Formé en 2008 à Saragosse en Espagne, ATARAXY est un groupe de Death Metal, comme l'indiquent les descriptions du groupe disponible ça et là sur le net, ayant fait forte impression six ans auparavant avec leur premier album Revelations Of The Ethereal, encensé un peu partout. N'ayant pas écouté leur premier effort, c'est avec l'album que je vais chroniquer pour vous aujourd'hui, que je découvre donc les voisins des sauvages Madrilènes de WORMED et TEITANBLOOD, deux formations particulièrement bélliqueuses que je ne peux que vous conseiller si votre passion est la brutalité technique pour le premier, et la cacophonie haineuse pour le second.

C'est donc en toute confiance que je me plonge dans ce Where All Hope Fades, deuxième album du groupe, plutôt attendu dans la sphère Death Metal underground. Le Death Metal est loin d'être le style le plus original et le plus surprenant concernant l'expérimentation ; pourtant, sans parler de renouveau du style, loin de là, on peut parler de surprise, tant la musique des Espagnols correspond peu à l'étiquette.

C'est donc sur une introduction rampante et atmosphérique que s'ouvre l'album, s'enchaînant, dans une transition parfaite, avec le premier morceau dévoilé par le groupe, à savoir "A Matter Lost In Time", piste particulièrement représentative de tout le LP. Imposant et ethéré, le morceau rampe dans une ambiance particulièrement putride à la production Suédoise. Le son, même s'il rappelle les tronçonneuses scandinaves, est très propre, ce qui permet d'avoir un son d'ensemble extrêmement précis, et nous laisse apprécier les nappes atmosphériques qui s'incorpore parfaitement à la musique d'ATARAXY, donnant un rendu méditatif par moments.

Pourtant c'est bien avec ce "A Matter Of Life And Death" que le groupe nous surprend, car ne l'oublions pas, nous avons à faire à un groupe de Death Metal, ce qui sous-entend un certain quotas de passages à tabac en bonne et dû forme. Pourtant, le premier assaut réel du LP ne se fait qu'au bout de dix minutes d'écoutes (septième minute du second morceaux). A ce niveau, il n'est pas excessif de parler de Death Doom, bien plus massif même qu'un ASPHYX ou AUTOPSY, qui eux, ne lésinent pas sur les accélérations rythmique. Ici, même les moments qui semblent prêts à nous chopper à la gorge finissent finalement par laisser place à une lourdeur fétide.

Est-ce pour autant une raison de bouder son plaisir ? Oh non mes amis. Le groupe maîtrise déjà parfaitement son style, et la rareté des offensives typiquement Death ne les rendent que plus dévastateur et épique. Ce constat se fait ressentir sur les deux pistes les plus nerveuses, "One Last Certainty" et "The Mourning Path", cette dernière suintant la Suède par tous les pores, mais surtout sur les autres morceaux plus contemplatif de l'album, où ces accélérations explosent au moment où nous nous y attendons le moins, dans une détonation de riffs épiques à souhait.

Hypnotique et putréfié, cet album de Doom Death me rappelle le dantesque Eroded Corridors Of Unbeing de SPECTRAL VOICE (chronique ici), dans un style plus ethéré que son confrère. Le groupe confirme-t-il son talent ? Je ne saurais vous répondre, n'ayant toujours pas écouté leur premier album (je suis un très mauvais chroniqueur), toujours est-il que je ne peux que vous conseiller cet album qui ouvre, avec le Ossuarium Silhouettes Unhallowed de HOODED MENACE (chroniqué par l'ami Simony ici), parfaitement l'année 2018. Un album riche, puissant et surtout original, mixant à merveille tous les groupes cités dans cette chronique, sans jamais plagier.

Tracklist

  1. The Absurdity Of A Whole Cosmos
  2. A Matter Lost In Time
  3. One Last Certainty
  4. As Uembras d'o Hibierno
  5. The Mourning Path
  6. The Blackness Of Eternal Night

Bandcamp


par Bocchi le 20/02/2018 à 07:27
80 %    156

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


jefflonger
@2.4.71.232
01/03/2018 à 18:38:45
pour un mauvais chroniqueur, je trouve ta chro très intéressante, je vais écouter ça, merci

Ajouter un commentaire


Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Clover

The Voyager

Lost Domain

...In the Waiting Room of Death

Bloody Nightmare

Hellwolf

Alice In Chains

Rainier Fog

The Radio Sun

Beautiful Strange

Metalriff

Blinded

Napalm Ted

Mouthful

Manes

Slow Motion Death Sequence

Torturer

Die In Pain

Binah

Phobiate

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Violently Draining Europe / Gorgasm + Cenotaph + Visceral Uprooting

