurs qualités indéniables.

Du Thrash de haute volée qui ne se contente pas d’une relecture vintage pour occuper un créneau déjà surchargé, partagé entre morceaux épais et évolutifs et saignées immédiates pour guérir d’humeurs bestiales (« Let Them Burn »), pour un résultat qui dépasse toutes les espérances, mais aussi les efforts de toutes les références Thrash des années 80. A des années-lumière du pilotage automatique des grosses vedettes, DEFIATORY se creuse la tête pour trouver des idées et des plans pas encore trop usés par le temps et une utilisation intensive, tout en restant classique et formel (« Assassinate »).

Mais lorsqu’on est capable de pondre un final orgiaque de l’envergure de « Counting Bones », c’est qu’on est prêt à assumer de grosses responsabilités. Utilisant encore une fois les ficelles glauques du SLAYER de l’axe South of Heaven/Seasons in the Abyss tout comme le legs suédois en matière de violence (AGONY, AT THE GATES), DEFIATORY nous pond un épilogue gargantuesque, de ceux qui permettent de différencier les passionnés des simples photocopieurs. Avec ce troisième album, le quintet suédois se présente en tête de liste dans sa région, et semble amené à être élu meilleur groupe de sa circonscription.

          

        

Titres de l’album :

01. Apocalypse

02. Only War

03. Belligerent and Hostile

04. Into the Unknown

05. No Place to Hide

06. Knives

07. Let Them Burn

08. Assassinate

09. Counting Bones


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/03/2023 à 18:01
85 %    320

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview

Show No Mercy

mortne2001 03/12/2023

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

je suis entré dans la file d'attente 122000eme ....j'ai fermé l'onglet et choppé mon pass pour le ThroneFest ;)

21/02/2024, 09:33

LeMoustre

Pas mal du tout. En effet Whiplash rôde.Beau papier aussi lol la phrase des vautours, excellent.Merci

20/02/2024, 07:31

LeMoustre

Comme d'habitude agressif et sans surprise. Immuable.

20/02/2024, 07:28

Badinter en enfer

oui

17/02/2024, 22:18

Bong Joon Whore

wow Badinter en enfer, c'est David?

17/02/2024, 16:16

Benstard

Méchante ambiance. 

17/02/2024, 14:19

Benstard

Méchant son de basse et simpa les soli. Ça groove en mode papi. Mais c'est cool qu'ils continuent. 

17/02/2024, 14:16

je te pisse dans le cul, ça fait un bubble tea

Groupe de boomers avec des tarifs pour boomers. Les mêmes qui viendront chialer que les légumes, c'est cher et chouiner que le prix de l'essence augmente.

17/02/2024, 07:08

Bille Baroud

Si la musique est toujours aussi bien pour un vieux groupe, genre dont il ne reste pas tellement de représentants pour assurer, tant pis pour l'artwork, je crache la thune.

16/02/2024, 20:36

Tourista

Humungus, t'es fan d'AC/DC et de coquillettes ?  

16/02/2024, 17:49

Saddam Mustaine

Faut payer l'ehpad du père Brian 

16/02/2024, 16:39

Humungus

"84 euros la dragée"...Si seulement...152,85 € le bifton en ce qui me concerne.J'avoue que ça pique un chouille bordel... ... ...

16/02/2024, 13:02

Badinter en enfer

D'un coté, si ça fait chier les sacs à merde parasitiques comme Valnoir ou Fortifem, je suis 1000% à fond pour l'usage de l'IA. Le problème, c'est que ça impacte aussi les artistes honnêtes et qui ne se servent pas leur activit&e(...)

16/02/2024, 06:10

Buck Dancer

Très bon ! (par moment ça me fait penser à Pantera, A New Level) 

16/02/2024, 05:15

Solitary Sabred

Merci, thanks for the support!!

16/02/2024, 05:09

Tourista

Bien sûr, les ventes physiques s'effondrent, pourquoi se casser le cul et investir ?  Ca va être simple pour bibi : IA sur la pochette, je laisse ma carte bleue à l'ombre. Technophobe ?  MMMMmmOUI.J'ai bossé modestement dans la(...)

15/02/2024, 19:46

Amer Smashed Pils

Miam miam maim ! Crado à souhait !

15/02/2024, 19:11

Jus de cadavre

@ Tourista : c'est exactement ce que je me suis dit... Quelle misère... Mais j'imagine que pour les label c'est vite vu niveau $$$ (gratos, pas de délais, etc...). Autant pour les petits groupes sans un rond je peux comprendre, mais là, merde, pour (...)

15/02/2024, 18:38

Tourista

Il va falloir s'habituer à ces pochettes de merde sous IA.   Et c'est que le bédut.Le Tricatel de l'artwork.  

15/02/2024, 18:31

Humungus

Je prends aussi !

15/02/2024, 06:49