Renegades

Equilibrium

23/08/2019

Nuclear Blast

Il y a trois ans, je terminais la chronique d’Armageddon en ces termes :

« Car tous ces titres sont des indices qui en définitive forment une preuve. Une seule. EQUILIBRIUM est un très grand groupe, et Armageddon son achèvement. Pour l’instant. »

Et sans vouloir me la jouer, j’avais raison, des deux côtés. Car EQUILIBRIUM est en effet l’un des plus mésestimés des grands groupes modernes actuels, et son précédent album s’avérait être le meilleur. Mais avec de tels musiciens, tout est possible, y compris - et surtout - le dépassement. Et c’est certainement dans cet esprit que le tempétueux René Berthiaume a composé cette poignée de nouveaux titres, lui qui mène sa barque depuis 2001, en seul survivant d’un line-up d’origine moult fois modifié. Et lui qui se souvient qu’à l’occasion de leur premier concert, quelqu’un avait dit de son groupe qu’il disparaitrait aussi vite qu’il n’était apparu…C’était il y a quinze ans déjà, au Summer Breeze festival, et c’est peut-être cette remarque qui a forcé le guitariste à constamment se dépasser, faire mieux que précédemment, en offrir toujours plus à ses fans pour qu’ils ne regrettent pas de l’avoir suivi toutes ces années. Et toujours épaulé par Nuclear Blast qui confirme sa confiance, Renegades est donc le sixième né de la fratrie EQUILIBRIUM, et pas le plus timide de la famille. Continuant l’expérimentation entreprise, ce nouveau venu pousse encore plus loin la diversité, valide les choix électroniques, maintient le cap Modern Metal, sans pourtant cacher les influences Folk dans le placard des souvenirs. On trouve toujours ces mélodies au détour d’un refrain, mais modernisées, transcendées, incrustées, sans que le sextet ne donne l’impression de trahir la cause. Mais si l’on veut rester honnête envers soi-même, il faut accepter son évolution, et la traiter avec intelligence, ce que ce nouveau LP fait, en acceptant la nouvelle nature comme celle actuelle, et indéniable. Et sans aller trop loin, sans exagérer, sans affirmer que ces neuf nouveaux morceaux sont les meilleurs du répertoire des allemands (le recul n’est pas encore assez large pour ça), autant dire qu’ils font partie des grandes réussites du concept. Du bruit, de la fureur, de l’envie, des humeurs, et des tubes à la pelle. Et c’est déjà très bien.

« This is my destiny » hurle finalement Robert Dahn, sur « Path Of Destiny », partagé avec les stars Deathcore THE BUTCHER SISTERS. Plus qu’un aveu indirect, c’est l’assertion logique qu’on attend de tout nouvel album. Un nouvel album est une étape sur le chemin d’une destinée, et celle d’EQUILIBRIUM n’a pas été forcément tracée de façon linéaire. Les fans des deux premiers albums doivent avoir parfois du mal à comprendre les partis-pris actuels, mais s’ils aiment vraiment « leur » groupe, ils devraient s’enthousiasmer pour Renegades. Car c’est un album de Metal moderne bien dans son temps, qui en use les armes et qui en utilise les atouts pour sonner contemporain, sans trahir sa vision d’origine. Certes, il est de plus en plus difficile d’affilier le combo (René - guitare/claviers, Hati - batterie, Robse - chant, Dom - guitare, Skar - basse et Skadi Rosehurst - claviers) à une quelconque mouvance Folk, même si les harmonies malmenées de « Moonlight » nous renvoient aux temps anciens, ceux qui n’avaient pas encore à subir les assauts d’arrangements électroniques maousses, et de samples martiaux. Ecrit entre septembre 2018 et mars 2019, enregistré dans le home studio du groupe, mixé par Robin Leijon en Suéde et masterisé par Mike Kalajian à New-York, Renegades est donc un album cosmopolite, qui reflète bien les changements que René a ressenti dans sa vie privée, mais aussi ceux que le groupe a subi en fêtant l’arrivée de deux nouveaux membres. Désormais plus stable, il a pu se laisser aller à des choses moins évidentes, tout en nivelant le son pour lui faire adopter une homogénéité qui renforce l’impression de puissance qui s’en dégage. Et si le schéma est toujours le même pendant un peu plus de quarante minutes (des couplets surgonflés menant à des refrains aux mélodies privilégiées), chaque entrée à son individualité, même si la cohésion d’ensemble est manifeste. Le groupe s’autorise même des incartades sur le terrain de l’ultraviolence, suggérant une union entre STRAPPING et MINISTRY (« Kawaakari - The Periphery Of The Mind », plus Néo Power Metal, c’est impossible, ou alors dans un rêve humide des DRAGONFORCE). Et si pour certains, le résultat semblera « trop », « too much » ou « emphatique », il est inutile de nier l’évidence. EQUILIBRIUM voulait marquer son retour de la façon la plus tonitruante possible.