Jus de cadavre / 13/09/2018
Brutal Death Metal

Interview ANTROPOFAGO

youpimatin / 08/09/2018
Brutal Death Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Dimanche

Jus de cadavre / 01/09/2018
Black Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Samedi

Jus de cadavre / 31/08/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Pain Of Salvation + Kingcrow

18/09 : L'empreinte, Savigny Le Temple (91)

Defeated Sanity + Acranius + Epicardiectomy

19/09 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Pain Of Salvation + Kingcrow

19/09 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Heart Of A Coward

19/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Pain Of Salvation + Kingcrow

20/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Acidez + Banane Metalik

20/09 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Evadne + Lying Figures + The Holeum

20/09 : Le Klub, Paris (75)

Heart Of A Coward

20/09 : Olympic Café, Paris (75)

Tagada Jones + Opium Du Peuple

21/09 : Le Rio Grande, Montauban ()

Acidez + Banane Metalik

21/09 : Le Db, Narbonne (11)

Lonewolf + Speed Queen + Venin

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Alcest + Vampillia

21/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Les Ramoneurs De Menhirs

21/09 : Le Clapier, Saint-etienne (42)

Heart Of A Coward

21/09 : La Scène Michelet, Nantes (44)

Batushka

21/09 : Cco, Villeurbane (69)

Lower Than Atlantis

21/09 : Backstage, Paris (75)

Khaos Dei + Black Bomb A + The New Roses

21/09 : Parc De Villeroy, Mennecy (91)

+ Bukowski + Shoeilager

22/09 : Désiré Granet, Anould ()

Nightrage + Voivod

22/09 : L'ilyade , Seyssinet-pariset ()

Alcest + Vampillia

22/09 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

Black Sin + Les Chants Du Nihil + S.u.t.u.r.e

22/09 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Alcest + Vampillia

23/09 : Fuzz'yon, La Roche-sur-yon (85)

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas encore écouté en entier, mais ce que j'ai entendu pour le moment promet un album énorme... Un groupe à part et absolument génial qui, comme le dit très bien la chro, est bien plus que du Sludge. Et sur scène c'est quelque chose aussi. Ça faisait bien longtemps que Nuclear Blast n'avait p(...)


Merci pour la kro!
Le MCD est dispo ici http://nihilistic-webzine-distro.fr


Wow...


Virulence ! Ça n'invente rien du tout, mais efficace ! Metalliquement, quand la Chine se réveillera vraiment ça va nous faire tout drôle je pense...


Tout ce que j'aime ! Ça va être long jusqu'au 26 octobre...


Le premier album m'avait beaucoup plu, ce titre pour l'instant ne me semble pas au même niveau mais il faut juger l'album dans son intégralité avec ce style.


Très grand groupe !


Oh putain !!!


Je les ai vus il y a un an, même pas, cherchez dans les reports.


Les compagnons des gras jambon !!!! là il y a du nom qui fouette


énorme en effet, wait and see


Une bien belle affiche, vénère comme il faut et surtout qui se différencie pas mal de beaucoup de fest Metal !


Je manque encore un peu de recul sur cet album mais les premières écoutes m'ont bien plu. On retrouve effectivement la patte Vilosophe.


Putain ! Toujours aussi bon malgré le poids des années...
Ce break de basse bordel !
Hâte d'entendre l'album complet.


Enorme fan du groupe, j'ai plus que hâte de me fourrer ça dans les oreilles bordel...


J'avais le souvenir d'un groupe plus suffocant, là y a un goût de Morbid Angel et j'aimebeaucoup


Énorme date à Rennes hier soir, à ne pas rater pour tous fans de Brutal Death qui se respecte ! Le report en ligne dans quelques jours...


Ce titre n'a pas pris une ride mais nous si !
Quelle chanson et quel album en tous cas !
Pis effectivement, sacrée prise de risque à l'époque. Fallait avoir les couilles de le faire mais putain que cela ne valait le coup bordel ! Un son quasi inimitable...
Par contre, faudra que(...)


Pfff, l'album de Voivod s'annonce ÉNORME.


Magnifique chronique ! Elle met des images en tête ! Bravo ! Et l'album est, comme tu le dis, sublime. J'ai mis du temps à apprécier "The Devil Puts Dinosaurs Here" que je trouve assez aride. Ce n'est pas le cas de "Rainier Fog", plus lumineux ("Fly", "Never Fade", "Rainier Fog"), plus pop en que(...)