Ce que souligne sans ambages « Tornado » de son titre et de son souffle symphonico-épique. Le groupe a délibérément choisi d’enregistrer de petites symphonies de poche, superposant les couches, gonflant la rythmique, épaississant les guitares pour obtenir la patine brillante souhaitée, sans toujours éviter le piège de la redondance ou du Metal un peu trop opportuniste. On sent la recherche du plan fatal derrière toutes les idées, qui ne font pas forcément mouche, mais qui suffisent largement à atteindre un objectif global. Les sons synthétiques, singeant avec maladresse des tonalités d’orchestre symphonique ne sont pas toujours heureuses, et l’alternance chant clair/chant grave montre souvent ses limites, reproduisant les mêmes tics d’un titre à l’autre. Mais il est toutefois difficile de se montrer négatif à l’égard d’une telle démonstration d’exubérance, comme une absence totale de mesure et de limites. C’est ainsi que « Himmel Und Feuer » éclate telle une colère divine, avant de malheureusement tomber dans les travers d’un refrain très connoté « german Metal », fleurant bon les défauts nationaux. Mais nul n’en étant exempt, il est vain de vouloir les recenser pour pointer du doigt les quelques errements d’un album au-dessus de tout soupçon. Car Renegades assume de sa folie tous ses travers, qui parfois restent dans l’ombre, pour produire une démarque très crédible du KMFDM le moins club et le plus rave (« Hype Train »). La hype ? Pas vraiment une obsession pour EQUILIBRIUM qui parvient à nous faire danser et headbanguer en même temps, avant de tout lâcher sur le plus qu’ambitieux « Rise Of The Phoenix ». Intro délicate de claviers, blasts implacables, et déroulé de plus de sept minutes, écrasant de dramatisme, qui achève de conférer à ce sixième album l’aura larger than life qu’il mérite amplement. 

Pour en revenir à l’entame de cette chronique, je ne pourrais affirmer avec poigne que ce sixième album des allemands est leur achèvement. Peut-être n’est-il plus humblement qu’un pas de plus sur un parcours qu’on souhaite encore long, mais il est en tout cas la preuve que le groupe ne reste pas assis sur son propre trône.

   

Titres de l’album :

                          1. Renegades - A Lost Generation

                          2. Tornado

                          3. Himmel Und Feuer

                          4. Path Of Destiny (feat. The Butcher Sisters)

                          5. Moonlight

                          6. Kawaakari - The Periphery Of The Mind

                          7. Final Tear

                          8. Hype Train (feat. Julie Elven)

                          9. Rise Of The Phoenix

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/01/2020 à 18:52
82 %    597

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16

Buck Dancer

Mariusz Lewandowski ( j'imagine que c'est lui la pochette) est très doué, mais il devient comme AC/DC. On ne change pas une formule qui marche! 

18/10/2021, 11:11

piem

NOMED du Nord !! mais alors au nord de la Loire

18/10/2021, 10:31

Simony

Je suis d'accord, rencontrer les bonnes personnes au bon moment ne suffit pas, faut-il encore pratiquer une musique intéressante et personnelle ce qui est le cas pour SUP / SUPURATION.

17/10/2021, 12:31

Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01

Humungus

C'est plus ce que c'était c'est sûr, amis cela reste du UNLEASHED pur jus..."D'après les deux extraits, j'ai l'impression que le groupe s'assoupli alors qu'il gagnerait à se durcir"CLAIR !!!

15/10/2021, 09:05